AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur La passion Lippi (47)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Ranacc
  02 octobre 2014
Je n'ai pas du tout aimé le style de l'auteur : aucune fluidité et même des phrases sans aucun sens... Beaucoup de redites fatiguantes également.
Heureusement que l'époque et le personnage de Lippi étaient mes motivations premières pour cette lecture. Mais là encore, trop de libertés et d'approximations de la part de l'auteur. Déçue...
Commenter  J’apprécie          100
MarjorieD
  01 avril 2016
Si seulement j'avais eu ce livre entre les mains il y a 20 ans, peut-être aurais-je réussi l'examen d'un cours d'histoire de l'art consacré au Quattrocento ? Certes, à l'époque je m'y étais intéressée mais les oeuvres d'un Fra Filippo Lippi, d'un Masaccio, d'un Fra Angelico, Brunelleschi, Uccello, Donatello, Botticelli,... faisaient partie d'un catalogue ardu à apprendre et à retenir. le fait d'avoir prêté une vie, romancée s'entend, à tous ces artistes, me les a rendus proches, vivants, et leurs oeuvres plus accessibles. Je me suis plongée avec délices dans la fameuse encyclopédie en ligne (dans un premier temps) afin de les retrouver, de voir à quoi pouvait bien ressembler Lucrezia, ce qu'avaient accompli les Médicis pour l'essor de Florence, ce que représentait ce début de Renaissance pour le commun des mortels aussi. Pour tout ça, je remercie Sophie Chauveau, dont le roman, malgré quelques lenteurs dans la première partie, est passionnant, à l'instar de la vie des Lippi et de toute cette époque. Je pense d'ailleurs entamer très prochainement le rêve Botticelli (se lirait-il comme une suite?)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Des_livres_et_des_mousses
  24 octobre 2015
Tout ceci est raconté avec facilité par Sophie Chauveau qui nous décrit bien la vie dans la belle Florence de la Renaissance. C'est une ville que je ne connais pas et elle m'a vraiment envie d'y faire un tour.
Aussi ce que j'aime dans les biographies romancées comme celle-ci c'est que ça me donne toujours envie, lorsqu'elles sont bien écrites, de poursuivre ma découverte du personnage et de l'époque où se déroule l'action. Dans le cas de la Passion Lippi, j'ai très envie d'approfondir mes connaissances dans la fameuse famille Médicis, qui m'intrigue énormément.
Ce roman donne aussi envie d'aller dans un musée et de s'asseoir pour contempler les oeuvres des grands maîtres, j'ai trouvé très intéressant de découvrir le processus de création, la fabrication des pigments, la réflexion avant de s'attaquer à l'oeuvre.
La fin du roman donne vraiment envie de poursuivre avec la suite le Rêve Botticelli.


Je conseille ce livre parfait à lire au soleil pour tout ceux qui aime l'art et la Renaissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Astrid75
  11 octobre 2017
J'ai lu ce roman, et non seulement a cause des inexactitudes historiques mais aussi la redondance des évènements je suis assez déçue. de plus je trouve que l'auteur emploie un vocabulaire vraiment trop anachronique par rapport à l'époque, en-effet elle utilise des mots que l'on ne peut uniquement utiliser pour décrire un contexte plus tardif (ex: leitmotiv).
Je me suis beaucoup ennuyé jusqu'à plus de la moitié même si la seconde partie m'a quasiment captivée.
Commenter  J’apprécie          60
Bigmammy
  07 août 2011
Voici un roman qui a déjoué toutes mes préventions - je préfère en général les relations d'histoires vraies - , et qui nous plonge, en un texte parfaitement écrit, dans les couleurs, les fureurs, les flamboyances et les horreurs De La Renaissance italienne, en nous transportant à Florence vers 1450.

Sans vouloir "déflorer" le sujet, c'est un destin tout à fait extraordinaire que celui de cet enfant né dans la douleur, dont le talent précoce est détecté par le patriarche Cosme de Médicis, qui le fait élever (?) par les Carmes pour en faire un moine. Fra Filippo Lippi devient en effet un voyou de la pire espèce, qui ne trouve la félicité que dans les bordels.
Il fera des prostituées ses plus tendres modèles, retrouvant sur la toile le chatoiement de leur peau encore moite de l'amour qu'il leur a rendu.

A plus de cinquante ans, sacrilège suprême, Fra Filippo Lippi séduit et engrosse Lucrezia, une toute jeune et jolie nonne, et le petit Filippino né de leur union dans le couvent de celle-ci, deviendra à son tour un célèbre peintre, collaborant notamment avec le grand Masaccio et terminant après sa mort les fresques de la chapelle Brancacci à Florence, devient le petit Jésus d'une des plus belles madones De La Renaissance.

La passion, c'est aussi, pour le héros, la souffrance. La lecture du roman de Sophie Chauveau est un délice qui vous laisse pantois.
Lien : http://www.bigmammy.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Kenehan
  14 juillet 2019
Ouvrage tout jauni tellement il est resté longtemps dans ma PAL sans être jamais sélectionné. Reliquat de ma période "Renaissance", ce premier tome de la trilogie "Le siècle de Florence" par Sophie Chauveau, fait partie des derniers livres achetés à l'époque et toujours à lire.

Son titre, loin d'être trompeur, synthétise parfaitement le sujet de "La passion Lippi". Enfant des rues, aussi farouche que sale, Lippi est rapidement repéré par Cosme de Médecis grâce à son talent révolutionnaire pour l'époque. Ami et protégé des prostituées, il entre dans les ordres monastiques, seule manière pour lui d'entreprendre son apprentissage des arts. C'est dans ce grand écart perpétuel entre la rue et la religion, la liberté et le dogme, le plaisir et l'ascétisme que Lippi va devenir l'un des plus grands artistes de son époque.

Si c'est avec beaucoup d'entrain que je me suis lancé dans ce livre (notamment pour enfin le consommer après une bonne dizaine d'années dans ma bibliothèque), le style de Sophie Chauveau m'a peu à peu épuisé. Tellement las sur la fin qu'il a fallu me forcer à aller jusqu'au bout. Pourtant, le contenu est intéressant bien que largement romancé. J'ai notamment pu faire des liens avec la "Saga des Médicis" de Sarah Frydman puisque le présent roman fait la part belle à cette fameuse famille italienne. de même, la fin m'a tout de même donné envie de lire la suite, que je n'ai pas, "Le rêve Botticelli". A voir en fonction de mon ressenti à la lecture du dernier tome, qui lui m'attend fermement, consacré à "L'obsession Vinci".

Challenge MULTI-DÉFIS 2019 : Un roman dont la couverture présente un tableau ou une sculpture d'art
Challenge PAVÉS 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Parfumart
  04 mars 2017
De petites phrases. Ça rend le rythme haletant. Parfois agaçant. Pour moi du moins. Mais c'est intéressant. Belle façon d'apprendre. Un peintre passionné. Une vie parfaite pour un roman. À quand une phrase plus longue? Ça ne vient pas. Ne viendra pas. Pas moyen de rattraper son souffle. Ce style hachuré. Oh! Crée une nervosité. Serait bon par moments. Mais sans cesse? S'il vous plaît. Étirez vos phrases. Au moins un peu. Quand-même: on apprend. Beaucoup. Fin.
Commenter  J’apprécie          52
Leabricot
  24 mars 2016
Même si Lippi peint extrêmement bien et que j'avais lu précédemment, du même auteur, la vie de Léonard de Vinci, ce livre ne m'a pas enchanté. Il comporte beaucoup de longueurs. Et, je dois avouer, que parfois je me suis ennuyée au point de sauter des pages.
Filippo Lippi a eu une vie intéressante, mais pour ma part, l'histoire ne se centre pas assez sur sa production artistique. de plus, même si le sexe dans les livres ne me pose pas de problème, j'ai trouvé ça réellement embarrassant à la fin. Je ne voyais pas ce que cela apportait au récit et je trouve la deuxième partie de l'histoire trop centré sur cet aspect là.
Un peu déçue je dois l'avouer.
Commenter  J’apprécie          50
marchristian
  28 avril 2011
Bien que comportant des erreurs et des inexactitudes sur le contexte historique et les personnages, le roman de Sophie Chauveau n'en est pas moins agréable à lire. Les personnages y sont attachants et on passe un agréable moment en leur compagnie. Une entrée en matière plaisante ( à défaut d'être rigoureuse) dans les premiers temps De La Renaissance italienne. Contrairement à l'avis de 'Sandrine57' je trouve que le style de Sophie Chauveau (bref, vif, presque brutal) sert à merveille la personnalité bouillonnante du Peintre Fra Lippi.
Commenter  J’apprécie          50
marianne
  18 octobre 2016
1414. Cosme de Medicis repère dans la rue un gamin d'une dizaine d'années qui dessine à même le sol avec un morceau de charbon. Cosme de Médicis le prend sous sa protection et le confie au couvent des Carmes. Il rencontrera Guido (fra Angelico), Masaccio, Donatello, ... Sa vie décousue en fait un personnage attachant.

J'ai aimé l'histoire de Lippi ! En revanche, le style... laisse vraiment à désirer...

(cela ne m'a pas empécher d'acheter "Le rêve de Botticelli" de la même auteur... à suivre !)
Commenter  J’apprécie          40


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1785 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre