AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221146638
Éditeur : R-jeunes adultes (21/05/2015)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 1127 notes)
Résumé :
SIX PRÉTENDANTES.
SIX PRÉTENDANTS.
SIX MINUTES POUR SE RENCONTRER.
L’ÉTERNITÉ POUR S'AIMER.

ILS VEULENT MARQUER L'HISTOIRE AVEC UN GRAND H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d'un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l'émission de speed-dati... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (505) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  12 septembre 2016
Premier tome d'une nouvelle série à succès dans la littérature SF YA (le deux déjà sorti, le Origines et le 3 sort bientôt à l'écriture de ces lignes).

Ils sont 12, 6 filles 6 garçons de 17 à 20 ans, choisis pour un aller
simple sur Mars dans le cadre d'un rachat de la NASA par une entreprise qui va faire du voyage une télé-réalité sur le mode Tournez manège (pour les anciens). Mais dès le départ, le jeu est truqué et ils courent un grand danger.

Allier télé-réalité et programme spatial. Une idée tellement comique que si l'idée n'avait pas déjà été évoquée et chiffrée (avec toutes les réserves habituelles) dans la vraie vie, on n'y croirait pas. ( Programme Mars-One).
Sous le soleil des critiques et du cynisme des producteurs de ce type d'émission, rien de nouveau. On pourra se référer à l'excellente série très drôle : Unreal ou le très bon la brèche de Christophe Lambert (l'écrivain, pas l'acteur).
Sous le soleil de l'aspect scientifique, hard science, et littérature
technique de l'aventure, c'est le vide intersidéral. Quelques croquis du vaisseau et du futur habitat martien, mon fils de 8 ans fait les même.
Relisez voyage ou titan de Baxter.
Action ? : Néant. Suspense ? A peine. Sexe ? Même pas.

Alors pourquoi ais-je été littéralement happé par ce bouquin ? Moi qui ai tendance ces derniers temps à conspuer la littérature YA et me moquer férocement des atermoiements de nos adolescents livresques en chaleur ?
Merci à cette vitre entre les participants du speed-dating spatial qui nous empêche d'assister à de furieux échanges buccaux. On est dans un spectacle tout public quand même.

Un style simple, linéaire, désormais propre à ce genre de littérature, un personnage attachant en la personne de l’héroïne principale Leonor, un autre en la personne de la machiavélique et cynique Serena... Les autres ayant tendance à passer au second voire troisième plan.
Un page turner terriblement efficace et je ne m'explique toujours pas pourquoi j'ai bien aimé.
(Peut-être parce que je reviens d'un très vieux bouquin un peu moisi qui m'a terriblement déçu et que la modernité facile, divertissante et sans prétention fait du bien parfois ?)
Tiens j'attaque directement le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10510
Nymphea
  31 octobre 2015
Ce livre... Mais ce livre ! J'ai du mal à exprimer tout ce que je voudrais dire. Il y a trop de points positifs. Et pas (ou si proche de zéro) de défauts. Pour faire plus simple, je vais les lister :

- l'espace-temps : bien qu'il n'y ait pas de réelle indication, on peut situer ce roman dans une dizaine ou quinzaine d'années, pas plus. Et cela m'a beaucoup plu. En effet, l'intrigue s'inscrit dans la réalité, dans notre réalité, à tel point que cette fiction paraît totalement réelle. On a du mal à se dire "Oh, mais c'est vrai, tout ça n'est que le pur fruit de l'imagination d'un auteur brillant". Dedans, on parle de tablettes, de téléphones, de caméras, de fusées, de télévisions... Alors certes, on comprend que ces "engins" ont évolué (notamment avec le Karmaphone 3), mais Victor Dixen plante un univers à 100% réaliste.
- l'idée : ben honnêtement, moi, je n'avais jamais lu un seul livre en rapport avec l'espace. Ça m'a fait du bien de ne pas lire une énième dystopie où le monde est dévasté, mais plutôt avec un réel contexte proche du nôtre. Qui sait, peut-être que bientôt on pourra voir sur TF1 une nouvelle téléréalité dans laquelle 12 prétendants seront envoyés sur Mars...
- les thèmes traités, de manière parfaitement dosée : amour, manipulation, choix décisifs, science, médias, retour d'un public qui devient de plus en plus abruti par ce qu'on lui sert à la télévision...
- la complexité des personnages : Serena en est un très bon exemple. Parfaite à l'écran, mauvaise et manipulatrice derrière ? Serena est l'incarnation même de la femme ambitieuse qui sait jouer des attentes d'un public. Et ce public, c'est nous. Ce livre nous fait nous rendre compte de notre bêtise, il nous fait voir les derrières de la télévision. C'est vrai, nous ne sommes pas cruches, on sait tous que derrière toutes ces téléréalités qui prennent de plus en plus d'essor se cache un scénario préparé des mois voire des années à l'avance. Et pourtant... On a envie d'y croire... On se laisse prendre par le jeu, et on se sent supérieur aux candidats. Et c'est là tout l'art de Dixen : il nous fait prendre conscience de notre crédulité. J'ai beaucoup aimé cette remise en question.
- la place de la science : on sent que des recherches approfondies ont été réalisées de la part de l'auteur. Je ne suis pas une scientifique dans l'âme, mais je suis sûre que si on allait vérifier ses idées, ce serait cohérent. Pour les réfractaires à la physique et aux maths, ne vous en faites pas : l'univers scientifique décrit ici n'est absolument pas ennuyeux ou rébarbatif, au contraire il ancre l'histoire dans le réel. Pas comme dans ces autres dystopies où au moindre problème, une technologie digne de l'imagination d'un enfant peut le contrer comme par magie.
- les personnages : tout simplement, ils m'ont semblé crédibles, bien explorés (chacun a le droit à sa petite histoire). Dans l'ensemble, ils m'ont tous touché et fait vibrer. Ce que j'ai aimé également, c'est le fait que les protagonistes peuvent se tromper. Comme Léonor ou encore Andrew Fisher... Ceux qui ont lu le livre comprendront. J'ai aussi bien apprécié le côté artistique de Léonor, étant moi-même attirée par le dessin.
- la mise en page : elle est originale et nous tient en haleine. Elle alterne entre des points de vue "Champ" (où on suit Léonor qui parle à la première personne), "Contre-champ", "Hors-champ" et "Chaîne Genesis". Elle est complétée trois ou quatre fois dans le livre par des images nous donnant une idée de la structure dans laquelle vont cohabiter les 12 prétendants. Elles m'ont beaucoup aidé, car j'avais du mal à me représenter le vaisseau !
- une recherche du point de vue visuel et auditif : logo, tenues, présentateur, jingle. Tout pour satisfaire notre soif de curiosité et de réalisme (désolée, je me répète).
- l'écriture : elle est efficace, plutôt simple. La plume de l'auteur est carrément addictive, on ne peut pas s'empêcher de tourner les pages, c'est horrible !

Vous l'aurez compris, ce premier tome de la saga Phobos repose sur une intrigue solide, une certaine satire de notre société et un réalisme à toute épreuve. Pour moi, inutile de le préciser, c'est évidemment un coup de coeur ! Je n'ai qu'une envie : lire la suite qui sortira en novembre 2015. Et j'espère du FOND DU COEUR que cette saga fera l'objet d'une adaptation cinématographique. Quoique... En fait je ne sais pas... Je serais sûrement déçue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          575
La_Bibliotheque_de_Juju
  10 juin 2018
A force de voir partout cette saga young adult, me voilà à lire le premier tome.
12 ados se retrouvent en voyage vers Mars dans une télé réalité spatiale.
Les filles d'un côté du vaisseau. Les garçons de l'autre.
Ils se rencontrent lors de séances de speed-dating de 6 mn et l'objectif, à la fin du voyage, est qu'ils soient mariés et créent une nouvelle colonie humaine sur Mars.
Vaste programme.
Evidemment, c'est un petit peu fleur bleue mais pas trop ! L'aventure est prenante et je me suis surpris à vite tourner les pages pour connaître la suite ! La littérature pour jeunes adultes est prolifique et on peut trouver de très bonnes choses !
J'ai regretté qu'à part l'héroïne, Léonor, on ne fasse pas vraiment connaissance avec les autres voyageurs de l'espace. Ils sont survolés (ce qui, je vous l'accorde, correspond au thème spatial) et restent un peu clichés ou faire-valoir de Léonor, l'héroïne de ce voyage !
J'ai passé un bon moment, malgré quelques petites longueurs. Je lirai sûrement la suite lorsque j'aurai plus de temps. Mais si vous vous avez des ados à la maison qui n'aiment pas trop la lecture, cette saga est un vrai phénomène !
Et si vous avez d'autres titres à me conseiller dans le Young Adult, je suis preneur !
Mes aventures littéraires continuent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
thedoc
  12 mai 2018
Un voyage dans l'espace, direction Mars, pour trouver le grand amour, cela vous tente ?
C'est ce que vous propose le programme Genesis, à la fois émission de télé-réalité et aventure scientifique. A sa tête, la redoutable Serena McBee, psychiatre de renom, animatrice ultra populaire, qui a recruté pour cette expérience hors du commun douze jeunes garçons et filles sélectionnés dans le monde entier. L'objectif de cette émission est simple : chaque garçon et chaque fille, qui vont voyager dans des compartiments séparés du vaisseau spatial Cupido durant 23 semaines, ont 6 minutes chaque semaine pour se séduire et choisir son futur époux ou future épouse avec qui il ou elle fondera une famille sur la planète rouge. Parmi les six candidates se trouve Léonor, la Française, une orpheline sans attache. Certes la jeune fille de 18 ans n'aime guère le côté voyeuriste de l'émission où chacun est filmé 24/24 heures mais elle espère trouver au sein de cette aventure sentimentale et spatiale une raison d'être à sa vie et calmer ses démons. le monde entier regarde chaque émission avec avidité, les passions se déchaînent autour des candidats. Pourtant, derrière le côté glamour se cachent d'autres enjeux bien plus dangereux que les douze prétendants ne soupçonnent pas.
La quatrième de couverture de « Phobos » est des plus accrocheuses et c'est cela qui m'a poussée vers ce livre young adult de science-fiction. de la télé-réalité dans l'espace ? Original. Je me suis donc plongée dans cette lecture sûre du bon moment à venir… qui est intervenu quasiment dans les dernières pages.
L'intrigue est très lente à se mettre en place, les chapitres qui alternent les scènes dans l'espace et sur terre guère intéressantes, les séances de speed-dating qui s'enchaînent incroyablement ennuyantes. Bref, le suspense ne monte pas, loin de là. le lecteur est progressivement mis au courant des vraies (et méchantes) intentions des producteurs de l'émission mais rien à faire, on devine l'issue de tout cela et cela ne nous fait pas vibrer. Que dire également des longues descriptions sur le physique de top-modèle des prétendants et sur leurs tenues vestimentaires qui reviennent à chaque speed-dating ? Pfffff…
En fait, je me plains, mais nous sommes en plein dans une émission de télé-réalité : c'est superficiel et les personnages caricaturaux, les candidats ne sont pas attachants et au bout de deux minutes, on en a fait le tour. L'intrigue monte d'un cran dans le dernier petit tiers du livre, par une prise de conscience de l'héroïne que je trouve totalement improbable. Mais passons, ça bouge enfin. Et là, je commence à vraiment m'intéresser au devenir de nos « Marseillais » qui arrivent sur Mars. Je termine même cette lecture en souhaitant connaître la suite. Quel revirement de situation, non ? de la vraie télé-réalité !
Pour terminer sur cette critique partagée, l'intérêt du roman est tout de même de dénoncer tout ce monde factice de paillettes qui manipule de jeunes gens bien naïfs et souvent paumés, tandis que les producteurs et investisseurs s'en mettent plein les poches, comptant sur le côté voyeuriste des spectateurs qui ne loupent pas une miette de ces spectacles addictifs et nauséabonds. Si cela peut aider à faire réfléchir certains… Mais une chose est sûre, le fait d'imaginer une telle histoire montre bien que la télé-réalité a encore de beaux jours devant elle…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          314
MelM
  12 septembre 2015
17,5/20
Léonor était une adolescente comme les autres avant de devenir l'une des six prétendantes à faire le grand saut. Elle s'embarque avec cinq autres filles et six garçons, dont un lui sera destiné, à bord d'un vaisseau qui les conduit vers leur nouvelle vie.... Un aller simple pour Mars où elle compte bien devenir quelqu'un d'autre, se construire une nouvelle vie avec celui qu'elle aimera et qui l'aimera en retour. Mais tout n'est pas aussi simple et depuis l'embarquement Léonor cache bien des secrets aux autres habitants de ce vaisseau, des secrets qu'il lui faudra dévoiler si elle veut gagner leur confiance.... et espérer avoir un avenir.
Sur Terre, les organisateurs du programme Genesis se voient déjà empocher le jackpot avec l'émission de télé-réalité tirée de l'aventure des douze adolescents dans l'espace et leur vie sur Mars. Seulement, ils doivent faire face à une menace venue de l'extérieur pour les détruire.... à moins que ce ne soit eux qui ne cachent un secret bien trop lourd?
Les enjeux sont bien plus complexes qu'il n'y paraissait au départ.... reste à savoir qui va s'y brûler les ailes et qui va récolter la gloire.
Si je n'ai jamais lu de romans de Victor Dixen, j'en ai néanmoins entendu beaucoup de bien. Un auteur français et un résumé ultra alléchant, que demander de plus? J'ai donc succombé, sans beaucoup résister je l'avoue, à l'appel du tome 1 de Phobos. Et j'ai eu raison puisque j'ai passé un moment de lecture vraiment génial. Entre adolescents tourmentés, speed dating, télé réalité, et autres personnages peu recommandables, je ne me suis pas ennuyée un seul instant et j'ai dévoré ce roman mêlant young adult et thriller en un clin d'oeil. Aucun doute, pour moi, ce premier tome a tout d'un grand et évite avec brio les inconvénients de beaucoup de premiers tomes de séries. Chapeau à l'auteur, grâce auquel j'ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de Léonor et tous les autres.
L'auteur nous plonge immédiatement au coeur de l'action, au coeur de l'intrigue dès les premières pages de son récit. Il n'y a pas à dire, il sait y faire pour captiver son lectorat dès le tout début de son roman. Nous rencontrons Leonor juste avant son embarquement, avec toutes les autres, dans la navette des filles, en partance pour Mars. Ses doutes, ses questionnements, ses états d'âmes et ses rapports aux autres filles de l'expédition nous permettent de la découvrir et d'en apprendre un peu plus sur les cinq autres personnages féminins du programme. Dès les premières pages, l'auteur nous fait comprendre que quelque chose de louche se trame. J'ai été immédiatement embarquée, plongée dans le récit et l'univers mis en place par Victor Dixen qui sont tout simplement addictifs. J'ai adoré le choix de l'auteur de démarrer son récit directement dans le vif du sujet, cela permet de donner un rythme ultra dynamique et extrêmement efficace au roman dès le début et à aucun moment cela ne gêne la compréhension de l'univers et des enjeux parce que Victor Dixen a su maîtriser son récit à la perfection et nous apporter de quoi satisfaire notre curiosité par petites touches dès les premières pages. Ce premier tome se révèle être un page-turner démentiel et terriblement prenant dès les toutes premières pages.
Et si Phobos est aussi addictif et prenant, c'est bien évidemment en grande partie grâce à la plume de son auteur. Victor Dixen sait jouer avec les mots et avec les nerfs de ses personnages comme de ses lecteurs à la perfection et n'hésite pas à semer des indices et à faire peser un voile de mystère sur de nombreuses scènes, quitte à frustrer le lecteur qui n'en sera alors que plus accro au récit. Et cela fonctionne parfaitement. J'ai été prise par cette plume joueuse, fraîche et pimpante, parfaitement adaptée à un récit young adult dès le début et j'ai dévoré ce roman sans même m'en rendre compte. le fait que l'auteur alterne entre de nombreux points de vues est aussi un élément très positif, qui permet de rendre le tout toujours plus énigmatique et angoissant. L'auteur a su gérer chaque phase, chaque avancée dans son intrigue avec justesse. Chaque rebondissement, chaque nouveauté, chaque découverte apporte quelque chose au récit et à l'intrigue, rien n'est vain et le lecteur ne peut qu'en vouloir toujours plus. Carton plein, j'ai adhéré à la plume, à sa fraîcheur, sa spontanéité mais aussi à son côté énigmatique et joueur qui nous offre donc un mélange young adult thriller explosif.
le rythme du récit est immédiatement accrocheur et l'intrigue, ou plutôt les intrigues, se mettent en place très rapidement grâce aux multiples points de vues que nous offre l'auteur. En effet, au fur et à mesure de la lecture, c'est un gros sac de noeuds que nous découvrons, dans lequel s'entremêlent les fils directeurs du récit. Impossible donc de s'ennuyer pendant sa lecture, la richesse du récit nous tenant constamment en haleine. le premier aspect marquant réside bien sûr dans l'émission de télé-réalité à laquelle les douze jeunes gens prennent part. Les speed dating, chaque jour, rythment très bien le récit et sont presque la seule constante, le seul point fixe dans la vie des prétendants. L'intrigue possède donc une grande dimension sentimentale, les "couples" se formant au fur et à mesure de l'avancée dans le récit, les interrogations concernant les indécis grandissant au fil des pages, les amitiés et les rivalités se faisant et se défaisant en fonction des choix de chacune. J'ai beaucoup aimé cette dimension de l'univers, très ancré dans le présent, connu mais réalisé avec brio pour prendre juste la place nécessaire pour accaparer le lecteur sans être lassant à la lecture.
C'est vraiment un univers très riche et complexe que nous offre Victor Dixen avec ce premier tome de Phobos. Un univers mêlant le genre young adult à la juste dose de thriller pour nous faire frémir en découvrant le sort réserver à nos personnages. Un univers résolument moderne, avec l'utilisation de la télé-réalité, mais apportant aussi un approfondissement de l'aspect scientifique très agréable et permettant de rendre le tout encore plus crédible. Tout en étant axé vers la conquête de l'espace par l'Homme, Victor Dixen ne laisse pas de côté la Terre et ses habitants plus ou moins bien intentionnés, qui permettent, selon le rôle qu'ils jouent dans l'intrigue, d'approfondir toujours plus les différents aspects de l'univers. Les révélations et les découvertes concernant l'univers imaginé par l'auteur ne nous sont délivrées que petit à petit, ménageant un suspense vraiment très bien mené, nous faisant de plus en plus angoisser au fur et à mesure que le temps passe et que ce qui semble inévitable se rapproche sous les yeux innocents des téléspectateurs et d'autres, bien plus cruels. le destin des douze prétendants est-il encore entre leurs mains?
le nombre de personnages que Victor Dixen inclut à son histoire est impressionnant. Non content de nous faire découvrir douze personnages, en partance pour Mars, il ose nous en proposer encore pas mal sur Terre. Si au début, après seulement quelques rapides présentations, il est assez difficile de s'y retrouver, l'auteur prend le temps de nous faire découvrir plus ou moins profondément chacun d'entre eux, et c'est là que les speed dating font des miracles puisqu'ils nous permettent de découvrir la personnalité et les caractéristiques de chacun des douze personnages et donc de les différencier plus facilement par la suite. de même pour les personnages restés sur Terre, les chapitres de leurs points de vues sont très enrichissants et aident indéniablement le lecteur à s'y retrouver. J'avoue avoir été un peu perdue au début mais l'auteur sait quand et comment faire les rappels nécessaires concernant les personnages pour que chacun ait une identité propre et qu'ils soient bien individualisés.
Nous suivons principalement le point du vue de Léonor à bord de la navette qui conduit les prétendants vers Mars, ce qui a un impact considérable sur le récit. En effet, les filles étant séparées des garçons dans des compartiments différents, le point de vue de Léonor ne nous permet pas de suivre véritablement les garçons dans cette aventure. Heureusement, cela est vite corrigé par les plans des speed dating que le lecteur, omniscient, suit très régulièrement. J'ai beaucoup aimé suivre ces 6 minutes imposées par jour, entre deux personnages différents, qui permettent d'apprendre assez rapidement à les connaître. J'ai adoré Léonor, notre personnage principal, qui cache de lourds secrets. C'est un personnage fort et très attachant j'ai pris plaisir à suivre tout au long de ce premier tome. J'ai aussi beaucoup aimé Kris, loyale, compréhensive et joyeuse, ainsi que Safia, agréable et douce. Kelly m'a laissée de marbre, tandis que Liz et Fangfang ont souvent su m'exaspérer. Au niveau des garçons, j'ai adoré Marcus et Mozart, vraiment très attendrissants tous les deux; j'ai beaucoup aimé Tao et Kenji, avec leurs faiblesses tellement touchantes; Samson est agréable mais ne m'a pas marquée, tandis qu'Alexeï me laisse sur un sentiment très mitigé.
Au niveau des personnages restés sur Terre, l'auteur nous offre de quoi nous satisfaire avec un nombre assez important. Serena McBee joue un rôle clé dans l'intrigue et m'a carrément horripilée à certains moments. Il faut dire que ce ne sont pas les traitements qu'elle réserve à sa fille Harmony qui vont me faire changer d'avis. Cette dernière jouera d'ailleurs très certainement un rôle primordial dans le prochain tome. (J'ai beaucoup aimé l'aspect Raiponce un peu paumée voire carrément flippante que l'auteur lui donne, mais je suis peut-être la seule à le voir comme ça.) le directeur Gordon Lock et les instructeurs ne sont pas en reste puisque la plupart m'ont beaucoup énervée, j'ai hâte de voir ce qui les attend dans le prochain tome. Il y a aussi Andrew, que j'ai adoré avec son côté rebelle intelligent. Un personnage important.
L'aspect thriller de ce premier tome est néanmoins assez présent et rythme admirablement bien le récit. L'intrigue s'étoffe au fil des pages, les questionnements sont de plus en plus nombreux, les rebondissements gagnent en intensité et le tout nous offre tension et angoisse, pour notre plus grand plaisir. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur a géré son récit, nous faisant profiter d'être dans la confidence tout en nous offrant des révélations magistrales au compte-goutte, accentuant donc encore le sentiment d'oppression et d'empathie que l'on peut ressentir pour les personnages. Néanmoins, et c'est bien le seul reproche que j'aurai à faire à ce premier tome, je regrette que l'action reste relativement passive. J'en attendais un peu plus, tant vis-à-vis des douze prétendants que des personnages restant à terre. Ce petit point négatif reste assez léger puisque j'ai été complètement embarquée dans ma lecture d'un bout à l'autre et que l'effet addictif de Phobos se renforce encore à l'approche des dernières pages de ce premier tome qui défilent de plus en plus rapidement.
Et là, préparez-vous à recevoir une immense claque! Sérieusement, c'est la fin parfaite pour ce premier tome. Étonnante, pleine de rebondissements et de chamboulements pour les personnages, riche en interrogations, carrément palpitante, tout simplement magistrale et tellement frustrante. Victor Dixen nous laisse là, sans plus d'explications, sur un cliffhanger énorme, et surtout, sans la suite entre les mains! Je ne sais pas si je suis en colère ou émerveillée par la fin que nous offre l'auteur. En tout cas, une chose est sûre, ça se bouge enfin, le prochain tome promet d'être explosif et je n'attends plus qu'une chose: pouvoir me jeter dessus et le dévorer aussi rapidement que ce premier tome.
Les +: une mise en place immédiatement addictive et donnant un très bon rythme au récit, les nombreux points de vues, une plume fraîche et extrêmement agréable, parfaitement addictive, un rythme accrocheur et très bien mené, les nombreuses intrigues mises en place, un univers très moderne et agréable, des personnages très attachants, le mélange young adult/thriller, des rebondissements, de la tension, de l'angoisse, un final magistral et terriblement frustrant
Les -: un premier tome d'introduction un peu passif
Victor Dixen nous offre avec ce premier tome de Phobos, un parfait cocktail entre lecture young adult et thriller. le récit s'installe très rapidement et nous plonge immédiatement dans le vif du sujet: speed dating, rebondissements, amitiés, questionnements en tout genres, impossible de s'ennuyer. le rythme est maîtrisé à la perfection et l'auteur nous embarque dans un univers riche et complexe avec une facilité déconcertante grâce à une plume très fluide et addictive qui capture l'attention du lecteur de la première à la dernière page. L'auteur met en place une intrigue très approfondie aux nombreuses ramifications et les révélations qu'il nous fait font encore et toujours augmenter la tension et l'angoisse que l'on ressent pour les personnages à l'approche de la dernière page de ce premier tome. Dommage que j'ai ressenti comme un goût de trop peu, de passivité dans ce premier tome; heureusement, ce détail sera très certainement réglé dans le prochain tome puisque l'auteur nous offre une fin digne de ce nom, un cliffhanger magistral qui laisse bouche bée et avec une seule obsession: lire le deuxième tome au plus vite pour enfin découvrir la suite des aventures de ses personnages tellement attachants.
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

critiques presse (1)
HistoiresSansFin   13 novembre 2015
Un véritable page-turner. Malgré quelques maladresses (...) la construction du roman est extrêmement efficace et l'on se laisse embarquer volontiers sur le Cupido.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (154) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   13 septembre 2016
Trois fois la gravité terrestre.
A 3g, le dossier de votre siège s'enfonce dans vos côtes et votre dos jusqu'à ne faire plus qu'un avec vous.
A 3g chaque inspiration demande un effort douloureux, l'air n'est plus qu'un fluide visqueux qui englue vos poumons.
A 3g, les rayons du soleil deviennent aussi lourds que de l'or liquide, ils s'écoulent lentement depuis le trou noir du ciel jusque sur le tableau de bord.
A 3g, votre cervelle elle-même se change en mélasse.
A 3g, vous ne pensez plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          580
fnitterfnitter   14 septembre 2016
Je me relève lentement.
Je finis toujours par me relever.
Chaque fois que je tombe.
Chaque fois qu'on me blesse.
Chaque fois que la Salamandre est sur le point d'avoir ma peau.
J'enfile ma culotte, mon jean, mon T-shirt.
La fille dans le miroir fait la même chose.
Commenter  J’apprécie          890
fnitterfnitter   15 septembre 2016
Stupide de juger sur le physique ? Et tu crois que les filles à côté, elle nous jugent sur quoi ?
Vu que tu caracoles en tête des classements, c'est sûr que ce n'est pas sur notre QI.
Commenter  J’apprécie          641
ange77ange77   30 juin 2018
(...) mais pour moi et les autres filles qui se tiennent contre le rideau, Serena McBee est bien d’avantage que la productrice exécutive du programme Genesis. C’est la bonne fée qui nous a sélectionnées pour partir sur Mars. C’est la bonne étoile sans qui notre rêve ne se serait jamais réalisé. C’est la bonne marraine qui a vu que je pouvais faire autre chose de ma vie que de mouler des pâtées pour chien à l’usine Eden Food France : Serena a réussi le tour de magie de transformer la cendrillon du canigou en princesse de l’espace.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
ChibChib   05 novembre 2015
« Je me suis fait faire cette plaque pour me rappeler ma promesse à chaque fois que je me rase le matin, devant la glace de ma salle de bains, dit-il. Pour me souvenir que le silence est d’or. Pendant plus d’un an, ça a été ma seule, mon unique obsession : me taire. Est-ce qu’une toute petite seconde de faiblesse va effacer tous ces efforts ? Ne me faites pas subir le même sort qu’à Sherman, je vous en supplie… Je suis père d’une petite fille… Et puis, qui prendra soin de mes pensionnaires, si je ne suis plus là pour faire tourner l’animalerie ? »

La sueur coule abondamment contre les joues de Ruben, perle au bout des poils de son menton, glisse le long de la dent de requin et de la plaque militaire. Ses yeux humides clignent frénétiquement dans la lumière des spots qui l’aveugle à moitié.

« Tût-tût, pas d’enfantillages, le tance Serena. Vos cafards, vos cobayes et vos rats de laboratoire se débrouilleront très bien sans vous, je vous assure. Votre femme et son marmot aussi. Quant à vos bijoux clinquants, d’un goût douteux, vous pouvez remballer la quincaillerie. Tâchons de régler cela en adultes responsables. Vous nous avez causé du tort à tous les sept. Il me semble juste que nous votions tous les sept pour décider de votre sort. Pour ma part, je crois avoir été assez claire sur ce que je pense. Vous auriez pu changer votre destin de petit immigré cubain de deuxième génération, Ruben Rodriguez. Vous auriez pu devenir immensément riche, au lieu de décrépir dans votre animalerie minable. Vous auriez pu faire le bonheur de votre famille en un coup de baguette magique, si seulement vous aviez tenu votre place. Mais vous n’avez pas été à la hauteur. C’est avec une grande tristesse que je vote votre mort, soyez-en assuré. À vous, Roberto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Victor Dixen (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victor Dixen
Victor Dixen (Phobos) et Kass Morgan The 100, Light Years) répondent à nos questions spatiales.
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Phobos de Victor Dixen tome 1

Léo est...

Americaine
Française
Suisse
Belge

12 questions
101 lecteurs ont répondu
Thème : Phobos, tome 1 : Les éphémères de Victor DixenCréer un quiz sur ce livre
.. ..