AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782916447261
120 pages
Obsidiane (17/03/2010)
3.83/5   3 notes
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Que lire après TristranVoir plus
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Le philtre.


Elle est fille de l'île des saints et des savants. elle connaît des vertus oubliées.

Elle connaît le mal et les voies du corps. elle recueille le suc des herbes, fait macérer des graines, arrache des racines noires. elle verse sa liqueur dans d'étroits orifices, une plaie au talon, une oreille, le coin de l'œil : avec l'oubli, la mort.

Il geint dans un marais, le corps coagulé, attendant sa fin. elle s'agenouille et le guérit. puis la mer les prend. l'été suffoque, ils boivent le vin herbé, le traître love-drink. le vin généreux était un vénéfice : une chimie violente les accouche.

L'esprit leur est enlevé. ils souffrent et se refusent, et disent bilieux le mal qui les étreint. que le voyage est court et longue cette nuit ! la mer frappe la coque et les éclabousse ; ils éprouvent en silence les blandices du désir. qui pourrait désormais les séparer ?

Je serai peintre dans le talent des êtres, des passions. à nouveau je souffrirai. d'un fol amour trouver courage. je me souviendrai. ce que je ne sais pas, je l'inventerai.
Commenter  J’apprécie          10
 
 
Cerisiers dans la croisée et le chant capricieux
Des linottes je suis ce vieillard en costume estival
Chancelant sous son passé rêver sous un nom autre
On peut être heureux de rien et de rien pleurer
Une femme passe dans un miroir mais d’elle
Rien envolée avec le printemps on peut frémir
Enfermé dans sa momie sous la nuit des cintres
Et se regarder souffrir la lumière change
À la vitesse des sentiments puis c’est l’hiver
La neige en confetti volette sur les planches
On est seul maison abandonnée les lourds volets
Battent au vent miroir piqué de cendres
Au mur un portrait penche sévère égérie
Les cheveux tirés où nichent les faucheux
Ses yeux seuls semblent vivre tout l’art
Cède devant ce morceau de ténèbres
C’est presque le silence qu’il dure
Poignant jusqu’à ce qu’on meure à son tour
Mais non les voilà tous à sortir du tombeau
Et renaît même au milieu des costumes celle
Qu’on croyait à jamais perdue
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : poésieVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (4) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1242 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *}