AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Éditeur : publie.net (09/06/2013)
4/5   2 notes
Résumé :
(édition numérique)


Martin bouillonne de vitalité. Ce qui est, selon sa mère, « la seule chose utile envers les gens qu’on aime, et même ceux qu’on n’aime pas ». Martin a douze ans. Son ami Seb vend des frelons, cité Mimosa, dans un appartement où on frappe les orangers pour qu'ils fleurissent.

« Je suis censé être Martin le Miséricordieux qui distribuait à tour de bras des moitiés de manteau » dit Martin. Et la mère de Martin l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
brigetoun
  16 juin 2013

Un petit livre assez merveilleux - un ton qui ensoleille sans masquer.
La voix de Martin, le petit dealer armé de la franchise, du pragmatisme, de la générosité de sa mère, Martin et son regard sans illusion et fraternel, son regard sur les voisins, tous, uniques, les clodos,les estropiés, les charlatans, les mémères à chats.... eux tous qui affrontent la vie pas facile, Martin qui ne s'interdit pas la colère mais qui sait que l'important est de rire, de se débrouiller, de s'aider.
Martin qui pense poésie, sens à trouver, et surtout responsabilité, qui aime.
Commenter  J’apprécie          20
ANatalia
  02 décembre 2013
Martin est une jeune garçon de 12 ans qui vit seul avec sa mère dans un HLM d'une cité.
Martin que nous suivons au quotidien, qui avec son ami Seb partage la même étrange passion pour les piqûres de frelons et de guêpes comme des «  tatouages ». Martin qui navigue entre les dealers, le PMU, les déshérités, abandonnés au bord du chemin, les fantasques et sa mère qu'il tente d'aider du mieux possible. Sa mère qui l'a nommé Martin le bouillant afin qu'à l'image du Saint il donne la moitié de son manteau pour aider les nécessiteux.
Régine Detambel a écrit ici un magnifique texte qui malgré la dureté de certains passages est au final un récit empreint d'espoir et de poésie. Nous suivons le jeune Martin à son rythme, sans temps mort comme la vie qui bouillonne en lui. Quelque part nous faisons l'apprentissage en même temps que lui, l'apprentissage d'une vie loin d'être facile mais dont il sait tirer le meilleur y compris lorsqu'il va se trouver en haut d'un immeuble, et peut-être surtout à cet endroit.
Certains passages m'ont beaucoup plus émue entre autre celui où il aide un ami à supporter la perte de son compagnon à poils.
Je ne connaissais pas du tout l'auteur, qui a pourtant une belle bibliographie. Je suis enchantée de l'avoir découverte au travers de ce roman. Une chose est certaine je lirai d'autres de ses oeuvres.
Lien : http://dzahell.fr/martin-le-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   16 juin 2013
Je vis parmi mes semblables — les clodos, les estropiés, les charlatans, les mémères à chats, Toni qui s’ennuie tellement qu’il appelle la police quatre-vingt-dix fois par jour pour tailler une bavette ; Michel, qui imite les singes, il a un corps de singe, l’énergie d’un singe, il m’a complètement fasciné ; Gertie qui a plus de permis pour une bête histoire de feu rouge, alors elle a rempli sa voiture de terre et elle l’a transformée en pot de fleurs ; Legazpi qui détient le record du rot le plus long ; Malik qui m’envoie chaque semaine acheter du bicarbonate pour cuisiner sa cocaïne devant un match de foot ; Jérémie qui a parcouru deux cent mille kilomètres sur son vélo d’appartement, cent bornes par jour depuis seize ans, cinq fois le tour de la Terre sans rien voir d’autre que son papier peint, et on va fêter ça dignement, parce que ce soir on monte tous chez lui, il y aura sa copine, énorme, d’une addiction à la mayonnaise, et leur chat, debout sur une guitare, qui grattera doucement les cordes ; l’instituteur et sa chienne kleptomane, qui piquait nos gommes sur les pupitres....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   16 juin 2013
C’est bête de parler des saints. Il vaut mieux parler des vampires ou des dinosaures, là au moins les gens te comprennent. Colette reste allongée à côté de moi et on regarde le ciel ensemble. Ça me démange quand même de tout lui dire sur Martin, le vrai, le saint, le soldat. Que je suis là pour les aider, plus ou moins missionné par Martin. Non, je peux quand même pas lui dire ça. Mais j’espère qu’elle devinera, d’une manière ou d’une autre, que je suis pas comme tout le monde. Seulement ça en prend pas le chemin, elle continue à me demander ce qui me tracasse et moi je secoue la tête d’un air agacé : « Laissez tomber, je peux pas vous le dire".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ANataliaANatalia   02 décembre 2013
J’ai découvert que laver les vitres est une autre façon d’être, comme acteur ou prêtre.Il peut aussi m’arriver de détester être debout sur un appui de fenêtre : intérieurement je rêve d’être à la maison à manger des spaghettis avec de l’emmental râpé. Plutôt que faire des vitres, j’aurais parfois envie de regarder la télé, mais le repos me plonge dans des états d’anxiété parce que parfois j’ai trop peur de voyager dans ma tête. Penser peut vraiment te jeter en enfer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   16 juin 2013
J’oublierai jamais comme il a dû s’ennuyer, mon père, quand on allait à la foire, parce qu’en ce temps-là les manèges me faisaient peur, le train fantôme me faisait peur, les montagnes russes me faisaient peur, je lui donnais la main tout le temps, je m’agrippais à lui, et j’ai honte d’avoir été aussi minable. Aucun sens des réalités.
Commenter  J’apprécie          00
brigetounbrigetoun   16 juin 2013
Cinquante ballons blancs qui s’envolent du toit, presque ensemble, c’est un sacré beau vol de colombes, et je me dis que ce soir il doit être sacrément content de moi, le grand Martin, c’est pas possible autrement.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Régine Detambel (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régine Detambel
Retour en images sur la 33ème édition de la Comédie du Livre qui s'est déroulée à Montpellier. Erwan Larher, Nicole Ferroni, Sandra Colombo, Michel Moatti, Régine Detambel, Gaston, Iris de Mouy, Tristan Koegel, Ptiluc ou encore Jean Teule... Au total, pas moins de 136 auteurs ont répondu présents à notre invitation.
Site Web Sauramps : https://www.sauramps.com
Retrouvez nous sur :
Facebook : https://bit.ly/2lhDbcc Twitter : https://bit.ly/1UDrTNf Instagram : https://bit.ly/2MEVCE7 Pinterest : https://bit.ly/2K6kiUc
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17200 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre