AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Edgar Wallace (Antécédent bibliographique)Merian C. Cooper (Antécédent bibliographique)Robert Latour (Traducteur)
EAN : 9782290351420
126 pages
Librio (16/11/2005)
3.58/5   20 notes
Résumé :
Une île de cauchemar perdue au milieu des mers, peuplée d'animaux énormes et féroces, survivants fantastiques de la préhistoire : c'est là que débarque l'équipe de l'intrépide Denham, cinéaste prêt à tout pour impressionner les foules.

C'est là surtout que vit le plus surprenant héros que l'on puisse filmer. Kong, le gigantesque dieu-monstre auquel les indigènes offrent comme épouses leurs vierges terrorisées ! Mais en voyant parmi les étrangers venus... >Voir plus
Que lire après King KongVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
C'est au détour d'un magasin de destockage que je croise le regard de cet énorme… « bête » qu'est Kong sur la couverture de ce livre qui me fait de l'oeil. Juste à coté, le bluray du film des années 30. Pas d'hésitations, je prends les deux ! Oui je ne connais que la version Jackson de 2005 alors il faut bien que je remédie à mon inculture. D'autant que le dernier volet (peuuuuuuuuuuur) sort cette semaine.

Il s'agit donc d'une novellisation du scénario original de Merian Cooper écrit par Lovelace et revu il y a quelques années par Devito & Strickland. Je ne connais pas ce beau monde mais c'est toujours cool de déballer plein de noms d'auteurs. L'action se déroule donc dans les années 30, sous crise financière, au coeur de New York / au beau milieu du Pacifique.

Je dirais qu'au final c'est un très bon roman d'aventure, très accessible et rapide à lire. Il est très prenant, ne manque pas d'action et les personnages sont rapidement attachant. le passage au-delà du mur du crâne est vraiment l'apogée du bouquin avec son lot de découvertes préhistoriques (Le monde perdu ????). Bref un achat que je ne regrette pas !

Je tiens à souligner quelques changements par rapport aux film de 2005. Tout d'abord ce qui ne m'a pas déçu. le fait que l'histoire d'amour ne se fasse pas avec le scénariste du film mais avec un marin. Puis ce qui m'a déçu, la relation entre Kong et Ann est beaucoup moins intense ici et je trouve que, du coup, on est beaucoup moins en empathie avec le roi Kong.

Bref un bon bouquin (culte) à l'image du film que je vais me faire prochainement (celui de 33 !). Par contre la nouvelle adaptation ne vend pas du rêve, loin de là…
Commenter  J’apprécie          50
"Et la belle regarda la bête et la bête fut comme morte."

Anne Darrow version mille neuf cent trente trois n'est qu'un visage blème et un ventre affamé dans une mégapole indifférente éreintée par la crise.

Loin de ses bases, la belle n'étant plus sous l'emprise de la faim ne fait qu'avoir peur sans réfléchir.

Kong apparaissant brusquement est perçu comme un monstre effrayant, il représente un exotisme inconnu, gigantesque et dangereux avec lequel on n'essaie même pas de communiquer.

Anne Darrow ne dévoile aucune sensibilité ne faisant que geindre apeurée par ses préjugés raciaux condamnant tout ce qui est différent.

Dwan parachutée en pleine crise pétrolière est plus émotive, moins épouvantée, elle ébauche quelques phrases du genre:

"Nous deux ça peut pas coller ".

Elle perçoit un animal certes hors du commun mais pouvant être approché.

Anne Darrow version deux mille cinq prend sérieusement les choses en main, après un cri inévitable poussé à la première vision du singe elle s'adapte, fait valoir malgré sa fragilité ses droits de femme tout en quémandant une protection indispensable en des lieux surdimensionnés.

Les trois versions sont évolutives et complémentaires.

Kong fait référence chaque fois à ces arguments premiers de singe dominateur puis amoureux, c'est la belle qui de version en version se métamorphose, devient plus humaine, ne redoute plus la démesure d'un animal n'étant finalement qu'un gros macho qu'il suffit de recadrer.

La belle décide de ressentir les émanations d'un site un impact nouveau, celui de la valeur de l'instant collectés sur de nouvelles terres préalablement insoupconnées.

Kong est une nouvelle aventure à vivre pleinement insérée dans une jungle meurtrière ou les règles de puissances sont soudainement inversées, ici la protection c'est la bête qui percevant enfin l'amorce d'un respect devient encadrant et corvéable.
Commenter  J’apprécie          30


King kong est un monument de la culture, mais je connais peu de gens qui ont lu le livre.

Pour ceux qui ont raté l'histoire, le livre retrace l'épopée de Denham, scénariste new yorkais en quête d'inspiration et qui cherche, dans un New York des années 30 une égérie pour son nouveau film. Ce dernier film est le dernier essai qu'il a pour pouvoir retrouver sa réputation. En traînant dans la ville, la veille de son départ pour une destination que seul lui ne connaît, il fait la rencontre d'une belle et modeste fille nommée Ann Darrow. Une fois trouvée l'héroïne de son prochain film, Denham embarque sur le bateau Wanderer, à la recherche d'un nouveau décor pour son film : une île mystérieuse …

(A vrai dire, je vais être franc avec vous, chers lecteurs, quelques détails m'échappent, dans cette histoire, que j'ai lue, il y a de ça quelques années. C'est une des raisons laquelle je reste assez évasif sur certains points. A noter que l'histoire racontée dans le film de 2005 (par Peter Jackson) n'est pas identique à celle du livre de Lovelace)

Pourtant, bien que cela fasse quelques années que je l'ai lue, cette oeuvre a marqué mon esprit. En effet, ce livre est un condensé d'actions, de fantastique, de légendes mais aussi de romantisme et de tragédie. La fin, à New York est magnifique, limpide et prenante, tout comme les prémisses de l'arrivée du primate sur l'île. Ces auteurs essayent de démontrer que les actions de l'Homme à vouloir maitriser son environnement à des fins pécuniaires ne sont pas les meilleures des actions à faire. King Kong, symbole de la nature sauvage et indomptable face à un New York, haut lieu du business et aux shows spectaculaires.

Delos W. Lovelace a écrit, ici un roman court (127 pages) mais qui nous immerge rapidement dans une des aventures les plus populaires de notre société. Livre à lire très vite, à conseiller aux adolescents comme aux grands.
Commenter  J’apprécie          10
Pour une fois, ce n'est pas un film qui est tiré d'un livre, mais un roman écrit d'après le scénario du film par D.W Lovelace.

Le cinéaste Dunham embarque toute une équipe sur le Wanderer à la recherche d'une île mystérieuse et inconnue qui n'est pas sans rappeler le monde perdu.

A son bord, la capitaine, vieux loup de mer, un second, dur au coeur tendre, une ribambelle de matelots, bien plus que nécessaire pour la manoeuvre de ce navire. Et une jeune femme à la chevelure d'or, recrutée par Denham à la dernière minute pour être son actrice.

Où le cinéaste emmène-t-il son équipe? Avec quelle idée en tête?

Au mileu de tous les monstres d'origine préhistorique (Oui, Conan Doyle et le professeur Challenger ne sont pas loin), l'un dégage une certaine sensibilité, presque une certaine humanité, derrière sa force inégalable: le roi Kong.
Commenter  J’apprécie          50
histoire incontournable de notre enfance ...King Kong a rempli mon imaginaire avec son ile inconnue , ses indigènes , ses animaux extraordinaires...et bien sur , cette fin tragique . Un immense gorille en haut d'un building abattu par des avions .....
Lecture facile .Ce petit roman d'aventure est indispensable.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Voilà bien une réaction de politicien : évacuer le problème. Faire croire aux gens qu'ils n'ont pas vu ce qu'ils savent avoir vu. La dissimulation était déjà amorcée.
Commenter  J’apprécie          20
Ce ne sont pas les aviateurs qui l'ont eue, réplique Denham lentement. [...] C'est la Belle qui a tué la bête.
Commenter  J’apprécie          10
- Si Kong existe pour de bon, c'est une créature assez formidable pour jouer avec un gorille comme avec une poupée!

- Mais une bête pareille n'a jamais existé! [...] Pas du moins depuis l'époque préhistorique.
Commenter  J’apprécie          00
"Ladies and gentlemen", came Denham's voice. "I am here tonight to tell you a strange story. So strange a strory that no one will believe it. But, ladies and gentlemen, seeing is believing.
Commenter  J’apprécie          01

Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus

Lecteurs (59) Voir plus



Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
7034 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..