AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742789413
Éditeur : Actes Sud Junior (28/02/2010)

Note moyenne : 4/5 (sur 5 notes)
Résumé :
" Je comparais devant nous, messieurs les jurés, avec une triple connaissance de la prison. Une connaissance charnelle : j'ai passé dix-sept ans de ma vie derrière les barreaux ; une connaissance humanitaire : je suis maintenant employé du mouvement Emmaüs ; et une connaissance politique : je suis l'actuel président de l'Observatoire international des prisons. Pendant des années, j'ai été l'incarnation du mal. Aujourd'hui, j'ai accès à la parole et je peux parler au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Under_the_Moon
  27 décembre 2012
Aristote nous enseigne que "la loi soit s'affranchir de la passion".
Mais au quotidien, difficile de ne pas s'émouvoir, et de ne pas être passionnés donc, par toutes les affaires sordides qui conduisent des individus en prison. (et je ne suis absolument pas une exception!)
Dans ce roman, Caroline Glorion nous parle de la vie de Gabriel Mouesca, un homme qui a passé 17ans de sa vie en prison pour son implication dans un groupe indépendantiste basque.
Certains passages m'ont vraiment pris à la gorge... Dans la façon dont on entasse ces types et dont on leur fait comprendre qu'ils sont devenus des rebuts de la société. Par exemple, l'anecdote du transfert de Mouesca de Fresnes à Tarbes, où j'avais plus l'impression de lire un récit qui se serait déroulé pendant la Seconde Guerre mondiale qu'un témoignage sur un évènement de la fin des années 1980.....
Dans ce cas, pourquoi lui, contrairement à beaucoup n'a pas récidivé ? Il l'explique "tout simplement" par le fait que lui n'était pas dans le même état de misère intellectuelle ou sociale que les autres détenus. Ce n'est pas avec les coups qu'il a réussi à se faire entendre et à se battre pour sa condition (et celle des autres), mais avec des mots. Même s'il montre que rien n'est fait pour faciliter l'accès à l'instruction dans les prisons.
Sans excuser les actions qu'ils ont commis pour arriver là, on peut entendre sa détresse lorsqu'il dit : "dis-moi comment, lorsqu'on est traité de manière aussi dégradante, comment ne pas nourrir un sentiment de haine contre la société tout entière qui permet ça, contre une administration qui organise cette destruction progressive de l'être humain?"
Là encore, sans nier la nécessité de la prison, après avoir lu un tel témoignage on se dit qu'en effet on pourrait faire une prison qui ne crée pas des "bêtes" plus dangereuses que ce qu'elles ne sont à leur entrée...
Un témoignage fort qui met bien mal à l'aise...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Under_the_MoonUnder_the_Moon   26 décembre 2012
La société n'attend pas qu'on condamne les voleurs ad vitam aeternam. C'est de la barbarie ni plus ni moins, une insulte à la civilisation. Il faut trouver des peines qui soient à la hauteur d'un pays civilisé comme la France.
(...)
L'outil "Justice" a été inventé pour éviter la vengeance. C'est un progrès de notre civilisation pour sortir du règne animal. (...) Les progrès ont permis l'abolition de la torture, de la peine de mort au siècle dernier. A l'aube du XXIè siècle, ce sera de votre responsabilité, à vous les jeunes, de gagner une prison moins déshumanisante, de gagner l'abolition de la barbarie carcérale... De gagner un nouveau système qui sanctionne mais sans punir ni se venger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Under_the_MoonUnder_the_Moon   26 décembre 2012
A force d'humiliations, de brutalité, d'inactivité et d'inutilité, tu n'as plus de notion du bien, du mal, du jour ni de la nuit, tu n'as plus d'espoir...La prison t'a bouffé, (...)
Commenter  J’apprécie          20
Under_the_MoonUnder_the_Moon   26 décembre 2012
La prison rejette dans le société des individus blessés. Ils sont dangereux. Car comme on dit, mieux vaut des animaux morts que blessés. Les blessés sont dangereux.
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
121 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre