AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2914659326
Éditeur : Elytis (24/06/2004)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Louise fut l'une des Justes qui, durant la seconde guerre mondiale, sauva des juifs du prédateur omniprésent. Sa rencontre avec Egon Timàr, cet exilé hongrois, contraint de fuir Paris et ses occupants, l'incita à lutter dans son quotidien pour faire triompher l'humain face à l'odieux.
"Cette façon poignante de banaliser l'angoisse de toutes les heures, de tous les jours, l'inquiétude qui crispe l'estomac, qui paralyse et rend aphone, la menace permanente à c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marcelline
  28 octobre 2012
Un court récit dans lequel la parole est alternativement donnée à Egon Timar, exilé juif hongrois contraint de fuir Paris pour se mettre en sécurité, et Louise, employée à la Préfecture de Grenoble, résistante, devenue l'amie d'Egon.
Et puis, il y a aussi Paula, l'épouse d'Egon, obligée de fuir alors qu'elle est enceinte.
Nous sommes dans les années 40, en France, à Paris puis à Grenoble.
Au fil des chapitres, on vit les mêmes événements, mais du point de vue de l'un ou de l'autre, du juif persécuté ou de la résistante de l'ombre.
En peu de mots, Marie Billet rend bien compte de l'angoisse du quotidien liée à l'incompréhension: incompréhension de la dénonciation par son propre voisin ou collègue de travail, incompréhension de la haine des juifs et incompréhension de voir la France accompagner, voire devancer, les mesures imposées par les nazis.
Il s'agit donc d'un récit poignant, évidemment, qui nous fait ressentir L Histoire: une fois, on est découragé avec Egon de devoir de nouveau fuir, abandonner sa maison, refaire confiance à des inconnus et se remettre au travail ailleurs; une autre fois, on tremble avec Louise de devoir traverser la ville avec les poches remplies de faux papiers, d'ouvrir sa maison pour une réquisition par une troupe de soldats nazis et de quitter son travail de façon indue pour pouvoir remplir une mission de résistance.
Et puis, il y a le petit Jean, le fils d'Egon et Paula, que ses parents sont obligés de laisser à Louise, en espérant faire le bon choix pour sa sécurité.
Et là, les trois points de vue sont déchirants et les conséquences de cette décision ne s'arrêtent pas avec la fin de la guerre...
Au final, une nouvelle pierre à l'édifice indispensable du souvenir des horreurs de la guerre mais aussi un très beau témoignage sur les rencontres et les personnes qui ont permis de dire non: non à la haine du juif et de l'étranger, non à la dénonciation de son ami d'hier, non à la collaboration avec le persécuteur nazi.
Plusieurs fois au cours de leur fuite, Egon et Paula sont sauvés par le dévouement désintéressé d'inconnus qu'ils ne pourront jamais remercier. Ce livre est peut-être aussi là pour ça!...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LadydedeLadydede   13 novembre 2013
Il faut avoir porté un enfant pour savoir la déchirure, la douleur et la culpabilité de la séparation forcée. Peut-on comprendre ce que ça veut dire de laisser son petit garçon de cette façon et de fuir, on ne sait où, sans savoir si on va revenir, si on le reverra ? Quitter son enfant pour lui donner une chance de rester vivant.
Commenter  J’apprécie          60
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Marie Billet (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1571 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre