AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021319187
230 pages
Éditeur : Seuil (25/08/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Alors que les cadres de la Silicon Valley inscrivent leurs enfants dans des écoles sans écrans (la véritable fracture numérique qui vient c'est celle de l'exposition plus intense des couches populaires), cet essai lance l'alerte à propos des dangers d'une politique orchestrée par les sociétés d'informatique et le gouvernement. Une tablette par enfant, c'est le pillage de ressources rares et la mise en décharge sauvage, à l'autre bout de la planète, de déchets danger... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Marcellina
  01 février 2018
Wouah ! Voici une étude des plus documentées sur l'effet des écrans dans le cadre scolaire et, même si j'avais déjà cette impression de course stérile à la technologie, j'en ai maintenant la confirmation avec des résultats chiffrés à l'appui.
De la lanterne magique à la tablette numérique personnelle en passant par les panneaux éducatifs, les diapositives, le rétro-projecteur, l'ordinateur, le cabinet d'écoute sur bandes audio, internet, le tableau blanc interactif et j'en passe, les gouvernements successifs depuis la fin du XIXème siècle n'ont fait que se répéter dans la course à l'éducation pseudo-innovante. A chaque nouvelle invention technologique, c'est le branle-bas de combat, on débloque des millions, on forme un petit groupe de professeurs, on lance le tout sans projet éducatif et à l'avancée suivante, on met tout en cartons direction la cave des établissements scolaires et on recommence… Même les discours sont réutilisables, suffit de mettre la bonne innovation, c'est désolant !
Et le pire, c'est l'absence de résultats ! Ainsi, en 2015, l'enquête Pisa démontrait clairement que malgré de gros investissements fournis par les états dans les technologies de l'information et de la communication dans le domaine de l'éducation, aucune amélioration notable n'a été observée en compréhension de l'écrit, en mathématiques et en sciences. Quel gâchis, quel gaspillage de temps et d'argent ! Drôle de société finalement qui admet à chaque fois la possibilité de sacrifier plusieurs générations d'élèves et d'étudiants sur l'autel de la course à la technologie qui ne bénéficie en fait qu'aux entreprises qui les ont inventées.
« On ne peut pas faire le lien entre numérisation et meilleur apprentissage ; on peut le faire en revanche entre numérisation et baisse des revenus enseignants ; entre numérisation et hausse des gains de l'industrie technologique. »
Déjà édifiant comme constat, mais ce n'est pas tout, loin de là.
L'école numérique est écologique et permet le zéro papier ! Faux ; il suffit de voir la corrélation entre le tout numérique et l'explosion des imprimantes 'familiales'.
L'école numérique est propre et économique ! Faux ; la fabrication et le recyclage des composants de nos tablettes est une véritable catastrophe écologique en plus de nécessiter une énorme dépense d'énergie fossile quand nos outils sont en fonctionnement. « C'est ainsi que tous les gains sur les réfrigérateurs AAA ou l'éclairage basse consommation ont été annihilés par le développement de l'informatique ; la 'box' reste désormais allumée en permanence, là où le téléphone au fil de cuivre ne consommait de l'électricité qu'une fois décroché... »
L'école numérique est saine ! Faux ; ainsi, le taux de myopie croit en parallèle avec l'augmentation du temps d'écran des enfants. Et la myopie n'est qu'un problème sanitaire parmi tant d'autres, je ne vais pas vous faire peur avec la quantité de phtalates que l'on retrouve dans les parties molles des tablettes pour les touts-petits ou encore le taux d'électro-fréquences dans notre quotidien qui ne cesse d'augmenter. Une solution simple pour l'école : augmenter le temps des récréations et revenir au crayon/papier :-) « En les incitant à se connecter le soir après la classe – en plus des copains et des réseaux sociaux-, l'école numérique ne peut qu'aggraver les troubles générés chez les enfants. »
L'école numérique est le résultat de la sage préoccupation de nos gouvernants pour ses enfants ! Faux ; juste le résultat marketing d'une multinationale bien connue, Microsoft en l'occurrence, qui n'a qu'un seul but, amasser un max de blé ! Et c'est réussi… Quand on pense que les patrons de cette entreprise inscrivent leurs propres enfants dans des écoles sans écrans tout en vantant l'écran partout ailleurs et en donnant, en plus, à de multiples oeuvres caritatives pour offrir le numérique aux enfants du monde entier, ça fait peur !
« Rassurons nos lecteurs les plus fortunés. Ce régime d'école sur écran, puis d'école sur écran à la maison, sera pour la plèbe, tandis que les enfants de l'élite pourront encore bénéficier de l'école 'présentielle'. »
A l'heure où l'éducation nationale demande aux enfants en maternelle de peindre sur tablette, les psys conseillent aux adultes victimes de burn-out de colorier des mandalas sur papier avec des crayons de couleurs. Bienvenue en absurdie :-)
Et pourtant, tout n'est pas perdu, des parents, des professeurs et même certains ministres se mobilisent pour faire retomber le nuage de paillettes merveilleuses promues par les vendeurs au top du monde numérique et qui enfume une bonne partie de nos dirigeants. Et les solutions existent bien pour faire évoluer l'école, pour la remettre au goût des élèves et de leurs professeurs, des solutions utilisées notamment dans ces fameuses écoles où les enfants des grands de la Silicon Valley sont justement inscrits. Et cerise sur le gâteau, ces solutions ne demandent pas d'investissements énormes, juste souvent de la bonne volonté et un esprit ouvert.
Alors, soyez tous vigilants, professeurs, parents, grands-parents, soyez peut-être un peu ringards et préférez les jeux de table aux jeux sur tablette, la conversation ensemble aux twitts multiples, le goûter pique-nique à la tartine devant la TV, la promenade en forêt à l'écran inerte et froid, la préparation des crêpes ensemble à la cuisine au chacun tout seul dans sa belle chambre toute cyber-équipée...
« Eduquer au numérique, c'est d'abord enseigner à s'en passer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          136
Godefroid
  20 août 2017
Philippe Bihouix est l'auteur de « L'âge des low tech », un ouvrage nous invitant à retrouver un certain sens critique – un certain bon sens – face au discours totalitaire ambiant nous incitant en permanence à succomber au progrès, à savoir aux gadgets numériques et autres inutilités énergivores et consommatrices de matières premières non renouvelables. Il s'en prend cette fois-ci de manière ciblée aux politiques nationales en vogue qui, les unes derrière les autres, considère que le numérique est la panacée qui va guérir l'école moderne de tous ses maux. Il ratisse large Philippe, avec l'aide d'une enseignante, Karine Mauvilly. Sont soigneusement explorés les aspects écologiques, économiques, sanitaires et sociaux (ou « sociétaux », dans la novlangue qui a confisqué l'adjectif « social » pour l'associer exclusivement au domaine syndical). le constat est sans appel (il est dans le titre) et la démonstration convaincante. Un ouvrage forcément mal accueilli par les gens de pouvoir et la presse « libre », qui a produit un certain nombre de critiques négatives sans répondre une seule fois aux constats accablants établis ici (pour celles que j'ai pu lire !).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lrntv
  23 août 2020
Dans leur essai le désastre de l'école numérique, Philippe Bihioux et Karine Mauvilly qualifient le « plan numérique pour l'école » de « projet totalement fou, d'un point de vie pédagogique, écologique, sanitaire, sociétal. » Ce projet ferait perdre, selon eux, « toute autonomie véritable à l'être humain », au lieu de former les citoyens de demain. « La surenchère technologique ne résoudra en rien les problèmes de l'école, contrairement aux promesses. On n'automatise pas la « fabrication » d'un petit d'Homme comme on le ferait d'un produit industriel », écrivent-ils. Les auteurs plaident dès lors pour une école sans écrans, sans toutefois regretter l'école d'antan : « Ne faisons pas comme si l'école fonctionnait bien avant les écrans, mal après, et avait juste besoin de “restauration”.» Ils proposent finalement plusieurs pistes d'action, comme le recentrage de l'école sur les matières de base, la réorganisation du temps scolaire, l'évaluation par « contrat de confiance », la lecture de livres en papier, le retour de l'effort et du par coeur pour certaines matières, etc. Avec cet essai, les auteurs ont tenté d'ouvrir le débat sur la numérisation de l'école en France... Hélas, celui-ci n'a pas vraiment eu lieu. Et il pourrait même paraître un peu absurde aux yeux de certains désormais, puisque les outils numériques ont permis aux professeurs et à leurs élèves de poursuivre les cours, tant bien que mal, en cette période de crise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MarcellinaMarcellina   01 février 2018
Après le mouvement Slow Food pour réagir à la malbouffe, et les Slow Cities qui développent la mobilité douce en ville, l'éloge de la lenteur pourrait être étendue à l'école avec une Slow Education s'opposant à l'injonction d'adapter en permanence l'école à une société 'qui bouge'.
Commenter  J’apprécie          90
MarcellinaMarcellina   01 février 2018
« Pour nous qui avons appris de façon classique, les tablettes sont un apport exceptionnel qui souvent nous facilitent la vie. Mais pour des enfants en cours d'apprentissage, c'est un piège qui enlève du temps à la pratique de l'oral et de l'écrit. » Jacques Grosperrin, sénateur de Doubs.
Commenter  J’apprécie          60
lrntvlrntv   26 juillet 2020
En quarante ans, les collégiens auraient perdu environ 25% de leurs capacités physiques, ce qui peut se mesurer par leurs moindres performances en endurance. « En 1971, un enfant courait 800 mètres en 3 minutes, en 2013, pour cette même distance, il lui en faut 4. » En cause, la diminution régulière de l’activité physique chez les 9-16 ans (observée par la Fédération française de cardiologie), qui choisissent toujours plus la télévision, la tablette et les jeux vidéo au détriment du sport ou des jeux d’extérieur. « Quand on sait que l’endurance est l’un des meilleurs marqueurs d’une bonne santé cardio-vasculaire, il est temps de recommencer à bouger ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lrntvlrntv   26 juillet 2020
Contrairement à l’impression de baisse de niveau ressentie par les enseignants à la fin des années 1980, il a été démontré que le niveau d’orthographe des élèves de l’école publique a au contraire nettement progressé en un siècle, comme l’a montré la dictée d’un texte de Fénelon faite en 1987, comparée à la même dictée réalisée en 1873. Mais la suite de l’histoire est un peu différente… Danièle Manesse a poursuivi son enquête et fait refaire la même dictée en 2005. « Les élèves de CM2 en 2005 font 50% de fautes de plus que ceux de 1987. Les élèves de troisième de 2005 font largement deux fois plus de fautes que ceux de 1987. » Impact de l’introduction des écrans et du divertissement généralisé, ou choix des méthodes d’apprentissage inadaptées ? Nul ne le sait. Mais le niveau baisse, c’est indéniable. Et ce ne sont pas les enseignants, submergés de fautes à chaque ligne des copies, qui diront le contraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lrntvlrntv   26 juillet 2020
Le plan numérique en cours est une aberration, une escroquerie sociale et intellectuelle. La surenchère technologique ne résoudra en rien les problèmes de l’école, contrairement aux promesses. On n’automatise pas la « fabrication » d’un petit d’Homme comme on le ferait d’un produit industriel ! Digitaliser les enfances, c’est non seulement renoncer à la prérogative d’éduquer nous-mêmes nos enfants, mais aussi ouvrir la boîte de Pandore internet à un âge où les risques encourus sont supérieurs aux bénéfices espérés. À condition de secouer le joug numérique que des forces puissantes essaient de lui installer, l’école a tous les moyens d’affronter l’avenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Philippe Bihouix (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Bihouix
Tribunes de la Presse 2019 - Quand la science ne tourne plus rond
autres livres classés : écranVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Et s'il faut commencer par les coups de pied au cul

Dans un film de Jim Jarmush, un tout jeune couple d'adolescents se demande : Y a-t-il encore des anarchistes à -------- à part nous ? Peu de chances. Où çà exactement ?

Paterson
Livingston
Harrison
New York

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Thèmes : anarchie , éducation , cinéma americain , histoireCréer un quiz sur ce livre