AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Plon (01/01/1935)
3.88/5   8 notes
Résumé :
Critique de la vie moderne, de la vie urbaine où chacun, séparé de sa tribu originelle, des liens du sang, de l’histoire longue, se recréé une famille, une tribu avec d’autres solitudes affectives. Qui ne ressemble pas à ce jeune trentenaire, célibataire, entouré de quelques amis habillant sa solitude de sorties et de jeux. Une rupture l’amène chez une tante, à Collioure, ‘’ronde et parfaite, la ville brille doucement autour du cercle d’eau qu’elle emprisonne. Il s... >Voir plus
Que lire après Le voleur d'étincellesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Critique de la vie moderne, de la vie urbaine où chacun, séparé de sa tribu originelle, des liens du sang, de l'histoire longue, se recréé une famille, une tribu avec d'autres solitudes affectives. Qui ne ressemble pas à ce jeune trentenaire, célibataire, entouré de quelques amis habillant sa solitude de sorties et de jeux. Une rupture l'amène chez une tante, à Collioure, ‘'ronde et parfaite, la ville brille doucement autour du cercle d'eau qu'elle emprisonne. Il sait qu'on ne la connait bien que d'une barque immobile à son centre géographique. Pays saignant pareil à une orange des Baléares, rouge et jaune, riche des cassures des terrains éventrés, de l'éclat bleu des silex fendus, opulent pays baigné d'huile, beau pays mouvant, balancé entre la mer et le ciel. Seule a plus de beauté la côte rouge de l'Esterel. Rien n'est plus vrai, alors, hors ce calme surnaturel qui s'amasse au centre même de Collioure cette mer éclatante et pâle, et la présence vivante du bonheur.''

Page après page, il se retrouve en découvrant le temps long, son histoire familiale, ‘'le choeur bas et puissant des bêtes de la famille, couchées en rond ou assises autour du feu de la jungle primitive est une seule voix où l'on n'a pas à faire de partage. La voix du sang.[…] Il tendait les mains à ce feu dont il avait été longtemps exilé, ne demandant que l'aumône de quelques étincelles.''

Ce roman métaphysique de jeunesse édité en 32 juste après Présence de Virgile, témoigne une fois encore de sa force d'évocation poétique.

Tout au long des 250 pages, la puissance de l'écriture rend présentes les odeurs, couleurs et lumières soulignant les liens entre la Nature et la famille, la tribu.

‘'Il ne demandait rien à cette nuit, ou à d'autres nuits ses soeurs que ce qu'il eut demandé, en été, à la mer. Et c'était la même douceur mêlée de force.''

‘'La belle nuit terminait sa tâche la plus importante, faisait disparaître de l'horizon les moindres salissures de jour. Active ménagère, elle balayait les poussières du crépuscule, suspendait déjà au-dessous de l'horizon ses décorations traditionnelle, et songeait aux plaisirs promis aux poètes, disposant Bérénice pour Catulle, les Pléiades pour Ronsard, Vénus pour Musset, Arcturus pour Hugo, Bételgeuse presque invisible pour Supervielle.''

Cette oeuvre politique et métaphysique ne saura vous laisser indifférent.



Lectori salutem,
Commenter  J’apprécie          40
Avec ce premier roman Brasillach entre directement dans la cour des grands et démontre qu'il a un talent fou .
Tout ce qui va faire sa renommée en tant qu'écrivain se trouve dans ce récit . L'amour inassouvi, la nostalgie de l'enfance, la mythisation de la jeunesse et les descriptions de paysage extrêmement réaliste sans être pesant .
Certes les premières pages sont un peu brouillonnes mais très vite le talent de narrateur de Brasillach éclate.
Bien sûr on retrouve ici et là quelques longueurs propres à l'époque mais dans l'ensemble ce roman a très bien vieilli .
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Le soir venu, il tomba dans le sommeil, non pour oublier mais pour savoir. (p.259)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Robert Brasillach (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Brasillach
INTRODUCTION : « […] Comme d'autres en d'autres temps, Sur ces feuilles mal griffonnées Je commence mon testament.
[…] »
(LE TESTAMENT D'UN CONDAMNÉ)
« 6 Février 1945
Si j'en avais eu le loisir, j'aurais sans doute écrit le récit des journées que j'ai vécues dans la cellule des condamnés à mort de Fresnes, sous ce titre. On dit que la mort ni le soleil ne se regardent en face. J'ai essayé pourtant. Je n'ai rien d'un stoïcien, et c'est dur de s'arracher à ce qu'on aime. Mais j'ai essayé pourtant de ne pas laisser à ceux qui me voyaient ou pensaient à moi une image indigne. Les journées, les dernières surtout, ont été riches et pleines. Je n'avais plus beaucoup d'illusions, surtout depuis le jour où j'ai appris le rejet de mon pourvoi en cassation, rejet pourtant prévu. J'ai achevé le petit travail sur Chénier que j'avais commencé, j'ai encore écrit quelques poèmes. Une des mes nuits a été mauvaise, et le matin j'attendais. Mais les autres nuits, ensuite, j'ai dormi bien calmement. Les trois derniers soirs, j'ai relu le récit de la Passion, chaque soir, dans chacun des quatre Évangiles. Je priais beaucoup et c'est la prière, je le sais, qui me donnait un sommeil calme. le matin, l'aumônier venait m'apporter la communion. Je pensais avec douceur à tous ceux que j'aimais, à tous ceux que j'avais rencontrés dans ma vie. Je pensais avec peine à leur peine. Mais j'essayais le plus possible d'accepter.
Robert Brasillach.
« Romancier, essayiste et journaliste français (Perpignan 1909-Paris 1945). Après ses études à l'école normale supérieure, il collabore à « l'Action française » et à « Je suis partout ». Son oeuvre se situe dans les années 30, au coeur des mutations politiques et sociales, et d'une manière plus générale, dans la crise de la civilisation. Son dégoût de la IIIe République s'accompagne d'une ferveur — plus poétique que froidement logique — pour le fascisme, où il croit devoir saluer des images et des valeurs nécessaires à une renaissance. Écrivain comptant parmi les plus brillants de sa génération, il publie des biographies originales, « Présence de Virgile » (1931) et « Corneille » (1938), prépare une « Anthologie de la poésie grecque » (qui sera publiée en 1950), aborde le roman notamment avec « Le Voleur d'Étincelles » (1932) et « Les Sept Couleurs » (1939). En 1935, il écrit avec Maurice Bardèche une « Histoire du cinéma », demeurée classique. Il compose un drame « La Reine de Césarée » (qui sera joué en 1957). La veine poétique de son oeuvre débouche sur les élévations chrétiennes de ses « Poèmes de Fresnes » écrits en prison (publication posthume en 1949). Ses articles en faveur de l'Allemagne pendant la guerre de 1939-1945 lui valent une fin tragique à la Libération : il est exécuté le 6 février 1945, malgré une pétition pour sa grâce que signèrent de nombreux intellectuels et écrivains. » (« BRASILLACH, Robert », in Alpha encyclopédique, 1968.)
CHAPITRES :
0:00 — Introduction ; 0:25 — Vienne la nuit ; 2:02 — Les noms sur les murs ; 3:15 — Psaume II ; 5:05 — Psaume III ; 7:24 — Générique.
RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE : Robert Brasillach, Poèmes de Fresnes, Paris, Books on Demand, 2021, 43 p. https://docs.google.com/file/d/0B9dekxoyNOwpczkxOTZEdXBPQU0/edit?resourcekey=0-RLdc5O2_T5Vzt9KM9uc78w
IMAGE D'ILLUSTRATION : https://www.tabletmag.com/sections/arts-letters/articles/in-praise-of-hate
BANDE SONORE ORIGINALE : Liborio Conti — Slow Cinematic Piano Slow Cinematic Piano by Liborio Conti is licensed under an Attribution 3.0 Unported (CC BY 3.0). https://www.no-copyright-music.com/cinematic/
LIVRES DU VEILLEUR DES LIVRES :
CE MONDE SIMIEN : https://youtu.be/REZ802zpqow
VERSION PAPIER (Broché) : https://www.amazon.fr/dp/B0C6NCL9YH VERSION NUMÉRIQUE (.pdf) : https://payhip.com/b/VNA9W
VOYAGE À PLOUTOPIE : https://youtu.be/uUy7rRMyrHg
VERSION PAPIER (Broché) : https://www.amazon.fr/dp/B0CB2FTQWF/ VERSION NUMÉRIQUE (.pdf) : https://payhip.com/b/jZ7Ro
SOUTENIR « LE VEILLEUR DES LIVRES » : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=2ZDT3XZ49SNYA
CONTENU SUGGÉRÉ : https://www.youtube.com/playlist?list=PLQQhGn9_3w8qz5KmPK6atVKpK0rkNCCHp https://youtu.be/554XmLUXydU https://youtu.be/9
+ Lire la suite
autres livres classés : collaborationVoir plus


Lecteurs (17) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3591 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}