AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368120477
256 pages
Charleston (05/02/2016)
3.02/5   54 notes
Résumé :
Coventry Dakin, femme au foyer sans histoires, décide de s'enfuir à Londres après avoir tué son voisin par accident. Là-bas, elle rencontre une galerie de personnages excentriques : le professeur Willoughby d'Eresby et sa femme Letita, Dodo, une bourgeoise relogée chez les sans-abris, etc. Toutes ces rencontres vont permettre à Coventry de changer, comme elle n’aurait jamais pu l’imaginer…
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,02

sur 54 notes

Analire
  19 mars 2016
Si vous n'aimez pas (ou ne comprenez pas) l'humour britannique, passez votre chemin. Car Sue Towsend est réputée pour son absurde légendaire.
L'histoire commence in medias res : Coventry tue un homme, Gerald Fox, avec une figure Iron Man. Elle s'enfuit alors en direction de Londres, par peur de moisir en prison. Sans argent, sans papiers, sans téléphone portable, elle va devoir survivre dans cette jungle londonienne. Lors de sa fuite, Coventry fera la rencontre de personnages hauts en couleurs : un couple atypique vivant dans la crasse, avec la mère qui se plaît à vivre nue et le fils qui ne sort jamais de sa chambre - même pas pour se nourir ; une SDF sympathique qui pourtant, à un frère éminément riche et célèbre. Bref, de banale, la vie de Coventry passe à un tourbillon d'aventures et de rencontres plus étonnantes les unes que les autres.
Après La femme qui décida de passer une année au lit de la même auteure, je redécouvre son style si particulier, ses personnages si décalés, que j'avais tant apprécié dans le premier roman que j'avais lu d'elle.
C'est drôle, c'est complètement décalé, les personnages sont loufoques et fous-fous. Coventry, en particulier, est complètement extraordinaire : telle une aventurière, elle s'aventure seule dans une contrée lointaine et inconnue, délaissant tout ce qui faisait son quotidien (sa famille, ses repaires). Elle ne s'offusque de rien, elle apprécie les petits instants de la vie qui lui sont offerts durant toute sa péripétie.
Derrière l'humour de l'auteur, se cache quand même des sujets sérieux. En effet, Coventry décide de quitter son train-train quotidien pour partir vivre une aventure unique en son genre, loin de toutes ses obligations de femme et de maman. Sue Towsend fait la satire de la société moderne, en dénonçant, à travers l'humour, les travers de notre civilisation. En y regardant bien, on peut effectivement voir les critiques qu'adressent l'auteure aux hommes (machistes, violents), et à la société dans son entièreté (hypocrisie, faux-fuyants). En plus d'être divertissant, ce livre nous fait nous interroger et nous fait énormément réfléchir !
Ce livre ne peut pas plaire à tout le monde, c'est évident. L'auteure a un style d'humour très particulier, qui pourrait déconcerter, voire choquer, certaines personnes. Il faut également réussir à passer outre son ton comique pour pouvoir percevoir la satire qui est faite de la société. Pour ma part, j'ai bien aimé lire ce livre, mais sans plus. Il est clair que j'ai beaucoup plus apprécié La femme qui décida de passer une année au lit, bien plus structuré et percutant !
Lien : http://addictbooks.skyrock.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
djihane
  04 février 2016
Sue Townsend est une romancière britannique auteure de romans jeunesse mais également pour adultes. On lui doit, notamment, le célèbre : La femme qui décida de passer une année au lit. Son dernier roman Dans la peau de Coventry est une véritable satire sociale pleine d'humour.
Le roman relate les mésaventures d'une ménagère Coventry, qui se retrouve impliquée dans un meurtre. Les premières lignes du récit sont à l'image de l'univers loufoque dans lequel le lecteur s'apprête à s'introduire. « Il y a deux choses à savoir sur moi : la première, c'est que je suis belle, la deuxième, c'est que j'ai tué un homme hier. Ces deux choses ont été accidentelles. ».
Un style d'écriture qui n'est pas sans rappeler, la littérature ou la philosophie de l'absurde (XXème siècle) qui décrivait et dénonçait le non-sens de notre monde. Sue Townsend, à travers une plume féministe souligne l'immense solitude d'une ménagère qui perd presque contact avec la réalité. Qui se retrouve face à un crime qu'elle a commis, en fuite, contrainte à remettre en question toute son existence et à faire enfin face au vide qui la hante depuis son mariage. Une femme qui s'est perdue et qui a perdu ses rêves pour rentrer dans un moule social, celui de la ménagère, en apparence heureuse avec mari et enfants. Coventry a toujours fait ce qu'elle pensait devoir faire, ce qui l'a amenée à s'effacer, petit à petit, au fil des années.
Nous retrouvons dans ce roman une galerie de personnages encore plus loufoques les uns que les autres. Un tableau peint avec un humour grinçant et un style bien particulier qui ne pourrait pas forcement plaire à tout le monde.
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé cette lecture car j'ai pu ressentir la profonde détresse du personnage principal, Coventry, qui, de rencontre absurde en rencontre absurde, se réveille petit à petit de sa léthargie. Un personnage touchant qui pourrait être le portrait de nombreuses femmes. le fait que l'on insiste autant sur sa beauté est une métaphore qui souligne que les femmes sont souvent reléguées à un physique ou à une fonction (ménagère, femme au foyer, mère, etc) avant d'être une personne, un être humain doté d'un cerveau. Sue Townsend, de ce fait, nous offre une écriture tout en finesse, engagée et qui sort de l'ordinaire.
Dans la peau de Coventry est un ovni littéraire. Avec un humour grinçant, des situations absurdes, des personnages loufoques à la logique surréaliste… que l'on adhère ou non, voici un roman qui peut ne pas vous laisser indifférent.
Lien : http://lesinstantsvolesalavi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
casscrouton
  04 février 2016
Dans l'ensemble j'ai aimé Dans la peau de Coventry !
Dès le premier chapitre, tout est clair. Coventry est belle, Coventry a tué un homme. Elle aime son frère, elle méprise ses parents. Coventry aime ses enfants mais son mari l'indiffère. Coventry a tué Gerald Fox, elle est une fugitive. Dans la peau de Coventry dessine la société actuelle avec cynisme et humour, sans langue de bois !
Ce que j'ai le plus aimé dans ce roman, c'est ce ton caustique employé dès le premier chapitre. Plus qu'un roman, il s'agit d'une critique sociale usant d'actions énormes et de faits grossis pour dépeindre des coutumes et moeurs parfois ridicules. La preuve en est, Coventry, narratrice et protagoniste de son état dans le premier chapitre commence ainsi : « Il faut d'abord que je vous dise deux choses sur moi : la première, c'est que je suis belle, la deuxième, c'est que, hier, j'ai tué un homme du nom de Gerald Fox. » Placer la beauté et le crime sur le même plan pour commencer une histoire n'est-il pas admirablement audacieux ?
J'ai aimé l'humour du livre, principalement causé par l'entourage de Coventry, représenté par des personnages passifs et il faut le dire, parfois risibles. Qu'il s'agisse de Sydney le frère de Coventry, égocentrique à l'extrême -à la limite du sociopathe, Derek, son mari adulateur de tortues en dehors de la réalité, ou Sly, inspecteur de police quasiment dépourvu de bon sens, tous se voient grossir exagérément leurs traits pour les faire entrer dans des cases stéréotypes représentant la population anglaise actuelle.
Ce que j'ai regretté dans ce livre, c'est le manque d'empathie ressentie au cours de ma lecture. Je ne me suis pas du tout sentie attachée aux personnages, même Coventry qui est pourtant l'actrice principale de l'intrigue. Je ne sais pas si cela est dû à cette fameuse exagération ambiante qui empêche une certaine amitié avec les protagonistes ou si cela vient de la narration changeante à chaque chapitre mais ce non-attachement envers les personnages m'a un peu dérangée. En réalité, j'ai ressentie un petit serrement de coeur à la toute fin vis-à-vis de Coventry et ses enfants, mais ça n'est pas allé plus loin que cela sur le plan affectif ce qui est fort dommage à mon goût.
Cela dit, les multitudes de rebondissements et la manière dont Coventry se tire de chaque situation portent à rire et j'admets avoir passé un bon moment. Si le plan sentimental n'a pas opéré lors de ma lecture, le plan intellectuel a quant à lui été ravi !
Dans la peau de Coventry est à mon sens une bonne satire sociale, accessible à tous et dotée d'un humour frais qui ravira les esprits critiques !

Lien : http://www.casscrouton.fr/da..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
FlowerPanda
  16 février 2016
Drôle et rafraichissante, j'ai bien aimé cette comédie à l'humour so british.
Coventry est belle. Il est important que vous le sachiez. En tout cas, elle, elle y tient. Mère de famille menant une vie ennuyeuse auprès d'un mari ennuyeux dans un quartier où il ne se passe jamais rien, Coventry s'ennuie. Oui, vous l'avez compris, l'ennui domine. Mais il ne va pas durer ! Car Coventry va commettre un acte auquel personne ne s'attendait : elle va tuer son voisin ! Soudainement tout bascule et voilà cette mère de famille en apparence impeccable sous tous les aspects en pleine cavale !
Fuyant la police, Coventry ne laisse pas seulement derrière elle un mari passionné de tortues et des enfants égocentriques. Non, elle abandonne également une vie bien rangée et parfaitement organisée où les imprévus n'avaient guère leur place. Finalement, c'est peut-être l'occasion d'en apprendre un peu plus sur elle-même et sur ce qu'elle désire réellement. Coventry parviendra-t-elle à échapper à la police encore longtemps ?
Tout va très vite dans ce roman au point que je pensais que ce départ meurtrier serait réglé au bout d'une cinquantaine de pages. Mais loin de là ! En réalité l'auteur prend plaisir à faire durer le suspense et surtout à plonger Coventry dans des situations toujours plus absurdes et délirantes les unes que les autres. Et ce n'était pas pour me déplaire car j'ai adoré voir cette dame si soucieuse de son image, plongée dans les pires galères !
Sue Townsend nous livre là un regard sur la société plein d'humour mais aussi très satirique. Dans un monde fait de faux-semblants et d'hypocrisie où seules les apparences comptent, Coventry va rapidement se rendre compte que tout peut basculer du jour au lendemain. Ainsi, ceux qui furent ses meilleurs amis pendant de nombreuses années peuvent se révéler complètement absents en cas de pépin et l'abandonner sans même hésiter une seule seconde à son sort. Certains d'entre eux, censés la connaître, ne seront d'ailleurs pas du tout étonnés que Coventry a tué un homme. Après tout, ne menait-elle pas une vie trop irréprochable pour être réellement honnête ? de telles apparences ne pouvaient que cacher un monstre ! La découverte de son journal intime n'aidera pas non plus à améliorer sa situation ! Si je ne me suis pas vraiment attachée aux personnages, j'ai pris plaisir à voir Coventry évoluer et prendre conscience du monde qui l'entoure et de ce qu'elle souhaite vraiment.
Bien qu'il ne s'agisse pas d'un genre de lecture que j'affectionne particulièrement, Dans la peau de Coventry est un roman à l'humour décapant qui se laisse apprécier sans aucune difficulté.
Lien : http://drunkennessbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MissG
  04 décembre 2016
"Il faut d'abord que je vous dise deux choses sur moi : la première, c'est que je suis belle, la deuxième, c'est que, hier, j'ai tué un homme du nom de Gerald Fox.", ainsi commence le récit des péripéties de la belle Coventry, une femme au foyer tout ce qu'il y a de plus ordinaire qui va, à la suite de ce geste, fuir à Londres et y vivre de multiples aventures : "J'ai un visage, un corps et un prénom extraordinaires, mais malheureusement, je suis une femme très ordinaire qui n'a aucun talent particulier, aucune relation influente parmi les membres de sa famille, aucune qualification en quoi que ce soit et aucun revenu. Hier, j'avais un mari et deux enfants adolescents. Aujourd'hui, seule et en fuite, je suis à Londres, sans mon sac à main.".
Coventry mène une vie bien monotone dans un lotissement du nom des Chemins Gris auprès d'un mari dont l'unique passion est vouée à ses tortues, de deux enfants qui ont bien grandi.
Si à ce stade-là vous baillez je vous comprends, car Coventry est elle aussi endormie dans sa vie bien pépère et y baille très certainement bien trop souvent.
La seule touche d'exotisme dans sa vie c'est son frère Sidney qu'elle apprécie vraiment, mais qui est actuellement en voyage avec sa femme qu'il adore, sachant que tous les deux passent une grande partie de leur vie à faire l'amour (mais ne veulent pas d'enfant), et ce encore plus lorsqu'ils sont en vacances.
Fort heureusement, en commettant son geste Coventry va s'offrir pour la première fois de sa vie une dose d'aventure et va enfin prendre sa vie en main.
Et là, comme Coventry, vous allez arrêter de bailler.
"Dans la peau de Coventry" est un roman léger et drôle qui se lit avec grand plaisir.
Certes, ce n'est pas de la grande littérature mais j'ai beaucoup aimé le personnage de Coventry, une "Desperate Housewife" avant l'heure.
Même si c'est rocambolesque j'ai aimé suivre les péripéties et la transformation de cette femme qui va fuir sur un coup de tête, après avoir assassiné un homme tout de même, et se retrouver seule dans Londres, totalement démunie et face à elle-même.
Il faut dire que Coventry va rencontrer quelques personnes originales à Londres, mention spéciale pour Dodo, une bourgeoise logée chez les sans-abris, qui devenir sa nouvelle copine.
Pour qui connaît Londres il est également plaisant de déambuler dans les rues avec Coventry et retrouver des lieux ou des monuments connus.
L'humour contenu dans ce roman est très Anglais, et derrière cette apparente légèreté il y a en fait une belle satire de la société moderne.
Satire qui reste d'actualité même si ce roman a été écrit il y a près de vingt ans.
"Dans la peau de Coventry" est un sympathique roman signé par la drôle et satirique Sue Townsend qui m'a permis par la même occasion de découvrir (enfin) les éditions Charleston.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
AnalireAnalire   17 mars 2016
J'ai toujours adoré les livres. Je les aime passionnément. Je les trouve sexy. Ils sont solides et doux au toucher, pleins de délicieuses surprises. Ils sentent bon. Ils tiennent dans un sac à main, on peut les emporter avec soi et les ouvrir à n'importe quel moment. Ils ne changent pas. Ils sont ce qu'ils sont, et rien d'autre. Un jour, j'aimerais posséder beaucoup de livres dans ma maison, pour n'avoir qu'à choisir celui qui me plaît sur mes étagères. Un harem. Je dormirai avec mes préférés dans mon lit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AnalireAnalire   15 mars 2016
Il faut d'abord que je vous dise deux choses sur moi : la première, c'est que je suis belle, la deuxième, c'est que, hier, j'ai tué un homme du nom de Gerald Fox. Dans les deux cas, il s'agit d'un accident.
Commenter  J’apprécie          110
AnalireAnalire   16 mars 2016
Laissez-moi vous dire une chose, mon vieux. On ne connaît jamais vraiment l'autre. On vit joue contre joue pendant des années, et puis, un jour, on s'aperçoit qu'on ne sait rien de ce qu'il ou elle est réellement. C'est d'une banalité effrayante.
Commenter  J’apprécie          60
AnalireAnalire   16 mars 2016
Mr Patel le propriétaire, leva les yeux du micro-ondes où de mystérieux rayons échauffaient la tourte à la viande pour le dîner de Norman. Il n'aimait pas qu'on élève la voix dans son pub. L'expérience lui avait appris que lorsque le ton montait, il finissait en général par appeler la police avant de s'enfermer dans la réserve avec la caisse.
Commenter  J’apprécie          10
bibliobleuebibliobleue   12 mars 2016
J’ai quarante ans et je n’ai jamais pris l’avion ; je n’ai jamais conduit de voiture ; jamais joué au tennis et jamais mangé dans un restaurant chinois ; depuis mon entrée dans l’âge adulte, je ne suis jamais allée au théâtre, à la patinoire, ou en boîte ; je n’ai jamais porté de jolis sous-vêtements, ni eu de compte bancaire, ni parlé de sexe, d’argent et de politique en société. Qu’est-ce que l’indice Dow Jones, exactement ? J’avoue que je n’en sais rien. Je suis une femme ignorante. Comment est-ce arrivé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17878 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre