AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266164252
Éditeur : Pocket (24/08/2007)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Tout cela, il fallait le brader.
Tout.
Une lampe de chevet qui avait du style au début des années 80, un cadre rouge en bois peint, une pile de magazines de cinéma, un cendrier en métal doré, un dictionnaire d'espagnol, un service à thé imitation japonais, des assiettes dépareillées, un bob bleu rayé de blanc, un gant de base-ball rapporté des États-Unis et même une paire de boucles d'oreilles, un robot ménager, un stylo plume à fines dorures et une co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  30 mars 2015
Il est tombé sur l'annonce par hasard. Un vide-grenier est organisé rue de la Cité ce dimanche. Une belle occasion pour Antoine de se débarrasser de tous ces objets qui l'encombrent. Même si Anne est partie avec toutes ses affaires, les deux enfants en plus, pour s'installer avec son compagnon dentiste, il reste beaucoup trop de choses qui lui rappellent son passé. Il veut effacer son passage sentimental dans cette maison. Les livres qu'il ne lira plus, les vêtements qu'il n'ose plus porter, le hamac qui traine ses couleurs, le cadre rouge en bois peint qui a vu passer tant de photos, le bob bleu rayé de blanc qu'il portait enfant, le cendrier en métal doré, la paire de boucles d'oreilles et tout un tas d'objets qui le ramèneront immanquablement à son passé...
Jean-Philippe Blondel installe son stand, rue de la Cité et brade tous ces objets. Un après l'autre, dès lors qu'ils trouveront preneur pour une bouchée de pain, ce sera l'occasion de retourner dans le passé d'Antoine et de nous raconter ce à qui ou à quoi il se rattache. Autant d'événements intimes que l'on partage avec lui, le plus souvent touchants, autant d'émotions qu'ils suscitent, autant de souvenirs qui le happent. Et, pourtant, ce à quoi aspire Antoine est la liberté, un voyage au bout du monde pour pouvoir se détacher de tout ce qui l'entoure. le roman est habilement construit en deux grandes parties, l'une s'attachant à Antoine et l'autre aux acquéreurs, l'objet devenant le lien intime entre eux. D'une écriture pudique, sensible et mélancolique, ce roman délicat émeut de par sa simplicité et de l'évocation des petits riens du quotidien.
Un minuscule inventaire qui regorge de souvenirs...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          585
carre
  08 février 2012
Lors d'un vide-grenier, Antoine qui vient d'être quitté, espère en exposant faire le vide dans sa maison et dans son coeur. L'espoir de renaitre de nouveau.
Mais les objets vont rappeler des souvenirs à lui comme à ces acheteurs.
Le plaisir de lire Blondel s'affirme livre après livre, d' une écriture simple, il arrive à nous émouvoir sur les petits bonheurs ou les peines de nos vies.Blondel égraine les souvenirs avec une justesse qui sans en avoir l'air fait mouche. Et nous cueille avec beaucoup de délicatesse. Je trouve que l'univers de Blondel fait écho avec celui de Klapish au cinéma. Cette manière de mettre les mots justes sur nos quotidiens. Très agréable à lire.
Commenter  J’apprécie          150
cathe
  21 septembre 2015
Au départ on a l'impression que çà va être lassant : un homme divorcé profite d'une brocante pour se séparer d'objets personnels. Pour chaque vente, un flash-back raconte l'histoire de l'objet. Et pourtant la magie opère tout de suite. Les objets ne sont que des prétextes pour entrer dans la vie du narrateur (un narrateur qui m'a d'ailleurs beaucoup rappelé celui de Jean-Paul Dubois dans "Une vie française"…). Que d'occasions perdues dans cette vie, que de rendez-vous manqués, de numéros de téléphone jamais rappelés ! Certes le bonheur a été présent avec sa femme, au début au moins…

Et, au moment où l'on commence quand même à se lasser un peu de ce procédé, Blondel a la bonne idée de passer de l'autre côté du miroir et de nous montrer la vie des objets chez leur nouveau propriétaire. Alors là la ficelle est certes un peu grosse, tous ces gens qui retrouvent des objets dont ils étaient proches il y a dix ou vingt ans ! Mais bon, curieusement on se surprend à suivre le fil des souvenirs et à dévider les morceaux de vie avec eux. D'ailleurs n'est-ce pas ce que l'on cherche, nous aussi, quand on déambule dans un vide grenier ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
canel
  04 juin 2011
Au gré d'une brocante, un homme évoque les souvenirs liés aux objets. Autant de retours sur sa vie de couple qui s'achève.
Un régal de lecture, à dévorer d'une traite, comme (presque ?) tous les Blondel.
Commenter  J’apprécie          41
Lencreuse
  27 juillet 2010
J'ai dévoré ce minuscule inventaire écrit avec une plume juste et touchante. le narrateur, fraîchement quitté par sa femme, partie avec ses enfants vivre un nouvel amour dans les bras d'un dentiste, décide de participer à un vide-grenier. Une manière de se débarrasser de ces objets inutiles qui encombrent une vie qu'il souhaite nouvelle. Une façon de marquer symboliquement la fin pour mieux recommencer. Chaque vente devient une vraie séparation, et il se remémore l'histoire de chaque objet. Les amitiés finies, les amours de jeunesse, la famille qu'on tente de fuir. La deuxième partie du livre donne la parole aux acheteurs et l'on découvre qu'aucun des achats n'est totalement anodin.
Un beau livre sur la mémoire bien sûr mais aussi sur tout ce qui fait une vie, ces instants heureux ou tristes, ces rencontres parfois brèves qui peuvent à jamais marquer une vie, ces liens si forts qui s'estompent mais qu'on n'oublie jamais vraiment. Un inventaire qui résume à lui seul une vie entière.
Lien : http://lencreuse.over-blog.com
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   19 octobre 2012
À bien y réfléchir, c'est une réaction que j'ai régulièrement déclenchée chez les autres ces derniers temps, le haussement d'épaules. Ma femme terminait souvent nos conversations de cette manière et les enfants lui emboîtaient facilement l'omoplate.
Commenter  J’apprécie          220
marina53marina53   30 mars 2015
Je pense que j'en ai fini, moi, du rêve du hamac – plutôt qu'un hamac, je voudrais un nuage – quelque chose qui s'élève un peu plus haut maintenant, une ouate – et puis tout oublier.
Commenter  J’apprécie          220
marina53marina53   31 mars 2015
C'est l'un des mystères de mon existence – je sais ce que les autres me donnent mais j'ignore ce que je peux leur offrir.
Commenter  J’apprécie          230
ZalvecZalvec   17 mai 2017
La poudre d'escampette, j'aime bien cette expression quand j'étais petite je pensais que ça existait. Je m'étais imaginé qu'il y avait de minuscules sacs en soie beige avec un lacet qu'on pouvait trimballer avec soi et que, quand une situation devenait dangereuse ou ennuyeuse, on versait sur sa main un peu de poudre d'escampette et hop, on disparaissait du décor et on se retrouvait soit trois heures plus tard, soit à huit mille kilomètres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
marina53marina53   30 mars 2015
On ne regrette pas la perte du temps, on ne regrette que le temps perdu.
Commenter  J’apprécie          340
Videos de Jean-Philippe Blondel (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Philippe Blondel
Jean-Philippe Blondel P2
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jean-Philippe Blondel (assez facile pour les fans)

Année de naissance ?

1964
1970
1976
1982

12 questions
49 lecteurs ont répondu
Thème : Jean-Philippe BlondelCréer un quiz sur ce livre