AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2366580126
Éditeur : KERO (31/01/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Alain Degois dit « Papy », le découvreur de Jamel Debbouze, Sofia Aram, Arnaud Tsamère, écrase, d’une plume très forte, 10 idées reçues sur la banlieue. Cliché numéro 1 : Les Blancs qui vivent dans les cités votent Front National Cliché numéro 2 : Pour résoudre le problème de la délinquance en banlieue, il faut construire plus de prisons Cliché numéro 3 : le boulot des policiers, ce n’est pas de jouer au basket avec les jeunes Cliché numéro 4 : L’Etat a mis beaucoup... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
tousleslivres
28 février 2013
Un retour aux sources pour moi. Un grand plongeon dans les 16 ans que j'ai habité à Élancourt à 2km de Trappes...
Alain Degois, dit « Papy » a vécu une très grande partie de sa vie à Trappes. Il revient sur les débuts de son enfance dans ce village qui n'était pas, à l'époque, une ville « cité » comme maintenant. Enfant laissé en garde par sa mère à une famille nourricière dès sa petite enfance, Alain va grandir et s'épanouir à Trappes. Il va voir construire ces grandes barres d'appartements qui vont former ces quartiers célèbres de Trappes. Puis il sera témoin de la transformation de ces derniers pour laisser place à d'autres habitations. Puis Alain Degois revient sur sa vie au service des autres et surtout des jeunes avec les ateliers qu'il anime avec tant de difficultés financières.
Puis la création du théâtre du Déclic, plus qu'une vocation... avec ces ateliers de théâtre d'improvisation desquels sortiront, entre autre, Jamel Debbouze, Issa Doumbia, Arnaud Tsamère...
Alain Degois revient sur ses années de galère pour trouver l'argent suffisant pour faire vivre ses ateliers et le Déclic. Toutes ses demandes auprès des ministères pour obtenir des subventions qui n'arrivent pas. Les rencontres heureuses qui feront du bien aux jeunes de Trappes et qui les sortiront de la rue. Comme Alain Degois le dit si bien : ils ne tiendront plus les murs des halls d'immeubles, ils feront autre chose grâce à ces matchs d'improvisations auxquels ils participeront.
Un livre prenant qui met en lumière les difficultés de toutes sortes pour faire bouger les cités et tout particulièrement la ville de Trappes. Moi, qui a habité longtemps à coté de Trappes, je n'ai pas participé à la vie de cette ville, mais certains échos sont arrivés jusqu'à Élancourt et je retrouve bien, dans ce livre témoignage, ce qui se dégageait de Trappes.
Au début du livre, Alain Degois, retrace la l'histoire de Trappes, ce que j'ai trouvé très intéressant, pour les personnes qui ne connaissent pas Trappes et qui en on entendu parlé uniquement par les journaux télévisés. J'ai connu Mr Cuypers et je suis allée dans sa ferme qui est maintenant devenue un lotissement, cette ferme du château de Trappes était une ancienne ferme implantée sur les ruines du château.
J'ai souhaité lire ce livre dans le cadre des masses critique de Babelio et je ne regrette pas, ça m'a permise de me replonger dans un passé, que je n'avais pas oublié, mais qui est déjà loin pour moi maintenant.
Made in Trappes est un livre qui donne une autre image des banlieues. Ces banlieues qui ont toujours cette image terrifiante pour les personnes qui n'y ont pas vécu et qui les regardent de loin ou à la télé. C'est quand on les quitte qu'on s'aperçoit de la vie qui y règne, c'est quand on prend du recul qu'on aperçoit qu'il y fait tout de même bon y vivre !!!
Merci Alain Degois pour ce témoignage, cette biographie et ces explications sur cette ville de Trappes que peut de gens connaissent vraiment.
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
snybril
04 mars 2013
Joie de recevoir un livre en échange d'une critique. Il n'empêche qu'avec cette lecture, me voilà muté en banlieues dans ces quartiers pudiquement dits difficiles.
En recevant « Made in Trappes » par Alain Degois, j'avoue que mes sentiments étaient partagés.
L'agacement tout d'abord, car il s'agit d'un livre de plus sur les banieues surmédiatisées. Un coup de projecteur brûlant de plus sur des saltimbanques ravis de se donner en spectacle.
Au final, la nostalgie l'a emporté. Trappes, j'y suis né. J'ai eu la chance de passer un quart de siècle à l'ombre de ses hlm, protégé des hordes barbares par les remparts de la commanderie des chevaliers du temple. J'ai ainsi passé ma jeunesse dans la cité plus cossue du comte de Maurepas.
J'imagine que d'ici quelques décennies, les historiens retiendront que les cités et la violence urbaine ont écrit l'histoire de France du vingt-et-unième siècle. J'éprouve un petit pincement au coeur d'avoir assisté en voisin aux premières heures du drame.
Trappes est donc tristement célèbre, pour ses trafics, pour sa violence, pour son prosélytisme religieux. On ne remerciera jamais autant les médias d'amplifier et de nourrir le phénomène. La bonne ville de Trappes est connue aussi pour ses célébrités. Anelka, Omar Sy, Shy'm, la liste des personnalités est longue comme le bras. Preuve s'il en est que les cités sont capables de produire autre chose que de la racaille.
Alain Degois, dit papy est ainsi connu pour avoir révélé au public le talent de Djamel Debbouze. Beaucoup d'autres ont eu la chance de passer de l'ombre à la lumière grâce à ses ateliers de théâtre. Véritable self- « made in Trappes »-man, Papy aura consacré sa vie à la ville. Alain Degois possède une bonne raison, et surtout une sacrée crédibilité pour écrire un livre et essayer de faire taire les clichés.
Dès l'introduction, le paysage est posé, sincère et authentique. Pas de tromperie sur la marchandise, l'auteur connait son affaire. le reste narration est rythmée par une dizaine de chapitres, autant d'idées reçues sur la banlieue.
Cliché numéro 1 : Les blancs qui vivent dans les cités votent Front national.
Cliché numéro 2 : Pour résoudre le problème de la délinquance en banlieue, il faut construire plus de prisons
Cliché numéro 3 : le boulot des policiers, ce n'est pas de jouer au basket avec les jeunes
Cliché numéro 4 : L'Etat a mis beaucoup d'argent en banlieue et pourtant rien n'a changé. A quoi bon ?
Cliché numéro 5 : En banlieue, on tague et on rappe
Cliché numéro 6 : Les musulmans veulent islamiser notre pays (en passant par les banlieues)
Cliché numéro 7 : Il faut être un beur de banlieue pour percer aujourd'hui au cinéma ou à la télévision
Cliché numéro 8 : le rêve de tous les habitants de la banlieue, n'est-ce pas de la quitter ?
On pourrait croire tenir entre ses mains un essai de sociologie optimiste et bien pensante. Et bien non, Papy n'est pas un universitaire qui étudie les moeurs des créatures étranges bien à l'abri derrière les grillages du zoo urbain. Il vit dans la ville, c'est un Trappiste pur sang.
Il ne possède certainement pas le recul ou le génie pour suggérer des solutions miracles. Ce livre se veut surtout un témoignage sur l'histoire et le destin d'une ville et de ses habitants.
De la ville campagnarde qui s'embourgeoisait à cultiver et à nourrir Paris, Trappes s'est transformée en ville ouvrière. Elle n'aura loupé un virage dans son destin de ville nouvelle. Après le rêve du pays de la tolérance et du melting-pot, le réveil est difficile pour les habitants de ce ghetto des communes environnantes.
Papy aura vécu cette mutation radicale, une illumination puissante pour son livre. Malheureusement pour moi, l'essai n'est pas transformé.
Là où l'on attend des idées nouvelles, on trouve surtout une autobiographie mâtinée d'orgueil. L'auteur se complait à contempler son passé plutôt qu'à regarder l'avenir.
Pour le coup, Papy enfonce quelques portes ouvertes et brode sur d'autres clichés. A dénoncer sans cesse l'administration Kafkaïenne et la machine politique, il donne le bâton pour se faire battre à ses détracteurs.
Si je devais résumer ce que j'ai compris du livre, les meilleures chances de la banlieue résident dans le courage et l'acharnement d'individus isolés.
Si je n'ai retenu qu'une leçon de mes cours d'histoire, c'est que dans ce nouveau millénaire désenchanté, le temps des héros est révolu...
Alain Degois a eu une vie passionnante, et vécu des temps intéressants mais difficiles. Il dresse un portrait fidèle de la banlieue. En plus l'ouvrage se lit facilement. En bref. Pour celles et ceux qui ne connaissent de la banlieue que l'image relayée par les mass media, ce livre est à lire avant de se faire recruter par la marine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
steambook
10 mars 2013
A travers ces quelques pages l'auteur nommé Papy par ces camarades d'école, va nous offrir une vérité que l'on ne connait pas des quartiers et surtout des jeunes de quartiers. En commençant notre lecture par une introduction très captivante, à bord d'un train en direction de Rambouillet, nous sommes directement plongé dans le récit et nous entrons progressivement dans Trappes.
L'auteur nous dévoile des faits et événements vrais que l'on pourrait ne pas croire s'il s'agissait d'un récit fictif or ici, Papy a bien vécu tout cela. A aucun moment nous parcourons ces pages en pensant que l'on nous mène en bateau, que l'on nous raconte des choses fausses. C'est alors que l'on prend conscience de certaines vérités auxquelles nous avions un fausse vision. Il s'agit d'un point de vue assez personnel mais en même temps très objectif qui nous apporte une vision autre de nos cités, de nos quartiers qui parfois ont une image très négative aux yeux de tous or cet ouvrage témoigne de cet aspect que l'on ne connait que trop peu. Il s'agit aussi d'une sorte d'appel non pas à témoins mais d'un appel à une ouverture d'esprit, l'auteur casse les clichés qui vaguent dans nos mémoires, nous apporte une leçon de vie agréablement écrite avec simplicité et énergie.
Les pages défilent rapidement et l'on atterrit à la fin de ce livre sans vraiment s'en être rendu compte hormis dans le fait que l'on se sent comme changé, on porte alors un oeil nouveau sur le monde qui nous entoure et surtout sur celui que l'on ne regardait pas avant...
Lien : http://steambook.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
crigimi
14 mai 2015
Un témoignage émouvant et lucide d'une personne qui consacre sa vie aux autres. Un retour aux sources pour moi aussi qui suis née à Trappes et y ai vécu 40 ans.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
steambooksteambook10 mars 2013
"Tata disait toujours : "On peut tout m'enlever, sauf ma machine à laver." Avec le soutient-gorge, l'invention de la machine à laver représentait pour elle le plus progrès dans l'histoire de l'émancipation de la femme."

"Pendant que mon accompagnatrice me vantait cet exemple de réussite et de reconversion, je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer ce que serait la vie de cette femme lorsqu'elle mettrait enfin le pied dehors. Qu'est-ce qui l'attendait ? Probablement des petits boulots, des ménages. Au sein de la prison, elle était devenue quelqu'un, mais en dehors, elle ne serait plus personne, c'était écrit d'avance. Alors que ma collège pensait me remonter le moral, je sortis de là encore plus déprimé. Je n'y croyais plus."

"De cette plongée dans les tréfonds de l'administration carcérale, je suis ressorti écoeuré, mais surtout convaincu que notre société produisait beaucoup plus d'injustice qu'elle n'en réparait et créait beaucoup plus de criminels qu'elle n'en ramenait dans le droit chemin."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : banlieueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Ecrivains et prisons

"Différentes saisons" est un recueil de nouvelles de Stephen King. Laquelle raconte une spectaculaire évasion ?

Un élève doué
Rita Hayworth et la rédemption de Shawshank
Le corps
La méthode respiratoire

12 questions
40 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , prisons , roman , témoignageCréer un quiz sur ce livre