AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782246436812
180 pages
Grasset (01/09/1990)
4/5   7 notes
Résumé :
Je me souviens avoir cru aimer voyager, dans la bigarrure du monde multiplier les sens, subi le charme des langues lointaines.
Le jour où je naquis on finissait de cartographier la dernière terre inconnue et fus jeté dans un monde empoigné par une frénésie de flux.
Je me souviens pourtant avoir passionnément désiré d'être seul, mais il me semble que la solitude fût un stigmate; je n'en rêvais qu'en secret, imaginant les grands espaces vides, vides de v... >Voir plus
Que lire après Ciels liquidesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Ce livre m'a paru assez complexe avec de nombreux mélanges ou imbrications de situations qui émanent de la mémoire d'Anne Garréta et de son mode onirique personnel qui ne pas vraiment séduit.

Si l'écriture est riche et élaborée, j'ai trouvée qu'elle traduisait des situations confuses la plupart du temps. Sans doute ne faut-il pas chercher à tout comprendre et se laisser porter par le rêve et la poésie qui surgissent de ce texte. de mon côté, même si j'apprécie l'imaginaire et ses délires, j'ai vraiment eu du mal à suivre le propos de ce texte.

Le mystère est permanent dans cette lecture. Est-ce au lecteur de l'élucider? Peut-être... J'ai dû passer quelque peu à côté ne ressentant même plus l'envie de comprendre mais surtout celle de finir ce livre.
Commenter  J’apprécie          170
A suivre le narrateur qui perd sa faculté de langage (et ainsi ses repères quant au monde qui l'entoure), on s'égare et s'embourbe avec lui, dans un univers onirique et sombre, peuplé d'êtres étranges, double, légiste, femme araignée, souvenirs et restes d'enfance conservés dans la grange, origine de l'être et rempart contre le monde.
Un style magnifique, des phrases qui restent, des mots qui marquent, que l'on retient.
Un chef d'oeuvre.
Commenter  J’apprécie          30
"[...] Les thèmes du rôle des mots, du langage et de sa perte irremplaçable, de la nuit, l'absence de lieux nommés par exemple, tout cela n'est pas anodin. Rien n'est gratuit. Nous écrivions au début de ce texte que c'était un livre hors-jeu: il est en effet bien rare de trouver aujourd'hui un auteur aussi ambitieux et passionné de littérature qu'Anne Garréta. Et surtout un écrivain qui réussisse un tel pari. “Ciels liquides” est un roman de ténèbres, qui cache son jeu, ne se laisse approcher que lentement, avec précaution, et recèle en son sein des trésors d'allusions, de poésie. Ovni littéraire, en quelque sorte, ce roman est résolument moderne, mais pas commun: rien de “normal” ici, ni de “social” à prouver ou à démontrer. Les lieux ne sont jamais nommés mais tout est étudié, recherché, un véritable travail documentaire a été effectué en amont du livre. Un livre courageux en des temps difficiles et trop souvent engoncés dans le simplisme et le réel de pacotille...
A défaut de tout comprendre, il s'agit d'apprécier. Car c'est toujours le mystère, la part du rêve, de l'interprétation donnée par le récit qui subsiste longtemps après la lecture et qui fait qu'un livre laisse une trace dans l'histoire de la littérature. " Eva Domeneghini
Lien : http://cosmogonie.free.fr/in..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Nuit soudaine.

Mon coeur un instant s'est tu.

Une gerbe de brandons catapultés contre ma rétine, tourbillon de formes incandescentes, en pâles rémanences vont s’affaiblissant.
Ainsi, condamné à la nuit.

Narines saturées de l'odeur de moisissure, l’oreille obsédée du murmure de l'eau qui suinte et infuse goutte à goutte dans mon crâne sa rumeur d’océan.

J'imagine au-dehors la puanteur des charognes, ruines et silence, un monde dévasté et, si dans le feu, la flamme et la lueur aveuglante ils n'ont pas tous été vaporisés au ciel, des hommes, des animaux, défigurés, une morgue empoisonnée d'effluves corrosifs.
Demeurer dans la nuit pour toujours. Manger encore, tracer à tâtons peut-être des signes dont seule ma main connaîtra, un bref instant, le chiffre. Perdre le souvenir de la lumière; n'avoir plus d'imagination que de la nuit où pâlissent les spectres.
Il me faudra m'inventer des souvenirs, des amours, des crimes, des deuils de nouveau, desquels enfin pouvoir peut-être souffrir, jouir et dans ma nuit éternelle me divertir.
Que de temps encore!

Je confesserai à voix basse dans l'immense et sourde oreille du silence un chagrin d'amour, les tourments de la jalousie...

Dans l'imagination de nuits, fuir ma nuit et dans mon lit glacé conjurer la froideur d'une amante intangible...

Mais quel crime, quel deuil, quel amour, même idéal, vaut un tel entombement? Il y a devant moi une nuit immense et sans faille: quel amour, quel deuil, quel crime pourra la remplir toute?

Peut-être n'ai-je fait que rêver le fracas des avions volant si bas sur l’horizon et la nuée sombre à l’occident. Dehors, le jour m'aura attendu; dans le verger les poiriers seront en fleur, et renaîtront pour la centième fois les pivoines de mon arrière-grand-mère. Chaque année parmi les ronces je me souviens m'être mis en quête de leur berceau, et à contempler leurs têtes rondes et lourdes déjà avant que d'éclore, avoir éprouvé effroi et haine.
Commenter  J’apprécie          50
Rien n'aura eu lieu.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (19) Voir plus



Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
598 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre

{* *}