AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 233002729X
Éditeur : Actes Sud (08/01/2014)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Tout à la fois roman biographique et méditation sur les mystères du génie créateur, La Splendeur est le récit de la vie de Girolamo Cardano, célèbre médecin, astrologue, savant, mathématicien et inventeur qui évolua aux côtés des plus grands, de Charles Quint à Ambroise Paré.
Féru de rêves et de songes prophétiques, Cardano (Jérôme Cardan en France) prétendait posséder son propre “démon” personnel, lequel nourrissait amoureusement son esprit de traités mathém... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
denisarnoud
  14 mars 2014
Dans ce roman biographique, la vie de Girolamo Cardano, grand savant italien du XVIème siècle nous est racontée par son démon intérieur. Ce démon intérieur qui le pousse à étudier sans cesse et à élaborer des théories mathématiques. Une petite voie à laquelle il ne peut pas résister et qui va faire de lui un des plus grands savants de son temps.

Girolamo Cardano naît au début du siècle. "Il est né à Pavie le 24 septembre 1501, sur le coup de trois heures cinq local time, avec un cortex d'exception. Dans le genre de Louis Lambert, il sera un incroyable délirant et, pour ses performances cérébrales, encore bien plus raffiné et bien plus odieux qu'Edmond Teste." le siècle dans lequel il naît est un siècle ravagé par la peste et les guerres, pourtant, c'est aussi un siècle de grandes découvertes, un siècle dans lequel on se passionne pour la connaissance : "Une infinité d'hommes se sentent maintenant obligés de croire ce que leur raison leur démontre, et leur nombre augmente de jour en jour. Tuer, guérir, découvrir, observer, classifier sont les grandes marottes. On est puceaux, chassieux, transi mais tout de même on peint, on sculpte, on pense, on traduit, le monde circule prolifère et transpire, on décharge chaque matin dans les rues de Pavie assez de matériau pour rebâtir une vile entière, le soleil ne se fatigue jamais, la peste non plus, les chars funèbres non plus, les hommes non plus, le lendemain ils sont à nouveau à leur poste, ils flambent sur le bûcher, ils prient...."

Très jeune, Girolamo montre des prédispositions à l'étude, il a aussi un don de voyance impressionnant. Très vite il se passionne sous la férule de son père pour l'astrologie. En grandissant il se passionne également pour les disputes philosophiques, l'étude devient très vite sa raison de vivre : "Dès qu'on arrête de parler de philosophie, c'est-à-dire des choses qui lui sont familières, plus rien ne l'empêche de sombrer dans un irréversible ennui, dans une doucereuse, effroyable catastrophe d'âme. Alors l'Aimé s'accroche aux livres avec une ferveur désespérée, parce que le papier lui donne raison contre les fantômes et contre toute espèce de divagation effroyable. Il lit."

L'étude exerce sur Girolamo un attirance incontrôlable, c'est une pulsion quasi sexuelle qui s'empare de lui quand il travaille : "Il écrit si violemment que le bois du lit craque. le sommier gémit comme si Girolamo engendrait un enfant, mais c'est une oeuvre qu'il enfante." Ces prédispositions et son travail le poussent à réussir de brillantes études de médecine et à devenir à vingt-cinq ans le récteur de l'université de Padoue. Mais tous les domaines du savoir l'intéressent, il se passionne pour les mathématiques et est passionné par l'astrologie, la chiromancie.

Dans ce roman bouillonnant, Régine Detambel nous montre l'énergie créatrice, l'obsession de connaître qui ont animées Girolamo Cardano. Un désir de savoir si puissant que plus rien d'autre ne comptait pour lui, un appétit à expliquer, à élucider qui lui coûta sa famille, ne manqua pas d'irriter le pouvoir religieux de l'époque et qui lui valut maille à partir avec l'Inquisition. Un roman passionnant servit par un style énergique et rythmé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ElGatoMalo
  07 août 2015
Après avoir lu le livre, il me semble difficile de dire plus et mieux que ce paragraphe de conclusion de la quatrième de couverture. Il colle parfaitement à mon ressenti sur le style d'écriture de l'ouvrage. Sur le contenu, peut-être : au-delà de la biographie sulfureuse et fascinante d'un schizophrène génial, on a droit à un panorama truculent, barbare, brutal et sanglant d'un XVIeme siècle revu et corrigé, de l'intérieur, par ... les Monty Python. Et ça, j'ai adoré !
Commenter  J’apprécie          181
MurielT
  15 avril 2014
La splendeur, c'est un roman mais c'est aussi la biographie « romancée » de Girolamo Cardano, un savant qui vécu au XVIème siècle en Italie.
C'est un texte original et très beau. Original parce que c'est le démon intérieur, que prétend avoir Girolamo, qui raconte sa vie. Je ne sais pas pourquoi il le nomme démon parce que moi je le désignerais plutôt Ange Gardien, il lui sauve plusieurs fois la vie, il lui enseigne ou insuffle le savoir.
J'ai trouvé cette histoire très originale, on parcoure la vie de ce savant un peu fantasque, on le suit dans ses pérégrinations à travers l'Europe et l'on apprend tout autant de sa vie que de celle de ses contemporains. Même si sa vie n'a pas été très facile, il a quand même fait ce qui lui plaisait… étudier
J'aime beaucoup l'écriture de Régine Detambel, je la trouve douce, elle coule toute seule, comme une rivière qui traverserait une plaine avec des endroits ensoleillés et d'autres à l'ombre de grands arbres. Je ne sais pas pourquoi Régine Detambel à donner ce titre « La splendeur » à son roman, mais c'est vraiment un livre splendide à lire absolument
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VanilleBL
  16 avril 2014
"Tout à la fois roman biographique et méditation sur les mystères du génie créateur, La Splendeur est le récit de la vie de Girolamo Cardano, célèbre médecin, astrologue, savant, mathématicien et inventeur qui évolua aux côtés des plus grands, de Charles Quint à Ambroise Paré. Féru de rêves et de songes prophétiques, Cardano (Jérôme Cardan en France) prétendait posséder son propre “démon” personnel, lequel nourrissait amoureusement son esprit de traités mathématiques et de prédictions astrologiques. C'est à ce malicieux génie tutélaire, incarnant l'étrangeté et le mystère qui entourent la fulgurance de l'inspiration, que Régine Detambel, bousculant ainsi les codes du genre biographique, a choisi de confier le récit de la difficile ascension et de la chute d'un homme hors du commun."
Girolamo Cardano est sans contexte un personnage éminemment romanesque, archétype de l'humanisme et incarnation de l'esprit libre. Il inspira les libertins du 17ème siècle, intrigua les encyclopédistes, Pascal et Rousseau, et suscita l'intérêt De Nerval, Balzac ou encore Paul Valéry. C'est à lui aussi que l'on doit la résolution des équations du troisième degré (même si cela fut réalisé de façon pour le moins aventureuse, quelque part entre "la mystification et le plagiat", comme un certain nombre de grandes découvertes...). Et pourtant, qui se souvient aujourd'hui de Girolamo Cardano ? Il faut bien reconnaître que le savant et astrologue célèbre De La Renaissance était totalement tombé dans l'oubli, l'un de ces maux terribles de l'existence que le romancier aime à combattre. Régine Detambel ressuscite donc dans son roman cet esprit libre, cette incarnation quasi parfaite de l'homme De La Renaissance, fait de paradoxes et de mystères, tout à la fois médecin-mathématicien converti aux lumière de la raison et astrologue adepte de l'occultisme capable de funestes prédictions... Bien qu'éminent savant, Cardano était aussi fantasque et imprévisible, le symbole même de cette étrange confusion de rigueur scientifique et de fantasmagorie, si répandue dans les milieux intellectuels européens De La Renaissance. L'auteur s'applique d'ailleurs à poser parfaitement ce contexte historique où coexistent les extrêmes. C'est à la fois l'époque des découvertes, des observations scientifiques, médicales, astronomiques, géographiques et celui des massacres, des pillages, de l'Inquisition et de l'obscurantisme. L'époque aussi où science et magie s'accordent sans difficulté, paradoxe qu'illustre parfaitement Cardano.
Pour écrire cette biographie – qui n'en est pas vraiment une – d'un personnage aussi extravagant, Régine Detambel a choisi de l'installer au coeur d'une fiction baroque et singulière, et surtout de donner la parole au "démon" familier qui l'habite, sorte de (mauvais ?) ange gardien qui influe sur ses décisions, ses actions, ses pensées. Cardano le définit ainsi : "Il fait une sorte d'île de mon esprit, il me donne une sensibilité incroyable, mon cerveau fourmille, mon démon est en quelque sorte une zone de mon cerveau qui sait tout et comprend tout, il peut saisir une pensée dans tous ses échos à la fois, toutes ses ramifications..." Il se pourrait bien aussi qu'il soit le visage de l'inspiration, "cet étranger en nous, si changeant, tour à tour candide et ténébreux, parfois lumineux et parfois dépravé. On sent bien qu'il existe et alors on n'est plus maître de ses chemins d'écriture"…
Redécouverte et réhabilitation de Girolamo Cardano, La Splendeur est aussi un hommage enthousiaste aux fulgurances de la pensée en mouvement – dans sa fécondité comme dans sa folie fantasmagorique...
"Ces explosions de pensée, Girolamo les nomme splendeur. La splendeur est ce travail hallucinant, ces fulgurances, comme des navettes qui vont et viennent à chaque poussée du front, on noue par milliers les fils du raisonnement. En même temps chaque fois nouveau, intense, un sentiment de supériorité comme une preuve d'élection. Splendeur, félicité suprême..."
Lien : http://www.paroles-et-musiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Litteraflure
  08 septembre 2018
Régine Detambel a toujours ce style baroque, sans concession, qui la rend unique dans le paysage littéraire français et c'est toujours un régal. Mais cette fois, j'ai trouvé l'entreprise moins convaincante que le magnifique "le chaste monde". Et puis il y a toujours cette maladie bien française d'aller chercher des biographies pour compenser le manque d'imagination. Or Detambel, ne manque jamais d'imagination, surtout lorsqu'elle se lâche à décrire la cruauté ou la beauté du genre humain. Son héros ne m'a pas convaincu. Sous prétexte que le personnage étudié est extraordinaire, cela justifie toutes ses incongruités, toutes ses bizarreries. On ne s'y attache pas, on ne lui trouve ni splendeur, ni panache. Dommage.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (2)
Lexpress   27 mars 2014
Avouons-le, le destin de cet hurluberlu fantasque fait du bien à une époque, la nôtre, qui cherche en vain ses héros.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lhumanite   13 janvier 2014
Régine Detambel, dans son dernier roman, évoque en profondeur la figure du savant italien du XVIe siècle qui flirta avec le démon sans oublier la raison.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ElGatoMaloElGatoMalo   31 juillet 2015
Après le dîner il [le professeur Matteo Corti] fera l'anatomie du cerveau humain. Il utilise la tête du premier sujet. C'est d'ailleurs tout ce qu'il reste de bon. Une fois ôté le cuir chevelu, Corti ouvre la noix du crâne et décrit autour du cerveau les méninges, qui l'enveloppent et l'embrassent. Il enfonce ses doigts gourmands dans la substance gluante.
Un livre est grand ouvert aux pieds du gisant. Ce livre semble un organe détaché de ce corps. Ce livre ouvert attire le regard de Girolamo bien plus intensément que le corps ouvert. En fait l'Aimé n'a d'yeux que pour le livre. Il y voit si bien dans le livre, il n'y comprend rien dans le corps, le livre est plus clair que le corps. Dans livre pas de mort. Girolamo n'a d'yeux que pour le livre. Il y aurait un secret de la vie, dans ce livre plus que dans ce corps.
[...]
L'Aimé préférera toujours obstinément le livre à la chair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
ElGatoMaloElGatoMalo   31 juillet 2015
Lors d'un autre procès on lui demande d'examiner la folie d'un violeur de treize ans, introduisant sa verge dans tous les orifices possibles ; après ceux des filles, des enfants, des hommes et des femmes âgés, il a forcé des grabataires, des bêtes, des cruches, des chaussures, et bien que le soldat qui le tienne soit plutôt vigoureux, il a tenté de foutre le bon docteur par les pores de sa peau sur le dos de sa main. Cardano en est encore blanc de dégoût.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
ElGatoMaloElGatoMalo   01 août 2015
Ces explosions de pensée, Girolamo les nomme splendeur. La splendeur est ce travail hallucinant, ces fulgurances, comme des navettes qui vont et viennent à chaque poussée du front, on noue par milliers les fils du raisonnement. En même temps chaque fois nouveau, intense, un sentiment de supériorité, comme une preuve d'élection.
Commenter  J’apprécie          111
MurielTMurielT   15 avril 2014
Girolamo a trois ans. Il leur fait signe de la main. Les fous lui crient de venir. IL court aussitot après eux.
Le Tessin est couvert de mousse verte. Des cygnes rament. Soudain Girolamo est en train de se noyer. Il dira : je voulais aller en Amérique.
La chute est silencieuse. Sa blouse empesée le soutient d'abord comme un plumage. Puis il commence à couler. Le froid lui a fait perdre connaissance. Assise sur un banc, une petite servante coud et n'a rien vu.
Mais un passant tout habillé de noir s'étonne de voir sombrer un cygne. Il reconnait un petit enfant. Il s'élance et le sauve. Le gosse minuscule tient encore dans sa main bien serrée la pièce de deux sous destinée au laitier, miracle d'une solide éducation à la rapacité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CatchMeCatchMe   22 août 2015
Cette masse de crétins gueulards qui tirent à l'arbalète et qui ensuite boivent et se touchent, ce sont aussi des soldats. Comme des loups. Avec des sourires de cinglés. Au beau milieu des routes, qui divaguent par petites bandes, pillant rapinant. La guerre c'est le décor.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Régine Detambel (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régine Detambel
Retour en images sur la 33ème édition de la Comédie du Livre qui s'est déroulée à Montpellier. Erwan Larher, Nicole Ferroni, Sandra Colombo, Michel Moatti, Régine Detambel, Gaston, Iris de Mouy, Tristan Koegel, Ptiluc ou encore Jean Teule... Au total, pas moins de 136 auteurs ont répondu présents à notre invitation.
Site Web Sauramps : https://www.sauramps.com
Retrouvez nous sur :
Facebook : https://bit.ly/2lhDbcc Twitter : https://bit.ly/1UDrTNf Instagram : https://bit.ly/2MEVCE7 Pinterest : https://bit.ly/2K6kiUc
autres livres classés : roman biographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..