AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782017095439
304 pages
Hachette Pratique (11/09/2019)
3.91/5   199 notes
Résumé :
Et si Ariel n'avait jamais vaincu Ursula ?
Ariel est une jeune sirène rêveuse qui ne souhaite que deux choses : parcourir le monde et avoir des jambes. Cette curiosité pour le monde des humains et son attirance pour le Prince Éric la poussent à transgresser les lois de son père, le Roi Triton, et à commettre l’irréparable : échanger sa voix contre sa liberté.

Mais tout bascule lorsqu’elle ne parvient pas à se défaire du marché passé avec U... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 199 notes
5
21 avis
4
25 avis
3
5 avis
2
2 avis
1
0 avis

"Sous l'océan, sous l'océan : La raie au turbot,

Le gardon au violon.

Les soles rock'n'rollent,

Le thon garde le ton."

Mais, la fête est finie ( ne me regardez pas avec ces yeux de merlan frit!) et Ursula la sorcière a gagné, elle règne auprès du Prince Eric. Triton le père d'Ariel est un polype, dans une petite fiole et la Petite Sirène a oublié la terre ferme et son grand amour...

lI y a anguille sous roche!

Mais, Eurêka le goéland apprend à Ariel que son père est vivant . Elle va, avec Polochon et Sébastien, essayer de le sauver. Nom d'une nageoire, même si Ariel a du ...vague à l'âme, elle est devenue plus forte et a de nouveaux amis, comme la mouette Jona.

"« Jona plongea en piqué sur Flotsam (ou peut-être Jetsam. Ariel les confondait toujours) »

On parle cette fois, d'écologie et de l'impact des hommes sur les océans( Eric traite Ursula la pieuvre de monstre, car elle se délecte d'un calamar, et la sorcière lui répond que les humains sont hypocrites, et noyent le ... poisson, car ils polluent les mers et font disparaître des espèces entières)

Comment ça finit, en queue de poisson? Je serais muet.. comme une carpe.

On ressent la douleur, la tristesse et les remords d'Ariel. Car la magie, même celle du trident ne peut faire des mer...veilles.

Donc Eric a oublié, Ariel et sa douce voix?

"Regarde-la, douce et fragile à la fois

Elle ne dit rien, elle se tait

Mais ton coeur brûle en secret

Tu ne sais pas pourquoi

Mais c'est plus fort que toi.

Embrasse la, embrasse la!"

Commenter  J’apprécie          9811

La petite sirène de Disney a toujours été mon préféré...peut-être par nostalgie étant donné que c'est la première fois que j'ai découvert les salles obscures dans un cinéma parisien, alors que j'étais en vacances avec mes parents. J'avais six ans...Peut-être parce que par la suite nous l'avons visionné lorsque j'allais à l'école primaire et que je pouvais me vanter de l'avoir déjà vu...et peut-être pour un tout autre tas de raisons ! Toujours est-il que lorsque j'ai découvert, toujours enfant, la version d'Andersen, bien plus cruelle, j'en ai beaucoup pleuré et quoi qu'il en soit, plus de trente ans plus tard, je ne peux que me replonger dans l'univers d'Ariel avec délectation ! Mais si tout ne s'était pas déroulé comme nous l'avions toujours cru ?

L'on m'aurait donc menti ? Ariel n'aurait donc pas vaincu la cruelle sorcière des mers Ursula et aurait donc été obligée, non pas de couler des jours heureux avec son prince charmant, Eric, sur terre mais aurait dû être contrainte et forcée de retournée sous l'océan, qui plus est, sans sa voix, afin d'y officier en tant que reine sur le royaume d'Atlantica puisque tout le monde croit son père, le roi Triton - et elle la première - mort ? Mais si il s'avérait que ce n'était pas le cas ? Si l'horrible princesse Vanessa, alias Ursula, en tant que maîtresse du royaume terrestre de Tirulie, gardait Triton à sa merci et avait jeté un sort sur son prince bien-aimé (c'est bien entendu ironique) et sur le royaume afin de pouvoir agir à sa guise, tout en utilisant la voie de la petite sirène ?

Mais autant vous dire que même si les sirènes ne vieillissent pas (contrairement aux humains), Ariel a beaucoup mûri et n'est plus la jeune fille insouciante qu'elle était alors, lorsqu'elle s'éprise du prince Eric ! Certes, si ses sentiments à son égard n'ont pas changé, elle a dorénavant de nouvelles priorités et le fait de délivrer son père en est en tête de liste, et ce, afin de redonner au royaume d'Atlantica sa grandeur d'antan et de se libérer de ses tâches de reine, bien trop lourdes à assumer pour elle, même si elle est toujours assistée par le crabe Sébastien et son ami le plus fidèle, le poisson Polochon.

Ariel arrivera-t-elle à accomplir la dure tâche qu'elle s'est fixée et à enfin se débarrasser de cet horrible sentiment de culpabilité auquel elle est confrontée chaque jour ?

Un roman très agréable à lire et qui réserve bien des surprises à son lecteur et ce, quel qu'il soit, petit ou grand ! L'on peut très bien lire cet ouvrage qans connaître la version originale de Disney ou encore celle d'Andersen mais cela serait fort dommage ! Aussi, je vous recommande un petit mélange des trois et ce, à consommer sans modération !

Commenter  J’apprécie          571

Ah je dois dire que cette version d'Ariel m'a beaucoup enthousiasmée. Profondeurs de l'océan, nous emmène au royaume des mers avec un peu de féerie et une jolie revisite du conte.

Ariel est une petite sirène qui rêve de parcourir le monde et avoir des jambes pour visiter la terre. Elle est tombée amoureuse du prince Eric et a passé un pacte avec Ursula. Sa voix contre des jambes... Mais comme tout recourt à la magie à des conséquences, Ariel n'arrivera pas à briser le pacte et va même en subir les conséquences. le roi Triton, son père va se retrouver prisonnier d'Ursula, elle va perdre l'amour de sa vie, sa voix et va devoir endosser le rôle de Reine à la place de son père.

Mais cinq ans plus tard, grâce à son ami Eurêka qui va envoyer Jona, un goéland comme lui, Ariel va pouvoir prendre sa revanche sur Ursula. Mais tout ne se passera pas aussi facilement que ce qu'elle croit.

Tout d'abord on apprécie la couverture des éditons Hachette Heroes.

Ensuite l'écriture de Liz Braswell est toujours autant captivante. On se prend au jeu de manipulation tout au long de l'histoire.

Au niveau des personnages, nous sommes servis. Il y en a vraiment pour tous les goûts.

Commençons par Ursula, alias Vanessa. Elle a su prendre la place d'Ariel auprès du prince Éric et a réussi à duper toute la Tirulie. Elle a jeté un sort à tous les habitants et prépare sa stratégie pour obtenir la magie terrestre sans que personne ne la démasque. Elle est fin stratège et ne manque pas de ressources. Elle a toujours un coup d'avance. On peut l'aimer ou la détester en tout cas moi j'ai apprécié son rôle de méchante dans l'histoire.

Éric, le prince, qui passe pour un idiot tout au long de l'histoire alors qu'il est loin d'être bête. On ne dupe pas si facilement un prince quand il se réveille du sortilège qui lui empoisonne l'esprit depuis cinq ans. Cependant malgré l'enchantement, il arrive dans ses représentations à retranscrire toute l'histoire de son passé et de son idylle avec Ariel. Il va essayer d'aider Ariel du mieux qu'il peut pour retrouver son père grâce à ses proches serviteurs dont Grimsby et Carlotta.

Ariel, notre petite sirène a quant à elle, pas le temps de s'ennuyer. Elle assume pendant cinq ans le rôle de Reine d'Atlantica à la place de son père le roi Triton, elle doit sauver son peuple ainsi que le peuple de Tirulie, percer à jour Ursula et tenter de retrouver son amour Éric. Ariel est loin d'être une potiche, elle est curieuse et aventureuse. Elle s'intéresse vivement au monde des humains et elle est toujours accompagnée de ses fidèles amis Polochon et Sébastien. Elle va être prête à tout pour sauver son père.

En conclusion, on ne s'ennuie vraiment pas. Entre stratégie, pouvoir et petite romance amoureuse c'est une réussite.

J'ai beaucoup aimé cette version d'Ariel et notamment le petit clin d'oeil que fait Liz Braswell au roman de Serena Valentino en parlant des « pauvres âmes en perdition ». Roman que je prévois de lire rapidement.


Lien : https://fantasydaniella.word..
Commenter  J’apprécie          480

Cet été est un été placé sous le signe de la lecture ! Si j'intercale ma PAL de polar pour le Prix du Bureau des lecteurs, avec une autre dont je ne peux rien vous dire plus l'instant (promis, très vite, vous saurez tout, et je peux simplement vous dire que c'est en lien avec la rentrée littéraire…), je finis ma dixième lecture de ce mois de juillet (on voit que c'est les vacances), par un livre qui m'a été offert par le meilleur interprète des chansons Disney – et particulièrement celles de La Petite Sirène… On connaît tous la célèbre histoire. Dans ce livre, Ariel n'a pas vaincu Ursula…

Ursula est Princesse Vanessa, épouse du Prince Eric, sur terre. Ariel, la petite sirène, est devenue Reine des Mers, après qu'Ursula ait capturé son père. Elle règne en signant : elle ne peut plus parler puisque Ursula lui a volé sa voix. Alors que le sortilège d'Ursula rend aveugle la communauté de la Tirulie, Eureka apprend à Ariel que son père n'est pas mort… Avec ses amis Polochon et Sébastien, Ariel va retrouver le monde à la surface pour tenter de réparer ses erreurs de jeunesse…

Quelques quatre cents pages qui se lisent vite. On suit les aventures de cette sirène définitivement pas comme les autres. On s'attache autant aux personnages du monde terrestre que ceux de l'Atlantica. le lecteur recherche la victoire du bien sur le mal. Une variante à l'histoire initiée par Andersen, où le mal est grand vainqueur au début du livre… Mais comme on dit, bien mal acquis ne profite jamais…

Pour aller plus loin : on replonge en enfance à la lecture de ce livre, aux côtés des personnages que l'on ne connaît que trop bien: Ariel évidemment, Polochon, Sébastien, Eric, Max et tous les autres, sans oublier Ursula qui a pris l'apparence d'une jeune princesse. L'axe du bien contre le mal est développé, fidèle aux Disney chers à notre coeur, mais la morale est bien plus vaste. Deux mondes, deux personnages principaux qui apprennent à faire passer leurs intérêts personnels après le bien-être de tout un peuple. Une expérience de pensée à mener en parallèle, qui trouve tout son écho dans notre coquillage-monde aujourd'hui…

Commenter  J’apprécie          90

Si êtes fan de l'univers Disney et que vous souhaitez redécouvrir les grands classiques sous un nouveau jour, je vous recommande cette saga. En effet, Twisted Tale reprend vos histoires préférées en y ajoutant un simple "Et si..." dans ce tome "Et si Ariel n'avait jamais vaincu Ursula ?". Vous pensez que cela ne change pas grand chose et bien détrompez-vous cela change tout !

Ce que j'apprécie beaucoup avec cette saga, c'est que le style d'écriture reste proche du conte de fée, cependant, ces livres sont plutôt destiné à de jeunes adultes.

Ici, j'ai découvert une Ariel plus mûre qui réfléchit avant de foncer tête la première dès qu'elle a une idée en tête. L'univers de la Petite Sirène est également bien repris. Vous y retrouver tous les personnages sans exceptions. le fait de changer de narrateur à chaque chapitre apporte également un plus dans le récit et permet au lecteur de mieux plonger dans l'univers du roman.

Par contre, j'ai rencontré beaucoup d'instants creux qui retardent les péripéties de l'histoire et les rebondissements. Et ma grosse déception reste le personnage d'Ursula, je suis persuadée que l'auteure aurait pu développer un personnage encore plus démonique. Au fil de l'histoire, j'ai trouvé les réactions d'Ursula illogiques. Elle connait très rapidement les plans d'Ariel mais elle ne va presque rien faire pour les déjouer, j'ai presque eu l'impression qu'elle attendait d'être détrônée.

Je vous avoue que j'ai eu plus de mal à lire le début de l'histoire à cause des descriptions que je trouvais trop longue, ensuite, dès que les rebondissements ont commencés ça a été un vrai plaisir de lire ce roman (442 pages). Pour le prix, vous pouvez vous procurer ce livre pour 16,90 euros ou de 28,70 francs.

Du coup, je donne la note de 7 sur 10 à ce tome car même si j'ai bien retrouvé le monde d'Ariel et que j'ai apprécié le changement de narration, j'ai cependant trouvé qu'Ursula faisait pâle figure dans cette version et je pense que l'auteure aurait pu nous faire découvrir une histoire plus passionnante si elle avait mieux travaillé certains passages.


Lien : http://devoreusedelivres.ekl..
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation

"Les bons souverains ne réagissent pas immédiatement aux informations qu'on leur donne, encore moins s'ils ne saisissent pas pleinement la portée des propos. Les décisions impulsives étaient imprudentes et pouvaient provoquer des catastrophes, Ariel l'avait appris à ses dépens. Dans ce genre de cas, être muette lui procurait un avantage : elle pouvait prendre le temps d'assimiler la nouvelle tout en cherchant une réponse appropriée."

Commenter  J’apprécie          180

"Si cela n'avait tenu qu'à lui, ils auraient vécu heureux et eu beaucoup d'enfants tout de suite après. Les méchants étaient hors d'état de nuire, la femme qu'il aimait le tenait dans ses bras, elle venait de lancer une petite phrase amusante, et le public était en liesse.

C'était la fin parfaite pour un opéra.

Hélas, la réalité n'était pas aussi simple."

Commenter  J’apprécie          220

"_Et tu peux aussi oublier Eric, ajouta la sorcière, narquoise. peu importe qu'il soit ou non dévoué à Vanessa, il sera toujours dévoué à son peuple, étrangement.

_Ca n'a rien d'étrange, répondit la sirène avec un soupçon de tristesse dans la voix. Un bon souverain aime son peuple et gouverne pour lui. Il ne se sert pas de ses habitants pour parvenir à ses fins égoïstes."

Commenter  J’apprécie          190

"S'il n'était pas le plus doué aux échecs, sa mère lui avait appris une chose dans les jeux de pouvoir : on ne peut jamais être totalement sûr des autres ; par conséquent, il ne faut jamais agir sans être totalement sûr de soi-même."

Commenter  J’apprécie          310

Ainsi régnait-elle, ferme et juste, mais en silence et le coeur lourd.

...

- Un goéland prétend avoir des informations. Il ne veut parler à personne d'autre que toi.

Ariel écarquilla les yeux.

Elle signa prudemment pour épeler correctement le nom.

- Est-ce Eurêka ?

- Non, Majesté, répondit Polochon en tentant de masquer sa propre déception. Ce n'était pas facile d'en être sûr en raison de tous les... intermédiaires, mais je crois qu'il s'agit d'une jeune oiselle.

Ariel se décomposa. Les goélands étaient des volatiles inutiles. Eurêka était un spécimen rare. Etourdi mais bienveillant. S'il avait souvent tendance à exagérer, c'était un bon ami. Pourquoi n'était-ce pas lui qui voulait lui parler ?

Pendant plusieurs années, Arien avait essayé de retourner sur la terre ferme pour revoir Eric et se venger d'Ursula. Mais la sorcière était rusée : elle avait usé de son pouvoir très terre à terre de princesse humaine pour poster des gardes tout le long des côtes, officiellement "en cas d'attaque d'un royaume ennemi ou de pirates." Par endroits, notamment autour du château, les soldats étaient littéralement campés dans l'eau, jusqu'aux mollets

Commenter  J’apprécie          50

Video de Liz Braswell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Liz Braswell
Extrait de "Tout droit jusqu'au matin" de Liz Braswell lu par Zina Khakhoulia. Parution numérique le 24 septembre 2020.
www.audiolib.fr/livre-audio/tout-…oit-jusquau-matin
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1375 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre