AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2755611227
Éditeur : Hugo et Compagnie (13/09/2012)

Note moyenne : 4/5 (sur 7 notes)
Résumé :
De « Mission à Tanger » en 1949 à « On ne meurt que deux fois » en 1985, voici enfin rassemblée, disséquée, analysée toute l’œuvre cinématographique et littéraire de Michel Audiard – qui a écrit plus de cent films et signé une dizaine de livres. Cette vue d’ensemble du travail du plus célèbre dialoguiste de l’Histoire du cinéma Français devrait permettre aux amateurs de parfaire leur connaissance sur les chefs d’œuvre du cinéma populaire que sont que « Les Tontons F... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
alberthenri
  05 février 2017
Il subsiste, à mon humble avis, un malentendu fondamental concernant Michel Audiard.
Encore (trop) souvent considéré comme l'auteur des dialogues des " Tontons flingueurs", et de quelques autres films ("les barbouzes", "Ne nous fâchons pas"...) On a encore trop tendance à résumer et limiter son travail à quelques films, des parodies policières pour l'essentiel.
Un livre comme celui de Stéphane Germain, a le mérite, étant -presque-exhaustif, de rappeler, qu'Audiard, qui fut tout d'abord journaliste et romancier, n'est pas que l'homme qui fit parler Blier, Gabin et Ventura, mais celui qui signa les dialogues de nombreux films (y compris dramatiques).
L'encyclopédie Audiard, reprend donc l'ensemble de la carrière de celui que Jean Gabin avait surnommé "le petit cycliste".
L'ouvrage débute par une présentation de l'homme et de l'auteur, avant de présenter TOUS les films dialogués, et pour quelques uns réalisés (pas les meilleurs !) par Audiard.
De "Mission à Tanger" (1949) à "On ne meurt que deux fois" (1985), c'est l'ensemble de la filmographie qui est couverte, chaque film ayant une page illustrée d'affiches et de photos.
Germain, a en outre eu la bonne idée de segmenter l'oeuvre d'Audiard par périodes, choix pertinent car le Michel Audiard des "Barbouzes" n'est pas le même que celui de "Garde à vue" ou "Mortelle randonnée".
Le livre se conclut sur une série de portraits des acteurs fétiches d'Audiard.
Du tout bon donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
MissSherlock
  03 novembre 2014
Je suis tombée toute petite dans la marmite Audiard car mes parents étaient (et sont toujours) de grands fans des films du dialoguiste. Chaque fois qu'UN SINGE EN HIVER, LES TONTONS FLINGUEURS, LE CAVE SE REBIFFE, MÉLODIE EN SOUS-SOL, GARDE À VUE ou encore TENDRE POULET passent à la télévision, mes parents sont au rendez-vous et moi aussi.
Aussi je n'ai pas pu résister à offrir L'ENCYCLOPÉDIE AUDIARD (DU PRIMUS, DU BRUTAL ET DE L'HARMONIE) à mon père sachant pertinemment qu'il me prêterait le livre dès qu'il l'aurait fini.
Chez Michel Audiard, il y a du génial, du très bon mais aussi du très mauvais (en petite quantité) et c'est l'ensemble de l'oeuvre du «petit cycliste» que Stéphane Germain nous propose de découvrir. L'auteur est un grand admirateur d'Audiard, il ne s'en cache pas mais il ne réagit pas pour autant comme une godiche béate d'admiration. Lorsque Michel Audiard a participé à un mauvais projet ou lorsque son travail est imparfait, il n'hésite pas à le dire. L'ENCYCLOPÉDIE AUDIARD n'est en aucun cas une hagiographie et c'est tant mieux.
Après une présentation globale de la carrière d'Audiard, Stéphane Germain revient dans le détail sur chaque oeuvre du dialoguiste. Il débute par les différents romans écrits par Audiard et je reconnais avoir fait de nombreuses découvertes en la matière. J'avais entendu parler du livre NE NOUS FÂCHONS PAS pensant qu'il s'agissait de la seule incursion du dialoguiste dans le monde littéraire. Incursion que j'imaginais uniquement guidée par des buts financiers et publicitaires. Or Michel Audiard compte dix livres à son actif dont une grande partie ne mérite pas forcément qu'on s'y attarde d'après Stéphane Germain. L'auteur conseille toute de même LE PETIT CHEVAL DE RETOUR, PRIEZ POUR ELLE, VIVE LA FRANCE et surtout LA NUIT, LE JOUR ET LES AUTRES NUITS que l'artiste a écrit après la mort de son fils.
Ensuite, Stéphane Germain revient en détail sur chaque film et livre des anecdotes souvent jubilatoires sur l'auteur et ses comparses.
La présentation est claire et magnifique puisque chaque fiche est agrémentée de photos du film et d'affiches parfois inédites. On y trouve le résumé du film, les interprètes, le réalisateurs, une citation extraite du film et l'avis de Stéphane Germain sur le long métrage. J'ai souvent partagé son point de vue qui, comme je l'ai mentionné plus haut, n'est pas celui d'un intégriste.
Enfin, la dernière partie du livre est consacrée aux acteurs et actrices avec lesquels Michel Audiard a le plus travaillé : Jean Gabin, Lino Ventura, André Pousse, Annie Girardot, Jean Lefebvre, Michel Serrault, Mireille Darc, etc. Ces petites biographies sont illustrées par les magnifiques dessins de Gérard Gargouil dit «Gega».
Le seul petit bémol que j'aurai à formuler vient du fait que Stéphane Germain s'acharne un peu trop sur les cinéastes de la Nouvelle-Vague qui ne pouvaient pas encaisser Audiard et qui ont écrit des critiques virulentes sur le dialoguiste. C'est d'autant plus dommage que l'auteur affirme avec justesse dans sa préface que l' «on est désormais en droit d'aimer les deux, ce qui prouve que les avoir opposés était artificiel.» Il est vrai que lorsque l'on aime un artiste on a envie de le défendre becs et ongles mais j'ai parfois trouvé que Stéphane Germain enfonçait trop profondément le clou.
Quoiqu'il en soit L'ENCYCLOPÉDIE AUDIARD (DU PRIMUS, DU BRUTAL ET DE L'HARMONIE) est un très beau livre, instructif et drôle qui plaira à tous les fans et qui pourrait bien réconcilier les réfractaires avec l'oeuvre du «petit cycliste».

Lien : http://le-bric-a-brac-de-pot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nameless
  21 novembre 2013
Allez, arrêtons de jouer les condescendants et de penser que seul le cinéma d'art et d'essai peut nous nourrir. Audiard a définitivement marqué le cinéma français, il fait partie de notre patrimoine culturel, de notre mythologie. Qui n'a pas au moins une réplique culte de l'un de ses dialogues en tête? Qui n'a pas bien ri en regardant au moins une fois une énième rediffusion des Tontons flingueurs on the tv ?
Voilà une encyclopédie illustrée de documents rares qui réjouira ceux que l'histoire du cinéma intéresse. Il faut noter que l'auteur n'est pas béni-oui-oui, et qu'il sait se montrer sans indulgence quand cela est nécessaire. Ne boudons pas notre plaisir car il n'a rien de coupable.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
MissSherlockMissSherlock   04 octobre 2014
- J'cafarde pas, j'mélancolise.
- C'est pareil.
- Ah ! non. C'est la même différence qu'entre l'ivresse et la cuite.

(JP Belmondo et Charles Gérard dans L'animal)
Commenter  J’apprécie          120
MissSherlockMissSherlock   10 octobre 2014
Vous le connaissez, il est comme tous les Français. Il éprouve toujours le besoin de s'inventer des explications politiques pour justifier ses placements en Suisse.

(P. Brizard dans Espion lève-toi)
Commenter  J’apprécie          81
MissSherlockMissSherlock   04 octobre 2014
- L'aigle va fondre sur la vieille buse.
- C'est chouette comme métaphore, non ?
- C'est pas une métaphore, c'est une périphrase.
- Fais pas chier...
- Ça c'est une métaphore.

(Faut pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages)
Commenter  J’apprécie          60
MissSherlockMissSherlock   04 octobre 2014
- Votre mari n'est pas un assassin, il ne sera pas inculpé, rassurez-vous. Ni lui, ni personne d'ailleurs. La stupidité congénitale n'est pas prévue dans le code. Aucune loi n'interdit aux imbéciles d'avoir des enfants. Vous êtes tranquilles.

(Louis Jouvet dans Une histoire d'amour)
Commenter  J’apprécie          50
MissSherlockMissSherlock   10 octobre 2014
Les médiocres se résignent à la réussite des êtres d'exception. Ils applaudissent les surdoués et les champions. Mais la réussite de l'un des leurs, ça les exaspère... Elle les frappe comme une injustice.

(Michel Serrault dans Garde à vue)
Commenter  J’apprécie          60
Video de Stéphane Germain (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphane Germain
Le prix "Lulu la Nantaise" 2012 est attribué à...
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5218 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre