AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213716558
350 pages
Fayard (19/01/2022)
4.41/5   166 notes
Résumé :
Edité par Gérard Davet et Fabrice Lhomme

Trois ans d’investigations, 250 témoins, le courage d’une poignée de lanceurs d’alerte, des dizaines de documents explosifs, plusieurs personnalités impliquées…
Voici une plongée inquiétante dans les secrets du groupe Orpéa, leader mondial des Ehpad et des cliniques. Truffé de révélations spectaculaires, ce récit haletant et émouvant met au jour de multiples dérives et révèle un vaste réseau d’influence,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,41

sur 166 notes
5
25 avis
4
7 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Deslivresalire
  20 février 2022
Pendant trois ans, entre 2019 et 2021, Victor Castanet a interrogé de nombreux anciens salariés de la société Orpéa, plus de 250 personnes, pour obtenir des témoignages sur les conditions de vie des personnes âgées qui occupent ses Ehpad (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), et les conditions de travail de ceux qui sont au coeur du système.
Puis, ces témoignages ont été recoupés et vérifiés, pour ne pas commettre d'impair.
Car en face, la société Orpéa n'est pas n'importe quelle société.
C'est 110 000 lits, répartis sur plus de 1110 établissements, sur 23 pays et 3 continents.
C'est le numéro un mondial du secteur des Ehpad, dirigé par un trio :
-le docteur Jean-Claude Marian, fondateur du groupe ;
-Yves le Masne, directeur général ;
-Jean-Claude Brdenk, directeur général délégué en charge de l'exploitation.
En démarrant dans un établissement réputé de Neuilly-sur-Seine, "Les Bords de Seine", Victor Castanet ne s'attendait sans doute pas à dérouler le fil d'une pelote qui allait le mener dans toute la France et à l'étranger, pour y trouver chaque fois des preuves d'un système organisé pour faire du profit, y compris au détriment des personnes qu'il est censé protéger.
A mon avis :
Ce livre n'est pas seulement à charge de la société Orpéa, même si elle est au centre de l'enquête. Il met également en lumière les carences des services de l'Etat, en charge des contrôles et qui ont montré leur manque de moyens et leur incompétence.
Et ce qu'on découvre au sein de ces établissements est épouvantable !
Des personnes âgées traitées comme des numéros, comme des boulets, comme des moins que rien, comme des machines à cash ; l'or gris. Pas dans l'esprit des soignants, qui font un travail manifestement remarquable au regard des moyens qui leur sont donnés. Plutôt ici dans celui des trois grands manitous de la société.
Le rationnement, la maltraitance institutionnelle, par manque de personnel, manque de couches, de dispositifs médicaux, ne sont que la partie émergée de l'iceberg.
Car plus haut, c'est un système d'optimisation économique, poussé à son paroxysme par des cost-killers professionnels dont le leitmotiv est de trouver toujours plus de moyens de réaliser des économies, quitte à tricher et à voler l'argent public.
Et gare à ceux qui se mettront en travers de leur route ou qui n'obéiront pas aveuglément aux consignes...
C'est donc un livre qui fait peur. Car il concerne des familles qui ont cru bien faire en emmenant leurs ainés finir leur vie en enfer. Car nul ne pouvait deviner à quel point le système était perverti.
Mais c'est aussi un livre qui donne la rage. Celle qui vous fait détester l'époque dans laquelle on vit. Une époque où l'argent est roi et où ceux qui en possèdent se sentent et sont parfois invulnérables. Où ceux qui n'en n'ont pas ou peu sont des victimes, des proies.
Une époque où certains hommes ont perdu toute humanité, au bénéfice de l'argent.
J'ignore si tout ce qui est raconté dans ce livre sera vérifié et pris en considération par les autorités. J'ignore si les trois bandits qui sont à la tête d'Orpéa auront suffisamment d'explications à fournir pour se disculper, mais je sais qu'au regard de la quantité d'informations livrées ici et des preuves manifestes, ils ne peuvent être totalement blanchis. La démission du directeur général suite à la publication de ce livre est un signe fort. Un aveu.
Et rien que pour valoriser le travail de ce journaliste qui a passé trois ans à faire ce que les autorités de contrôle auraient dû faire à sa place, je recommande ce livre.
Achetez-le, lisez-le, en priant pour que notre société finisse par se débarrasser de ces hommes et ces femmes qui sont devenus des nuisibles...
Retrouvez d'autres avis sur d'autres lectures sur mon blog :
https://blogdeslivresalire.blogspot.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5921
gill
  25 avril 2022
J'ai tardé à lire ce livre, n'ayant pas vraiment d'ailleurs envie de lire.
Mais, finalement, c'est une critique postée sur Babelio, une critique dérangeante et choquante dans le ton comme dans la forme qui un peu malgré moi m'a fait ouvrir l'ouvrage.
C'est que je lis peu d'ouvrages du genre.
Étant AMP et ASG, ayant travaillé, et travaillant toujours en soins de jour comme de nuit, en structure et à domicile, en accueil de jour, en PASA et aussi en animation auprès de personnes âgées en EHPAD et en UHR, "les fossoyeurs" me paraissaient être un ouvrage de plus sur le sujet.
C'est que les livres succèdent aux émissions télés qui elles-même précèdent à des faits divers dans les journaux sans même jamais provoquer de véritables remous dans la société.
De temps à autres, il y a bien un petit bouillonnement de protestations.
Mais finalement rien de si important qui ne soit oublié dès l'agitation du lundi matin ...
"Les fossoyeurs", donc, est un livre terrible, tragique, un de ces livres que l'on aimerait ne jamais avoir à ouvrir.
C'est le résultat d'une véritable enquête qui paraît sérieuse et sincère, et qui, même pour quelqu'un du métier, est effarante.
Le livre a cependant quelques défauts, mais au-delà des titres de chapitres un peu racoleurs, il se lit rapidement et provoque révolte et hauts le coeur !
Quelques détails m'ont paru surprenants comme cette ancienne infirmière des "Bords de Seine" qui donne rendez-vous au journaliste dans son bureau de la nouvelle structure où elle travaille ...
L'emploi d'un certain vocabulaire perturbant, quelques imprécisions, de petites contradictions ont aussi un peu gêné ma lecture.
Par exemple une jeune femme présentée à la première page comme AVS est devenue quelques pages plus loin AS ... ?
Cependant ce livre est un livre d'utilité publique puisqu'il dénonce des pratiques impardonnables et inhumaines, des maltraitances et des dysfonctionnements provoqués par l'avidité d'un système libéral appliqué sans vergogne à l'accompagnement de nos aînés.
De plus, il explique très clairement le fonctionnement et les financements d'un EHPAD.
Et ne craint pas de mettre chacun devant ses responsabilités.
Victor Castanet est, semble-t-il, un journaliste obstiné, intègre et courageux.
Les personnes qui l'ont aidé dans son enquête aussi certainement.
Et, il ne faut absolument pas que ce livre soit un de plus sur le sujet.
Il faut qu'il devienne un marqueur de l'avant et de l'après ! Il faut que chacun rende compte et que ces pratiques disparaissent et soient reléguées dans la honte.
Mais de cela il ne faut pas déduire que tous les EHPAD sont des endroits infâmes.
Dans de nombreuses maisons, les équipes pluridisciplinaires font l'impossible, avec peu de moyens il bien dire, pour entretenir le dernier bien précieux qu'il nous reste lorsque tout nous a été enlevé : notre humanité ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          604
zabeth55
  23 février 2022
C'est un livre que je n'aurais pas acheté personnellement, mais un proche souhaitant le lire, je me suis plongée dedans.
Il est vrai que c'est édifiant, bravo à Victor Castanet de son courage et d'avoir été au bout de son enquête de trois ans.
J'espère que les pouvoirs publics vont réagir et que pourront cesser ces abus.
La première partie est réservée aux résidents des « Bords de Seine », un de ces EPHAD de luxe et aux témoignages de leurs familles.
C'est glaçant.
Cette résidence fait partie des 1150 établissements gérés par le groupe ORPEA.
Groupe engendrant des milliards de bénéfice.
Groupe qui n'accorde que trois couches par jours aux résidents, qui compresse le personnel, qui rogne sur chaque centime pour faire du profit.
A la tête de ce groupe, trois immondes personnages : Jean-Claude Marian, Yves le Masne, Jean-Claude Brendk.
Internet m'a permis de mettre un visage sur eux.
Trois voyous de la finance qui méritent d'être derrière les barreaux et de rendre jusqu'au dernier centime, les profits colossaux qu'ils ont engrangé sur le dos des personnes âgées.
Ils n'ont aucun scrupule.
Trois gangsters adoubés par les services publics puisqu'ils ont pu agir si longtemps sans que rien ne leur soit opposé.
Trois requins qui font du « parcage de vieux », selon l'expression de l'un d'eux.
Des gestionnaires sans scrupules qui usent de tous les stratagèmes financiers possibles.
Il y a la maltraitance des résidents, mais aussi celle du personnel pressuré et éjecté si pas conforme aux objectifs du groupe.
Tout cela est malheureux, honteux, révoltant.
La puissance de l'argent dépasse tout sentiment humain.
Le service public se dégrade de même au profit des bénéfices, il n'est qu'à voir dans les hôpitaux.
Un livre pas réjouissant dans ces périodes troubles, mais un livre salutaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
Melieetleslivres
  16 février 2022
Chronique quasi « télégraphique » sur ce livre extrêmement documenté, absolument édifiant ET terrifiant de Victor Castanet, qui fait beaucoup de bruit.
Ce n'est pas un x ième livre sur les maltraitances en Ehpad. C'est une énorme enquête sur les ehpad gérés par les groupes privés, ici Orpea.
Mon bouquin est hérissé de marque pages- signets. Les groupes privés qui gèrent des Ehpad comme on gère un hypermarché, voire pire, sont tous « marrons ». Certaines ARS (agences régionales de santé) sont impliquées, savent . Preuves pour l'ARS Ile de France. Ce bouquin est REMPLI de preuves, enregistrements, documents « exfiltrés » par des témoins dans toute la chaine de l'organigramme de ces grands groupes dont les plus puissants sont Korian et Orpéa. Les directeurs d'établissements n'ont aucun pouvoir. Ni sur les achats ni sur l'embauche de personnel. C'est affreux. C'est épouvantable.
Par contre les établissements qui ne fonctionnent pas comme ca sont ceux gérés par les Mulliez (Auchan etc) et la plupart des Ehpad publics, et ceux gérés par des associations.
Le système entier est géré par le siège, c'est à dire 3 personnes. Les cadres de santé en régions et la plupart des directeurs d'établissements sont menés par la terreur, l'unique but est le chiffre d'affaire.
Il n'est ni question des résidents et des familles, pour les dirigeants, qui font comme s'ils dirigeaient une usine de petits pois. Pas une once d'humanité pour les employés non plus. Ce sont des « tueurs ». Marche ou crève. Ils renvoient pour faute grave le moindre employé qui les embête. Ou a le culot de réclamer des protections ou des biscottes. Ils inventent la faute, si besoin.

C'est une enquête sur 3 ans avec documents, témoignages, enregistrements que Victor Castanet a collectés pour la Justice. Pour les procès à venir.
Les grands dirigeants et probablement des hauts fonctionnaires du public vont être poursuivis.
Tout le monde est mouillé dans de l'argent sale, argent donné par ces familles pour leurs ainés, qui en sont morts,.
C'est une bombe.
Les témoins sont des anciens cadres de chez Orpea, des anciennes infirmières qui se sont fait renvoyer, aides soignantes, medecins, tous renvoyé pour délit de sale gueule, délit de grande gueule, délit de réclamations, délit d'humanité. et des gens encore en place qui en sont malades. Des gens qui témoignent en leur nom, ou anonymement à leur demande. Des familles. Que des gens effarés.
Les questionnaires de satisfaction des familles dont Orpéa se vante lors des réunions des actionnaires sont pour une bonne moitié écrits par les directeurs ou les cadres : la justification interne est que « de toutes manières les familles ne les renvoient jamais »… alors tout est pipeauté.
Achetez ce bouquin, c'est un concentré d'horreurs. À connaître pour les éviter, si possible, pour nos parents, grands parents ou nous-mêmes.
Ce qui m'a le plus choquée, c'est le management par les menaces, à tous les niveaux. On ne craint pas de pousser les gens jusqu'à la dépression. Marche ou crève, ça pourrait être leur devise.
Lien : https://melieetleslivres.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          406
twinckel
  02 février 2022
Chaque page est encore plus atterrante que la précédente (et on en entendait sur les EHPAD depuis des années).
Un système comptable qui, jusqu'à l'os, va chercher le moindre profit, la plus petite économie, la meilleure rentabilité, une machine à cash bien rodée, et tout cela sur le dos de l'être humain, sans aucune considération, « on fait du parcage de vieux ».
Les seules choses qui comptent : le TO (taux d'occupation) et le NOP (net operating profit).
Des pouvoirs publics impuissants à contrôler un groupe devenu plus puissant qu'eux. Des pouvoirs publics complices avec un mélange des genres dérangeant, avec ces renvois d'ascenseur et les propositions d'emplois juteuses à la clé.
Des détournements d'argent public, de la fraude fiscale, des rétrocommissions opaques, des pratiques RH qui ne respectent aucune ligne du code du travail (même Bolloré peut prendre des leçons, c'est dire), faux et usage de faux, faux contrats de travail, fausses déclarations lors des contrôles, faux plannings, de l'exploitation, du mépris, un rouleau compresseur.
En 30 ans, les patrons d'EHPAD sont devenus millionnaires, du jamais vu au sein d'une profession.
Les mots qui viennent à la lecture sont : organisation criminelle, mafia, cupidité, rapacité, homicide…
Tout est permis pour faire le plus grand profit. Faut que ça crache !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250


critiques presse (1)
LeMonde   26 janvier 2022
Son travail nourrit une nécessaire réflexion sur les modalités de prise en charge de la dépendance. […] L’auteur décrypte ce mécanisme qui explique selon lui les dysfonctionnements constatés dans certains Ehpad Orpéa
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
FontenellaFontenella   26 janvier 2022
Dès que je suis arrivée dans cette unité, dès que l’ascenseur s’est ouvert, j’ai compris que quelque chose n’allait pas. Déjà, il y avait cette odeur de pisse terrible, dès l’entrée. Et je savais que c’est parce que [les résidents] n’étaient pas changés assez régulièrement. Ça s’est révélé être le cas. Je suis restée près d’un an là-bas, et je ne vous dis pas à quel point il fallait se battre pour obtenir des protections pour des résidents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
urbanbikeurbanbike   01 février 2022
Malgré toute la confiance que je lui accorde, j’ai alors du mal à concevoir qu’un établissement de ce standing soit le théâtre de telles dérives.

Pour quelles raisons un groupe laisserait-il passer de tels dysfonctionnements qui, à terme, risqueraient de nuire à son image et donc à sa rentabilité ?

Je décide de commencer à enquêter pour en avoir le cœur net et demande à Laurent Garcia de me mettre en rapport avec d’anciens salariés qu’il a côtoyés durant son expérience Orpéa.

Saïda Boulahyane est l’une des premières que je rencontre et je suis alors loin d’imaginer qu’elle sera la première de dizaines et de dizaines d’autres, ni que ce « fait divers » m’amènera à visiter presque chaque région française durant trois ans et à me plonger dans un dossier tentaculaire qui dépasse de très loin la question de la maltraitance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
twinckeltwinckel   02 février 2022
Ce médecin de formation est un homme très influent dans le domaine de la dépendance, souvent missionné par les ministres de la Santé pour rédiger des rapports et proposer des pistes de réformes. Lorsque j’évoquerai ces ratés avec lui, il me répondra ceci :
« Les contrôles, c’est une question de fond. C’est le sujet ! Est-ce que les tutelles, est-ce que les agences régionales de santé ont les capacités et les moyens de contrôler des groupes comme Korian et Orpéa ? Est-ce que l’Etat est capable, une fois de temps en temps, de faire une descente avec une équipe-choc qui sait lire entre les lignes, fouiller la comptabilité d’un groupe ? Est-ce qu’ils ont la puissance d’expertise pour le faire ? Je ne parle pas d’un flicage malsain, mais juste de vérifier la bonne utilisation de l’argent public ? Aujourd’hui, clairement non !
Il faudrait qu’ils embauchent des anciens du secteur, qui sont les seuls capables de savoir où il faut aller fouiner. Il faudrait des autorités de contrôle indépendantes et beaucoup plus de moyens. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
valentyne7valentyne7   26 janvier 2022
" Il s'agit également de pointer les responsabilités du système de santé français et tout particulièrement des autorités de contrôle, en premier lieu les agences régionales de santé ( ARS ), qui, à bien des égards, ont failli à leurs missions premières : s'assurer de la bonne utilisation de l'argent public et, surtout protéger nos aînés."
Commenter  J’apprécie          270
twinckeltwinckel   02 février 2022
Les heures qui suivent vont être particulièrement éprouvantes. Plusieurs infirmières qui avaient refusé d’administrer les différents traitements dans un premier temps auraient subi une telle pression qu’elles auraient été contraintes de se soumettre et de procéder aux injections. D’autres feront semblant ; l’une ira même jusqu’à vider ses seringues dans les plantes et injecter, à la place, du sérum physiologique. Sans que l’on puisse établir de manière certaine si c’est la conséquence directe de ces injections contestées, une chose est certaine, 48 heures plus tard, Mme Burgat est déclarée morte.
(…)
J’aurai quelques mois plus tard, l’occasion de discuter par téléphone avec l’un des fils de Mme Burgat, l’ancien ministre.
Encore traumatisé par le départ de sa mère, il m’avouera ne pas avoir la force de s’exprimer sur cet épisode tragique. Mais il m’encouragera à publier mon enquête et m’affirmera qu’il n’avait jamais été mis au courant de la mise en place de cette procédure extrême et n’avoir jamais formulé le moindre accord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Victor Castanet (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Castanet
"Ils gèrent les êtres humains comme des comptables." le livre-enquête du journaliste indépendant Victor Castanet dénonçant de graves maltraitances et une course effrénée à la rentabilité dans les Ehpad du groupe Orpea continue de provoquer des secousses. Pour autant, a-t-il vraiment changé les choses ? Victor Castanet vient nous en parler, trois mois après la publication de son ouvrage choc.
#Ehpad #scandaleOrpea #LesFossoyeurs #Enquête
________________
Prenez place à La Grande Table pour rencontrer d'autres personnalités qui font l'actualité des idées https://www.youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrpsBVAaqJ_sANguhpPukaiT ou sur le site https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : ehpadVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Autres livres de Victor Castanet (1) Voir plus