AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081307278
Éditeur : Flammarion (23/10/2013)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Cet ouvrage réunit l'intégralité des discours de réception des écrivains ayant reçus le Prix Nobel de littérature depuis 1901. Ces 109 textes, qui sont aussi divers que leurs auteurs, célèbrent la création littéraire et témoignent de l'enjeu vital et affectif qu'elle représente.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

critiques presse (2)
LesEchos   12 décembre 2013
Une somme d'humanisme. Qu'ils parlent du rôle de l'écrivain, de l'importance de la langue, qu'ils aient choisi de convoquer des souvenirs ou d'envoyer un message politique, tous délivrent une conception du monde au travers de leur vision de la création littéraire.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Liberation   29 octobre 2013
Dans le genre pavé prestigieux, difficile de faire mieux [...] Tous les textes ne sont pas passionnants de bout en bout mais chacun a au moins un petit quelque chose.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   11 mai 2015
On demande souvent aux auteurs : " Comment écrivez-vous ? Avec un traitement de texte ? une machine à écrire électrique ? une plume ? à la main ? " Mais la question essentielle est celle-ci : " Disposez-vous d'un espace, de cet espace libre qui devrait vous entourer quand vous écrivez ? " À l'intérieur de cet espace, qui est proche d'une forme d'écoute, d'attention, vous viendront les mots, les mots que diront vos personnages, des idées : l'inspiration.
Si un écrivain ne peut pas trouver cet espace, alors poèmes et histoires peuvent être morts-nés.

DORIS LESSING - Prix Nobel 2007
Née à Kermanshar, Iran en 1919
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
PiatkaPiatka   07 mai 2015
La culture à l'échelle mondiale est notre affaire à tous. Mais elle est surtout la responsabilité des lecteurs, c'est-à-dire des éditeurs. Il est vrai qu'il est injuste qu'un Indien du Grand Nord canadien, pour pouvoir être entendu, ait à écrire dans la langue des conquérants - en français, ou en anglais. Il est vrai qu'il est illusoire de croire que la langue créole de Maurice ou des Antilles pourra atteindre la même facilité d'écoute que les cinq ou six langues qui règnent aujourd'hui en maîtresses absolues sur les médias. Mais si, par la traduction, le monde peut les entendre, quelque chose de nouveau et d'optimiste est en train de se produire. La culture est notre bien commun, à toute l'humanité.

JEAN-MARIE GUSTAVE LE CLEZIO - Prix Nobel 2008
Né à Nice, France en 1940
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PiatkaPiatka   25 mai 2015
Celui qui écrit un poème l'écrit avant tout parce que l'écriture poétique est un extraordinaire accélérateur de la conscience, de la pensée, de la perception du monde.
L'homme qui une seule fois a expérimenté cette accélération n'est plus en mesure de résister au renouvellement de l'expérience, il devient dépendant de ce processus à la manière dont on tombe sous la dépendance de la drogue ou de l'alcool. L'homme qui se trouve dans une dépendance telle de la langue est, je crois, ce que l'on appelle un poète.

JOSEPH BRODSKY - Prix Nobel 1987
Né à Leningrad, URSS en 1940
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
PiatkaPiatka   02 juin 2015
Nous avons beau être comme enracinés dans l'écrit, nous avons conservé le souvenir du récit oral, de l'origine orale de la littérature. Or, si nous avions oublié que tout récit a commencé par sortir d'une bouche, tantôt pâteux, hésitant, puis pressé, comme poussé par la crainte, murmuré, comme s'il y avait là un secret à protéger, ou sonore au contraire, ponctué d'interpellations ou de questions éclatantes, qui inlassablement, telle une trompe, cherchent à aspirer l'alpha et l'oméga des choses - si nous avions, aveuglés par l'écrit, oublié tout cela, nos récits ne seraient que du papier et il leur manquerait le souffle humide de la vie.

GÜNTHER GRASS - Prix Nobel 1999
Né dans la ville libre de Dantzig ( actuelle Gdansk, Pologne ), en 1927
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
PiatkaPiatka   10 mai 2015
Le langage est la cristallisation la plus élevée de la civilisation humaine. Si raffiné, profond, insaisissable, tellement envahissant aussi, il pénètre les sensations et les connaissances de l'homme et établit un lien entre le sujet sensible et la connaissance du monde. Le fruit du travail d'écriture est si merveilleux, il permet à des individus isolés, même s'ils sont de nationalités ou de générations différentes, de communiquer. L'immédiateté de l'écriture littéraire et de la lecture s'unit ainsi à leur valeur d'éternité.

GAO XINGJIAN - Prix Nobel 2000
Né à Ganzhou, Chine en 1940
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écume des jours (de Cécile )

Qui a écrit : "L'écume des jours" ?

Boris Vian
Emile Zola
Guy de Maupassant

20 questions
264 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre