AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782268090566
Éditeur : Les Editions du Rocher (19/04/2017)
4.05/5   10 notes
Résumé :
«Penser à» n'est pas la même chose que penser tout court. La tâche de l'historien des idées consiste à étudier et à faire connaître l'oeuvre de ceux qui ont proposé diverses grilles d'interprétation, diverses façons de voir et de comprendre le monde, révélant ainsi ce que penser veut dire.
À l'époque moderne, Rousseau s'est efforcé de penser la nature de l'homme et l'origine de la société, Cari Schmitt la nature du politique, Karl Marx l'essence du capitalism... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
fklevesque
  05 août 2017
Un ouvrage admirable en tout point tant de part la variété des penseurs présentés dans toute leur diversité d'opinion que de par la clarté du discours de l'auteur.
Dans cet ouvrage Alain de BENOIST évoque des philosophes plus ou moins connus du grand public et met brillamment en exergue la richesse de leurs réflexion en mettant toutefois en exergue Friedrich NIETZSCHE et Charles PEGUY du fait de l'originalité et de la puissance de leur pensée parfois mal interprétée voire déformée à des fins politiques.
En l'espèce, je considère cet ouvrage comme un petit "bijou" parfaitement en mesure d'alimenter positivement la pensée de tous les lecteurs quels que soient leurs options philosophiques de départ. Un style parfaitement limpide au service de l'histoire des idées.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
enkidu_enkidu_   03 août 2020
Dans La civilisation des Arabes, ouvrage qui sera réédité en 1969 en Algérie, et dans lequel il révèle à l’Occident une civilisation encore mal connue, il écrit : « Au point de vue de la civilisation, bien peu de peuples ont dépassé les Arabes, et l’on n’en citerait pas qui ait réalisé des progrès si grands dans un temps si court. Au point de vue religieux, ils ont fondé une des plus puissantes religions qui aient régné sur le monde, une de celles dont l’influence est la plus vivante encore. Au point de vue politique, ils ont créé un des plus gigantesques empires qu’ait connus l’histoire. Au point de vue intellectuel et moral, ils ont civilisé l’Europe. Peu de races se sont élevées plus haut, mais peu de races sont descendues plus bas. Aucune ne présente d’exemple plus frappant de l’influence des facteurs qui président à la naissance des empires, à leur grandeur et à leur décadence. »

Rentré à Paris, Gustave Le Bon se passionne brusquement pour les sciences. Successivement, il se penche sur les variations du volume crânien, la « lumière noire », l’asphyxie, les levers photographiques, les espèces chimiques, les appareils enregistreurs. Il crée la première horloge se remontant elle-même grâce aux variations diurnes de température. Un jour, près de Paris, son cheval s’emballe et manque de le jeter à terre. L’incident est le point de départ d’une réflexion qui aboutira à un traité de psychologie équestre : L’équitation actuelle et ses principes.

Dès 1896, Le Bon démontre la fausseté du dogme de l’indestructibilité de la matière. Il établit l’équivalence de la matière et de l’énergie, dont la chaleur, la lumière et l’électricité, ne sont que des formes instables. « La force et la matière, écrit-il, sont deux formes diverses d’une même chose. » Il ajoute que « le savant qui trouvera le moyen de libérer économiquement les forces que contient la matière changera presque instantanément la face du monde ». Développées dans L’évolution de la matière (1905) et dans L’évolution des forces (1907), ces affirmations soulèvent de sérieuses polémiques. Elles ne font pourtant qu’anticiper la théorie de la relativité, qui sera mise au point par Einstein entre 1912 et 1917.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AntonyMAntonyM   12 mai 2020
On a constamment accusé Rousseau de prétendre que la société n’est pas l’état naturel de l’homme, et qu’il convient d’en revenir à l’état de nature, conçu comme une sorte d’âge d’or ou de paradis perdu. C’est un contresens total. Non seulement Rousseau ne prône aucun « retour à l’état de nature », mais il affirme explicitement le contraire. Le passage de l’état de nature à l’état civil est pour lui irréversible.
Certes, tout comme Hobbes, qu’il critique radicalement par ailleurs, Rousseau commet incontestablement l’erreur de ne pas croire à la sociabilité naturelle de l’homme. Mais c’est précisément parce qu’il ne conçoit pas les hommes comme naturellement sociaux qu’il s’affirme convaincu qu’une société qui conserverait ce trait de nature serait vouée à l’impuissance et à la division. Dans une telle société, dit-il, nul ne pourrait être ni moral, ni sincère, ni même en sécurité. Rousseau exige donc que les individus soient « dénaturés », c’est-à-dire soustraits à l’individualisme et transformés en citoyens patriotes, vertueux et désintéressés, aimant leur cité plus qu’eux-mêmes et recherchant la vertu plutôt que leur propre intérêt.
Ce qu’il veut, c’est déterminer les moyens permettant à l’individu de se défaire de son égoïsme pour s’identifier au tout social, sans pour autant renoncer à sa liberté : « Trouver une forme d’association qui défende et protège de toute la force commune la personne et les biens de chaque associé, et par laquelle chacun, en s’unissant à tous, n’obéisse pourtant qu’à lui-même, et reste aussi libre qu’auparavant. » Telle est la raison d’être du contrat social.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   16 avril 2017
«Penser à» et «penser» tout court ne sont pas la même chose. «Penser à», c'est d'abord simplement ne pas oublier : penser à ce que l'on doit faire le lendemain, penser à faire ses courses, à ne pas manquer un rendez-vous, à aller chercher les enfants à la sortie de l'école. C'est aussi penser au film qu'on vient de voir, à ce qu'on doit faire la semaine prochaine, évoquer des souvenirs, se fixer des projets, caresser des fantasmes. On pense à ce qui nous traverse l'esprit. Penser tout court est un travail. C'est le travail de la pensée : penser la nature de l'homme, penser les lois de l'univers, penser l'essence du politique, le sens de la technique, le sens du moment historique, le sens de notre présence au monde
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JacopoJacopo   27 février 2021
La société qu’observe Rousseau témoigne d’une aliénation généralisée, qui lui inspire les premières pages du Contrat social : « L’homme est né libre, et partout il est dans les fers. Tel se croit le maître des autres, qui ne laisse pas d’être plus esclave qu’eux. » La première phrase est la plus souvent citée, mais la plus intéressante est la seconde. Rousseau ne se borne pas en effet à dénoncer ceux qui exercent une domination sociale, il affirme d’entrée que ceux-ci sont tout autant « esclaves » que ceux qu’ils asservissent. De façon révélatrice, et bien qu’il soit de toute évidence un adversaire des hiérarchies d’Ancien Régime, Rousseau ne concentre donc pas ses attaques contre l’absolutisme royal. Observateur perspicace, il réalise (et en cela il est très en avance sur son temps) que ce qui gouverne désormais le monde est l’« opinion ». L’opinion est une autorité sans organe, sans lieu d’exercice déterminé, mais dont l’influence se manifeste partout. Or, l’opinion, c’est d’abord l’inégalité, c’est-à-dire une distorsion pathologique des rapports sociaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   16 avril 2017
À toutes les époques, des penseurs - des philosophes, des idéologues, des théoriciens, mais aussi des essayistes et des écrivains - se sont consacrés au travail de la pensée. En s'efforçant de penser le monde, ils ont proposé autant de conceptions du monde permettant (ou non) de mieux le comprendre. Le rôle de l'historien des idées est d'examiner ces théories et ces doctrines, d'en comprendre la signification, d'en évaluer la cohérence et la portée, d'en exposer la généalogie, d'en repérer les filiations.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32

Videos de Alain de Benoist (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain de Benoist
Jean-Michel Vernochet présente la thèse de son livre "Iran, la destruction nécessaire" (éd. Xenia) face, notamment, à Guy Millière, Gérard Chaliand et Alain de Benoist. -- En savoir plus: http://www.editions-xenia.com/livres/vernochet/
autres livres classés : éthiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
374 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre