AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2811604154
Éditeur : Pika Edition (19/01/2011)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 48 notes)
Résumé :
Les années ont passé depuis que Watanuki a pris la succession de la boutique de Yûko. Un jour, il se fait piéger par la Veuve Noire, la femme araignée qui avait volé son œil droit, qui lui demande de réaliser son vœu : elle souhaite qu'il retrouve une perle rouge. Comme Watanuki ne peut plus sortir de la boutique, il a développé un nouveau pouvoir afin de se déplacer : il peut désormais traverser les rêves. Il entre alors dans le songe d'une femme couverte de blessu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Presence
  08 décembre 2014
Ce tome est le dix-septième dans une série qui en compte 19, et qui forme une histoire complète ; il vaut mieux avoir commencé par le premier tome. Il est publié dans le sens japonais de lecture (de droite à gauche), en noir & blanc. Il a été réalisé par le collectif Clamp : Nanase Ōkawa, Mokona, Tsubaki Nekoi, et Satsuki Igarashi. Initialement ces 19 tomes ont fait l'objet d'une prépublication de 2003 à 2011, au Japon.
-
- ATTENTION - Ce commentaire révèle des éléments de l'intrigue des tomes précédents.
-
Ce tome comprend 4 chapitres de longueur inégale. Chapitre 1 - Dans la boutique, Watanuki reçoit la visite du lapin lunaire, spécialiste de l'entretien des pipes et vendeur de tabac. Puis il reçoit la visite de la veuve noire (voir tome 8) qui vient pour demander ses services : elle souhaite qu'il retrouve une perle rouge. Chapitre 2 - Watanuki pratique les arts divinatoires avec une bassine d'eau et un fil d'araignée (laissé par la veuve noire) pour déterminer où se trouve cette perle rouge.
Chapitre 3 - Ayant découvert où est la perle rouge, il se rend dans l'appartement en question, en passant par le domaine des rêves. Il découvre un lieu saccagé, et une jeune fille battue. Chapitre 4 - le jour de son anniversaire, Dômeki donne une leçon d'ethnologie à Watanuki : il lui explique l'origine des propriétés mystiques attribuées aux fleurs de pêcher.
Watanuki est donc installé dans son rôle de nouveau responsable de la boutique et voilà venir une cliente... avec laquelle il a déjà eu maille à partir. Les Clamp se lâchent un peu en dépeignant une veuve noire sensuelle et entreprenante. Elle reste longiligne comme les autres personnages. Seule la noirceur de ses yeux indique qu'il ne s'agit pas d'un être humain. Elle est vêtue tout de noir, avec des bottes montantes et un juste-au-corps mettant bien en avant le haut de ses cuisses et le haut de sa poitrine. Elle s'affale dans le lit de Watanuki à la fois disponible et maîtresse de la situation. Elle est entreprenante et n'hésite pas à se rapprocher de Watanuki pour le toucher et se coller à lui. D'un point de vue visuel, la veuve noire est une grande réussite tant de par son apparence simple et efficace que par son langage corporel de séductrice et de femme fatale.
Le lapin lunaire n'est pas particulièrement kawaï, par contre les pages montrant l'entretien de la pipe sont oniriques à souhait. Les Clamp rendent avec délicatesse et justesse l'apparence de Watanuki en train de jouer du shamizen, concentré et classique dans son superbe kimono. le dernier chapitre permet d'admirer moult fleurs de pêchers fragiles et magnifiques, ainsi qu'une apparition surnaturelle agressive et d'autant plus laide par comparaison aux fleurs.
Les conditions de vie de la jeune fille battue relève de l'insalubrité et du taudis. Là encore les Clamp savent introduire le détail qui touche un point sensible dans le coeur endurci du lecteur. Il ne s'agit pas d'être réaliste, mais de concevoir les images qui sauront faire naître l'émotion recherchée. Dans le monde très bien délimitée et propre sur lui de cette série, voir une pièce jonchée de débris et des murs sales suffit à provoquer une sensation de taudis. Voir une jeune fille avec un pansement sur le genou et des cheveux mal entretenus suffit à provoquer une impression de maltraitance, par comparaison avec le reste des personnages toujours propres et élégants, sans rien qui dépasse.
Arrivé au dix-septième tome de la série, le lecteur ne s'attend pas à un bouleversement majeur, mais à un changement en douceur dans la continuité. Il retrouve donc les composantes bien établies de la série : cuisine (qui reprendra des mocchi au soja ?), coupe d'alcool (encore un verre d'alcool de patate douce ?), goût pour le tabac (non seulement Watanuki fume la pipe, mais Dômeki s'est mis à la cigarette), personnages secondaires sympathiques mais superficiels (Dômeki, Mugetsu le renard en tube, Mokona, Maru & Moro, le renardeau aux oden), l'oeuf jumeau mystérieux, des allusions aux contes et légendes japonais (de la fleur de pêcher à la sirène Yaobikuni).
Le lecteur guette les aphorismes philosophiques qui étrangement se font attendre. Certes Yûko n'est plus présente pour les énoncer, mais Watanuki ayant pris la suite, il semblerait naturel qu'il s'y emploie. Il y a bien le thème de faire un choix qui apparaît, mais c'est tout.
Il faut donc ronger son frein pour se rendre compte qu'il n'y aura pas de maxime prête à l'emploi, mais plutôt une réflexion de la veuve noire sur la petite fille maltraitée. Elle déclare que l'enfant avait choisi de ne plus soigner ses blessures, de souffrir pour exister, qu'elle ne veut plus vieillir et qu'elle attend quelqu'un qui partager sa vie. Quand la veuve noire demande à Watanuki s'il est encore humain, le lecteur comprend que la situation de la jeune fille sert de miroir à celle de Watanuki qui lui aussi a choisi de se cloîtrer pour ne plus vieillir. Il n'est pas possible de deviner si les Clamp envisage sa situation comme celle de la condition d'adulte, ou s'il s'agit plus du refus de faire son deuil (en l'occurrence du départ de Yûko). Par contre, il est sûr que le comportement et les choix de Watanuki relève d'une forme de sacrifice dont la validité fait l'objet d'un questionnement au travers de ce tome.
Décidément les Clamp refusent la facilité. Alors qu'elles auraient pu conclure tranquillement leur série avec quelques tomes montrant Watanuki résolvant plusieurs affaires et devenant légitime dans sa nouvelle position de propriétaire de la boutique, elles continuent de mettre en scène les conséquences du changement, même les plus ténues. le choix de repartir sur une affaire surnaturelle imprime un rythme agréable au récit, sans rien enlever à la sensibilité exquise avec laquelle elles sont capables de faire émerger les sentiments les plus subtils. Ce tome s'avère d'autant plus goûtu que l'aspect graphique gagne un peu densité pour des pages enchanteresses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
florencem
  09 juin 2012
Ce tome sent vraiment la fin. Il nous reste pourtant encore deux autres tomes, mais les signes ne trompent pas, surtout quand on est habitué à lire du Clamp. On ressent toujours cette mélancolie amère des derniers tomes. le départ de Yuuko est encore trop vif pour Watanuki et ses amis le ressentent tout aussi bien que le lecteur. Je me demande vraiment si on aura droit à une fin positive avec tous les petits détails que l'on pioche par-ci, par-là.
La venue de la veuve noire en tant que cliente dans ce tome dix sept était un peu inattendu et très peu plaisant. Quant on sait ce qu'elle a fait à Watanuki, c'est assez étrange de la voir réapparaître comme cela, surtout comme cliente. Je n'aime pas les araignées (c'est un fait avéré ! XD ) mais ce personnage est vraiment antipathique. Je ne comprends pas pourquoi Watanuki a accepté, surtout qu'il sous-entend, selon ce que j'ai compris, qu'elle finira par faire du mal à la personne que notre jeune héros a rencontré pour satisfaire le voeu de la veuve noire.
Par contre, j'ai été très heureuse de revoir le petit renardeau du stand d'oden. Sa visite a été très courte mais au moins, on sait que Watanuki est toujours entouré que ce soit par ses amis humains mais aussi par les créatures qu'il a rencontré et qu'il apprécie. D'ailleurs en parlant d'amis, nous avons des nouvelles d'Himawari dans ce tome. On ne la voit pas et je craints qu'on ne la voit plus du tout, mais c'était agréable de voir qu'elle était toujours présente dans la vie de Watanuki. Il est dommage que sa malédiction l'ait éloigné de Watanuki... J'aurais au moins aimé que notre héros ne soit pas seul du point de vue sentimental. Surtout qu'Himawari semblait très sincère envers lui, et que cela était réciproque (on ne peut plus l'ignorer maintenant, ça serait difficile).
J'espère que les prochains tomes nous permettront de revoir d'anciens amis, et surtout des créatures mythiques. Elles se sont fait rares ces derniers temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Kenehan
  25 mars 2015
Challenge Petits Plaisirs 2014/2015
Yûko n'est plus présente sur la couverture qu'au travers de son symbole : le papillon. Watanuki ne vieilli plus mais d'une certaine manière il marque le temps par ses tenues. Jusqu'à la disparition de Yûko, nous étions habitués à le voir dans son uniforme du lycée ou en tablier le plus souvent. Désormais, en un tome il peut avoir trois ou quatre tenues différentes. le temps qui passe s'incarne essentiellement en Doméki, le seul encore présent à l'image qui change physiquement.
Un tome qui marque le retour de plusieurs créatures du folklore japonais comme le renard en tube, la veuve noire, le renard de l'oden avec quelques petits nouveaux bien intéressants comme le marchand de pipe ou la yaobikuni.
Un tome plaisant qui malheureusement ne nous fera pas oublier qu'il ne reste que deux tomes...
Commenter  J’apprécie          20
ValentineF
  27 février 2014
C'est le retour de la veuve noire. Décidément, je n'aime pas les araignées.
Watanuki a repris le rôle de Yuko et exhausse les voeux de ses clients, mais en restant cloitré dans la boutique.
Les émotions sont encore vives même si le comportement de Watanuki change radicalement sur les derniers tomes, en hommage à la perte de Yuko, il s'efface peu-à-peu pour devenir Yuko, tout en conservant sa douceur et sa générosité.
Une fin qui approche dans la pur veine CLAMP : douce-amer.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
florencemflorencem   14 février 2011
-Tu n'as pas à t'excuser. Je sais que tu fais ça dans mon intérêt. Je comprends bien.
-Ce n'est pas une raison. Je tiens quand même à m'excuser.
Commenter  J’apprécie          80
florencemflorencem   14 février 2011
-Si tu te sens en danger, n'hésite pas à tirer. Quelle que soit ta cible.
-Même si c'est toi ?
-Surtout si c'est moi !
Commenter  J’apprécie          90
florencemflorencem   14 février 2011
-J'ignore s'il est juste, mais j'ai fait ce choix et je m'y tiendrai... Pour ne pas avoir de regrets.
Commenter  J’apprécie          70
florencemflorencem   14 février 2011
J'ai fait ce choix et je m'y tiendrai.
Commenter  J’apprécie          60
Lire un extrait
Videos de Clamp (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Clamp
Blood-C The Movie: The Last Dark Trailer
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre