AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723499537
Éditeur : Glénat (30/05/2018)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Voilà deux ans que Jason et ses compagnons ont terminé la construction de l’Argo, navire mythique béni par la déesse Athéna. Deux ans qu’ils traversent les eaux de la Méditerranée à destination de la Colchide et de l’objet de leur quête. Les voilà maintenant face aux impressionnantes falaises de l’Hellespont, le périlleux Détroit des Dardanelles. Géants belliqueux, brouillard impénétrable et autres monarques psychotiques : les épreuves ne font que commencer pour les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  02 juin 2018
Si la légende de Jason et les Argonautes a traversé les siècles c'est parce que c'est une formidable histoire d'aventure, mêlant dans une quête de vengeance donc de justice l'épique et le tragique. Mais dans ce tome 2 intitulé "Le Voyage de l'Argo" il n'y a ni aventure, ni épique ni tragique, donc on s'ennuie ferme !
La couverture de Fred Vignaux est magnifique, les dessins d'Alexandre Jubran assisté aux couleurs par Scarlett Smulkowki et guidé par Didier Poli sont très plaisants, donc le problème vient du fond : si le tome 1 reprenait joliment les ingrédients universels de la Quête du héros aux mille et un visages, dans ce tome 2 Luc Ferry reprend ses mauvaises habitudes de compiler, cataloguer et concilier des mythes de sources différentes, divergentes et contradictoires, issues de divers époques, contrées et mentalités... Du coup on surfe d'ellipses en ellipses durant lesquelles s'écoulent des heures, des jours, des semaines, des mois, des années. On enchaînent les épisodes et comme aucun personnage n'est développé, ils vont, viennent, et disparaissent dans la plus parfaite indifférence : on tue les géants criminels puis les habitants innocents du royaume de Cyzique (aucun élément d'explication donc WTF ?), Hylas disparaît et Héraclès se lance à sa recherche (aucun élément d'explication donc WTF ?), Pollux fils de Zeus rabat son caquet à Amycos fils de Poséidon, les Boréades affrontent les Harpies et libèrent le devin Phinée, on survie aux Roches Cyanés, on croise la route de Prométhée (pourquoi on le compare à Phinée pour justifier de ne pas le libérer ? Je n'en sais fichtre rien !), de nouveaux compagnons disparaissent à cause de maléfices de femmes femelles sortant d'on ne sait où et voulant on ne sait quoi... La Team Jason parvient en Colchide en suivant son échéancier qui oblige le chef de l'expédition à abandonner tout ceux qui ne le respecte pas à la minute près, et Éétès lui lancent un défi mortel qu'officiellement il relève et qu'officieusement il craint plus que la mort... Fort heureusement sa fille Médée mouille sa culotte pour lui et donc lui révèle les moyens de triompher ! To Be Continued ?
Pas de lien et pas le liant, peu d'action et pas d'émotion, donc difficile de se prendre au jeu : rendez-nous la magie des films de Ray Harryhausen ! Clotilde Bruneau, scénariste que j'aime beaucoup, ne fait pas ici beaucoup d'effort pour compenser les conneries de Luc Ferry. Il ne reste donc à se mettre sous la dent qu'un certain érotisme latin diffusé par les graphismes et les situations...

Dans les appendices l'ancien ministre de l'éducation, de la jeunesse et de la recherche est aussi lourd, indigeste et imbuvable que l'habitude : relecture intellectualiste de mythe d'Orphée qui met de côté toute humanité en le noyant dans les balourdises de l'Âcadémie Française, saillie contre le commun des mortels qui vulgarise en les mélangeant allègrement les figures foisonnantes de la mythologie alors qu'en tant que pur produit des élites franco-françaises c'est exactement ce qu'il fait et même pas correctement en plus, et grand discours sur la morale antique dans lequel il défonce des portes ouvertes en redécouvrant la trifonction indo-européenne de Georges Dumézil (que visiblement il n'a toujours pas lu !). Donc selon Luc Ferry (qui réussit l'exploit de placer dans sa réflexion néocons de l'autopromotion) dans l'Antiquité les intellectuels réfléchissent, les guerriers agissent, tous les autres travaillent à leur place avec la captation de richesses qui va avec, et tout personne n'étant pas d'accord pèche par hybris et devient donc un criminel qu'il faut punir immédiatement et sévèrement : humain ou divin, nous sommes en face d'un ordre établi aristocratique qui abuse de sa position dominante pour se perpétuer indéfiniment à travers les institutions matérielles et immatérielles qu'il a mis en place à seul profit... Karl Marx avait raison mais ce n'est pas un scoop, mais Luc Ferry balaye d'un revers de la main tous les débats politiques du monde grec antique, mais également 4000 ans de débats sur le fait que la loi n'est pas forcément la justice ! Né avec une cuillère d'argent dans la bouche et ayant toujours vécu en haut d'une tour d'ivoire, Luc Ferry ne risque pas de remettre en cause ses préjugés : il distingue la pensée naturelle et aristocratique des Anciens et la pensée artificielle et méritocratique des Modernes, mais à aucun moment il ne se désolidarise de ce qui est anti-républicain et anti-démocratique, pire on ressentirait presque sa nostalgie de l'Ancien Régime...
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          363
BazaR
  23 juin 2019
Une belle déception que ce second tome. Comment peut-on réaliser un récit aussi peu poignant avec un tel matériel de base ?
Jason et les Argonautes est un mythe qui m'a fait rêver des années après l'avoir vu filmé par Don Chaffey. Ces aventures étaient palpitantes, dans la mode des grands péplums des années 1950-1960. Ici c'est d'une platitude affligeante. Après deux ans de navigation dont on n'entendra jamais parler, les aventures de l'Argo se succèdent à vitesse grand V sans explication ni lien les unes avec les autres, sous le coup d'une urgence que l'on ne comprend pas vraiment. Une succession de péripéties en rien épaissie par le charisme absent des protagonistes.
Jason, Thésée, Héraclès, Orphée, Castor et Pollux. On réunit pourtant une palette de héros qui pourrait passer pour la Ligue des Gentlemen Extraordinaires si elle était anglaise. Eh bien Luc Ferry et Clothilde Bruneau n'en tirent rien, qu'une bande de soldats de plomb sans caractère. Seul Héraclès tire un peu son épingle du jeu.
Le dessin n'est pas mauvais cependant, même si les personnages prennent de pauses figées pendant les scènes de combat.
Dans son dossier, Luc Ferry ne tire pas vraiment une sagesse de ce mythe. A la place il nous présente ce qu'était la notion de justice pour les anciens grecs. Une vision ma foi plutôt éloignée de la nôtre mais qui ferait plaisir à tous les puissants de ce monde (et serait rejetée par ceux qui essaient de devenir puissants). Puis Ferry nous conte le mythe d'Orphée et la morale que lui-même en extrait.
Je ne suis pas très pressé de lire la fin, même si j'espère que la présence de Médée fera pencher la balance du bon côté. Pourvu que les auteurs ne la gâche pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          352
Davalian
  02 avril 2019
Le voyage de l'Argo ne porte qu'imparfaitement son nom, puisque ce deuxième volume consacré à l'adaptation en bande dessinée des aventures de Jason et de ses valeureux (et célèbres !) compagnons est bien plus riche que ce que laisserait penser la première de couverture (très réussie).
S'il va être question du voyage et des nombreux dangers rencontrés, et notamment plusieurs passages critiques, dont la première de couverture annonce le programme, le récit débute par une ellipse de deux ans. La mécanique est particulièrement bienvenue d'autant qu'elle succède immédiatement à un petit rappel aussi succinct qu'efficace.
Les dessins sont de qualité. Les défauts qui ont pu être notés par le passé, notamment un manque de précision dans les traits de certains personnages, ne sont plus de mise ici. Bien au contraire, le style graphique permet de créer une ambiance réussie, notamment lorsqu'il s'agit de faire évoluer les personnages dans le brouillard. Même le lecteur sera pris au piège !
Sans surprise, l'histoire lance les voyageurs dans un certain nombre de quêtes, qui justifie pleinement qu'un album leur soit consacré. En revanche, quelques déceptions doivent êtres notées : nous croisons Prométhée qui ne ressemble pas du tout au Prométhée de l'album de la série. Il y a également ici quelques scènes qui suggèrent des galipettes. Les choix retenus sont assez curieux ; parfois, le dessinateur tente des pirouettes pour ne pas dessiner les parties intimes des nymphes… pour ensuite montrer Médée qui s'amuse seule devant un miroir. La pertinence de ces contributions pose question. Hypocrisie destinée à un concilier les exigences d'un public adulte, mais vaguement averti quand même, et les impératifs de l'autocritique bien pensante ?
La contribution de Jules Ferry est ici très maigre et assez éloignée de son sujet. Étrange qu'il parle de la cité grecque, de la place du philosophe, de la vision grecque du monde… mais au moins, ces écrits sont compréhensibles. Quelques explications viendront apporter quelques compléments qui sont plus adaptés que ce qui précède.
Cette deuxième partie confirme donc le chemin entrepris avec le premier volume. Nous voici partis pour une belle lecture de détente, dans laquelle le texte ne prend pas une place disproportionnée et qui offre une dose raisonnable d'action. Un bon cru !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
tchouk-tchouk-nougat
  11 juillet 2018
Nous avions laissé Jason et ses argonautes prêt à prendre la mer pour accomplir la quête de la toison d'or. Nous les retrouvons ans plus tard, devant Hellespont.
Un tome nettement en dessous du premier qui était un bon tome introductif. Celui-ci est donc consacré au voyage de l'Argo mais il ne fait qu'enchainer les péripéties sans s'y attarder, c'est frustrant et totalement dénué d'émotion c'est vraiment dommage car cette histoire se prête vraiment à quelque chose de plus épique. Déjà nous avons un énorme saut temporel de 2 ans, visiblement les auteurs ne souhaitaient pas raconter le passage de Jason à Lemnos... Ensuite les étapes s'enchainent. On a du mal à saisir le temps qui passe et les personnages ne sont pas du tout détaillés. C'est presque avec indifférence que l'on voit disparaitre certains des argonautes.
A la fin Jason arrive enfin en Colchide et va devoir donc remporter la toison d'or, ça c'est pour le tome 3.
Le dossier en fin d'album est toujours aussi peu intéressant. cette fois-ci nous avons le droit a un discours philosophique entre justice antique et justice moderne, je me suis ennuyée... J'aurai largement préféré un approfondissement de la légende de la Toison d'or. Pourquoi pas nous parler un peu plus des argonautes ou de leur péripéties puisque dans la BD c'est très succinct?
Le dessin par contre est sympathique, et très belle couverture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ManonReal
  31 mai 2019
Dans ce tome 2, les aventures de notre ami Jason continuent. Lui et sa bande à bonnot se retrouvent confrontés à plusieurs dangers comme une attaque de géants, des rencontres avec des nymphes lascives entraînant la perte de certains compagnons comme Héraclès "qui choisira de rentrer à pied" avant d'arriver enfin en Colchide et de se retrouver face au roi Aétès et sa magicienne de fille, Médée.
Pas grand chose de plus à dire sur cet album hormis que j'ai hâte de me procurer le troisième :)
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   04 juin 2018
- Je vous laisse choisir lequel d'entre vous m'affrontera !
- Pas besoin de choisir, je serais ravi d'être ton adversaire !
- Au moins, tu as l'air courageux, freluquet ! Vu ta taille, je ne sais pas si c'est de la bravoure ou de la stupidité cela dit. Sache que tu vas affronter un fils de Poséidon.
- Tant mieux ! Nous verrons donc ce qu'il vaut face à Pollux, fils de Zeus !
Commenter  J’apprécie          130
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   11 juillet 2018
On prétend que lorsque Orphée chante accompagné de son instrument, les bêtes sauvages deviennent doux comme des agneaux, les poissons sautent hors de l'eau au rythme de la lyre divine, et les rochers eux-mêmes, qui pourtant, c'est bien connu, ont un cœur de pierre, se mettent à verser des larmes d'émotion...
Commenter  J’apprécie          90
SabrinaaydoraSabrinaaydora   25 mars 2019
Et nous avons cru que les géants étaient de retour… Votre bravoure nous avait inspirés. Nous avons joué de malchance, tu n'as rien à te reprocher. C'était la volonté des dieux… Maintenant, reprends ta route sans regarder en arrière, Jason.
Commenter  J’apprécie          40
AlfaricAlfaric   17 juin 2018
- Je suis leur roi, mes sujets n'ont qu'à obéir.... Ou à être plus forts !
Commenter  J’apprécie          101
ManonRealManonReal   31 mai 2019
"L'argo doit reprendre sa route. Et si Hylas n'est pas réapparu, il faut se rendre à l'évidence."
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
autres livres classés : mythologie grecqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Devenez très fort en citations latines en 10 questions

Que signifie Vox populi, vox Dei ?

Il y a des embouteillages partout.
Pourquoi ne viendrais-tu pas au cinéma ?
J'ai un compte à la Banque Populaire.
Voix du peuple, voix de Dieu.

10 questions
468 lecteurs ont répondu
Thèmes : latin , Citations latines , antiquitéCréer un quiz sur ce livre