AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290334713
125 pages
Éditeur : J'ai Lu (01/05/2003)

Note moyenne : 4.14/5 (sur 310 notes)
Résumé :
Edition enrichie (Présentation, notes, dossier sur l'oeuvre, chronologie et bibliographie)Lorsque Victor Hugo publie en 1859 La Légende des siècles, il entend raconter l'Histoire de l'humanité des origines jusqu'à la fin des temps. Mais la poésie désormais porte à des pièces plus brèves, et ce n'est pas une longue narration qu'il compose, mais une suite de Petites Épopées, courts récits héroïques et pittoresques qui cependant ne s'interdisent pas les éclairs visionn... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Derfuchs
  10 octobre 2019
Voilà un bouquin dans lequel je suis bien, un peu comme chez moi. Il est là, près de moi, sur le bureau duquel j'écris ces mots, à portée de main. C'est ma référence! Un ami.
Parfois il me fait de l'oeil alors j'ouvre au hasard et je m'offre une rasade de Victor-Hugo, doucement, comme on savoure un grand cru, un peu de soleil si j'en manque sur ma peau ou dans mon âme. Il y a dans la poésie quelque chose de réconfortant, lire et relire, ce n'est jamais pareil.
Si je l'ai lu? Oui, plusieurs fois depuis le temps mais comme je le cajole le temps n'a pas d'emprise sur lui! Si c'est bien? Bien, non! Fameux, extraordinaire, irremplaçable.
André Gide, à qui on demandait quel était le plus grand (sic) poète français, répondait : Victor Hugo, malheureusement! Pourquoi malheureusement ? Il ne précisait pas.
Je trouve cela incongru. Où était-ce de la jalousie?
Finalement si ce n'est pas le plus apprécié, personnellement il me plaît bien ce Victor Hugo là.

Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          355
Moglug
  04 février 2015
Entreprendre de lire la Légendes des siècles du début jusqu'à la fin est une tâche longue et fastidieuse mais non dénuée de sens. En quelques 900 pages de la Pléiade c'est toute l'histoire des hommes que j'ai pu retracer : de la création d'Adam à l'après XIXème siècle. Cela dit l'expérience n'a évidemment rien à voir avec la lecture d'un manuel d'histoire. Plus qu'une chronologie ce sont toutes les étapes fondatrices et intemporelles de l'évolution humaine que Victor Hugo nous propose de parcourir avec lui. Quelques grands rois et empereurs sont nommés, les faits d'autres héros et personnages légendaires sont relatés. Mais ce que V. Hugo a voulu montrer, pour chacun d'eux, ce ne sont pas leurs particularités propres, mais plutôt leurs qualités universelles : leur égoïsme tout autant que leur héroïsme.
La Légende des siècles est un hommage à l'homme dans ce qu'il est de plus beau et de plus terrible, du plus mesquin au plus grand, du plus misérable au plus puissant.
Au-delà de l'homme, Victor Hugo rend hommage à tout ce qui dépasse l'individu : l'Océan, l'Infini, les Astres, la femme, Dieu. Toute la puissance de l'auteur, ici encore, réside dans sa capacité à remettre l'homme face à son devoir et à ses valeurs : la loyauté, le respect, l'humilité, l'amour du plus petit, la justice, l'aspiration à ce qui le dépasse.
Je ne peux pas dire que j'ai lu ces 900 pages de manière égale. Il est extrêmement difficile de rester concentrée constamment lors d'une si longue lecture. Mais je crois pouvoir dire que je ne me suis jamais ennuyée : lorsque j'étais trop fatiguée ou trop dispersée pour m'attacher au sens, le rythme des vers, la musique des mots prenaient le relais pour m'apaiser, me bercer et surtout me nourrir des idéaux de ce si grand homme.
Il m'était important de dérouler La Légende des siècles, une fois au moins, dans toute sa longueur. Si je dois y revenir, et j'y reviendrai, ce sera en piochant au hasard un poème ou un verset, lu isolément, pour mieux m'en imprégner, tout en gardant en arrière-plan de ma mémoire le contexte global auquel il appartient.
Lien : https://synchroniciteetseren..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
Bibliolibra
  16 décembre 2011
Victor Hugo déploie ici des talents impétueux et bouillonnants qui lui sont propres. A travers le masque du poète, Victor Hugo requiert de multiples facettes: magicien des rêves, illusionniste, conteur... Il nous fait voyager d'une façon que lui seul est capable de faire de part les monts et les merveilles des siècles.
Puissant est l'adjectif qui correspondrait parfaitement à cette oeuvre laquelle m'a happée avec force et exaltation, comme si j'étais tombée par mégarde dans une spirale sans fin remplie d'image des siècles passés.
C'est bouche-bée et la tête dans les nuages que le lecteur, même le plus aguerri, atterri de cette oeuvre magnifique et digne de Victor Hugo l'un des plus grands auteurs de son siècle....
Commenter  J’apprécie          230
michfred
  01 avril 2015
Je ne vais pas renchérir au concert de louanges sur la verve biblique de notre grand Victor: je vous l'accorde, c'est beau, c'est noble, c'est biblique en diable, si l'on me pardonne cet oxymore!
Non, je vais juste ajouter une petite note décalée, un zeste d'humour dans ces orgues célestes. C'est leste, aussi, Hugo!
Victor, en effet, était un fameux coquin, un érotomane distingué, et il a dû bien s'amuser quand il a écrit :
Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite,
S'était couchée aux pieds de Booz, le sein nu...
Et dans ce passage:
Tout reposait dans Ur et dans Jérimadeth ;
Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ;
Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l'ombre
Brillait à l'occident, et Ruth se demandait....

notre joyeux drille qui proclamait: "le calembour est la fiente de l'âme" en a commis un fameux quand, ne trouvant pas de ville aussi hébraïque que "Ur" et qui puisse rimer avec "demandait" il inventa une ville à l'orthographe follement hébraïque, Jerimadeth- ou "j'ai rime à" dait" "
Un coquin doublé d'un petit facétieux, notre grand poète biblique...
Ces petites gaudrioles et fines plaisanteries le rendent plus humain, non?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
vincentf
  01 juillet 2010
Quel est donc le rapport que j'entretiens avec l'oeuvre d'Hugo, sans doute l'une de celles que j'ai le plus lu ? Fascination ? Agacement ? Indéniablement, je retrouve dans La Légende des siècles ce que j'attends de Victor Hugo, des images gigantesques qui entrent en collision avec des détails, qui deviennent alors eux-même gigantesques en bouffant le grandiose. Ceci, au milieu du jugement dernier : "Il semblait un réveil songeant près d'un chevet". Qui, il ? Dieu, rien moins que Dieu, mais passons, les renversements sont partout chez Hugo, le petit devient grand (et vice-versa, bien sûr), la lumière devient ombre, mais surtout le contraire, dans ce vingtième siècle dont on sait qu'il n'a pas grand chose de lumineux (et pourtant... peut-être).
Le choc des contraires, chez Hugo, est si présent, qu'il en devient banal, que l'on n'est plus choqué de voir l'âne et Dieu mis au même niveau. Hugo rend le sublime chiant. C'est génial. C'est décevant. Il n'empêche que, tout à coup, le lecteur se trouve fasciné, pris dans le mouvement formidablement puissant de l'évocation hugolienne, comme au moment où il entre dans le château d'Eviradnus, par exemple. Et puis paf, c'est à nouveau de la poésie romantique, cet éloge de la Suisse qui sonne si faux qu'au détour d'un vers on s'attend ce qu'un vieux barbu gâteux se lève, mette la main sur le coeur, et chante, fier comme un colonel singinois, "armons-nous, armons-nous, enfants de l'Helvétie".
Finalement (mais l'on n'est jamais à la fin, je relirai Victor Hugo), j'en ai marre de Victor Hugo. Je commence à trop bien le connaître. Et puis, Hugo, tout génial qu'il est, se prend au sérieux, est conscient de son propre génie et en use et abuse, contemple sa propre statue. Quand on lit Victor Hugo, on se sent écrasé, comme quand on écoute la musique de Beethoven. Vite, une pause, une petite chanson de Vincent Delerm, un petit poème de Jules Laforgue, fuyons L Histoire, cette légende des siècles dont on sait aujourd'hui qu'elle mène (qu'aurait écrit Victor Hugo au vingtième siècle, au moment où les navires du ciel larguaient la bombe atomique sur Hiroshima ?) à une impasse. Plus jamais nous n'écrirons d'épopées, par même petites. le monde n'aura plus de Victor Hugo, et il tournera plus paisiblement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
eksistenceeksistence   10 juillet 2020
« À quoi bon ta splendeur, ô sereine nature,
Ô printemps refaisant tous les ans l’ouverture
Du mystérieux temple où la lumière éclôt ?
À quoi bon le torrent, le lac, le vent, le flot ?
À quoi bon le soleil, et les doux mois propices
Semant à pleines mains les fleurs aux précipices,
Les sources et les prés et les oiseaux divins ?
À quoi bon la beauté charmante des ravins ?
La fierté du sapin, la grâce de l’érable,
Ciel juste ! à quoi bon ? l’homme étant un misérable,
Et mettant, lui qui rampe et qui dure si peu,
Le masque de l’Enfer sur la face de Dieu ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eksistenceeksistence   11 juillet 2020
« L’aiglon qui grandit parle au soleil, et se nomme ;
Et lui dit : Je suis aigle, et, libre et révolté,
N’ai plus besoin de père, ayant l’immensité. »
Commenter  J’apprécie          00
eksistenceeksistence   10 juillet 2020
« Vos poignards emmanchés de perles font des choses
Horribles, et, parmi les lauriers et les roses,
Teints de sang, vous restez éblouissants toujours ;
Moi, je choisis les loups, et j’aime mieux les ours,
Et je préfère, rois qu’un vil cortège encense,
À vos crimes riants leur féroce innocence. »
Commenter  J’apprécie          00
palamedepalamede   12 novembre 2016
Booz endormi

Booz s'était couché de fatigue accablé ;
Il avait tout le jour travaillé dans son aire ;
Puis avait fait son lit à sa place ordinaire ;
Booz dormait auprès des boisseaux pleins de blé.

Ce vieillard possédait des champs de blés et d'orge ;
Il était, quoique riche, à la justice enclin ;
Il n'avait pas de fange en l'eau de son moulin ;
Il n'avait pas d'enfer dans le feu de sa forge.

Sa barbe était d'argent comme un ruisseau d'avril.
Sa gerbe n'était point avare ni haineuse ;
Quand il voyait passer quelque pauvre glaneuse :
- Laissez tomber exprès des épis, disait-il.

Cet homme marchait pur loin des sentiers obliques,
Vêtu de probité candide et de lin blanc ;
Et, toujours du côté des pauvres ruisselant,
Ses sacs de grains semblaient des fontaines publiques.

Booz était bon maître et fidèle parent ;
Il était généreux, quoiqu'il fût économe ;
Les femmes regardaient Booz plus qu'un jeune homme,
Car le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand.

Le vieillard, qui revient vers la source première,
Entre aux jours éternels et sort des jours changeants ;
Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
Mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière.

Donc, Booz dans la nuit dormait parmi les siens ;
Près des meules, qu'on eût prises pour des décombres,
Les moissonneurs couchés faisaient des groupes sombres ;
Et ceci se passait dans des temps très anciens.

Les tribus d'Israël avaient pour chef un juge ;
La terre, où l'homme errait sous la tente, inquiet
Des empreintes de pieds de géants qu'il voyait,
Etait mouillée encore et molle du déluge.

Comme dormait Jacob, comme dormait Judith,
Booz, les yeux fermés, gisait sous la feuillée ;
Or, la porte du ciel s'étant entre-bâillée
Au-dessus de sa tête, un songe en descendit.

Et ce songe était tel, que Booz vit un chêne
Qui, sorti de son ventre, allait jusqu'au ciel bleu ;
Une race y montait comme une longue chaîne ;
Un roi chantait en bas, en haut mourait un dieu.

Et Booz murmurait avec la voix de l'âme :
" Comment se pourrait-il que de moi ceci vînt ?
Le chiffre de mes ans a passé quatre-vingt,
Et je n'ai pas de fils, et je n'ai plus de femme.

" Voilà longtemps que celle avec qui j'ai dormi,
O Seigneur ! a quitté ma couche pour la vôtre ;
Et nous sommes encor tout mêlés l'un à l'autre,
Elle à demi vivante et moi mort à demi.

" Une race naîtrait de moi ! Comment le croire ?
Comment se pourrait-il que j'eusse des enfants ?
Quand on est jeune, on a des matins triomphants ;
Le jour sort de la nuit comme d'une victoire ;

Mais vieux, on tremble ainsi qu'à l'hiver le bouleau ;
Je suis veuf, je suis seul, et sur moi le soir tombe,
Et je courbe, ô mon Dieu ! mon âme vers la tombe,
Comme un bœuf ayant soif penche son front vers l'eau. "

Ainsi parlait Booz dans le rêve et l'extase,
Tournant vers Dieu ses yeux par le sommeil noyés ;
Le cèdre ne sent pas une rose à sa base,
Et lui ne sentait pas une femme à ses pieds.

Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite,
S'était couchée aux pieds de Booz, le sein nu,
Espérant on ne sait quel rayon inconnu,
Quand viendrait du réveil la lumière subite.

Booz ne savait point qu'une femme était là,
Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle.
Un frais parfum sortait des touffes d'asphodèle ;
Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle ;
Les anges y volaient sans doute obscurément,
Car on voyait passer dans la nuit, par moment,
Quelque chose de bleu qui paraissait une aile.

La respiration de Booz qui dormait
Se mêlait au bruit sourd des ruisseaux sur la mousse.
On était dans le mois où la nature est douce,
Les collines ayant des lys sur leur sommet.

Ruth songeait et Booz dormait ; l'herbe était noire ;
Les grelots des troupeaux palpitaient vaguement ;
Une immense bonté tombait du firmament ;
C'était l'heure tranquille où les lions vont boire.

Tout reposait dans Ur et dans Jérimadeth ;
Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ;
Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l'ombre
Brillait à l'occident, et Ruth se demandait,

Immobile, ouvrant l’œil à moitié sous ses voiles,
Quel dieu, quel moissonneur de l'éternel été,
Avait, en s'en allant, négligemment jeté
Cette faucille d'or dans le champ des étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
palamedepalamede   11 décembre 2016
Après la bataille

Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait : " A boire ! à boire par pitié ! "
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit : " Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. "
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant : " Caramba ! "
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
" Donne-lui tout de même à boire ", dit mon père.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310

Videos de Victor Hugo (277) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Hugo
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=62444
Les Jumeaux, cette pièce inachevée de Victor Hugo en alexandrins, écrite en 1839, reprend l'histoire du masque de fer : un inconnu, en réalité frère jumeau de Louis XIV, est emprisonné à vie, son visage dissimulé sous un masque. Hugo introduit dans sa pièce un grand seigneur aventurier à moitié saltimbanque, haut en couleur, dans la lignée de Don César de Bazan, et une jeune fille amoureuse au caractère énergique et fougueux. Malheureusement, il a interrompu la rédaction des Jumeaux au milieu du troisième acte. Pour que la pièce puisse être mise en scène au théâtre du Nord-Ouest, Monique Lancel a conçu une suite, deux actes et demi, « à la manière de » Victor Hugo, en s'inspirant des notes laissées par l'auteur.
+ Lire la suite
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Victor Hugo (niveau facile)

Lequel de ces livres n'est pas de Victor Hugo ?

Les Misérables
Notre-Dame de Paris
Germinal
Les Contemplations

10 questions
991 lecteurs ont répondu
Thème : Victor HugoCréer un quiz sur ce livre

.. ..