AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Vivian Potts (Traducteur)
EAN : 9782266022637
216 pages
Éditeur : Pocket (27/08/2005)
3.79/5   121 notes
Résumé :
La romance de Ténébreuse
Cycle 06 : L'âge de Damon Ridenow
Tome 02 : L'épée enchantée

Andrew Carr rêvait de trouver un monde où quelqu'un l'attendrait. C'est sur Ténébreuse qu'il entend l'appel, qu'il voit l'image de cette fille aux cheveux de feu : Callista. Elle-même est enfermée dans un lieu obscur. Où ? Elle n'en sait rien. Elle a lancé l'appel, et c'est Andrew qui l'a reçu. Leurs esprits s'unissent dans un déferlement d'intime tend... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 121 notes
5
0 avis
4
6 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
0 avis

fnitter
  22 août 2014
Très moyen, voire faible.
Premier tome du sous-cycle : L'âge de Damon Ridenow de la phase l'empire terrien.
Chronologiquement, ce tome se situe entre la chaîne brisée et la maison des amazones (sous-cycle des amazones libres).
Andrew Carr, Terrien pur jus, a le coup de foudre pour une Ténébrane (terme que je préfère de loin à tous les Ténébrosiens et toutes les Ténébrosiennes (à chanter sur l'air de tous les acadiens...), terme utilisé dans cette traduction) qu'il n'a vue que grâce à son Laran latent. Il s'engage alors dans le service Cartographie et Exploration pour la retrouver. Mais cette charmante Callista, belle demoiselle en détresse, s'est faite enlever par les hommes-chats, dans la contrée des Ténèbres. Carr aidé de Damon Ridenow, le cousin seigneur Comyn des sept domaines, vont, à l'aide de leurs Laran combinés, sauver l'élue de son coeur et faire ménage à quatre avec la jumelle...
Je me moque, je me moque. Oui car en dehors du fait qu'il s'agit d'un épisode d'un cycle d'anthologie, ce court roman n'a rien d'intéressant et vaut surtout pour l'utilisation du Laran.
Les hommes-chats, dont je ne me souviens pas avoir eu à faire dans les épisodes précédents, sont à peine abordés si ce n'est pour faire les méchants.
La mièvrerie (Walktapus, pour le coups, tu en veux de la fantasy mièvre?) des amours est à son comble.
Les combats sont fades et enfin, on n'apprend rien sur la société de Ténébreuse.
Bref, espérons que la tour interdite, le tome suivant, sera plus avenant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7210
FeyGirl
  01 novembre 2020
Le vaisseau d'Andrew Carr, Terrien sans attaches, s'écrase dans les Heller, montagnes gelées et hostiles de Ténébreuse. Ses compagnons de voyage sont morts dans l'accident, il se retrouve seul dans une zone isolée traversée par les violentes tempêtes de neige. Pourtant, il revoit le spectre d'une inconnue, Callista, qui essaie de le guider.
L'inconnue, qu'au départ il croit irréelle, va le mener vers Ellimir Alton — la soeur jumelle de Callista — et leur cousin Damon Ridenow, Comyn qui ne cesse de douter de lui. Les deux Ténébrans sont surpris de découvrir un Terrien qui possède le laran, mais sont obligés de s'allier avec lui pour retrouver Callista, future gardienne d'une Tour, mais enlevée par des êtres mystérieux… qui s'avèrent être des hommes-chats.
Ce roman est l'un des rares qui mettent en avant une des espèces non-humaines de Ténébreuse. À titre personnel, j'ai peu d'appétence pour les aventures de SF avec des extraterrestres, surtout quand ceux-ci sont un brin caricaturaux. Ce sont les vrais « méchants sanguinaires » des histoires de Fantasy basiques. Malgré tout, le récit se laisse lire, car l'auteure sait tisser des liens complexes entre les personnages qui évoluent avec les événements, et le lecteur se demande ce qui arrive dans le surmonde. C'est l'occasion d'en apprendre davantage sur le laran, ce don si particulier et qui reste en partie non exploré dans certains romans du cycle.
Il est donc dommage que les relations amoureuses soient si simplistes voire mièvres dans ce roman. Je regrette aussi une fin un peu facile, même j'ai eu du plaisir à relire ce livre relativement court.
Lien : https://feygirl.home.blog/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Shenandoah
  26 août 2014
Je gardais un assez bon souvenir de ce tome, qui doit faire partie de ceux que j'ai le plus relus. Quinze ans plus tard, je suis forcée d'admettre que mes goûts de l'époque n'étaient pas forcément des plus raffinés...
Andrew Carr, un terrien, reçoit les appels télépathiques de la belle Callista, prisonnière dans un endroit inconnu. Alors que son avion s'écrase dans les Hellers, il rencontre Ellemir, la soeur jumelle de Callista, et leur cousin Damon Ridenow. Tous trois vont se mettre à la recherche de la jeune fille.
L'un des problèmes majeurs de ce tome, ce sont les hommes-chats, ennemis qui sortent complètement de nulle part. Il ne sont jamais cités dans les tomes précédents, et, si mes souvenirs sont bons, ils ne réapparaissent pas non plus dans les suivants. de plus, l'auteur ne se donne même pas la peine de nous expliquer leur histoire ou leurs motivations. Ils existent uniquement pour être méchants, mais n'ont aucune autre raison d'être.
L'autre problème vient de l'aspect romance, qui est au coeur de l'histoire. Je conçois tout à fait que dans ce monde, le laran permette d'établir rapidement des connexions très intimes avec les gens, mais là c'est quand même beaucoup trop rapide. Quand on voit la subtilité avec laquelle l'auteur amène les histoires d'amour lesbiennes dans la Trilogie des Amazones Libres, c'est un peu surprenant de voir deux personnes qui ne se connaissent pas tomber amoureux en deux pages, et préparer leur mariage au chapitre suivant ! le tout sans aucun obstacle majeur...
Heureusement, je trouve que les personnages aident à se sentir investis. J'aime beaucoup Damon notamment. le fait qu'il regrette de ne pas pouvoir faire un travail "de femme" est une sympathique inversion de l'histoire classique de la jeune fille qui veut faire un métier d'homme en dépit des coutumes.
Enfin, l'utilisation du laran dans ce tome est assez différente de ce qu'on a pu voir depuis le début de la saga. Même si l'épée enchantée du titre est somme toute assez anecdotique, c'est intéressant de voir le laran utilisé autrement que comme un simple moyen de communication.
Bien que ce roman ne soit définitivement pas le meilleur de la saga, j'ai quand même passé un agréable moment de lecture. C'est une histoire mignonne, mais si l'ado romantique que j'étais a pu se focaliser sur les histoires d'amour en occultant les grosses facilités scénaristiques, c'est effectivement beaucoup trop simpliste quand on est habitué à des romans plus complexes et travaillés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
candlemas
  29 septembre 2020
Marion Zimmer Bradley est surtout connue en France pour le cycle d'Avalon, d'inspiration arthurienne, avec les Dames du Lac notamment. Mais aux Etats-unis, elle s'est fait connaître par son cycle de Ténébreuse, dont l'Epée Enchantée est le 1er volume. L'originalité réside d'une part dans le mélange de science-fiction et de fantasy, d'autre part dans la personnalité atypique des héroïnes, au coeur de ses romans.
Dans l'Epée Enchantée, très centré sur les dialogues, plus que sur l'action pure, l'intrigue se met en place pour la suite du Cycle. La gardienne Callista, prisonnière des mystérieux hommes-chats sur la planète Ténébreuse, parvient à contacter un terrien, qu'elle sauve d'un accident, et qui va se porter à son secours. Au-delà des préjugés, les deux sociétés étrangères vont progressivement s'interpénétrer, et s'apprivoiser, au travers des personnages.
Malgré le côté baroque un peu original, du mélange SF-fantasy, cet univers ne m'a pas réellement passionné. M. Z. Bradley écrit bien, mais comparer le cycle de Ténébreuse à Dune ou au Seigneur des Anneaux me semble nettement exagéré. Lecture agréable, sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
meygisan
  03 février 2021
Comme d'habitude, lorsque j'ouvre un roman du cycle de Ténébreuse, je ne peux le refermer avant la fin. Une soirée m'a suffit pour engloutir ce court roman qui ne vaut dans le cycle que par sa brièveté. Marion Z Bradley nous emmène sur les traces d'Andrew Carr, un terrien attiré par Callista, retenue prisonnière quelque part, et dont il tombe éperdument amoureux dès les premières visions ( celle ci ne lui apparaît que par instant grâce, on l'apprendra plus tard, à ses pouvoirs psy latents). Celui ci se lance à corps perdu à la recherche de sa future bien aimée, en comptant au passage sur l'aide de sa soeur jumelle à elle, et de son amant. Voilà...
C'est un peu léger comme intrigue, si tant est qu'il y en ait une, mais on sent derrière cette romance fade et gentillette qui frise avec la mièvrerie, que Marion Z Bradley prépare quelque chose. le Laran est mis en lumière, et même si le thème n'est que peu développé, et ne sert que d'ancrage à ce récit plus que limité, on sent une histoire plus complexe à venir. Sans doute maladroitement, on voit ce court récit comme l'introduction à l'intrigue qui va concerner les quatre personnages principaux, ainsi qu'une réflexion sur les possibilités relationnelles entre eux, compte tenu des us et coutumes maintenant bien connues de Ténébreuse et de sa société.
J'y ai tout de même apprécié la facilité avec laquelle l'auteure, encore une fois, réussit à nous plonger au coeur de son récit, même si la direction choisie laisse à désirer. le traitement de cette romance aurait mérité un peu plus de sérieux...
Cette petite faiblesse dans le cycle ne m'empêchera pas d'aller plus loin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   23 août 2014
Des chats. Traquant des souris. Et les souris, c'est nous. Il faut changer de route. Éviter ce piège. Mais non. Les hommes-chats ne manqueraient pas de les poursuivre, et si une autre embuscade les attendait, ils seraient faits comme des rats.
Commenter  J’apprécie          240
meygisanmeygisan   02 février 2021
Le mort qui est au ciel a trop de bonheur pour s'affliger des offenses faites à sa dépouille. Le mort en enfer a trop d'autres afflictions pour s'en soucier.
Commenter  J’apprécie          10
meygisanmeygisan   02 février 2021
Faites confiance à une femme pour penser aux détails importants.
Commenter  J’apprécie          30
TatooaTatooa   29 mai 2013
Il avait suivi un rêve, et ce rêve l'avait mené là où il allait mourir.
Commenter  J’apprécie          20
meygisanmeygisan   02 février 2021
On se réfugie dans un idéal pour ne pas avoir à faire face aux dures réalités de la vie.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Marion Zimmer Bradley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marion Zimmer Bradley
Coup de cœur | Les dames du lac de Marion Zimmer Bradley Vous aimez les légendes arthuriennes ? Qu’attendez-vous pour vous lancer dans les Dames du Lac ?!
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Généalogie Arthurienne selon Marion Zimmer Bradley

Fille de Ygerne et de Gorlois, Duc de Cornouailles, je suis l'enseignement des prêtresses de l'Ile Sacrée d'Avalon pour succéder à ma tante Viviane, la Dame du Lac, je suis (la Fée):

Morgause
Niniane
Elaine
Morgane

14 questions
67 lecteurs ont répondu
Thème : Les Dames du lac, tome 1 de Marion Zimmer BradleyCréer un quiz sur ce livre

.. ..