AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2302051912
Éditeur : Soleil (22/06/2016)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Dans la cité-état semi-elfe de Trein ErMadenn, le haut conseil refuse catégoriquement de commercer avec les Hommes, leur vouant une haine et une rancœur sans limite. Urghain, l'un des plus importants conseillers de la ville, révolté par ce comportement sectaire se saoule dans une taverne et tue accidentellement son propriétaire. Condamné par ses pairs à « la fosse », il est miraculeusement sauvé par un mystérieux inconnu. Ce dernier a capturé une Goule et fait savoi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  15 décembre 2017
Quoi ma Goule, qu'est-ce qu'elle a ma Goule ?
T'en as pas un peu marre ?
Qu'est-ce tu veux qu'on y fasse ?
Oh je sais qu' c'est le fil du scénar
C'est Lahsaa qui vient et toi tu trépasses
Souvent elle nous revient dare dare
Pour vous croquer la face.
Quoi ma Goule, qu'est-ce qu'elle a ma Goule ?
Si t'en as marre d'la voir
Faut pas lire cette Bd
Mais tout d'même c'est bien le panard
Tous ces Elfes que j'ai admirés
Il faut bien que je les compare
Mais voilà j'crois qu'ils sont parfaits.
Quoi ma Goule, mais qu'est-ce qu'elle a ma Goule ?
(Désolée, mais je n'ai pas pu m'empêcher ... C'était trop tentant :-) )
Commenter  J’apprécie          4011
Alfaric
  02 juillet 2016
Face aux dessinateurs de mangas qui sortent 48 pages en 2 semaines et face aux dessinateurs de comics qui sortent 48 pages en 2 mois, il est difficile de fidéliser un public avec des dessinateurs de bandes dessinées qui font 48 pages en 2 ans… Donc de plus en plus d'éditeurs ont opté pour la formule gagnante de la collection thématique où interviennent plusieurs auteurs (les puristes crient à l'hérésie, mais il fallait bien trouver une solution pour ne pas dépérir encore davantage face à la concurrence). C'est dans cette optique que les éditions Soleil ont sortie les séries "Elfes" puis "Nains"…

Ce tome 14 revient dans la Cité-Etat semi-elfe de Trein Er' Madenn Fern fondée dans le tome 4… Cela fait de bien de voir mise une en scène une République médiéval-fantastique car marre des monarchies de pacotille traditionnelles à mon genre de prédilection ! Au sein du conseil de la Cité, nous suivons les débats entre progressistes, menés par Urghain, Fergon et Heymy-Li (^^) et conservateurs, mené par l'hominus crevaricus Thorn'un, synthèse de la pourriture politicarde prête à tout et au reste pour conquérir le pouvoir et le conserver…
Le bouillant Urghain ne veut pas que son peuple métisse passe de victime à bourreau, car il voit très bien où peut conduire la pente glissante de l'isolationnisme et du racisme… Victime d'un complot, il est conduit au jugement de la fosse pour être sauvé par un mystérieux étranger qui va le conduire vers un complot plus terrible encore… Car la horde des morts-vivantes conduite par la nécromancienne elfe noire Lah'saa poursuit sa route vers le sud en semant mort et destruction sur son passage, et les représentants du Grand Capital sont prêts à faire alliance avec la Bête Immonde. Tout le monde sait comment cela va finir : dans le sang et les larmes, avec des rats ploutocratiques qui quittent le navire qu'ils ont eux-mêmes contribué à faire échouer par avidité en jouant à pile ou face aux games of thrones… Allez pourrir en enfer, messieurs les tocards politicards !!! MDM
Une assez bonne bande dessinée fantasy, qui ne démérite absolument pas, mais pour laquelle je n'ai pas réussi à m'emballer malgré les graphismes réussis du dessinateur serbe Vukic assisté aux couleurs de Digikore Studios. Déjà les semi-elfes sont le maillon faible de la série, avec aucun fil conducteur et aucune figure récurrente entre les différents tomes, tous dessinés par des artistes différents. de plus force est de constater que la Fantasy n'est pas le genre de prédilection du prolifique Eric Corbeyran : ici il emprunte à ses collègue Nicolas Jarry et Jean-Luc Istin leurs boîtes à outils, mais on reconnaît trop facilement Nicolas Sarkozy, François Hollande ou Marine le Pen derrière les discours détestables de telle ou telle pourriture carriériste… C'est un peu le problème, avec la nouvelle génération de bandes dessinées fantasy les scenarii ont clairement gagné en qualité pour franchir un cap, mais ce n'est pas encore le cas des oeuvres de l'auteur… le narration se veut soignée avec prologue, tragédie en 3 actes présentant unité de lieu, de temps et d'action, et épilogue, mais la chute est un peu brutale et on se retrouve orphelin de figures auxquelles se raccrocher (les twists sanglants c'est bien, mais quand tu tues tout le monde et qu'il ne reste plus personne à suivre le destin c'est naze : j'ai un peu peur pour la fin de la saga de GRR Martin…).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          282
tchouk-tchouk-nougat
  03 juillet 2016
La cité-état semi-elfe de Trein Er' Madenn Fern est dirigée par une assemblée de conseillers qui se réunissent sous la coupole afin de débattre des problèmes. A l'ordre du jour, et depuis un moment, s'affronte deux clans : le premier souhaite se replier sur soi et refuser tout commerce avec les humains qui les ont si mal traités, le second aimerait voir la cité faire table rase du passer et s'ouvrir au monde. le conseiller Urghain fait parti de ses derniers. Il va alors être victime d'un coup monté et se retrouve le "bourreau" dans "la fosse".
Dans ce tome là aussi nous retrouvons Lashaa et son armée de goules. Avec une fin un peu près comparable au reste des tomes, c'est à dire pas très réjouissant. Revoilà nos semi-elfes en errance.
Dans l'ensemble j'ai trouvé ce tome un cran en dessous du reste de la série. Si le scénario reste bien construit et la lecture plaisante, il manque ce petit plus qui permet au lecteur de vraiment vivre l'histoire. Notre trio de personnages présenté comme nos héros sont un peu fade, pas vraiment mis en valeur. On a du mal à accrocher à leur destin. Et je ne parle pas de l'amourette tout juste évoqué qui est pas du tout bien exprimée. Les sentiments manquent au long de l'histoire tout comme les retournement de situation manque de fluidité.
Un peu déçue pour ce tome qui, s'il est plaisant à lire, n'est pas à la hauteur du reste de cette série que j'affectionne beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
meygisan
  02 octobre 2016
Ce tome 14 permet de retrouver la plume d'Eric Corbeyran, auteur que j'apprécie déjà beaucoup et de plus en plus tellement son écriture nous parle. Elle permet également de découvrir le talent de Bojan Vukic aux dessins, que j'aime beaucoup. Ceux ci atteignent un degré de finesse assez époustouflant, tant dans les gros plans, que les arrières plans, dans les personnages et les décors. Son trait est harmonieux et juste, à la fois épuré et très détaillé. L'illustration de l'hémicycle de la page 45 en est un bon exemple. malgré l'éloignement et la taille des personnages, on peut remarquer qu'aucun ne se ressemble, que ce soit les visages, les coiffures, la tenue et même les détails vestimentaires. Il n'y en a pas deux pareils. C'est assez impressionnant!
Sinon scénaristiquement parlant, ce presque one shot reprend l'histoire des semis elfes, en la replaçant dans le contexte global de la série et en la confrontant à la menace qui pèse sur toutes les terres d'Arran. Là où tous les autres peuples ont choisi la voie de la guerre pour s'opposer à Lah'Saa, Eric Corbeyran propose d'explorer une autre voie, celle de la diplomatie, ou de la soumission, c'est selon votre interprétation. Il explore cette voie à travers l'histoire de cette nation semi elfe qu'il connaît bien, à l'endroit même de son établissement, hautement symbolique jusque dans le nom de la cité, la bien nommée Trein Er'Madenn. le peuple semi elfe est devenu, au fil des années, un peuple plutôt diplomate dont le système politique est basé sur une démocratie type grecque, mais quand même très renfermée sur elle même, à l'image de la plupart des cités grecques antiques. Corbeyran souligne cet enfermement en insistant sur le fait que les semis elfes refusent les échanges commerciaux de quelque nature que ce soit avec les hommes. Et pourtant les semis elfes vont se laisser convaincre de négocier et de s'allier avec la Nécromancienne. Intrigue politique, trahison, jugement inique sont à l'oeuvre dans ce tome pour que les pions du destin se mettent en place et que l'histoire se joue. La conclusion est plus qu'amer et tombe aussi violemment qu'elle est évidente, on ne négocie pas avec la nécromancienne, on ne négocie pas avec la mort. mais Eric Corbeyran va plus que de renouer avec la mythologie de la série en replaçant son peuple semi elfe sur les routes. Exil, errance, rejet sont l'apanage de ce peuple, qui, un jour, a rêvé d'identité, de sédentarisation et d'avenir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
lechristophe
  16 avril 2018
Un album qui fait un pas de côté par rapport au contexte général de la série dans son ensemble, comme toujours avec les tomes sur les semi-elfes. Cela n'est pas pour me déplaire. On se repose ainsi un peu de cette invasion de morts-vivants qui déferle sur le monde d'Arran depuis le tome 6, même s'ils sont encore présents ici.
Le scénario est plus axé sur la politique car les semi-elfes vivent en démocratie et les décisions importantes se prennent au cours de votes à main levée au sein d'une assemblée. Ici, il est question d'autoriser le commerce avec les humains, ce qui est refusé par l'assemblée dont son premier conseiller dans un repli nationaliste et isolationniste. L'humiliation subie par les marchands humains va se transformer en un vaste complot faisant intervenir les goules de Lah'saa...
Avant d'avoir lu le tome 15, pour moi, ce quatorzième album est le meilleur de cette troisième saison. Surtout grâce aux magnifiques dessins de Bojan Vukic, clairs, compréhensibles, bien colorés. Pas de déformations anatomiques d'une case à l'autre. Des personnages aisément reconnaissables. Des scènes de combat nettes et pas embrouillées. Voilà ce que je demande à une bonne BD de fantasy et que j'ai retrouvé ici.
Même si tout n'est pas au top côté scénario (le personnage de Fergon est inutile puisqu'il ne fait qu'accompagner Heymy-Li tout au long de l'album et n'a pas de vie propre), "Le jugement de la fosse" m'a plutôt emballé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (2)
Elbakin.net   06 septembre 2016
Cobeyran essaye de raconter une histoire intéressante de lutte de pouvoir, tout en l’intégrant dans la Grande Histoire du monde que l’on suit depuis maintenant depuis quinze tomes, mais le résultat est au final juste passable.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Sceneario   18 juillet 2016
Un nouveau focus tragique sur le peuple des semi-Elfes qui a certes son intérêt mais qui reste perceptiblement un ton en dessous des autres épisodes.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   04 février 2017
La fosse est une tranchée circulaire d’environ 3 mètres de large. En son centre se trouve un tertre au sommet duquel sont déposées toutes sortes d’armes blanches. Le fond de la fosse et les parois du tertre sont très boueux, ce qui rend l’accès au sommet difficile et incertain. Le premier qui arrive en haut s’empare d’une arme et peut commencer le combat. Ce qui complique la tâche de l’autre qui se retrouve à devoir escalader et à éviter les coups en même temps. Fort heureusement, avide de sang et d’émotions, la foule vous encourage à ne pas vous faire massacrer trop vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
AlfaricAlfaric   20 décembre 2018
Le libre échange, le commerce et l’hospitalité qui étaient des droits fondamentaux sont aujourd’hui bafoués par un conseil de plus en plus intransigeant composé de vieillards réactionnaires et de jeunes coqs qui ignorent tout du passé et véhiculent des idées haineuses pour s’affirmer !
Commenter  J’apprécie          190
AlfaricAlfaric   29 juin 2016
La diplomatie est la mère de la sagesse… mais elle est surtout la sœur de la frustration !
Commenter  J’apprécie          180
AlfaricAlfaric   26 décembre 2018
- J’ai eu vent des rumeurs… Mais on fait dire ce qu’on veut à la brise qui chante à travers le feuillage !
Commenter  J’apprécie          140
MarquePageMarquePage   26 juillet 2016
- Ne menace ton adversaire que lorsque tu es sûr de pouvoir l'atteindre !
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
Videos de Éric Corbeyran (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Corbeyran
Grégory Charlet est devenu dessinateur de BD très jeune. Après "Le maître de jeu" aux côtés de Corbeyran chez Delcourt, il a réalisé "Kabbale" chez Dargaud en tant qu'auteur complet... avant de connaître une traversée du désert, due à des problèmes physiques (l'épaule qui lâche). Il est revenu par la porte de chez Bamboo avec "Le carrefour" et "Les s?urs Fox" (le tome 2 est à paraître à l'automne 2019). Mais aujourd'hui, c'est dans le registre de l'espionnage qu'il inaugure au côté de Régis Hautière l'adaptation BD de l'émission culte de France Inter "Rendez-vous avec X". Sous ses crayons, le premier dossier chaud rapporté par Mr X se déroule dans le cadre de la révolution culturelle "Chinoise"...
+ Lire la suite
autres livres classés : elfesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Métamorphose

En quelle année est paru pour la première fois "La Métamorphose" ?

1938
1912
1915

11 questions
127 lecteurs ont répondu
Thème : La Métamorphose de Franz Kafka de Éric CorbeyranCréer un quiz sur ce livre