AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Infinity 8 - BD tome 1 sur 6
EAN : 9782369813965
36 pages
Rue de Sèvres (05/10/2016)
3.34/5   28 notes
Résumé :
Croisière intergalactique de L'infinity 8, jour 15. Le vaisseau est bloqué par un gigantesque amas d'artéfacts, de bouts de planètes et de sépultures. L'infinity 8 est-il condamné à finir sa carrière englouti dans ce répugnant mausolée géant? Le sort de 88 000 passagers de 257 races différentes est en jeu... Les meilleurs agents du spacio-paquebot ont intérêt à se surpasser pour le sortir de ce pétrin. HUIT AGENTS, HUIT MISSIONS, HUIT REBOOT TEMPORELS POUR DEVOILER ... >Voir plus
Que lire après Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées 1/3 (BD)Voir plus
Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées par Trondheim

Infinity 8

Lewis Trondheim

3.96★ (301)

8 tomes

Infinity 8, tome 1 : Romance et Macchabées 1/3 (BD) par Trondheim

Infinity 8 - BD

Lewis Trondheim

3.69★ (155)

6 tomes

Lady Snowblood, tome 1 : Vengeance sanglante par Koike

Lady Snowblood

Kazuo Koike

4.17★ (378)

3 tomes

Saga, tome 1 par Vaughan

Saga

Brian K. Vaughan

4.40★ (5053)

11 tomes

Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,34

sur 28 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
J'avais pu visiter une exposition sur le projet Infinity 8 en marge de la Comédie du Livre 2019, qui m'avait permis d'apprécier le travail graphique plus en détail. le projet initial était fait de 6 comics, finalement réunis dans les deux premiers albums des 8 du second projet. La volonté de faire travailler des dessinateurs différents et renommés (Zep et Vatine pour ces deux premiers tome) était vraiment intéressante. L'utilisation du "reboot temporel" permettant à chaque auteur de repartir du scénario du départ était vraiment bien trouvé, totalement dans l'esprit SF de la série. Bref pleins d'ingrédients qui donnaient envie de découvrir l'oeuvre et l'histoire plus en profondeur.

Ce premier tome est un peu déroutant, avec un fil conducteur qui donne une image très réductrice de l'héroïne principal (à la recherche d'un reproducteur parfait pour sa future progéniture) qui se révèle être au fil de l'histoire une combattante pleine de ressources. Elle est privée d'une happy end par la nécessité que la série se continue. La nécessité de bien faire comprendre le principe des retours dans le temps alourdit un peu ce premier tome qui parvient pourtant à être bien loufoque et déjanté (parfois un peu trop ?). On sent un certain lâcher prise chez Zep qui multiplie les projets différents depuis la "fin" de Titeuf' : réalistes ou science fiction pour se sortir du pur comique qui a fait son succès.

On se questionne pour savoir ce que pourront faire les autres auteurs de ce matériau de départ et comment la cohérence pourra être maintenue au fil de l'aventure. La curiosité n'est pas émoussée mais bien au contraire titillée par ce premier tome.
Commenter  J’apprécie          120
Une bande dessinée, ou plutôt, un pulp au format comics composé de 30 pages (pour chaque tome). Ou pas vraiment « pulp » en fait, car elle est sortie sur du bon papier souple, bien au-dessus de ce que devait être la qualité des pulps originaux. Infinity 8 (ou Infinity infinity, si on veut pousser à fond le titre) est une série de plusieurs histoires qui vont être scénarisées et dessinées par différents noms de la BD, le tout dirigé par Lewis Trondheim. Malheureusement, la sortie au format comics ne se fera que pour les deux premières histoires (« Romance et macchabées » pour les tomes 1 à 3 et « Retour vers le Fürher » pour les tomes 4 à 6). Par la suite, les histoires 3 à 5 seront, ainsi que ces deux premières, publiées au format album BD. C'eut été mieux d'aller au bout du concept et de tout sortir en comics. Quitte à sortir ensuite la série au format album…

L'histoire va se dérouler au sein d'un bon gros vaisseau spatial (du type croisière) contenant 880 000 passages (rien que ça) et dans les 72 000 membres d'équipage, et tout ça pour au moins plus de 200 espèces d'êtres vivants (donc humains et aliens en tout genre). de plus le commandant du vaisseau, un extra-terrestre, a la possibilité de « bloquer » une trame temporelle sur une durée de 8 heures et soit d'y rester soit de revenir 8 heures dans le passé. Tout cela sera le point commun à toute la série de Infinity 8. Où l'on va probablement suivre à chaque fois, une agente, version pin-up, du service d'ordre du vaisseau.

Dons, les trois premiers tomes, au doux titre de « Romance et macchabées », sont scénarisés par Zep et dessinés par Bertail. On suit l'agent Yoko (pas Tsuno) Keren. Dont la principale occupation, du moins au début de ce comics, est de se trouver un mâle, peu importe l'espèce tant qu'il n'a pas de tare ou problèmes physiques/mentaux/autres, et surtout qui puisse lui permettre de concevoir un gamin en plein forme. Donc elle scanne tout ce qui bouge, sans trouver son bonheur…
Elle est forte tête, sait se battre contre des personnes faisant au moins 3 fois sa taille, et n'est pas du genre impressionnable. Mais du genre quasi pas du tout. le vaisseau ayant dû faire un arrêt impromptu, Yoko est envoyée en mission. Alors quand on lui demande d'aller enquêter, dans le vide spatial (pas si vide), dans un immense tas de débris qui se révèle être un genre de cimetière (donc avec des tas de cadavres), c'est à peine si elle moufte ! Elle réagit un peu plus quand elle apprend que tout un groupe d'individus aliens a décidé de sortir et de bouloter tous les cadavres présents. C'est leur came, il ne peuvent pas résister à ça (probablement attirer par les odeurs putricides, enfin si on accepte que ça puisse se propager dans l'air ambiant de l'espace). Et de là, Yoko va aller de péripéties en péripéties pour empêcher ces goinfres de faire sauter son vaisseau (bah oui ça fera plus de bouffe) et de se dépatouiller d'un amoureux collant, aimant parler en rimes et qui aussi un de ces nécrophages (mais pas du genre méchant) Sagoss.

Rien ne doit être pris au premier degré dans cette série. Ça déconne sec ! L'humour balance entre le graveleux et le trash ! Yoko est une jolie pin-up, aux cheveux décolorés, insolente, franche aussi et qui sait se débrouiller dans toutes les situations possibles. Les dessins sont accrocheurs (pour qui aime le style). Avec plus de 250 espèces vivantes possibles à créer, les dessinateurs (ici Bertail) peuvent y aller de tout coeur et bien se faire plaisir. On a droit à toutes les formes possible de corps et de visages. Pour dire, les mangeurs de macchab', du moins, Sagoss, est un mélange de T-Rex et de gorille, et leur gueule se transforme avec des tentacules quand ils mangent ! Je dois aussi avouer que j'ai un faible pour les couvertures. Il y a comme une énergique nostalgie qui s'en dégage (si ça signifie quelque chose…). La patte graphique de Bertail est franchement sympa, des visages simples mais expressifs et des décors pas mal détaillés !

Donc pour le tout ? Ça décoiffe ! C'est sympathique ! Cela ne se prend pas du tout au sérieux. Et le tout est posé sur un scénario tout de même assez simple (un vaisseau, dans l'espace, une héroïne, une situation incongrue à régler, des tas de trucs zarb') et avec des situations pour le moins cocasses, deviennent vite tordues.

C'est total barré et ça fait du bien !
Commenter  J’apprécie          10
Infinity 8 est une série de comics (dans un premier temps) puis de BD mettant en scène pour chaque cycle un agent de sécurité de l'infinity 8 pour une mission particulière menant ou pas à un « reboot ».
Huit agent, huit mission, huit reboot ou pas…
Le format comics en couverture souple est très accessible et au prix abordable de 3€50 par livret.
Autant dire que chaque cycle est complètement loufoque, dégénéré, gore par moment, avec un humour totalement décalé, lourd et puissant. On sent parfaitement le pilotage de Lewis Trondheim sur cette série. Cela est plus surprenant de voir du Zep dans ce registre, mais on ne va pas bouder ce plaisir…
Les auteurs ne sont pas en reste et ont dû beaucoup s'amuser à dessiner leurs planches, et le fait que plusieurs noms se succède (l'équipe complète : Balez, Bertail, Biancarelli, Boulet, de Felici, Guibert, Killofer, Kris, Mourier, Trystram, Trondheim, Vatine, Vehlmann, Zep) donnera un style complètement différent pour chaque tome de BD ! Il y en aura donc pour tous les gouts !
Les comics sont agrémentés de petits délires supplémentaires comme des fausses publicités, des explications, parsemés çà et là, en introduction comme en fin de livret, etc... Un vrai régal pour nos zygomatiques car les sourires seront systématiques (mais les fous rires moins rares certainement…).
Le premier cycle est sorti à ce jour, et le dernier livret du second cycle devrait sortir début 2017, ainsi que les premières BD.
Je n'ai pas trouvé de cohérence encore à ce jour sur les 2 premiers cycles si ce n'est que cela concerne le même vaisseau… J'ose espérer qu'à un moment donné, toutes ces histoires s'entrecroiseront pour donner un micmac d'enfer totalement absurde et étonnant… j'en rêve !
En bref, le style comics a eu son charme de la surprise chez Rue de Sèvres. On aime ou on n'aime pas mais l'idée est vraiment très originale et le projet ambitieux, cela promet donc pour l'année 2017 !
J'ai hâte de lire la suite !
Lien : http://www.7bd.fr/2016/12/in..
Commenter  J’apprécie          110
Pulp décomplexé aux héroïnes généreuses et extraterrestres tentaculaires, ce premier tome d'une série de 8 promet quelques divertissements pas piqué des vers.

De l'action, du rocambolesque, du scientifisme et technomagisme accessoires pour l'ambiance et le décors, nous voici paré pour une croisière spatiale avec force rebondissements temporels et personnages hauts en couleurs.

A défaut d'être beau (mais ça l'est un peu), c'est inspiré, avec ce qu'il faut de nostalgie pour que les lignes et les couleurs parlent d'elles même dans un imaginaire fait de petits hommes verts, de scaphandres moulants, casques aquarium et rayon de la mort qui font "zap".

Question scénario : Un vaisseau de croisière intergalactique, des milliers d'espèces, un service de sécurité de charme et de choc, une anomalie spatiale inexpliquée et un capitaine qui peut replier le temps 8 fois pendant 8 heures consécutives... Voilà qui promet pour une série qui va jouer sur les variations et les paradoxes.

Pas de quoi casser 3 tentacules à un alien, mais de quoi s'évader quelques heures.
Commenter  J’apprécie          00
L'agent Yoko Keren est chargée d'explorer un amas non identifié qui bloque le vaisseau intergalactique Infinity 8. Elle dispose pour cela de 8 heures et va croiser pas mal d'obstacles de toutes sortes...

Même si ce n'est pas d'une très grande originalité, j'ai passé un très bon moment à la lecture de ce comics à l'humour plutôt gras, gore et loufoque. A proposer aux ados, je pense qu'ils vont adhérer...
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
BDGest
28 novembre 2016
Lewis Trondheim s’entoure une fois de plus d’un aréopage de collaborateurs de haut niveau. Tout porte à croire que le meilleur est à venir.
Lire la critique sur le site : BDGest
Telerama
26 octobre 2016
L'héritage SF de Gotlib et de Moebius est en de bonnes mains.
Lire la critique sur le site : Telerama
Sceneario
07 octobre 2016
Le scénario est à la fois très enlevé et très bien rythmé. Et même si le récit ne traîne pas, les auteurs prennent le temps de bien caractériser leurs personnages, d'amener de l'action et des rebondissements.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
*Crounch*
-Non mais vous êtes malade !?! Les mains en l'air !
*Scrounch Scrounch Scrounch*
- Non mais c'est pas vrai ?! Vous avez boulotté le petit monsieur ! Il allait peut-être me révéler des informations importantes !
*Slurp*
- Il était mort !
- Hein ?!
Commenter  J’apprécie          20
- Tu veux vraiment avoir un enfant ?
- J'ai posé un congé pour dans un an... J'ai des délais à tenir.
- ... T'as qu'à aller à la banque du sperme du vaisseau.
- Il y en a une ? Elle est où ?
- Devant toi !
- Non. Toi je 'ai déjà scanné. T'as des antécédents familiaux avec de l'asthme.
Commenter  J’apprécie          10
- C'est un dépotoir ?
- ... C'est à vous de la découvrir.
- Quoi ? Vous m'avez appelée pour que je fasse les poubelles ?
- C'est l'idée générale, mais on peut avoir des rapports sexuels une fois la mission achevée.
*Twip Twip*
- Non... Aucune chance.
Commenter  J’apprécie          10
- C’est ça… Et si je mourais, je suis sûre que tu n’hésiterais pas à me manger
- Si votre souhait ne va pas dans ce sens je ne le ferai pas
- Il ne va pas dans ce sens !!
- Ah… Flûte.
Commenter  J’apprécie          10
Vous m'avez scanné, c'est ça hein?
Je cherche un géniteur sain, pas un alcoolique.
On peut se passer du fait de procréer,si vous le souhaitez...
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Dominique Bertail (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dominique Bertail
Vidéo de Dominique Bertail
autres livres classés : pulpVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (55) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5164 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..