AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782700237498
805 pages
Éditeur : Rageot Editeur (17/02/2010)
4.44/5   465 notes
Résumé :
Texte inédit: Avant…
1. D’un monde à l’autre
2. Les frontières de glace
3. L’ile du destin
D'un monde à l'autre
Quand Camille vit le poids lourd qui fonçait droit sur elle, elle se figea au milieu de la chaussée. Son irrépressible curiosité l'empêcha de fermer les yeux et elle n'eut pas le temps de crier... Non, elle se retrouva couchée à plat ventre dans une forêt inconnue plantée d'arbres immenses. Te voici donc, Ewilan. Nous t'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
4,44

sur 465 notes
5
28 avis
4
16 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
1 avis

Mikasabouquine
  10 mars 2017
Cela fait très longtemps que je suis à la recherche de la version intégrale de "La quête d'Ewilan" afin de pouvoir lire le texte inédit "Avant...". Enfin je l'ai en ma possession! Pouvoir lire un nouveau texte de Pierre Bottero est pour moi extraordinaire.
"Avant..." nous raconte l'arrivée de Camille dans sa famille adoptive ainsi que sa rencontre avec Salim. Bien qu'il ne soit pas primordial à lire, ce petit texte d'une vingtaine de pages est touchant et émouvant. En très peu de page l'auteur sait faire naître l'émotion. Ajoutez à cela le côté nostalgique de lire encore un tout petit peu de Pierre Bottero et de son univers et vous obtiendrez un moment court mais tellement plaisant!
Mais ce n'est pas tout! Cette intégrale réserve un autre bonus. À la fin il y a un "Making Of". L'auteur s'est amusé, entre autres, à interviewer certains de ses personnages (Duom et Ellana) ainsi qu'à faire des scènes coupées. Ce bonus est un régal. On sent que Pierre Bottero s'est réellement éclaté à écrire ces passages et il sait très bien nous le transmettre. Il part dans son délire tout en respectant la personnalité de chacun des ses personnages. Les scènes coupées d'Edwin sont vraiment très drôles.
Après ce petit "Making Of" il y a quelques anecdotes sur l'écriture de ses ouvrages. C'est court, mais il faut s'en contenter...
J'ai apprécié ces pages. Elles rapprochent un chouia le lecteur de son auteur et de ses livres.
Des petits bonus certes, mais je m'en suis délectée.
Maintenant, voici mon avis sur la trilogie:
Cela fait quelques années maintenant que j'ai découvert "La quête d'Ewilan", donc difficile pour moi de vous écrire un avis construit et détaillé.
Je vous dirai simplement que si vous avez envie de voyagez je vous conseille vivement de partir à l'aventure aux côtés de Camille et Salim! Cette histoire fantastique fera la joie des petits ( 10/12ans) comme des grands! Foncez! Une vraie belle réussite écrite à la perfection!
Après le tome 3 de "La quête d'Ewilan" n'hésitez surtout pas à poursuivre l'aventure avec "Les mondes d'Ewilan" puis avec "Le pacte des Marchombres", deux autres trilogies qui se suivent et qui montent crescendo en maturité et émotions!
"Le pacte des Marchombres" a été pour moi un énorme coup de coeur. Incontestablement un des mes plus beaux souvenirs de lecture (voir le plus beau...). Magique et enivrant le final est grandiose! Ellana vous laissera sans voie...
Pour définir cette série, aux mots aventure et amitié je rajouterai: magie, poésie et émotions.
Superbe! À découvrir absolument et sans modération!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Lunartic
  10 juin 2021
Un grand classique de la littérature fantasy jeunesse contemporaine que je regrette bien de ne pas avoir lu plus tôt !
Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je m'en viens vous parler de ma dernière lecture en date, j'ai nommé l'ensemble de la première trilogie de Gwendalavir, La quête d'Ewilan, par Pierre Bottero. Je n'avais jusqu'à présent jamais lu un seul des écrits en matière de littératures de l'imaginaire de ce grand auteur et je puis vous assurer qu'il était grand temps que je le fasse !
Que vous dire sur l'inénarrable aventure que ces trois romans m'ont fait vivre ? Très sincèrement, je ne comprends pas comment j'ai pu passer à côté de cette merveille de saga lorsque j'étais enfant, pourquoi je n'ai pas eu l'immense et inouïe chance de grandir entre ses pages comme tant de jeunes lecteurs de ma génération. Mais que voulez-vous, le mal a été fait... Pour autant, il n'est jamais trop tard pour expier ses fautes. Oui, j'emploie tout de suite les grands mots car cette saga le mérite amplement !
Pour autant, je dois admettre que ce n'était pas gagné d'avance. En effet, j'ai eu au départ beaucoup de mal à aller au-delà des cent premières pages du livre. On ne sait pas véritablement ce qui nous arrive, on ne connaît pas encore très bien les protagonistes de cette folle histoire qui peuvent paraître à première vue assez froids et détachés ; en d'autres mots, on se sent perdus, voire totalement déboussolés en parcourant les tout premiers chapitres. Il faut dire que Gwendalavir est un monde extrêmement vaste, riche, sombre et complexe auquel il faut prendre le temps de s'acclimater ! Ce que j'ai réussi à accomplir avec un peu de bonne volonté et de persévérance. Et puis, une fois embarqués dans la formidable épopée d'Ewilan, on apprend à faire connaissance avec ces personnages juste exceptionnels qui ne manquent certainement pas de vaillance et de courage ! Force est d'admettre que je les avais assez mal jugés : en même temps, ils sont à ce point hors-du-commun que cela n'a pu que profondément perturber la pauvre terrienne ordinaire que je suis !
À dire vrai, je pense que les personnages écrivant ici leur légende en lettres de feu sont à l'image de leur ami (vous comprendrez pourquoi j'emploie ce mot-ci plutôt que celui de "créateur" en lisant ce livre) : des êtres hors-normes, résolument uniques, à l'esprit vif et d'une humanité aveuglante et incontestable. Je ne connaissais pas l'auteur personnellement mais il n'y a guère besoin de l'avoir rencontré pour être intimement convaincu qu'il était un homme à part. La verve et l'intelligence de sa plume de merveilleux conteur parlent pour lui et l'amour incommensurable qu'il ressentait et ressentira toujours, et ce même au-delà du firmament des majestueuses étoiles alaviriennes, pour l'univers duquel il nous a laissé les clés plus précieuses que tout l'or du monde transparaît dans chaque mot, à chaque page qui se tourne dans un léger bruit de miracle. Je ne vous cache pas avoir été prise à la gorge par l'émotion à la toute fin de l'ouvrage, lorsqu'il est enfin donné à l'auteur de s'adresser directement à nous lecteurs à coeur ouvert, en s'attardant notamment sur la genèse de Gwendalavir et son processus d'écriture. À ce moment-là bien précis, ce fut comme si j'avais réalisé un bond dans le passé, mon propre pas sur le côté, au temps où La quête d'Ewilan n'était encore que les prémices de quelque chose de bien plus grand, à savoir l'oeuvre d'une vie. C'était comme si le dessinateur (comprenez le terme tels que les Alaviriens le conçoivent) Pierre Bottero était toujours parmi nous et que je venais d'avoir la splendide opportunité de pouvoir regarder par-dessus son épaule tandis qu'il était en train il y a quasiment vingt ans de s'atteler avec force tendresse, humour et considération à la tâche ardue mais depuis maintes fois accomplie de créer tout un macrocosme magique et fantasmagorique qui lui survivrait. Personnellement, je me suis sentie extrêmement privilégiée d'avoir pu pénétrer ne serait-ce que le temps d'un battement de cils dans l'atelier d'un tel orfèvre d'histoires et forgeur de légendes dont l'aura mystique ferait pâlir d'envie même un certain Merlin. Je n'en dirai pas plus...
Néanmoins, ma chronique ne s'en arrête pas là ! Pour en revenir aux nombreuses et indéniables qualités de ce trépidant récit, j'ai été pour ma part frappée par le naturel désarmant du style d'écriture de Pierre Bottero, par la vivacité ensorcelante de sa narration ; enfin par la finesse et la minutie apportée à l'élaboration de son monde, son paradis à lui ainsi qu'à la psychologie de nos irremplaçables compagnons de route que sont Ewilan/Camille, Salim, Matthieu/Akiro, Edwin, Bjorn, Maniel, Duom, and last but not least, mes deux chouchoutes d'amour : Ellana et Siam, des femmes, des vraies, qui ne se laissent pas marcher sur les pieds et savent se montrer à la fois belles et farouches. Des personnages féminins forts et respectés, toutes autant qu'elles sont. Pierre Bottero avait vu juste sur toute la ligne, pour la puissance du féminin et tant d'autres choses. Les sentiments de ses enfants d'encre et de papier sont en outre tout ce qu'il y a de plus crédibles parce que d'une imperfection, d'une authenticité et d'une beauté rares. Ils vous submergent et cela donne souvent lieu à des instants de pur grâce que je n'oublierai pas avoir vécu de sitôt.
J'en termine donc là pour les louanges sinon je pourrais continuer des heures mais sachez juste ceci : Pierre Bottero était, j'en suis persuadée, un écrivain d'une époustouflante sensibilité, d'une grande bienveillance et d'un génie sans fin et je ne le remercierai jamais assez pour l'héritage qu'il a laissé derrière lui. Je ne veux pas en faire le portrait d'une sorte de Dieu de la littérature en m'exprimant ainsi à son encontre, simplement rendre hommage avec justesse d'un homme sûrement encore plus extraordinaire que son oeuvre qui nous a quittés bien trop tôt. Je me console en me disant qu'il me reste encore bien des livres à dévorer issus de son imagination débordante, de sa plume aimante, brillante et passionnée qui me permettront de m'évader avec une délectation non feinte et de faire vivre à ce grand monsieur encore mille vies.
Lien : https://lunartic.skyrock.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
lebazarlitteraire
  21 octobre 2014
« C'est un grand classique, dans la lignée du Seigneur des anneaux, la relève de J.R. Tolkien commence là », ai-je entendu à l'université à propos de la Quête d'Ewilan. ——- « Wouah, cette trilogie doit vraiment être splendide, il faut que j'aille l'acheter tout de suite pour enrichir mon petit cerveau », me suis-je dis illico. ——- Achat de l'intégrale, installation confortable dans le lit, une petite tasse de thé et c'est parti pour une nouvelle expérience-plaisir, pensais-je.
Quelques jours plus tard, dernières pages lues, laborieusement, avec beaucoup de séances d'arrachage de cheveux et une vérification à faire dans mes notes de cours : est-ce que mon professeur a réellement parlé de cette oeuvre en termes si élogieux ? Malheureusement pour moi oui. Et les premiers retours des étudiants, qui se sont jetés sur ce livre comme moi, sont également très positifs.
D'accord. C'est que ça doit être moi qui cloche. Je n'ai pas compris le sens profond et le génie de cette oeuvre. Ou alors, c'est parce que j'ai le droit d'avoir mon propre avis, détaché des cours que je suis, et de ne pas être en accord avec tout ce que m'enseigne la faculté ? Ah ben oui, finalement ça doit être ça. Mais quand même, je suis le seul écho négatif de tout mon entourage pour le moment.
En cherchant bien, j'en ai trouvé des réfractaires à La Quête d'Ewilan. Seulement ils étaient un peu moins kamikazes que moi : ils ont lu les premières pages, n'ont pas accroché du tout et ont abandonné. Et bien si j'avais su, j'aurais fait pareil. Mais j'avais acheté l'intégrale, alors il fallait rentabiliser. Je souhaite tout de même travailler dans l'univers du livre jeunesse, alors il faut que j'enrichisse ma culture personnelle. Et puis après tout, les professeurs ont dit que c'était bien, alors je lui laisse une chance à Monsieur Bottero et je me dis que cela ne peut aller qu'en s'améliorant.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur notre site avec le lien suivant :
Lien : http://lebazarlitteraire.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          155
Galadriel
  12 juillet 2012
La Quête d'Ewilan a marqué mon entrée dans le monde de la Fantasy et donc on peut dire qu'elle a une place particulière dans mon coeur. Je donne mon avis avec les souvenirs que j'ai de cette saga.
Tout d'abord, j'aime bien le début in medias res, qui nous met tout de suite dans le bain. Les événements s'enchaînent assez vite, il n'y a pas vraiment de longueurs même si on aurait aimé que quelques passages soient plus développés. le monde inventé par Pierre Bottero est vraiment sympathique et magique, avec un soupçon de poésie. Comment ne pas rêver en entendant les mots "marchombre" ou encore "Dessinateur" et "Imagination" ? C'est ce qui résume un peu l'écrivain, selon moi, mais ceci est un autre débat.^^
La plume est fluide, sans lourdeurs et il y a un bon rythme. L'intrigue est bien menée, sans incohérences, le lecteur ne s'ennuie jamais.
Ce qu'on peut en revanche regretter, c'est le manque de développement des personnages : Camille/Ewilan est selon moi trop lisse, elle se réfère trop à l'archétype du héros. Elle est très belle, extrêmement intelligente, c'est la Dessinatrice la plus puissante, c'est une bonne amie... J'en ai vu certains qui la trouvaient hautaine. Peut-être, je m'y replongerai à l'occasion, car je n'avais que 11-12 ans quand je l'ai lue. Bref, j'aurais préféré une héroïne beaucoup plus nuancée. Salim, lui, est assez sympa, même s'il est le contraire de Camille : si c'est un bon ami, un garçon gentil, il n'a pas son intelligence, ni son talent magique (même si oui, je sais SPOILER il deviendra un puissant Marchombre) et il fait parfois plus penser à un boulet qu'à un compagnon. Cette opposition trop marquée est regrettable, d'autant plus qu'il y a tout de même des personnages intéressants, comme l'analyste, ou Ellana (ma chouchoute) qui reste de loin le personnage le plus mystérieux de la saga. Il est d'ailleurs très judicieux que Bottero lui aie consacré une trilogie, nous permettant de mieux la connaître et aussi de faire en sorte qu'elle accomplisse son "destin", qui nous était donné très furtivement dans la Quête.^^
Donc voilà, un bon moment à passer, idéal pour la jeunesse et pour tous ceux qui veulent essayer la Fantasy et qui ne veulent pas commencer par le Seigneur des Anneaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MassLunar
  04 septembre 2018
Il était temps de découvrir cette référence ultra appréciée de la fantasy jeunesse. La quête d'Ewilan, ici réunit dans son intégralité, est en effet un cycle de fantasy qui a su toucher une bonne partie du public jeunesse.
Commençons par les bons points. Tout d'abord, nous avons affaire à une écriture très bien rythmée. le regretté Pierre Bottero n'enchaîne aucun temps morts, et même , si parfois nous pouvons regretter le découpage des chapitres un peu trop court, l'écrivain a su procurer à son roman une bonne énergie. Nous sommes là dans un style qui ravira les jeunes lecteurs par son dynamisme. Notons toutes ces joutes verbales qui animent les personnages et nous avons au final une parfaite dimension entre action et humour sans parler de quelques passages plutôt émouvants.
Le thème central de cette trilogie est la famille et , en cela , Bottero a su également donner vie à ce sentiment familial qui harmonise les relations entre les différents protagonistes. Vous voyez la composition hétéroclite et attachante de la Communauté de l'anneau ? Dans La Quête d'Ewilan, nous suivons également une communauté de personnages au prime abord stéréotypés mais réellement attachants et notamment à travers les liens qui tissent entre eux. Nous avons une lecture très empathique envers ses personnages et nous nous surprenons à souhaiter qu'ils ne leur arrive rien. Pour ces quelques sentiments chaleureux que cette première trilogie de l'univers de Gwendalavir arrive à nous faire naître, La Quête d'Ewilan est une réussite !
Mais passons aux défauts car il y en a quelques uns. Après ils n'éclipsent pas les qualités du récits non plus.
Tout d'abord, le récit est assez stéréotypée dans l'ensemble, critique peut-être un peu facile , mais quand on pense que le principal défaut de la fantasy provient de sa difficulté à se renouveler, nous trouvons ici un nouvel exemple de fantasy qui tombe facilement dans le déja vu. Après il est vrai que c'est un récit jeunesse mais cela ne doit pas empêcher l'auteur de guider dans ses lecteurs dans des territoires inexplorés et, là, nous ne pouvons pas déclarer que c'est le cas. Les personnages, même si nous nous attachons à eux, demeurent des personnages idéals du jeu de rôle, chacun avec leurs petites étiquettes. Toutefois, il serait injuste de dire qu'ils n'évoluent pas où qu'on ne les adorent pas .
Par contre, c'est au niveau de l'intrigue principal que ça pèche. Je l'ai trouvé un peu trop naÏve à mon goût limitée par une confrontation bien/mal assez simpliste et un personnage de vilain dénuée de charisme. Nous voulons relever certains scènes ou passages oscillant entre plagiat et cliché comme le dragon gardien. L'objet de la quête manque d'ailleurs d'intérêt. . Nous restons ici dans un style roman jeunesse qui peine à élever le niveau à contrario, par exemple, des Chroniques du monde émérgé de Licia Troisi dont le premier tome nous entraîne dans une guerre de pouvoir beaucoup plus adulte.
Au final, La quête d'Ewilan est à la fois une série sublimé mais aussi entravé par sa catégorie jeunesse. Nous y retrouvons avec joie de la rêverie , une forte empathie pour ses personnages et spécialement Ewilan et Salim qui restent les atouts de cette longue saga, ainsi qu'une écriture dynamique. Sans chercher plus loin , Ccest un récit totalement adapté pour les lecteurs à partir de 11-12 ans ainsi que pour les grands enfants amateurs de fantasy qui souhaiterai une lecture un peu plus reposante et simple d'accès.
Dans l'attente de lire Les mondes d'Ewilan , deuxième trilogie, qui, je l'espère, entraînera le récit vers davantage de profondeur.
A noter dans cette édition, le making of... juste hilarant !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
AuberiAuberi   26 juillet 2010
Les lames d'une marchombre sont comme elle, silencieuses, invisibles et mortellement efficaces. Greffées dans son corps, prêtes à jaillir entre ses doigt, prolongement de sa volonté, elles reflètent l'esprit même de la guilde. L'âme marchombre.
Commenter  J’apprécie          1010
EwilineEwiline   10 avril 2011
Marchombre ! Que ce mot les fait rêver ! Ils cèlent soigneusement ce rêve sous voile de méfiance, de crainte ou de blâme, mais l’évidence est là : ils nous envient ! Ils essaient de nous réduire au rang de voleurs ou d’acrobates, ils écrivent sur nous, hasardent mille explications alors que la vérité se résume en un seul mot : liberté. Nous sommes libres et cela nous place hors leur loi !
Commenter  J’apprécie          390
EwilineEwiline   10 avril 2011
Affronter Edwin Til’ Illan, un sabre à la main, revient à se jeter nu entre les griffes d’un tigre de prairie affamé. C’est ce que prétendent de nombreux spécialistes sans savoir de quoi ils parlent. On peut vaincre un tigre affamé.
Seigneur Saï Hil’ Muran, Journal de bord
Commenter  J’apprécie          420
starmornielnastarmornielna   14 décembre 2010
"Je pars parce que tu m'as oublié, je boude, je rumine ma rancoeur et, quand tu arrives, je n'ai plus rien à dire. Tu es là et je suis heureux. C'est tout et c'est injuste. "
Commenter  J’apprécie          770
AuberiAuberi   26 juillet 2010
Un Mentaï est aux mercenaires du chaos ce qu'un loup est a une meute de chiens.
Les mercenaires de chaos apportent la mort, un Menteï EST la mort!
Commenter  J’apprécie          770

Videos de Pierre Bottero (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Bottero
Les auteurs de nos séries consacrées à l'univers de Pierre Bottero se retrouvent pour répondre à vos questions et vous proposent de jouer à "dessiner c'est gagné" en direct. En présence de Montse Martin, Laurence Baldetti et Lylian. Rencontre animée par Tiboudouboudou.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La quête d'Ewilan

Ewilan a les yeux...

bleu
violet
jaune
rose

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : La quête d'Ewilan : L'intégrale de Pierre BotteroCréer un quiz sur ce livre

.. ..