AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1471679004
Éditeur : lulu.com (03/05/2012)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Lorsque Nathan rencontre Irwam, c'est le coup de foudre. Mais leur histoire semble impossible : Irwam est une gardienne du Voile. Au fil des histoires racontées dans les livres et des personnages imaginés, des mondes parallèles se créent... Le Voile est là pour protéger les humains. Eviter que les monstres des livres envahissent leur monde. Irwam peut-elle tomber amoureuse d'un être qu'elle aurait dû enfermer ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Myiuki
  07 novembre 2012
J'avais grand hâte de pouvoir découvrir ce roman dont la couverture me fascinait ! Étant visuelle, j'y avais vu à la fois la sobriété et la complexité qui saurait me donner envie de tourner l'ouvrage pour lire le résumé ! Cette bande noir, grise, blanche, ce voile tendu et qui semble vivant, avec cette jeune fille en son coeur dont l'ombre laisse supposer toute la dualité, deux formes différentes, deux objets tenus différents, ne vous fiez pas aux apparences semble nous dire la couverture, nous invitant à plonger dans un univers fantastique. Je ne pouvais pas résister à une telle offre !
Pour commencer je dois dire que je ne vais pas être aussi enthousiaste que mes camarades de lecture concernant cet ouvrage, mais je vais vous expliquer pourquoi, enfin, du moins, essayer. Et je précise que j'ai néanmoins apprécié ma lecture, même si, dans mon cas, elle a été ardue. Dans un premier temps, je pense sincèrement que, si je n'ai pas su m'approprier ce texte c'est parce qu'il m'a sans doute manqué quelques codes de l'univers de la fantasy. Étant peu adepte de ce genre de romans, je n'ai pas le "background" nécessaire pour ne pas me comporter comme une parfaite néophyte. Alors oui, l'univers créé par l'auteur est tout simplement magique, ingénieux, inventif, on se laisser facilement embarquer dans cette idée d'un Voile protecteur qui sépare différents mondes, plus ou moins magiques, plus ou moins imaginaires, et nous protège de créatures et de personnages fictionnelles qui s'en prendraient autrement aux humains que nous sommes. Par l'idée que ces créatures et ces personnages peuplant les livres sont créés, réellement, et vivent leurs vies dans des mondes inaccessibles aux humains mais que ces derniers alimentent par leurs croyances, tout simplement fantastique ! J'adore cette idée ! Je lis l'histoire d'un vampire et hop, le voilà qui devient réel, tentant, non ? J'ai été ravie par les explications données par l'auteur qui tente de percer avec nous le mystère de ce Voile, coeur du récit et de ses aventures. Il est présent même quand on ne le voit pas, il est comme un mince fil qui sépare la réalité de la fiction, comme une promesse aussi que ces deux mondes quelque part puissent ne faire qu'un, un jour peut-être. On apprend une partie de la genèse du Voile dans le texte, l'auteur n'est pas avare en descriptions et en explications, ce qui est plutôt rassurant car sinon je me serais vite perdue et j'aurais sans doute lâcher l'affaire. Je trouve justement que l'idée du Voile et de tout ce qu'il engendre, tout ce qu'il représente, attise la curiosité du lecteur et le maintient en haleine tout au long du livre, c'est sans doute l'une des parties les plus intéressantes de l'oeuvre. L'histoire des "habitants" du Voile m'a l'air tout simplement fascinante et finalement j'ai regretté qu'elle soit "si peu" développée, dans le sens où on rencontre les Gardiens, les Chasseurs, les Alwrs, les Alwars, les Trouble-Fête et autres entités du Voile, mais on ne sait que peu de choses sur eux, ça m'a manqué quelque part, je pense qu'il y avait peut-être là plus de matière que dans l'histoire "humaine" qui nous est contée. Ce côté un peu plus "magique" du roman m'a fascinée car il ouvre énormément de possibles, de situations inédites et nous conduit à un peuple qui a une longue, très longue histoire, somme toute fascinante d'ailleurs pour ce qu'on en apprend dans les premières pages du texte, là aussi, j'aurais aimé que ce conte ne s'achève pas si vite ...
Et de fait, ce qui m'a le moins convaincue si je puis dire dans ce roman, c'est son côté "normal". le monde des hommes m'a paru si fade par rapport au reste que je n'attendais qu'une chose, passer à la suite des aventures dans les mondes "parallèles". C'est ce qui m'a aussi le plus "ennuyée" et ce qui m'a paru "alourdir" ma lecture. C'était long, mais long. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, je pense que, même maintenant, je n'ai pas réussi à réellement m'y immerger comme j'aime à le faire. Pourtant, comme je le disais, l'univers fantastique en lui-même m'a paru très intéressant, j'y ai trouvé beaucoup de choses qui m'ont plu, les quêtes, les combats, l'aventure, d'un côté, la peur, le froid, l'étrangeté, la mort, de l'autre, et encore l'histoire, les lois, la mission, ces trois mondes que nous apercevons derrière le Voile m'ont emportée ailleurs, assurément, même si j'aurais aimé que ça soit d'une manière plus "prenante". Bien que j'étais impatiente de connaître la suite, je n'ai pas été aussi emballée que je l'espérais. Oui, on sent bien que le lecteur est tenu en haleine par la succession d'évènements, de découvertes et de rebondissements qui parsèment le texte, c'est une évidence, mais, sans que j'arrive à mettre le doigt sur le pourquoi, je me suis sentie comme engluée dans une sorte de langueur qui me faisait avancer avec une lenteur incroyable dans ma lecture. Voilà, je pense que ce roman est prenant, dense, mais pas forcément entraînant. Il m'a manqué un peu de punch, un peu moins de réflexion, que les choses se déroulent plus "vite" sans doute, sans tant de tergiversations. C'est difficile à décrire, d'autant que je reconnais que l'histoire de fond est vraiment bien écrite, rien à redire là-dessus, on sent tout le travail de l'écrivain derrière, c'est fascinant, passionnant. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié le fait qu'il y ait plusieurs niveaux d'écriture, plusieurs histoires qui se déroulaient en parallèle et qui, à certains moments, s'entremêlaient, ce style d'écriture à toujours tendance à me porter et c'est ce qui s'est passé ici. L'histoire de Coline et Nathan seule ne m'aurait pas du tout intéressée, c'est parce qu'il y avait autre chose autour que je me suis accrochée. La complexité du roman est incroyable, vraiment, elle permet de maintenir le lecteur dans un état de questionnement et de doute perpétuel. On sait que tout est écrit mais on se demande quand même ce qui va se passer à la page d'après, on espère que les choses immuables vont changer, que la fin sera autre, un vrai tour de force de la part de l'auteur de ce côté-là, c'est ce qui m'a tenu éveillée tout du long, connaître la fin !
Je dois être une mordue de jeux de rôles qui s'ignore parce que ce qui m'a le plus plu dans le roman, c'est toute la partie avec Léandre et Cassiodore dans leur monde. Et encore, là aussi il y avait quelques longueurs, quelques répétitions qui m'ont un peu gênée, mais c'est quand même ce qui, pour moi, a le plus d'attrait niveau aventure. Je m'explique. Là, tous les éléments sont réunis pour que le lecteur se prenne au jeu, une quête, un méchant sorcier, des équipes de joueurs dans un jeu mortel, des stratagèmes, des énigmes, des prophéties, etc. et surtout, un amour impossible ! Voilà, tout est là, tout est dit. On ne peut que s'émouvoir devant ce que vivent ces deux personnages, la peur, le courage, l'angoisse, la bravoure, ils sont à eux deux tout ce qu'on aime retrouver dans des personnages de fiction, ensemble, ils sont le tout qu'on adore rencontrer dans des livres d'aventure, ils nous apportent les émotions, les frissons, les dangers nécessaires à une bonne histoire. J'ai été conquise par leur univers. Que d'émotions à leurs côtés ! J'ai tremblé à la fin, j'ai pleuré aussi, j'ai espéré avec eux, je me suis consumée avec eux, non, vraiment, ils sont pour moi les personnages les plus forts du texte. Et cette histoire de romance, waouh ! Alors là, je suis fan ! C'est une torture, ça vous brise le coeur, mais franchement, y a rien de plus beau que ça. D'ailleurs, de ce côté-là, je reste sur ma faim, c'est quoi cette fin ? Dans leur monde, même le personnage du sorcier a su me toucher, par son enfance, par les railleries des autres, par tous les coups durs qu'il a traversé. La psychologie criminelle est à l'oeuvre dans cet ouvrage qui nous explique, en nous dévoilant le passé de ce sorcier maléfique, pourquoi il est devenu ainsi. On ne peut malgré tout s'empêcher d'avoir une dose de compassion pour lui aussi. Les personnages de Rubens, de Baudouin, de Dame-l'oeil, et les autres, tous apportent une petite touche de sincérité, de dévouement, d'amitié, de force, au texte. Ils en sont la richesse, même ceux qui n'apparaissent que brièvement m'ont marquée. Ça aussi c'est une force de l'auteur, il n'y a pas de personnage inutile, tous ont un rôle à jouer et resteront gravés dans la mémoire du lecteur. J'ai apprécié ce fait-là, parce que souvent, les personnages secondaires ne sont que des outils, bien vite oubliés, ici, ils sont la mémoire des autres. Absolument merveilleux ! du moins, dans le monde de Cassiodore et Léandre. Car pour le reste, j'ai trouvé, notamment, que Michel était bien vite oublié, lui ... Bref, tout ça pour dire que cette partie du texte, avec ses mystères, ses chevaliers, ses mages, ses prophètes, ses quêtes, déborde d'imagination et saura vous captiver. Vous allez avoir mal, vous allez être fatigué, vous allez souffrir, mais toujours, toujours, vous garderez espoir en une fin meilleure. Que demander de plus ? C'est une histoire qui vous prendra dans ses filets dès les premières pages. On ne résiste pas au charme ravageur de Léandre et de Cassiodore, c'est tout simplement impossible !
Et on en arrive du coup à la partie qui m'a le moins plu dans le roman, dommage car c'est l'une des plus importantes, si ce n'est, la plus importante, celle qui nous relate l'histoire de Nathan, de Coline et d'Irwam. Déjà, je dois dire que je n'ai pas du tout réussi à m'accrocher à Nathan, ni à Coline. Autant le premier, forcément je m'identifie un peu, dans son côté bouquinovore limite asocial mais je n'ai pas perçu de l'intérêt chez lui. Son "seul" côté intéressant c'est son côté créateur et encore, là aussi, finalement, j'ai trouvé que ça manquait un peu de développement. J'avoue que le fait qu'il soit en vacances sur un chantier de reconstruction d'une chapelle à l'ancienne m'est un peu passé au-dessus de la tête, j'aurais préféré qu'on détaille plus d'autres éléments sur lui, sur ce dont il est capable. Je ne sais pas, pour le reste, je l'ai trouvé un peu "creux". Et puis les développements sur sa relation merveilleuse avec Coline m'ont un peu "saoûlée" par moments, je m'en serais passée. Et du coup, Coline, pareil, je n'ai pas réussi à apprécier ce personnage que j'ai trouvé limite agaçant par moments, si ce n'est prétentieux. Et pourtant, je sens bien qu'elle est importante à sa manière, qu'elle souffre pour Nathan, pour ce qui lui arriver, etc. mais, impossible de m'y faire. Et puis, leur histoire d'amitié, trop sublimée à mon avis. Voilà, c'est le mot, j'ai trouvé que tous les deux étaient trop "sublimés", sur le fil du stéréotype, ni l'un ni l'autre ne m'ont touchée. Voir Coline pleurer m'a laissée de marbre, Nathan qui tombe amoureux, trop vite, trop facile, ça ne m'a pas touchée non plus. Ils ne m'ont pas permis de m'accrocher à leur histoire, d'y trouver le semblant de réalisme qui m'aurait donné envie de trouver de l'intérêt à suivre leurs pérégrinations. Contrairement au duo Léandre/Cassiodore, j'ai trouvé Nathan et Coline trop peu ou pas assez. C'est dur à dire, ils ne m'ont pas transmis d'émotions. En plus, j'ai trouvé leur relation un peu désuète, surannée, par moments, "trop beau pour être vrai" si on veut. Ils ne m'ont pas "fait envie". Et c'est vraiment dommage. Je ne sais pas, peut-être que, malgré les choses extraordinaires qui leur arrive, je les ai trouvé un peu trop "simples", un peu trop "faciles", finalement, ils subissent beaucoup plus qu'ils n'agissent. Ils se laissent porter par les évènements et ne tentent pas vraiment d'influer sur le cours des choses, du moins, c'est mon impression, même si on sent que Nathan a le potentiel pour faire évoluer l'histoire. Ce personnage-là aurait pu me convaincre, vraiment, avec sa petite touche magique, ses capacités, son don, il a une profondeur réelle, mais que j'ai ressentie comme peu exploitée, dommage. Leur quotidien, leur relation, n'ont pas su m'enchanter, même si je reconnais que ces passages où ils sont contés sont nécessaires à l'avancée du texte. J'ai notamment trouvé qu'à la fin, les choses étaient trop simples et allaient, une fois encore, trop vite. En un claquement de doigt on passe du coq à l'âne si je puis dire, non, pas crédible. Définitivement, je suis sans doute passer à côté de la plaque avec eux, avec ce qu'ils représentent, avec leur monde qui est le mien en fin de compte, ils ne m'ont pas permis de m'évader, de croire en eux, en leur histoire ...
La seule qui y soit parvenue dans ce trio, c'est Irwam. Pour ce qu'elle représente, pour ce qu'elle promet. Un personnage fascinant, qui nous ouvre les portes d'un monde insoupçonné, de légendes et de mystères ancestraux. Elle est la clé du roman, la voyageuse, celle qui raconte, qui explique, et qui, à la fin, finit par façonner également. J'ai beaucoup aimé l'évolution de ce personnage que, dès le départ, on sent enclin à enfreindre les règles, à vouloir vivre sa vie. Il est intéressant de la voir peu à peu prendre de l'ampleur et se "battre" pour ses idées, pour ses envies, même si j'avoue que, là encore, quand elle doit affronter ses pairs pour être jugée de ses erreurs, l'issue est trop évidente, trop facilement accordé aussi le pardon. Je ne sais pas, même si on sait qu'elle se bat, on ne le voit pas tant que ça, ça m'a manqué aussi, ce côté qui aurait pu s'imprimer sur ses actes et les rendre encore plus forts. Finalement, elle est intéressante par sa nature, j'ai été d'ailleurs impressionnée par l'idée de la complainte, impossible de ne pas imaginer le chant d'Irwam et de ne pas y succomber, mais également aussi par son physique, le vrai, celui que j'ai aussi visualisé et qui m'a époustouflée. Non, elle a vraiment une profondeur extrême cette Irwam, là encore, à part en quelques moments, je trouve qu'on passe à côté, notamment à cause de ses sentiments pour Nathan. le coup de foudre, ok, mais n'allons pas trop vite en besogne non plus. C'est son côté légendaire, magique, son apprentissage des mondes du Voile, ses propres capacités qui font que le lecteur s'attache malgré tout à elle et a envie de la suivre. J'aurais aimé qu'elle soit plus encore, là aussi, je n'ai pas réussi à ressentir des émotions fortes à ses côtés, alors qu'elle les vit ! J'ai juste pu percevoir ce que serait de traverser ce fameux Voile, de découvrir tout ce qui se cache derrière, d'être une Gardienne, mais pour le reste ... le personnage qui se rapproche le plus d'Irwam et qui m'a totalement fascinée, c'est Nawej. Dès le départ, on sent son côté rebelle, qu'il est peut-être la clé de l'évolution irrémédiable de son propre monde et j'ai eu une intuition, pour le livre, ce ne peut être que lui, enfin, c'est mon hypothèse. Et l'épilogue ... Bref, voilà un personnage que j'aurais aimé connaître beaucoup plus, il m'intrigue, il me donne envie de percer ses mystères, de le comprendre, de savoir où il veut en venir avec tout ça. Il me semble aussi un brin manipulateur, il a un but, c'est évident, mais lequel ? Voilà, là, il y a de la matière ! Ce qu'Irwam et lui représentent est déjà fascinant, envoûtant, passionnant en soi-même, j'aurais voulu en apprendre tellement plus ! Peut-être dans un tome 2 ? Ce qui porte le roman, outre Irwam, c'est l'écriture de l'auteur, belle, douce, peut-être un peu trop descriptive par moments, mais ça s'explique par l'univers si unique de l'auteur qu'elle doit nous le représenter en détails pour ne pas qu'on s'y perde (merci pour la carte !), peut-être un peu trop alanguissante aussi. Malgré tout, très poétique, musicale, on se laisse emporté par les mots, ils ont tous leur importance et sont manier avec talent, c'est indéniable. Une plume accomplie sans aucun doute et qui mérite d'être découverte.
J'aurais encore beaucoup de choses à dire sur ce roman mais je vais m'arrêter là, je pense avoir fait le tour. J'ai aimé son univers si particulier à ce roman. C'est une livre qui vous plonge dans un imaginaire inimitable, dont l'histoire vous fait rêver, vous fait croire à l'impossible. Il y aura manqué, pour moi, une touche supplémentaire "d'entrain", qu'il soit peut-être plus "vivant", moins idéalisé. Cela dit, même si moi je suis passée un peu à côté, je sais qu'il ravira beaucoup d'autres lecteurs ! C'est un roman foisonnant qui vous ouvre les portes de mondes fantastiques et inoubliables. A votre tour de lever le voile !
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dgcourrier
  08 juillet 2012
Tout d'abord je tiens à signaler que je ne suis pas chroniqueuse et que mon billet s'apparente plus à un commentaire.
Le livre d'Anna Combelles est tout à fait particulier car l'histoire est totalement inédite et particulièrement originale. C'est la raison pour laquelle il est difficile de résumer le roman sans en dévoiler le contexte.
Tout commence quelquepart, dans une grotte où la mère d'Irwam (enfant) conte l'histoire des hommes et le pouvoir des mots qui déclenchèrent la création. « Deux mondes se côtoient…, et les hommes continuent de rêver des monstres que les Gardiens enferment derrière ce Voile ».
Tout continue ailleurs avec un chevalier qui cherche une demeure, perdu sur un chemin trop sec, par une route trop longue, dans un dédale inextricable, il recherche l'issue d'un jeu dans lequel il a été piégé.
On associe donc l'idée du Voile à ces deux mondes, erreur… et voilà l'idée !
De quelquepart à ailleurs, on dérive vers aujourd'hui et maintenant : Coline et Nathan, deux jeunes personnes liées par une amitié indéfectible qui s'apparente à un amour fraternel s'apprêtent à passer leurs vacances dans le Sud, participant en tant que bénévoles à un projet de restauration d'une chapelle romane.
Le décor est planté, l'intrigue peut commencer, au grè de la complainte d'Irwam.
Par une alchimie fabuleuse, l'auteure n ous transporte d'une strate à l'autre, au-travers du Voile et des sentiments ambivalents que les protagonistes se portent. le pari est osé, au risque de nous perdre, mais il fonctionne à merveille. Les mondes s'imbriquent et se complètent, les personnages se frôlent, se partagent et se fondent dans le Voile. Qui de Pygmalion ou de ses Galatées saura capter au mieux notre attention ?
L'épopée fantasy est abilement mêlée au monde moderne, et si tout cela n'était pas le fruit du hasard ?
Un livre à découvrir absolument, une balade intemporelle qui ne nous laisse pas indifférent. Je ne regarderai plus jamais l'arc de lumière que crée le soleil sur les gouttes d'eau, ou l'image déformée renvoyée par la grande chaleur de la même façon. Et s'il s'agissait du Voile ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
stellade
  27 octobre 2012
J'ai lu tranquillement les première pages de la mise en place de l'intrigue...Pas facile, car la Fantasy n'est pas une habitude. Puis , je me suis laissée embarquer dans le flux de l'histoire.J'ai trouvé le style plus limpide dans la deuxième partie du roman. L'emploi des mots et du style sont bien structurés, au début, et j'ai un peu lutté...Mais bon, mon désir d'en connaître la fin a été plus fort!!!!
Au-delà du style, je me suis attachée à ces personnages: Coline et Nathan; Irwam, Cassiodore et Léandre.
Ce qui m'a fait plaisir, ce sont des clins d'oeil à des lectures, des habitudes( forums de lecture).
Finalement, j'ai refermé le roman hier soir, satisfaite de ma curiosité pour ce genre.
Commenter  J’apprécie          130
Stellabloggeuse
  06 juillet 2014
Les histoires racontées par les auteurs dans leurs romans et leurs histoires engendrent des créatures et des univers auxquelles leurs lecteurs adhèrent, y croyant parfois dur comme fer. Ce faisant, ils donnent naissance à des mondes parallèles peuplés de créatures plus ou moins bienveillantes. Alors, pour protéger les hommes de leurs créatures, les sorciers ont créé le Voile. Irwam en est l'une des gardiennes. Mais lorsqu'elle rencontre Nathan et en tombe amoureuse, elle va devoir faire face à un cruel dilemme… Pendant ce temps, dans un monde médiéval, le chevalier Léandre et le mage Cassiodore sont aux prises avec un Jeu impitoyable…


J'ai beaucoup aimé l'idée de base du roman selon laquelle les livres, les créations littéraires et orales pourraient donner vie à des mondes parallèles et à leurs habitants. Cela célèbre le pouvoir de l'imagination, en la mettant au centre des choses. J'ai également apprécié l'idée de ce Voile séparant les mondes et protégeant les mondes, avec leurs gardiens au sujet desquels j'aurais aimé en savoir un peu plus je l'avoue, même si le roman est déjà très riche.

Le récit alterne régulièrement entre deux de ces mondes. Nous avons d'une part le monde des hommes où nous suivons Nathan et Coline, deux jeunes gens de 18 ans qui font un chantier de jeunesse pour leurs vacances.

Nous avons d'autre part ce monde médiéval où évoluent Léandre et Cassiodore, pris au piège d'un Jeu cruel. Ce monde est d'une belle complexité, avec ses Mages, ses Druides et ses prophètes, et une cartographie dont l'auteure nous livre peu à peu les clés. C'est un vrai univers fantasy, bien fouillé et qui prend vie grâce à des descriptions efficaces. Il faut du temps pour entrer dedans et en maîtriser les règles, c'est un monde assez exigeant.

Entre les deux, Irwam se démène et nous fait découvrir le Voile, un monde à lui tout seul, lui aussi complexe. Elle tente de faire appliquer les règles établies, même si elle est aussi très tentée de laisser parler son coeur… Car dans ce roman il est aussi questions d'amours impossibles. Si la relation d'Irwam et Nathan ne m'a pas trop emballée (trop simple), l'autre (dont je ne vous dirai RIEN) m'a beaucoup plue par sa subtilité. Mais aucun pan de l'intrigue ne m'a complètement « emportée », il m'a manqué un petit quelque chose que je ne saurais expliquer.

On s'attache assez facilement à Nathan qui est un garçon bien, même s'il a un côté très asocial. Coline a un caractère plus fort et plus égocentrique, je ne l'ai appréciée que grâce à sa profonde amitié pour Nathan. Irwam est sympathique mais un peu trop effacée par rapport à son rôle, crucial. Au final, ceux que j'ai préférés sont Léandre, le chevalier un peu bourru et surtout Cassiodore, le Mage à l'extrême sensibilité.

Anna Combelles a un style assez exigeant, avec des phrases longues, comportant de nombreuses incises. Au début, on a un peu de mal à reprendre son souffle. Mais cela passe au fur et à mesure, soit que le style s'allège, soit que l'histoire nous emporte. Quoi qu'il en soit, elle a beaucoup de potentiel. Ses descriptions sont bien ficelées, elle entre dans la psychologie de ses personnages, et elle ajoute en prime de petits éléments de sa vie de lectrice et de bloggueuse. Et pour un premier roman, nous avons une très belle structure narrative. Un bémol sur la forme, il reste de très nombreuses coquilles, je pense qu'il y a eu un souci de correction. le roman ayant été réédité, je pense que cela a dû être gommé.


Ainsi, c'est un roman assez exigeant en raison de la densité de ses univers et de son style d'écriture. Si l'intrigue ne m'a pas complètement emportée, je salue l'excellent travail de création, la richesse de l'imaginaire, et le tandem Léandre/Cassiodore qui m'a davantage touchée. Je pense que c'est un roman qui plaira aux amateurs de fantasy, mais aussi aux néophytes sensibles au pouvoir de l'imagination.
Lien : http://romans-entre-deux-mon..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
didikari
  18 juillet 2013
J'ai lu ce roman il y a quelques temps et je peux donc dire qu'il fait parti de ces livres qui même refermé depuis un moment laisse une trace.
On suit les aventures de Nathan, un jeune homme épris de lecture. Jusque là pas de soucis, sauf qu'il s'avère que l'imaginaire des hommes donne naissance aux fruits de leur imagination. Et tout le monde sait que l'on se passionne plus facilement pour les créatures terrifiante que pour de charmantes bestioles.
Donc Nathan aime lire et part effectué un chantier de vacances avec sa bonne copine coline, qui elle n'est pas du tout mais pas du tout attirée par l'écrit.
Très vite, Nathan va entrer en contact avec Irwam, une gardienne du Voile, cette frontière érigée pour protéger les simples mortels des monstres et autres créatures fantastiques tirées de leurs rêveries ou cauchemars.
Ce premier tome, car je pense qu'il y aura sans doute une suite vu la fin ouverte, présente le monde du voile, ses créatures, ses règles , ses intrigues. On ne trouve pas toutes les réponses à nos questions, après réflexions je ne suis même pas sure d'en avoir trouvé une seule. Par contre cette idée de faire exister le fruit de l'imagination des auteurs ou des lecteurs est génial, mais pour ma part je ne suis pas certaine d'être capable des mêmes sacrifices que Nathan.
En plus de cette histoire "réelle" , on découvre avec Nathan le roman qu'il lit et source de ses ennuis. Pas de spoil ici, mais les personnages du roman dans le roman sont attachants, on sent tout de suite où mène l'intrigue et cela engendre pas mal d'interrogations: Qui a écrit ce livre et pourquoi et quel rapport avec les évènements qui amènent Irwam et Nathan à se rencontrer.
"La complainte d'Irwam " est un premier roman d'une auteur qui fréquente assidûment les forums de lecteurs, du coup on retrouve quelques clins d'oeil à cette communauté. C'est bien écrit, facile à lire et donne envie de connaître la suite et le fin mot de l'histoire!
Lien : http://livravivre.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
StellabloggeuseStellabloggeuse   06 juillet 2014
Avec cette machine, les textes purent traverser les distances infinies et mener à tous ces histoires si longuement enfermées… Avec elle, les monstres renaissaient, redoublant de forces incalculables, puisque les hommes les retrouvaient, les aimaient, les adulaient et cessaient de les craindre ! Un épanchement de créatures, infâmes, nouvelles de surcroît – l’imagination des hommes étant libérée de la gangue des traditions orales – envahit la surface du monde humain… Mettant à bas des années de surveillance, créant des régions malsaines. Mais les Sorciers veillaient. Encore. Et le Voile protégeait. Il séparait les humains de ces monstres et prédateurs potentiels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nanetnanet   09 mai 2012
Conscientes du phénomène mais ne parvenant pas à l’éradiquer, des générations de grands Sorciers œuvrèrent pour enfermer la puissante magie des mots. Ils parvinrent à empêcher des monstres sanguinaires…
- Les démons ? la coupa l'enfant.
- Oui, et les ogres, loups-garous, ou autres succubes…
- De nuire aux hommes, récita Irwam, faisant sourire sa mère.
Commenter  J’apprécie          60
nanetnanet   09 mai 2012
Aux confins des temps, alors que les hommes commençaient à poser leurs émotions et leur volonté sur des parchemins ou des tablettes encore naïves, ils libérèrent la plus puissante magie, celle de la création.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : sorciersVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2686 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre