AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782278098293
192 pages
Didier Jeunesse (04/03/2020)
4.2/5   235 notes
Résumé :
C’est l’histoire de deux « fleurs » :
L'une, Capucine, a décidé d'effectuer son stage dans un Ehpad. Elle change de couleur de perruque en fonction de son humeur et au fil des découvertes du métier d'aide-soignante.
Violette, quant à elle, est une nouvelle résidente, carrément amère de laisser derrière elle sa maison et son chat adoré pour finir sa vie dans ce « mouroir ».
Chacune a une blessure, chacune a un secret. La rencontre entre ces deux ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (159) Voir plus Ajouter une critique
4,2

sur 235 notes

Harioutz
  27 avril 2020
Ce roman jeunesse est une très touchante surprise. Dès les premières pages, il m'a remis en mémoire le très bon « 35 kilos d'espoir » d'Anna Gavalda, c'est dire si son ton est juste, sa trame narrative efficace et néanmoins bouleversante.
Dans « Deux fleurs en hiver » Capucine, la lycéenne en stage, et Violette, la nouvelle résidente, nous entrainent au coeur de l'actualité, et pire, dans ses recoins les plus sombres : en EHPAD (Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) où nos vieux - le terme que préfère Capucine – sont « internés pour expérimenter leurs dernières fois ».
Cette structure de soin, substitut de la maison de retraite, lorsque l'autonomie n'est plus au rendez-vous, permet à nos anciens de terminer leur vie dans un cadre sécurisé, grâce à l'engagement et au dévouement d'un personnel en sous-effectif chronique.
Lorsqu'on y entre, c'est pour ne plus en ressortir vivant, et ça, « résidents » et familles en ont parfaitement conscience en passant la porte, mais tous feignent de l'ignorer, pour supporter cette ultime étape de vie, ce dernier emménagement, précédé d'adieux déchirants au logement, aux amis, aux connaissances et aux animaux domestiques qui accompagnent bien souvent la solitude des personnes âgées.
Capucine, désorientée après avoir vécu un drame familial, effectue, dans le cadre de sa classe de terminale Bac Pro ASSP (Accompagnement, soins et services à la personne), un stage de deux mois au « Bel Air », le mal nommé selon elle.
Ayant fait le choix d'études dévalorisées, menant à des carrières difficiles et mal considérées, Capucine découvre un univers médical sous pression, qui tente, tant bien que mal, de subvenir aux besoins des « vieux », comme elle les appelle. Emue par toutes les personnalités croisées, elle fait preuve de beaucoup d'optimisme et d'humanité et ne tarde pas à travailler autant que les autres, voire à remplacer les absents, en burn out.
Le premier jour de stage de Capucine est aussi le premier jour de Violette, nouvelle résidente qui entre, à reculons, dans l'établissement, sous la pression de son fils. En effet, très inquiet pour la santé de sa mère en raison d'une succession de chutes qui auraient pu lui être fatales, et trop absorbé par son travail pour l'aider au quotidien, Antoine a tout fait pour convaincre sa mère de la nécessité d'abandonner sa maison, son chat Crampon et son jardin.
Vous vous en doutez, une amitié va naître entre ces deux « fleurs » aux personnalités bien tranchées.

Delphine Pessin, l'auteure, est également enseignante, et cela se sent. J'approuve son choix d'avoir mis à l'honneur une adolescente, en quête de sens, qui a choisi, délibérément, la filière professionnelle.
Je ne crois pas me tromper en affirmant que peu sont celles qui deviennent héroïnes de roman !
Les collégiens et lycéens qui liront "Deux fleurs en hiver" se reconnaîtront dans les pensées, les révoltes et les réactions de Capucine.
Et pour les plus grands qui se lanceront dans cette aventure, ce sera peut-être une piqûre de rappel : engageons-nous plus que jamais aux côtés des soignants (10 minutes pour faire une chambre et une toilette, ils ont raison, c'est de la maltraitance) et n'oublions pas de visiter souvent nos vieux dans leurs EHPAD.
Je remercie NetGalley, les éditions Didier Jeunesse et l'auteure Delphine Pessin de m'avoir permis de faire cette touchante lecture.
#DeuxFleursenHiver #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          14714
sylviedoc
  21 mai 2021
Un roman jeunesse touchant, l'histoire d'une belle rencontre entre les deux "fleurs" du titre, soit Capucine, lycéenne en terminale ASSP (Accompagnement, Soins et Services à la Personne), et Violette, nouvellement arrivée au Bel Air, un Ehpad où elle n'avait pas choisi de finir ses jours.
Violette est en stage d'observation, mais va se retrouver très vite sollicitée pour participer activement aux soins des résidents, le personnel étant en sous-effectif comme trop souvent dans ce type d'établissement. Les aides-soignantes sont débordées et ne peuvent consacrer que quelques minutes à la toilette de chaque personne âgée, ce qu'elle déplorent, mais qui ne suscite que peu de réaction au niveau de la direction. La jeune stagiaire va se révéler une aide précieuse, et découvrira des aspects insoupçonnés du métier dans lequel elle envisage de s'engager. Déjà meurtrie par la vie, elle cache son mal-être sous des perruques censées refléter son humeur du jour. Elle raconte dans un chapitre sur deux son vécu et ses relations avec les "vieux" dont elle tâche de s'occuper avec un peu plus d'humanité que le temps octroyé ne le permet.
Elle va notamment nouer un lien privilégié avec Violette, arrivée le même jour qu'elle, désemparée par cet environnement où elle ne trouve pas ses repères, triste de ne plus avoir son chat Crampon, et qui se laisse dépérir parce qu'elle ne trouve plus de raisons de vivre. Mais le franc-parler et la sincérité de Capucine vont percer cette carapace, et les deux "fleurs" vont peu à peu s'épanouir au contact l'une de l'autre. Elles vont se livrer leurs secrets et se soutenir mutuellement.
Violette er Capucine alternent la narration, nous faisant découvrir la vie en Ehpad côté résident et côté soignant, les ressentis et les difficultés des uns et des autres, sans enjoliver la réalité, aspect que j'ai apprécié, parce que certains romans nous vendent des maisons de retraite qui ressemblent plus à des hôtels de luxe qu'à ce que peut s'offrir la majorité des personnes âgées. Les soignants ne sont pas des héros, ils ont des faiblesses et sont conscients des manques dans la qualité des soins apportés. On en découvre plusieurs dans le roman, certains montrent une façade assez froide (pour se protéger) et finissent en burn-out, d'autres se rebellent et organisent une marche de protestation pour réclamer des effectifs et des moyens. Tout ceci fait écho à l'actualité, mais est sans doute quand même un peu édulcoré.
En tout cas, en refermant ce livre, j'ai une fois de plus souhaité très fortement ne pas finir dans un établissement de ce genre.
Les personnages de Capucine et Violette sont attachants, de nombreuses jeunes filles pourraient s'identifier à cette lycéenne qui découvre le monde pas toujours reluisant du travail auprès des "vieux" (mais ce n'est pas forcément plus facile auprès des jeunes enfants, comme elle en a fait l'expérience). Violette m'a fait mal au coeur, tellement "paumée" quand elle est obligée de renoncer à sa vie d'avant, elle m'a rappelé Yvonne, l'héroïne de la BD "Le plongeon", elles ont beaucoup en commun, notamment une certaine faculté à l'auto-dérision qui leur permet de surmonter le traumatisme de l'entrée en ehpad. Car il ne faut pas se leurrer, dans la grande majorité des cas c'est très mal vécu ce renoncement à l'autonomie, au "chez soi", si modeste soit-il, et bien souvent l'abandon de l'animal familier, même si, heureusement, on commence à les autoriser dans certaines résidences.
J'ai terminé ma lecture avec un sourire un peu triste, j'ai passé de bons moments avec Violette et Capucine, elles accompagneront mes pensées un moment, surtout quand je recroiserai des "bac pro ASSP", ou la prochaine fois que ma maman s'inquiétera à l'idée de ne plus pouvoir rester dans sa résidence pour "seniors autonomes" où elle peut faire ce qu'elle veut !
Je n'ai mis que quatre étoiles même si je n'ai rien de particulier à reprocher à ce roman, mais c'est juste que ce n'a pas été un coup de coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          459
coquinnette1974
  25 février 2020
Je remercie énormément Didier Jeunesse pour l'envoi, via net galley, du roman jeunesse Deux fleurs en hiver de Delphine Pessin.
C'est l'histoire de deux « fleurs »...
L'une, Capucine (presque 18 ans), a décidé d'effectuer son stage de terminale dans un Ehpad. Elle change de couleur de perruque en fonction de son humeur et au fil des découvertes du métier d'aide-soignante.
Violette, quant à elle, est une nouvelle résidente, carrément amère de laisser derrière elle sa maison et son chat adoré pour finir sa vie dans ce « mouroir ».
Chacune a une blessure, chacune a un secret.
La rencontre entre ces deux fleurs abîmées par la vie pourrait bien bousculer leurs coeurs en hibernation…
Quel magnifique roman que ces Deux fleurs en hiver.
Capucine est une jeune fille qui, suite à un accident de voiture, a perdu sa maman. Cela fait deux ans qu'elle traîne sa peine, elle a le coeur remplit de rancoeur et elle change de perruque au grès de ses humeurs. Qu'a t'elle donc à cacher ?
Violette est une vieille dame ronchonne, qui n'est pas du tout ravie de devoir venir habiter dans un Ehpad.. mais elle n'a pas vraiment le choix ! Elle est de moins en moins vaillante, il n'est pas évident pour elle de rester dans sa maison. Mais son chat lui manque, alors au début elle fait de la résistance..
L'arrivée de Capucine dans cet Ehpad et sa rencontre avec Violette vont leur faire énormément de bien à toutes les deux et nous avons là un très joli roman, emprunt de sensibilité. J'ai aimé l'histoire de ces deux fleurs, leurs fêlures, leurs secrets... L'évolution de leur relation, ce qu'elle leur apporte à toutes les deux.
L'autrice montre bien les difficultés du métier d'aide soignante, sans en faire trop. Elle explique bien le temps limité des aides-soignant(e)s pour s'occuper des résidents, le manque d'effectif, le ras le bol du personnel comme des résidents. C'est une peinture proche de la réalité et de ce que se déroule dans les Ehpad.
J'ai eu un énorme coup de coeur pour ce roman jeunesse que je conseille aux jeunes comme aux moins jeunes. Il y a fort à parier que vous aussi vous serez, à votre tour, charmés par Deux fleurs en hiver.
Evidemment, je mets un énorme cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
thedoc
  13 août 2021
Capucine est en Terminale et souhaite devenir aide-soignante. Dans le cadre de ses études, elle entame un stage professionnel au Bel-Air , un Ehpad.
Après une mauvaise chute de sa mère, le fils de Violette a insisté pour qu'elle réside désormais en Ehpad, plus sécurisé.
"Deux fleurs en hiver" est l'histoire d'une rencontre qui prouve que l'amitié n'a pas d'âge.
Nous suivons le quotidien de Capucine, jeune élève enthousiaste et énergique, qui appréhende son futur métier avec beaucoup de passion mais en découvre aussi la dure réalité. Violette et ses camarades, quant à eux, apportent le point de vue des résidents. L'amitié de ces deux personnages est l'occasion de mettre en avant les difficultés que rencontrent les soignants au quotidien et les conséquences qui rejaillissent sur les personnes âgées. Mais un Ehpad, ce sont également des histoires personnelles (celle de notre jeune Capucine et celle de Violette) avec ses fêlures et ses joies, l'abattement et l'espoir, une jeunesse qui s'éveille à la vie adulte et un regard en arrière pour les seniors. Les deux héroïnes sauront trouver l'une en l'autre réconfort et compréhension, leur permettant de dépasser leurs peurs. Alternant les points de vue de Capucine et Violette, les chapitres s'enchaînent rapidement. Les personnages sont attachants, l'histoire assez réaliste. le fait ainsi que les relations humaines sont reléguées au second plan face à l'accumulation des tâches.
Un roman ado émouvant et touchant, sans mièvrerie, qui permettra aux jeunes lecteurs de considérer peut-être autrement nos "vieux" que nous serons tous un jour - on espère !
Sélection Prix des Incorruptibles 2021-2022, niveau lycée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
AudreyT
  21 mars 2020
****
Capucine et Violette n'avaient rien en commun pour se rencontrer. L'une a 18 ans à peine et se cherche. L'autre se voit obligée de vivre en maison de retraite après être tombée seule chez elle. L'une porte des perruques aux couleurs vives. L'autre vit en solitaire devant la fenêtre de sa chambre. Et pourtant... de toutes ces différences va naitre une belle amitié, qui les fera avancer chacune à petits pas vers un peu plus de liberté...
Delphine Pessin signe ici un un très joli roman jeunesse. avec une écriture toute en douceur et en finesse, elle touche du doigt tant les difficultés pour nos aînés à vivre en Ehpad, privés de leurs points de repères, que pour les soignants de prendre le temps de les écouter.
Parce que derrière la tendre histoire de ces deux fleurs, Capucine et Violette, c'est aussi un lever de voile sur une profession qui peine à trouver encore les valeurs qui lui sont attachées.
L'auteur nous offre également une manière très poétique de démontrer que vivre ses douleurs en solitaire ne les fait pas disparaître, bien au contraire. Mettre des mots sur ses doutes, ses blessures, chercher à guérir à travers le regard de l'autre, sont des baumes bien plus durables que les secrets, les cachettes ou les faux-semblants.
Un grand merci à NetGalley et aux Éditions Didier Jeunesse pour leur confiance...
Lien : https://lire-et-vous.fr/2020..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          333

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
LivresdAvrilLivresdAvril   06 juillet 2021
La vieillesse, on a beau savoir, on ne s’y attend pas. Les changements sont imperceptibles. Un matin, on remarque une veinule grenat qui n’était pas là auparavant. On a mal aux os, on se grippe comme une machine qui a besoin d’huile.
L’âge vient sournoisement. C’est lorsqu’on s’aperçoit que son fils est devenu un homme qu’on réalise qu’on est vieux. (p.53)
Commenter  J’apprécie          120
SioSio   07 juin 2020
- On attend du renfort. Un stagiaire de l'Ifas, j'espère qu'il va vite trouver ses marques. De toute manière, pas moyen d'avoir du personnel supplémentaire. Alors, si tout le monde s'y met, on devrait pouvoir s'en sortir.
Je l'ai suivie jusqu'au premier étage pour distribuer les petits-déjeuners. Ensuite, j'ai surveillé la toilette de six résidents, pas plus de quinze minutes chacun. Les douches ont été reportées de quelques jours.
- J'espère que les filles seront là d'ici à ce week-end, m'a confié Lili. Sinon, il faudra laver en priorité les patients qui ont de la visite.
Je suis restée sans voix. Je n'en revenais pas qu'elle dise un truc pareil. Quoi, on n'allait doucher que les vieux en vitrine ? Les autres, ceux qui seraient planqués dans leur chambre, ils n'avaient qu'à sentir le moisi et puis c'est tout ?
Alors que la matinée avançait et que je cavalais tout du long, j'ai compris qu'elle essayait juste de m'apprendre.
C'était ça, la réalité du terrain.
Il fallait parfois composer avec ce qu'on avait. C'est-à-dire moins de personnel, et toujours autant de travail.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LesSerialLiseursLesSerialLiseurs   21 janvier 2022
Lentement le groupe s’est mis en route. L’air était froid mais sec. On avait emmitouflé les résidents dans leurs manteaux, multipliant les couches de vêtements. Les costumes enfilés par-dessus leur donnaient une allure bizarre et poétique. On aurait dit un tableau de Botero version surréaliste. Les conversations allaient bon train, mais nous avancions doucement. Au bout de quelques minutes, notre troupe a attiré les badauds. Les gens, amusés, s’arrêtaient pour nous regarder passer. Les sœurs Harry Potter ont déplié leur banderole qui proclamait : «soignants pressés patients délaissés».  Une partie de l’équipe était présente, aides-soignants, agents de service et infirmières. Tous avaient collé ce message sur leur blouse : «Manque d’effectifs : greffez nous vite 3 paires de jambes et de bras ! ». De nombreuses familles avaient tenu à participer, les enfants des résidents se mêlant aux parents des écoliers. Le fils d’Albin avait tenu sa promesse, il poussait le fauteuil de son père. Il s’était déguisé en sandwich, mais, au lieu de la publicité, c’était cette phrase qui ornait ses pancartes : «Elle est dans de beaux draps la santé ! ». Puis Lili a sorti un mégaphone et a commencé à scander : «Plus de mains pour nos anciens ! ». Le slogan a été repris par les manifestants, et la phrase s’est propagée comme de la poudre. Les enfants répétaient en chœur en criant comme des dingues, c’était à celui qui gueulait le plus fort. En queue de cortège, je soutenais Violette, costumée en mouton. Avec de simples boucles de coton collées sur un pull blanc, elle avait fait des miracles.
- Ça va, vous tenez le coup?
Elle avait refusé d’être en fauteuil, contrairement à la plupart des autres. «Je peux encore me tenir sur mes deux jambes», elle avait affirmé en enfonçant un bonnet blanc sur sa tête. Je l’avais admirée pour ça. J’avais compris que, pour elle, c’était important d’être debout. Elle s’est accrochée à son déambulateur à roulettes, sa seule concession et on a avancé, petits pas par petits pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
thedocthedoc   11 août 2021
Quand j'ai rencontré Mme Florent, elle venait d'arriver au Bel-Air. Elle avait l'air paumé d'une taularde qui se demande ce qu'elle a bien pu faire pour se retrouver là. Des fois, elle râlait, mais pas très souvent. Elle restait cloîtrée dans sa chambre, à regarder dehors, avec dans les yeux comme une envie de fin du monde.
Commenter  J’apprécie          100
VHugoCDIVHugoCDI   22 mars 2021
Chapitre 13 : Accident
Cinquième jour à ce rythme de dingue, je n’en peux plus. Une aide-soignante malade est revenue, mais une autre est parties en congés. J’ai l’impression d’être Flash Gordon en mission, sauf que je n’ai rien d’une super-héroïne. Je cours à cent a l’heure après le temps qui se barre et, tous les soirs, je m’écrase comme une crêpe dans mon lit.
Chaque matin, il faut recommencer comme si de rein n’était
Désormais, je participe entièrement au tâche des titulaires.
- C’est le métier qui rentre ! M'a lâché Patricia alors que je m’écroulais sur le banc des vestiaires pour masser mes pieds en compote.
Elle a vraiment le don de réconforter les gens, cette fille. Heureusement il y a encore le sourire.
Léa 4eme
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Delphine Pessin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Delphine Pessin
Talents Cultura Jeunesse 2020 : King Charlie de Delphine Pessin
autres livres classés : ehpadVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

DYS SUR 10

Quel est le nom du personnage principal ?

Dylan
Florent
Erwann
Denis

15 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Dys sur 10 de Delphine PessinCréer un quiz sur ce livre