AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jacques Martinache (Autre)
EAN : 9782258010215
813 pages
Presses de la Cité (01/07/1983)
4.11/5   27 notes
Résumé :
Dans La Noble Maison, James Clavell décrit un monde où la couleur, l'exotisme, l'action sont omniprésents. La description de Hong-Kong, dans les années 1960, fournit beaucoup plus qu'un cadre: elle représente l'essence même du roman. Car, à travers elle, Clavell conte la folle histoire des rapports entre les Britan-niques, administrateurs de la colonie, qui règnent en maîtres sur cette ruche frénétique, et les Chinois, qui parviennent tou-jours à traiter à leur avan... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
garanemsa
  28 mai 2015
un livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir dans lequel j'ai appris beaucoup de choses et je n'ai pas désespérer vu l'énorme volume, livre à lire
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
faeyfaey   05 septembre 2019
Assise sur un banc en face du port,la vieille amah reprenait sa respiration et attendait que ses côtes lui fissent moins mal.Elle commençait à se lever péniblement quand un jeune chinois se précipita vers elle en disant:_Assieds_toi,vieille femme,je veux te parler.Petit ,trapu,il avait le visage grêlé par la petite vérole.
_Il y a quoi ,dans ce sac?
_Hein ?quel sa fit Ah Tam.
_Le sac en papier brun que tu serres contre tes nippes puantes.
-Ah ça!ce n'est rien,honoré seigneur.Juste quelques courses que je viens...
Le jeune homme s'installa sur le banc et se pencha vers la vieille en murmurant:
_Ferme-la sorcière!Je t'ai vu sortir de cette fornication de banque.Y a combien là-dedans? Ah Tam agrippait son sac désespérément,les yeux emplis de terreur.-Toutes mes économies,hono....Il lui arracha le sac ,l'ouvrit,compta les billets.-323 dollars?soupira t'il écoeuré.Tu es servante chez un mendiant?Tu n'as pas été bien maligne pour économiser si peu.-Tu as raison ,seigneur.-Je prends 20% de h'eung yau,déclara t'il en se servant.-Honoré seigneur,c'est trop,gémit Ah Tam.Je te serais reconnaissante de bien vouloir accepter 5% avec les remerciements d'une vieille femme.-15
-15
-6
-10%,c'est mon dernier mot.Je n'ai pas de temps à perdre.
-Tu es jeune et fort,tu es sans doute un 489.Les forts doivent protéger les faibles et les vieux.
-C'est juste.Bon,7%.
-Tu es généreux,seigneur.Merci,merci.
Le jeune Chinois garda 22 dollars,rendit le reste et sortit de la poche de son jeans 61 cents qu'il donna aussi à la vieille en disant:Tiens ta monnaie.Elle le remercia avec effusion,ravie du marché qu'elle avait conclu.Par tous les dieux,je croyais bien ne pas m'en tirer à moins de 15%,pensait-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   07 avril 2016
A Hong-Kong en 1960. lan Dunross, écossais, président de la puissante maison de commerce Struan and C°, vient de regagner son domicile, après avoir appris l’assassinat d’une de ses relations d’affaires.

- Bonsoir, lan, dit Penelope. Tu rentres tôt, aujourd’hui. La journée a été bonne ?

- Oui, oui, répondit Dunross distraitement. [.1

- Oh ! je vois, repris Penn. Ce qu’il te faut, c’est une coupe de champagne.

- Tu lis dans mes pensées !

Il posa sa serviette sur une console et suivit sa femme dans l’un des salons de la Grande Maison. Sur une table basse. une bouteille de champagne émergeait d’un seau de glace, près de deux verres à moitié pleins. Penelope en remplit un troisième et le tendit à lan en disant

- Kathy est là-haut, elle raconte une histoire à Glenna. Elle... elle vient de me prévenir pour... pour sa maladie.

- Comment Andrew a-t-il pris la nouvelle ? Il ne m’en a pas parlé.

- Elle le mettra au courant ce soir seulement. Le champagne, c’est pour lui donner du courage.

lan est très inquiet de la situation financière de sa compagnie. Il reçoit un coup de téléphone d’un Portugais de Macao.

Dunross raccrocha et finit sa coupe de champagne. [...]

- Mauvaises nouvelles, n’est-ce pas ?

- Oui, mais c’était à prévoir . ...(Il tira la bouteille du seau à glace, elle était vide). Nous en avons bien mérité une autre. Non, chérie, ne bouge pas, je m’en occupe. [...1

Tandis qu’il desserrait le fil de fer emprisonnant le bouchon, elle scrutait le visage anguleux, séduisant et volontaire. Une femme peut-elle garder un homme plus de quelques années ? pensait-elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
autres livres classés : hong kongVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

Shogun

De quelle nationalité est John Blackthorne ?

Anglais
Hollandais
Espagnol
Américain

15 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Shogun de James ClavellCréer un quiz sur ce livre