AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213685700
240 pages
Éditeur : Fayard (20/08/2014)

Note moyenne : 3.05/5 (sur 22 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Fayard - 08/2014)


J'y ai cru. J'ai cru en François Hollande, en sa capacité de rassemblement. J'ai cru en nous tous. Je me suis trompée.

J'ai essayé d'aider le président de la République à tenir ses promesses, de l'inciter à changer la vie des gens, de le pousser à mener une vraie politique de gauche. Et j'ai échoué. Alors je suis partie.

J'ai voulu livrer le récit de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
odin062
  30 janvier 2016
« de l'intérieur » de Cécile Duflot m'attend depuis longtemps dans ma bibliothèque. Je ne sais pas ce qui m'a décidé de me lancer dans cette lecture : une nouvelle désillusion politique ? le départ de la regretté Taubira ? le hasard du regard parcourant les rangées de livres ? Toujours est-il que je me suis lancé dans cette (courte) lecture.
Ce qui me frappera toujours avec les livres politiques, c'est leur prix. Outre JL Mélenchon qui propose ses ouvrages à bas prix et bien écrit, on paye souvent le prix fort pour pas grand-chose. Ici le style est très répétitif, très brouillon et au final, très mal organisé. La lecture n'en fut pas moins intéressante.
Pouvoir se glisser derrière les yeux d'une ministre de gauche dans un gouvernement de droite, c'est tout de même intéressant. Certes, on se doute déjà de ce qu'il se passe derrière. On sait qu'Hollande est solitaire dans sa fonction et qu'il a peu d'estime pour ses ministres. On sait que Valls pousse le gouvernement vers la droite. On sait que les quelques irréductibles, maintenant tous partis, se retrouvent pour boire un coup et passer du bon temps.
Ce qu'on ne savait pas en revanche, c'est la détresse d'une Cécile Duflot qui ne se sentait pas vraiment à sa place dans cette fonction. Elle a essayé de faire le boulot, malgré tout, et se retrouve contre un mur de lobby appuyé par le président. Bon, soyons clair, faut être naïf pour ne pas le savoir avant non ? Non parce que qui pense que dans notre société pourrie, le président a encore son mot à dire ? Surtout un président comme François Hollande, qui a tout à perdre et qui se préoccupe plus de lui que des autres.
On en ressort un peu désolé pour l'ex-ministre. La désillusion a visiblement été grande. Je lui souhaite plus de chance pour 2017, même si je me fais peu d'illusion pour la suite…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Fx1
  23 août 2014
Il y a beaucoup de politiques qui se prétendent honnètes et francs . Mais combien le sont vraiment au final . Mme Duflot , elle ne s'est jamais privée de dire ce qu'elle pensait , quitte à déranger . Et cela fait du bien . Ici elle exprime ce que beaucoup pensent tout bas . Avec la politesse que Mélenchon n'aura jamais elle vient dans ce livre exprimée sa déception devant les deux premiéres années de la présidence Hollande . Et comme à son habitude la langue de bois elle ne connait pas . C'est un avertissement pour éviter l'abomination en 2017 . C'est un grand coup de klaxon face à une politique qui déçoit les français qui on eu confiance dans le candidat Hollande . Et qui aujourd'hui n'en reviennent pas de voir un homme de droite à Matignon . C'est une plume puissante qui charge aujourd'hui contre les maniéres de faire qui vont ammener le fn au second tour en 2017 . C'est engagé , fort , puissant , une parole libre qui s'exprime et qui veut sauver le soldat france du péril fn . Mme Duflot à toujours eu le courage de ces opinions , et ce n'est pas un premier ministre de droite qui va la mettre dans une boite . C'est également une charge contre les pseudos écologistes qui ne visent au final qu'une place dans ce gouvernement , quitte à retourner leur veste . L'on ne peut que dire merci à mme Duflot pour cet exemple de courage , de franchise , qui montre que les politiques sont vraiments utiles .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          114
kiki23
  23 septembre 2014
Quelle mouche a pu piquer Cécile DUFLOT, Ministre de l'égalité des territoires et du logement de mai 2012 à avril 2014 pour qu'elle quitte ce prestigieux poste ?
C'est le propos de cet ouvrage, ou plutôt ce « voyage au pays de la désillusion ».
Le sous-titre parle de lui-même…
Ce livre a été éclipsé par la sortie de l'ouvrage de l'ex-première dame (et pour ma part, il a été aussi difficile à trouver en librairie) : c'est bien dommage, car c'est avant tout un témoignage honnête et pas du tout voyeuriste (Cécile DUFLOT ne révèle rien de sa vie privée, elle écrit tout juste le prénom de son compagnon).
Son constat est le même que celui de beaucoup de français, sauf que tutoyant le pouvoir elle a voulu courageusement mettre en application le carnet de route des promesses électorales, pour se rendre vite à l'évidence selon laquelle le Président a vite oublié qu'il était dans une démocratie représentative ; notamment lors de la présentation de la loi ALUR (engagement n°22 du candidat HOLLANDE) devant le Conseil des Ministres, où le Président lui déclare « Les agences immobilières sont mécontentes… l'encadrement des loyers, est-ce vraiment une bonne chose ? ». Et ce qui devait arriver arriva : celle qui croyait au François Hollande de 2012 ne s'est plus retrouvée en 2014 dans le Président de la République : elle en a courageusement tiré les conséquences et aussi sa révérence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bigmammy
  05 septembre 2014
Non, je ne vais pas vous parler de l'ouvrage très récent qui parle d'une séparation médiatique … encore que ! Comme si elle s'était concertée avec l'autre « dame », Cécile Duflot déverse ici son désarroi de s'être complètement fourvoyée en participant au gouvernement de François Hollande.
On m'a prêté ce livre – je ne l'aurais certainement jamais acheté. Je l'ai lu pour chercher à comprendre comment, en si peu de temps, on peut causer tant de dégâts dans un secteur si sensible … Mais, il n'y a rien de ce côté-là, aucun remords, aucun plaidoyer, aucune auto-critique. L'auteure reste droit dans ses bottes au moment où l'on s'occupe de détricoter le texte qu'elle a fait voter.
Candeur des politiques ! Incroyable naïveté, cruelle inconséquence que cette pratique (de droite comme de gauche) qui confie le destin de millions de citoyens – propriétaires et locataires – à des chefs de partis sans expérience ni recul historique. Chacun entend laisser une loi, un avantage fiscal ou une réforme qui porte son nom …
Comme si l'important, quand on est ministre, était de faire entendre sa différence, tenter de faire évoluer ses propres idées de l'intérieur au lieu de prendre à bras le corps au sein d'une équipe gouvernementale solidaire, les besoins des Français qui souffrent.
Voilà une jeune femme, pétrie d'idéologie sincère mais ignorant tout des rouages du pouvoir et de l'Administration – elle l'admet très honnêtement – dotée d'un certain bagout, qui accède au Conseil des Ministres. Elle découvre que les promesses de la campagne présidentielle n'ont pas forcément vocation à être respectées et reste – encore – persuadée que le blocage des loyers pourra relancer la production de logements sociaux. Qui se souvient des ravages de la loi Quilliot ? Qui se préoccupe de l'inflation des normes qui étouffe chaque jour un peu plus l'acte de construire ?
Pas de réponse ici. Seulement la stupéfaction (je reconnais qu'il y a de quoi) devant les stupides réactions sexistes des parlementaires sur la tenue de la jeune ministre, l'interprétation distordue de la communication de la femme publique qu'est tout ministre de la République et des membres de sa famille.
De désillusions en refus de considérer la dette publique comme devant être maîtrisée, de déception face à la fuite en avant d'un Président qui attend que la conjoncture se retourne en refus de travailler avec le nouveau Premier Ministre dont elle abhorre le « droitisme » supposé, Cécile Duflot s'en va avec fracas.
Enfin la découverte avouée : « Si on veut tenir les économies demandées, il faut renoncer à des missions. ». Là est le noeud du problème : gouverner, c'est faire des choix.
Bref, ce livre lu en une soirée, en forme de cri de rage, est à ranger au rayon des billets d'humeur et des plaidoyers pro domo qui ne peuvent convaincre peu de gens. Il ne vous apprendra rien des thèses écologistes ni de la problématique du Logement ... Un coup d'épée dans l'eau rapidement éclipsé par un autre livre de femme fourvoyée.
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
eracaud
  22 septembre 2014
Quelle déprime que ce livre.. échoué, raté, loupé, trompé.. voici les mots qui reviennent le plus souvent.. . Quant à l'ecriture.. Simple mais répetitive.. Chronqiue d'un naufrage annoncé..
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MusikantMusikant   31 août 2014
Je crois que nous avons perdu deux années fondamentales. Depuis le 6 mai 2012, les socialistes attendent le retour de la croissance. Tout se déroule comme s’ils appartenaient à un vieux monde et qu’ils ne voulaient pas comprendre qu’il fallait en construire un nouveau. Ils campent sur des positions désuètes et croient encore au mirage productiviste qui retrouvera son âge d’or avec la reprise économique et le retour de la croissance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MusikantMusikant   31 août 2014
Si on se met une seconde à la place de la caissière qui touche 800 euros par mois, et qui voit son patron recevoir 500 millions d'euro sans embaucher, mais, au contraire, en installant des caisses électroniques, on ne peut qu'être en colère.
Commenter  J’apprécie          60
kiki23kiki23   23 septembre 2014
"Le changement, c’est maintenant", disait le slogan. C’est maintenant ou jamais.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Cécile Duflot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cécile Duflot
QUEL FUTUR POUR LE CAPITALISME ?
TABLE RONDE
Maison de la magie
Le capitalisme anglo-saxon semble aujourd?hui être dans une impasse, servant essentiellement les intérêts des actionnaires, générant une distorsion du partage des revenus, contribuant à la montée des populismes. Il entre aujourd?hui en conflit avec le capitalisme d?État de la Chine. Ce capitalisme peut-il survivre ? L?Europe peut-elle construire un « capitalisme social- démocrate » ?
INTERVENANTS : Patrick ARTUS, Professeur associé à l?École d?économie de Paris et chef économiste de Natixis, Cécile DUFLOT, Directrice de l?ONG Oxfam France, ancienne ministre de l?écologie, Isabelle FERRERAS, Professeur de sociologieà l?Université catholique de Louvain, Pierre-Noël GIRAUD, Professeur d?économieà l?école des Mines Paris-Tech et à l?Université Paris-Dauphine, Jean-Paul POLLIN, Professeur émérite d?économie de l?Université d?Orléans et Xavier RAGOT, Président de l?Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) et professeur d?économie à Sciences Po
MODÉRATION : Antoine REVERCHON, Journaliste au Monde
+ Lire la suite
autres livres classés : vertsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr