AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2302030893
Éditeur : Soleil (23/10/2013)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 110 notes)
Résumé :
QUATRIÈME VOLET DE LA SÉRIE INÉDITE "ELFES".

Reniés par les races pures, les semi-Elfes sont voués à disparaître. L’élu pourra-t-il changer leur destinée ?

Les semi-elfes n’ont ni pays, ni patrie, ni roi, ni unité. Ce sont des bâtards dégénérés qui vivent éparpillés et disséminés. Détestés par les races « pures », ils sont persécutés, chassés, bannis, emprisonnés, lorsqu’ils ne sont pas purement et simplement éliminés à la naissance. Ma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  18 octobre 2017
Semi, semi...il faut le dire vite !
Car ces semi-elfes n'ont vraiment rien à envier aux Elfes purs. Ils sont tout aussi valeureux, fiers et magnifiques ! Ils ont même un petit côté sauvageon qui les rend encore plus charismatiques !
Bon et bien voilà, j'en suis au 4ème tome de la série Elfes et plus j'en lis, plus j'ai envie d'en lire !
Commenter  J’apprécie          310
meygisan
  25 septembre 2016
Eric Corbeyran est au scénario de ce tome 4, et connaissant un peu l'homme, je m'attends à une histoire qui restera dans les mémoires, ou du moins qui marquera les esprits des lecteurs de cette série.
Ici l'auteur s'intéresse aux semi elfes, méprisés par toutes les races dites pures, et attendant le moment où un élu prendra leur tête pour revendiquer un territoire et les faire reconnaître comme une véritable nation.
Corbeyran commence donc son histoire avec une prophétie annoncée dans la mort et va jusqu'au bout de celle ci jouer la carte du doute. En effet il est dit qu'un élu portant une marque se portera au devant des semis elfes pour les amener vers la reconnaissance, la fin de l'oppression, des bannissements et des travaux forcés. Mais jamais il ne révèle son identité, la prophétie est restée floue, imprécise, et quiconque peut s'en emparer pour l'interpréter à sa manière, selon ses inspirations. J'ai beaucoup aimé cette atmosphère, basée sur l'interprétation, qui baigne cette histoire du début à la fin. Rien de clair n'est dit au sujet de cet élu, juste qu'il porte une marque, et libre à n'importe qui de se revendiquer dans ce rôle dès lors qu'on porte une marque.
Mais la "supercherie" se révèle au fur et à mesure du récit, Eric Corbeyran, nous emmenant sur différents tableaux pour mieux nous embrouiller, si tant est qu'on puisse parler de supercherie. Car sa volonté n'est pas de nous embrouiller mais bien de nous montrer la duplicité et l'incertitude que peut former l'annonce d'une telle prophétie. du coup la figure emblématique de l'élu est bien mise à mal car il suffirait d'annoncer une prophétie pour que le premier venu, suffisant encouragé par son entourage qui lui vouerait une solide confiance, et présentant suffisamment de qualités de meneur, puisse bouleverser l'avenir d'un peuple. En fin de compte il n'y aurait pas d'élu mais simplement un individu suffisamment responsable. Corbeyran brouille les pistes car, potentiellement dans cette histoire, ce n'est pas moins de 3 personnages qui pourraient se révéler être le fameux élu jusqu'à ce que les codes soient bouleversés et les mythes mis à mal, à l'annonce du retour d'un personnage prétendu mort. le narrateur de cette histoire n'est pas le personnage principal, et pourtant au fil de l'histoire, son rôle se détache, se profile, s'affine et se précise dans la trame générale à un point tel que l'élu n'est sans doute pas celui qui était annoncé comme tel dès le début.
Bon vous l'aurez compris, j'ai adoré cette histoire, qui vous pose des questions à la fois au niveau très terre à terre de l'intrigue, qui est menée d'une main de maître, mais également à un niveau plus "philosophique" ou existentiel, dépassant très largement le cadre de cette bd.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
tchouk-tchouk-nougat
  07 février 2014
Dans ce monde elfique il y a les races pures : les hommes, les elfes, ...
et il y a ceux qui sont un peu des deux. Et au final être un peu des deux c'est être de nulle part. Ni accepté par les hommes, ni toléré par les elfes ils sont exilés, chassés, exploités.
Heureusement un sort intolérable donne souvent naissance à des héros. Un élu qu'aura prédit un prophète. Un élu qui guidera son peuple vers une terre promise.
Une histoire un peu classique mais bien montée. Tout ce qu'on regretter c'est un dénouement trop rapide mais cela tiens du format. Quand on a un seul tome il faut bien condenser l'histoire.
Commenter  J’apprécie          120
Sabinerose
  28 mai 2017
Pour je ne sais quelle raison stupide, avant d'ouvrir ce quatrième tome, je pensais que ce serait le plus barbant de la série. Grossière erreur !
Le scénario dense, riche en rebondissements et retournements de situation, nous mène à la découverte de ces êtres ni totalement humains, ni totalement elfes, haïs par les uns, méprisés par les autres, pourchassés par tous, exterminés ou réduits en esclavage : les semi-elfes. S'il est une nouvelle fois question de préjugés, d'exclusion et de rejet massif, ce tome 4 aborde le sujet de manière nettement plus positive que dans les deux albums précédents. Il rejoint en ça le premier tome, montrant que lorsqu'il y a du courage et de la bonne volonté de part et d'autre, cela permet d'accomplir de grandes choses.
Le seul regret que l'on puisse avoir est que cet opus ne compte pas le double de pages afin de pouvoir approfondir certains aspects du récit qu'on ne fait que survoler, faute de place.
Comme d'habitude dans cette série, le dessin est un régal pour les yeux, avec mention spéciale pour le soin mis dans les visages des semi-elfes. Les traits sont clairement mi-humains mi-elfiques, les tatouages et autres signes distinctifs permettant même de reconnaître le peuple d'Elfes d'origine.
J'ai également adoré les flash-backs, artistiquement mis en valeur par les cadres des cases et le noir des pages.
Du coup, je ne critiquerai même pas la broche, piquée au Seigneur des Anneaux, fermant les capes des Elfes sylvains. On dira que c'est un hommage dédié aux amateurs de fantasy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Parthenia
  30 janvier 2015
Jih-Biin, le semi-elfe de la couverture, raconte. Il raconte l'histoire de son peuple, sa rencontre avec Nah-Thaal, l'élu de la prophétie promettant à sa race persécutée et éparpillée à travers le monde de se rassembler à l'ère du renouveau derrière une seule bannière pour ne plus former qu'une seule nation.
Nah-Thaal, épaulé de Jih-Biin et de la belle May-Liiss, mène donc depuis des années son peuple à la recherche d'une terre accueillante. La chance semble enfin leur sourire quand l'élu obtient une audience de la reine des elfes sylvains pour négocier leur installation sur les ruines d'une de ses cités, tandis que Jih-Biin est approché par une femme mystérieuse et porteuse d'un secret...
On ressent plus dans ce tome la contrainte inhérente au concept du one-shot et qui ne permet pas à l'intrigue de se développer pleinement, car si l'idée de départ était très intéressante, le scenario était peut-être un peu trop ambitieux pour se satisfaire d'un seul tome, d'où une impression de facilité et de survol...
Certains personnages ou certaines situations sont introduits de manière un peu trop rapide, si bien que leurs actions ou leurs décisions ne semblent pas très crédibles.
Autre déception : nous n'avons ici, contrairement aux autres tomes, aucun repère géographique. Mais peut-être est-ce une volonté du scénariste pour coller au plus près de l'histoire de ce peuple apatride, condamné à l'errance.
Côté illustrations, je les ai trouvées très belles, et le découpage donne du rythme à l'histoire. J'ai particulièrement aimé la diversité des visages, des coiffures et des tatouages tribaux de ces elfes sylvains et demi-elfes.
Pour conclure, une lecture très agréable mais la trame trop riche de l'histoire est desservie par le format étriqué du one-shot. du coup, les rebondissements, trahisons, faux-semblants et révélations qui parsèment l'histoire semblent un peu artificiels...
Lien : http://parthenia01.eklablog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81

critiques presse (3)
Auracan   03 décembre 2013
La série concept en est déjà à son 4ème tome et elle ne faiblit pas [...] Les dessins de Bordier (Souvenirs d’un elficologue) sont de grande qualité. Les personnages sont charismatiques, les décors nous en mettent plein la vue et le découpage, fluide et efficace, nous procure un bon moment de lecture.
Lire la critique sur le site : Auracan
Elbakin.net   04 novembre 2013
Alors que nous aurions pu nous appuyer sur un récit des plus intéressants autour de la négociation entre ces deux peuples, montrant ce qui les oppose et les réunit, il faut vite déchanter. L’histoire se divise en deux parties, dont l’une se perd dans une quête d’artefacts alors que l’autre raconte les problèmes de l’élu vis-à-vis de son peuple.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Sceneario   24 octobre 2013
Récit parfois un peu convenu dans son déroulé, L'élu des semi-elfes ne sort jamais du sentier battu [...] L'élu des semi-elfes demeure un agréable moment de lecture, un conte très visuel dans la continuité des tomes précédents, à consommer de préférence à proximité d'un bon feu de cheminée.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
lechristophelechristophe   17 avril 2016
L'homme avait été accusé de sorcellerie. [...] Il disait qu'il était un prophète. [...] Le bourreau a levé sa hache et l'a laissé retomber. Le prophète a été coupé en deux. La tête a roulé dans la poussière et la foule a hurlé. Puis le silence est retombé car la bouche a continué à parler. [...] Ceux qui n'avaient pas fui la place étaient figés d'effroi. Par précaution, le corps et la tête furent brûlés. Les cendres dispersées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
TelKinesTelKines   05 novembre 2018
- Qui que tu sois… Ou quoi que tu sois… Si tu comprends mon langage… Sache que je n’en veux pas à ta vie… Je cherche une épée…
- Il me semble que tu en possèdes déjà une… Celle que tu pointes sur moi tout en prétendant ne pas vouloir me tuer…
- En effet… Mais… Cette épée n’est destinée qu’à me défendre…
- T’ai-je attaqué ?
- Simple précaution…
Commenter  J’apprécie          70
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   07 février 2014
-Et voilà! La vieille histoire se répète...
-La guerre n'est pas une vieille histoire, May-liss... Elle est enfouie dans le coeur de chacun... Qu'il soit homme, elfe ou semi-elfe... Et il suffit d'une parole ou d'un geste pour la voir resurgir!
Commenter  J’apprécie          50
Hippolyte78Hippolyte78   21 janvier 2017
-Qui que tu sois... Ou quoi que tu sois... Si tu comprend mon langage... Sache que je n'en veux pas à ta vie... Je cherche une épée...
-Il me semble que tu en possède déjà une... Celle que tu pointe sur moi tout en prétendant ne pas vouloir me tuer...
Commenter  J’apprécie          30
ElanaElana   08 février 2014
Un jour sans doute un barde ou un poète nous rendra visite et nous chantera les louanges et les exploits de celui qui était mon ami... Ce jour là mes yeux verseront des larmes... Car jamais plus depuis lors il ne m'a été donné de croiser la route d'un être aussi généreux que lui...
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Éric Corbeyran (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Corbeyran
Grégory Charlet est devenu dessinateur de BD très jeune. Après "Le maître de jeu" aux côtés de Corbeyran chez Delcourt, il a réalisé "Kabbale" chez Dargaud en tant qu'auteur complet... avant de connaître une traversée du désert, due à des problèmes physiques (l'épaule qui lâche). Il est revenu par la porte de chez Bamboo avec "Le carrefour" et "Les s?urs Fox" (le tome 2 est à paraître à l'automne 2019). Mais aujourd'hui, c'est dans le registre de l'espionnage qu'il inaugure au côté de Régis Hautière l'adaptation BD de l'émission culte de France Inter "Rendez-vous avec X". Sous ses crayons, le premier dossier chaud rapporté par Mr X se déroule dans le cadre de la révolution culturelle "Chinoise"...
+ Lire la suite
autres livres classés : elfesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Métamorphose

En quelle année est paru pour la première fois "La Métamorphose" ?

1938
1912
1915

11 questions
127 lecteurs ont répondu
Thème : La Métamorphose de Franz Kafka de Éric CorbeyranCréer un quiz sur ce livre
.. ..