AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811601821
Éditeur : Pika Edition (19/08/2009)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Kobato est une jeune fille qui découvre le monde des humains aux côtés d'Ioryogi, un chien en peluche qui parle et crache des flammes. Elle est chargée d'une mission : remplir une bouteille magique de "sentiments blessés". Pour ce faire, Kobato doit acquérir la mystérieuse bouteille en se montrant capable de vivre parmi les hommes. C'est le début d'un voyage initiatique pour notre jeune héroïne, qui n'est pas au bout de ses surprises...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  22 juin 2013
Je suis une grande fan des Clamp. Si vous suivez mes lectures, ce n'est plus vraiment un secret, et je dois dire que lorsqu'elles annoncent la sortie d'une nouvelle série, je suis réellement impatiente de la voir sortir en France. Heureusement pour moi, leur succès est tel, que les éditeurs français ne mettent guère longtemps à éditer leurs manga. Cependant, pour Kobato, les choses ont été un peu différentes. Notamment parce que les Clamp ont remanié leur série par rapport à la pré-publication. J'avais un peu peur mais au final la série est, comme d'habitude, une très grande réussite.
Si vous connaissez les dernières oeuvres des Clamp, Kobato est dans la même veine de Tsubasa Reservoir Chronicle et XXX Holic. J'entends par là que la série fait apparaître de nombreux personnages pré-existants dans les univers des Clamp. On voit notamment dans ce premier tome beaucoup de protagonistes de Chobits. J'aime beaucoup ce principe. Il faut dire aussi que les Clamp utilisent ce procédé avec brio. Et il est toujours très agréable de revoir des personnages auxquels on s'est attaché.
Mais revenons un peu à Kobato. le titre de la série est aussi le prénom de notre héroïne. Très naïve, adorable à souhait, elle est très peu habituée aux coutumes japonaises, et ce premier tome nous permet de découvrir les principales fêtes ou événements culturels du Japon. On retrouve un peu le principe de XXX Holic où chaque tome nous en apprend un peu plus sur la culture nipponne. Et même si j'en connais déjà un rayon, je trouve cela fort sympathique. Ce côté là de l'histoire permet un peu de donner plus d'intérêt à ce prologue. Car, il faut bien le dire, on n'en apprend pas énormément dans ce tome. Kobato semble venir d'un autre monde et devoir remplir une mission pour accomplir un voeu qui lui est très cher. Pour cela, elle va devoir "guérir" les gens qu'elle rencontre. Pas dans le sens médicinal, mais plus psychologique.
Beaucoup moins sombres que leurs dernières oeuvres, les Camp nous offre donc un shojo très mignon qui derrière ses côtés naïfs et drôles cache une profondeur bien réelle. Les qualités scénaristique et graphique sont bien présentes dès le début, et je ne doute pas que les tomes suivants seront tout aussi à la hauteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
deidamie
  06 septembre 2017
« Bonjour, les Babélionautes ! Aujourd'hui, je viens vous parler de Kobato, un vieux manga des célèbres Clamp.

-Un mmmanga ! Tu lis donc des inepties japonaises et ultraviolentes ! espèce d'adulte ratée, ado attardée !

-Oui, je lis des mangas. Et je regarde des dessins animés aussi. Quant à la violence, je ne savais pas qu'une jeune fille toujours souriante, pleine de bonne volonté, déterminée à aider autrui et à atteindre son but représentait une violence insoutenable et censurable.

Or donc, Kobato veut se rendre dans un lieu dont on ne sait rien et le voyage n'est pas gratuit : il faut qu'elle prouve qu'elle est capable de s'intégrer et d'aider les humains, guidée et/ou punie par une sorte de… maître en peluche.

-Et quel est l'intérêt de ce début pondu par un scénariste clairement sous l'effet d'hallucinogènes ?

-C'est drôle. Même plus, c'est hilarant ! Kobato désire bien faire, mais se montre tellement maladroite ! Son décalage permanent la pousse à gaffer, cependant, sa bonne volonté et sa gentillesse finissent par l'aider. En fait, elle ne connaît pas les codes humains, et la voir se tromper, ne pas comprendre ou mal interpréter des propos est parfaitement comique ! Sans compter que son guide, Ioryogi l'irascible peluche, forme un amusant contraste avec elle.

Et puis le dessin… c'est très beau, du Clamp, quoi, des personnages qui apparaissent dans des outrances de dentelles, pompons, volants, froufrous et fleufleurs partout.

-C'est gnan-gnan, quoi.

-Oui. Non ! Enfin… un peu… c'est une esthétique de shojo, avec des personnages tout maigres et une végétation abondante et purement décorative derrière les personnages. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé Kobato, qui ne se laisse pas décourager par la difficulté. Elle a décidé qu'elle y arriverait, alors elle y arrivera. Il y aussi des subtilités, des liens confus entre les personnages… et surtout… il y a… *pause dramatique* un Terrible Secret…

-Un Terrible Secret ? Et c'est quoi ?

-Je ne sais pas, je n'ai lu que le premier tome qui expose les personnages principaux ainsi que les énigmes dont on va espérer un dénouement correct.

-Tiens ? Serait-ce un sarcasme ?

-Oui. Nombreux sont les fans désappointés par la fin d'une série, voire pire : son inachèvement pur et simple. J'espère que les mystères seront éclaircis. En attendant, à la lecture de ce premier tome, j'ai bien ri ! le début de Kobato annonce un manga joyeux, divertissant et plein de fraîcheur, j'ai hâte de lire la suite. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Mladoria
  03 décembre 2014
J'entame cette nouvelle série avec un enthousiasme plein de fraîcheur et de spontanéité comme l'héroïne, Kobato Hanato, jeune fille naïve flanquée d'un acolyte canidé perpétuellement en quête de saké à boire. le but de ce premier tome est pour Kobato de passer des tests, l'examinateur étant Ioryogi, le chien en peluche un brin tyrannique qui lui peint ses "notes" sur les joues, afin d'obtenir une bouteille pour recueillir les sentiments blessés des personnes qu'elle guérira. Tout cela pour exaucer son voeu le plus cher : aller dans le lieu où elle veut se rendre. Mystérieux tout ça :)
J'ai été bluffée par cette histoire mignonne à souhait au niveau graphismes, le personnage de Kobato reflète parfaitement sa personnalité emprunte de douceur et de candeur enfantine de celle qui n'a à l'évidence jamais été confrontée au monde des humains et apprend tout ce qu'elle doit savoir pour ses tests par la télé et les magazines.
Ce tome est divisé en scènes se déroulant à différentes périodes de l'année en suivant l'ordre chronologique. On découvre des personnages secondaires sur lesquels on se pose pas mal de questions et qui vont à mon avis devenir des protagonistes dans les tomes suivants : Madame Sayaka et Fujimoto ainsi qu'un personnage de peluche animé plus sombre, Ginsei qui se bat avec Ioryogi.
Un premier tome, a priori avec une intrigue simple qui s'étoffe et se complexifie au fil des pages. On pose ici les jalons d'une histoire plein de mystère et de magie. Une agréable surprise pour moi, j'ai hâte de découvrir la suite de cette courte série :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Miaka
  03 novembre 2013
D'abord prépublié dans le magazine Monthly Sunday GX, magazine pour garçon, Kobato (こばと。) prends ses quartiers en cette année 2006 dans le Newtype. Si Kobato a changé de route, c'est parce qu'après 7 chapitres, la série n'a pas été reconduite. Huit mois se sont écoulés avant qu'elle reprenne dans le Newtype. Ouvrage des éditions Kadokawa sur les anime plutôt fantastique et SF, il publie parfois quelques manga. Kobato n'est pas la première série du studio à paraître dans les pages de ce magazine. En effet, Miyuki-chan in wonderland y avait fait ses premières armes en 1993.
Après des séries plutôt sombres comme Tsubasa Reservoir Chronicles ou encore XXX Holic, CLAMP revient à un genre proche de celui qui l'a rendu célèbre en France : le kawaï shônen. Proche de Sakura, tant au niveau du dessin que du scènario, Kobato tranche radicalement avec les autres oeuvres de CLAMP.
Plutôt courte, la série ne compte que six tomes parus chez Kadokawa Shoten. En France, c'est Pika qui édite la série depuis 2009.
Et nous non plus ! Fort de son double succès avec XXX Holic et Tsubasa Reservoir Chronicles, CLAMP ne se repose pas sur ses lauriers et nous revient déjà, alors que ces deux cross-overs touchent bientôt à leur fin, avec une nouvelle oeuvre originale, plus légère et plus colorée. Ciblée pour un public féminin, Kobato renoue avec l'époque Chobits dans le découpage du scénario. Grâce à sasuccession de petites histoires, le manga peut se lire facilement en plusieurs fois. Chaque chapitre raconte l'expérience de Kobato lors d'un événement humain comme la Saint Valentin, le Nouvel An ou encore Noël. Ces longues ellipses entre deux périodes de l'année ne nuisent pas à la lecture. Par ailleurs, de Chobits, Kobato reprend aussi beaucoup de personnages : on peut ainsi voir Tchii et Freya, le patron de la boulangerie, la concierge de l'établissement où vivent Tchii et Hideki, etc… Chose amusante, c'est dans l'appartement d'Hideki que Kobato s'installe.
Si l'oeuvre met l'accent sur la douceur, on remarque tout de même une touche de sérieux et de mystère grâce au personnage de Ginsei, qui fait une courte apparition très remarquée, mais qui est-il ? Qui est vraiment Ioryogi ? D'où vient Kobato et quel est son voeu ? Pourquoi ne doit-elle pas quitter son chapeau ? Tant de questions qui donnent envie de connaitre la suite de l'histoire.
Graphiquement, une des particularités de ce manga est la forte utilisation de personnages SD (Super Deformed) ces petits personnages au corps déformé et à la bouille rigolote. C'estl'atout léger principal de l'oeuvre. On passe plus de temps à voir Kobato déformée qu'avec son graphisme normal. On s'attache ainsi plus facilement à l'héroïne et on rit beaucoup plus grâce à ce contraste original avec le décor fin et réaliste. Si le style de Clamp a beaucoup évolué au fil des années, Kobato montre encore une petite nouveauté dans le style des yeux, plus « brouillon » pour les personnages féminins qui contraste avec le style « net » des personnages masculins. On aime ou on n'aime pas cette nouveauté mais elle surprendra les lecteurs. Hormis cela, il y a peu de chose à dire sur le graphisme de ce nouveau manga, tant Clamp est un studio pointilleux sur ce sujet. Tout est fin, précis, et efficace. Et plus encore avec les trames nombreuses et bien distillées qui rendent le dessin dynamique, amusant et doux quand il le faut, soulignant avec talent les SD de Kobato et ses nombreuses poses théâtrales.
Côté édition, Pika fait pour une fois un travail correct dans « presque » tous les domaines. L'éditeur a enfin abandonné son papier « journal » pour un papier blanc et épais. L'impression est comme toujours très bonne et pour 6.95 € nous avons même le droit à deux pages couleurs aux tons pastels enchanteurs.Dommage l'on ne puisse pas profiter de toutes les pages initialement colorées. le hic réside dans le rose « fluo-bonbon » de la couverture. On ne pouvait rêver plus hideux comme couleur pour une tranche et un titre. Ce choix enlaidit la couverture pourtant très jolie et fidèle à la japonaise qui risque bien de faire reculer le lectorat masculin.
Kobato est donc un manga qui peut surprendre, mais qui fait passer un agréable moment. Ce tome nous prouve que CLAMP a encore de la ressource et que le studio peut, avec une facilité et une efficacité déconcertante, passer d'un genre à un autre. Avec la fin, désormais programmée, de Tsubasa Reservoir Chronicles, espérons que le studio se concentre un peu plus sur Kobato, afin de ne pas laisser trop longtemps ses lecteurs en manque et de ne pas laisser le titre s'essouffler par manque de nouveauté.
Lien : https://parole2libraire.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Yumiko
  26 juillet 2014
Je pense que je ne suis pas la mieux placée pour vous parler des oeuvres de Clamp dans le sens où je suis tellement fan de leur travail que j'adore tout ce qu'elles font! du coup, impossible de ne pas tomber immédiatement sous le charme de la charmante Kobato.
Nous suivons des petites scènes mettant en avant notre charmante héroïne qui doit faire des missions pour obtenir son souhait le plus cher. Elle va donc essayer d'aider les gens au mieux, même si elle ne s'avère pas très douée pour se comporter en humaine. Toutefois sa gentillesse incroyable et son positivisme à toute épreuve l'aideront à se sortir de bien des situations.
Les dessins sont doux comme l'histoire, même si on sent que certains éléments plus sombres se cachent derrière le récit. Les scènes avec Ioryogi sont hilarante même si la pauvre Kobato reçoit de nombreux coups. J'ai adoré aussi retrouver des personnages des autres oeuvres, c'est un clin d'oeil plus que touchant pour le fan inconditionnel des Clamp.
En bref, un début d'histoire doux et mignon qui donne envie d'en apprendre encore plus et de lire les tomes suivants rapidement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
florencemflorencem   22 juin 2013
Kobato, j'espère que ton vœu se réalisera... Mais tu vas faire bien des rencontres, et peut-être que ton vœu changera aussi...
Commenter  J’apprécie          240
hotaruhotaru   11 septembre 2011
- Il est blessé à l'intérieur lui aussi... mais tous les êtres humains le sont d'une manière ou d'une autre, consciemment ou non.
Commenter  J’apprécie          60
hotaruhotaru   17 septembre 2011
parfois, il suffit de trois fois rien . .. . de simples mots peuvent aider à guérir.
Commenter  J’apprécie          70
NicolinaNicolina   03 juin 2012
Quel est ton voeux le plus cher ?
Il y a un lieux où je veux aller !
Que dois-tu accomplir pour pouvoir réaliser ce voeux ?
Je dois remplir la bouteille de sentiments blessés !
Et avant cela ?!
Je dois d'abord mériter cette bouteille !
Et pour mériter la "bouteille" ?
Je dois prouver que je peux vivre parmi les hommes !
Commenter  J’apprécie          10
hotaruhotaru   17 septembre 2011
Il existe certaines choses invisibles à l'oeil nu... . . et de ce fait difficile à comprendre pour certains.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Clamp (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Clamp
Blood-C The Movie: The Last Dark Trailer
autres livres classés : naïvetéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre