AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782709668644
300 pages
J.-C. Lattès (18/08/2021)
3.95/5   467 notes
Résumé :
Anna Gauthier mène une existence à l’abri des tourments entre sa pharmacie, sa villa surplombant la mer et sa famille soudée.
Dans un climat social inflammable, un incident survient et son fils Léo, lycéen sans histoire, se retrouve aux prises avec la justice. Anna assiste impuissante à l’écroulement de son monde, bâti brique après brique, après avoir mesuré chacun de ses actes pour en garder le contrôle.
Qu’advient-il lorsqu’un grain de sable vient en... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (131) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 467 notes
5
60 avis
4
57 avis
3
8 avis
2
3 avis
1
0 avis

Il y a dans ce roman une tangente paradoxale tout à fait pertinente et palpitante entre le silence et la violence.

C'en est terrible. Car progressivement, on fait corps, on jumelle avec cette mère de famille qu'est Anna.

Imaginez la souffrance muselée à l'intérieur depuis des années, personne pour voir, personne à serrer dans ses bras, pas de baume pour colmater, pas de résilience, imaginez donc comme celle-ci doit être rouge et vive.

Le début de cette histoire m'a laissée perplexe. Une narration clinique, détachée, très peu servie en émotions, ce n'est pas ce que je préfère. J'aime ce qui est clair et crie et vibre. Rien de tel ici et pourtant… Plus j'avançais dans cette histoire plus cette violence m'a happée, abasourdie, je me suis frappée à ce silence qui crie aux barreaux.

Anna s'est construit une vie idéale afin d'échapper à ses origines modestes et à une enfance malheureuse et étriquée. Avec Hughes, elle forme un joli couple solide dans sa villa au bord de mer. Sa routine est mise à mal quand son fils unique, Léo, dix huit ans est arrêté et incarcéré.

Anna va cogiter, ressasser, se battre aussi pour son fils mais quand tout part à vau-l'eau ce sont les souvenirs cauchemardes d'Anna qui viendront la noyer peu à peu. Les démons de son enfance vont péricliter sa sûreté mentale mise à mal avec l'arrestation de son fils.

Progressivement on assiste avec effroi à l'émergence d'une violence refoulée depuis trop longtemps. Une violence sourde, discrète qui voudrait hurler mais Anna est une femme modèle, une poupée qu'on a modelée à rester digne et droite.

Anna m'a beaucoup parlé, je l'ai comprise page après page avec beaucoup d'émotions.

À force de non-dits, de silences étouffants, de traumas non cicatrisés, on finit par devenir sa propre victime. On flirte dans un no man's land proche de la folie, de la confusion. Cette approche littéraire des traumatismes de l'enfance m'a beaucoup parlé. L'auteure explore très bien les dommages collatéraux et funestes d'une enfance manquée.

Le cataclysme est ici interne, sérieux, réaliste, ce qui rend ce livre des plus troublants.

Un roman que j'ai appris progressivement à apprécier, à deviner et à apprivoiser. Jusqu'à cette fin qui est en tout point, remarquable et réussie.

Commenter  J’apprécie          1266

Que le dénouement d'une tragédie survienne à l'entracte est exceptionnel et ceci conclut un roman noir dont les acteurs sont, en première apparence, sans histoire.

Anna porte un masque qui s'appelle le visage. Inaltérable, insubmersible, cette souriante pharmacienne concilie vie familiale épanouie, succès professionnel et réussite sociale aux cotés d'un époux, Hugues, actif aux lisières de la culture, de la politique et des médias.

Léo, leur fils lycéen, se trouve un jour au mauvais endroit, au mauvais moment, et a un mauvais réflexe, rapidement diffusé sur les médias sociaux et les journaux télévisés … et se retrouve à la case prison.

Cet incident fissure la famille Gauthier et ranime les remugles nauséabonds d'une enfance vécue dans une famille modeste, habitant un quartier périphérique occupé par un gang harcelant, bafouant, agressant les innocents.

Scénario qui peut être demain le drame de chaque lecteur ou lectrice et cette banalité du mal rend ces pages addictives et poignantes.

Le dénouement monter que si les entractes ont la réputation de vider les baignoires et de remplir les lavabos, ils peuvent être aussi dégoulinants.

Dotée d'une rare finesse d'observation, Valérie Tong Cuong restitue avec concision et précision les dits et non dits d'un milieu social hypocrite, inculte et superficiel.

La romancière, dont son « Par Amour » m'avait bouleversé, signe un véritable chef d'oeuvre qui doit être lu dans chaque famille, par les parents et les adolescents, pour que chacun prenne conscience que le harcèlement n'est pas un phénomène bénin, mais qu'il marque durablement les victimes, qu'il brise les destinées … et ces débris, ces tessons peuvent causer des vengeances aussi illégales que justicières.

Mais oh combien jubilatoires et salvatrices, je l'avoue !

PS : mon appréciation de Par Amour :


Lien : https://www.babelio.com/livr..
Commenter  J’apprécie          1091

Anna Gauthier mène une existence bourgeoise, en tout point conforme aux convenances de sa petite ville de province. Un incident dans une manifestation envoie néanmoins son fils Léo, lycéen jusqu'ici sans histoire, derrière les barreaux. Pour Anna, brusquement dessillée par la froideur hostile qui s'empare alors de ses relations, c'est l'édifice patiemment construit de sa réussite qui se lézarde, la renvoyant aux blessures d'une enfance qu'elle pensait pourtant depuis longtemps enterrée.

Anna n'a survécu aux maltraitances subies en silence dans son jeune âge qu'en leur tournant le dos, déterminée à modeler sa vie selon son image du bonheur. Et elle semble y être parvenue, en tout cas elle en est convaincue : entre sa pharmacie, son mari en vue et son fils promis à un bel avenir, rien ne vient déparer le parfait accomplissement de son existence, intégrée à la coterie des notables du coin. Jamais elle n'imaginerait qu'elle a pris le bonheur pour ses apparences, qu'elle a construit sa réussite comme un bouclier contre le mal, et qu'il ne suffit pas de contrôler sa vie pour la mettre à l'abri.

L'incident de parcours de son fils est une pierre qui vient briser l'idéal auquel elle s'accroche. Confrontée à la machine judiciaire, à la rumeur réprobatrice et aux trahisons des soi-disant amis, Anna perd le contrôle des événements, accumule les désillusions, et, dans sa panique et son impuissance, voit l'accroc à la perfection à laquelle elle s'évertuait, prendre les ravageuses proportions d'un cataclysme. Alors que les acquis patiemment accumulés en rempart contre la souffrance tombent un à un, la voilà à nouveau démunie face à ses blessures anciennes, resurgies intactes après des décennies de silence et de déni. le choc est si puissant, le désespoir si intense, qu'ils l'entraînent bientôt au-delà de toute raison, dans une explosion de violence incontrôlable.

Le réalisme du récit compte pour beaucoup dans l'effroi ressenti face à tant de souffrances vécues silencieusement. Les ravages de la violence sur la construction psychologique d'un être et les conséquences de traumatismes répétés et ignorés produisent ici une bien funeste bombe à retardement. Chez Anna elle-même, tombée dans la pathologie mentale. Mais aussi chez son fils, par l'un de ces si troublants et inconscients mécanismes de transmission.


Lien : https://leslecturesdecanneti..
Commenter  J’apprécie          905

Anna, pharmacienne au coeur d'un petit village, mène une vie paisible, qu'elle a longtemps recherchée, auprès de son mari, Hugues, ancien journaliste qui aujourd'hui travaille au service culturel de la mairie, et de son fils Léo, qui, à 18 ans, prépare son bac en vue d'intégrer une école réputée, spécialisée dans les métiers du numérique. Dans sa villa au bord de mer, la jeune femme, qui a fait table rase de son passé, surtout depuis la mort de ses parents, savoure le présent. Jusqu'à ce terrible matin de mai où des hommes cagoulés de la gendarmerie font soudainement irruption dans leur maison, se ruent dans les couloirs et à l'étage. Ils en redescendent, traînant Léo, abasourdi, les mains menottées. le monde d'Anna s'écroule, pièces après pièces...

Si l'on s'imagine que l'on va assister au combat d'une mère pour faire sortir son enfant de prison, pour avoir frappé un policier lors d'une manifestation, il n'en est rien. En effet, Valérie Tong Cuong nous entraîne insidieusement, malignement, au coeur du passé d'Anna. Puisque, suite à ce terrible incident, la jeune femme va ressasser continuellement et faire ressurgir, bien malgré elle, ses démons du passé. Son image si parfaite, si épanouie, si calme, va se craqueler, se fissurer et apparaître sous un tout autre jour. L'auteure aborde, avec une grande justesse, l'amour inconditionnel et le combat d'une mère pour son fils, le paraître, la machine judiciaire, l'amitié... mais aussi, à pas feutrés, les non-dits, les secrets trop longtemps enfouis, les silences, les blessures ineffables. Ce roman percutant, effroyable, à la plume incisive et directe, fait montre d'une intensité tourbillonnante.

Commenter  J’apprécie          804

Valérie Tong Cuong raconte avoir dès son jeune âge écrit ce qu'elle ne pouvait échanger avec ses proches. Ainsi on imagine qu'elle couchait sur le papier ses craintes et peurs, afin de les exorciser pacifiquement. Contrairement à l'héroïne d'Un tesson d'éternité, Anna, dont l'arrestation du fils pour une erreur d'adolescent résonne comme un rappel à sa propre jeunesse tourmentée, et la pousse à choisir une dramatique impasse. Une façon de traiter le déterminisme social et le harcèlement que j'ai trouvée souvent assez juste. Et même si on peut avoir parfois le sentiment que l'auteure enfonce le clou, encombrant son propos de phrases creuses, l'histoire reste prenante par ce qu'elle suscite comme réflexion sur les conséquences des traumatismes de l'enfance.

Commenter  J’apprécie          662


critiques presse (1)
LeFigaro   14 octobre 2021
Un roman brûlant sur l’effondrement d’une famille dont le fils est envoyé en prison.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
« Ils sont au bord d’un précipice, mais n’en voient pas la dimension. Ce qu’ils comprennent l’un et l’autre, c’est qu’ils n’ont plus aucun contrôle sur les évènements » (p.69)
Commenter  J’apprécie          40
Elle a si souvent vu ce regard désemparé. Ce moment précis où les proches, les familles prennent conscience du point de bascule, ce moment où ils commencent à glisser, avalés par un monde inconnu. Cette seconde où ils comprennent qu’eux aussi entrent en détention, d’une certaine manière. Qu’ils ne pourront plus choisir mais devront obéir. Qu’ils n’auront plus la moindre marge de manœuvre mais dépendront d’une organisation obscure, du bon vouloir d’inconnus – quelle qu’ait pu être leur position sociale jusqu’ici. Qu’ils ne pourront rien épargner à ceux qu’ils aiment, ni violence ni souffrance – ou si peu. Qu’ils ne pourront plus les toucher ni les entendre – ou si peu.
Cela, l’avocate ne s’y est jamais habituée. Elle hésite à poser sa main sur le bras d’Anna, elle aimerait la tirer par la manche, la sortir de cet état de sidération, l’écarter de cette vague qui l’emporte, de ce déferlement auquel une mère ou un père n’est jamais préparé et qui noiera bientôt toutes leurs certitudes.
Commenter  J’apprécie          200
En l’élevant dans un écrin de soie, en éradiquant toute forme de corvée, de risque ou de bataille, en lui procurant absolument tout sans la moindre contrepartie. Il n’a jamais connu l’effort, l’attente, le besoin ou l’adversité. Il a vogué sur son enfance et son adolescence comme la coque du voilier de luxe glisse paisiblement sur le lagon. Résultat : il ne possède aucune défense et il a peur de tout, de la contradiction, du conflit, de la douleur, de la difficulté, de l’inconnu. 
Commenter  J’apprécie          320
À certains, les envieux, il doit plaire d’imaginer le ver dans le fruit. Leur famille heureuse et tranquille les irritait, attisait leur frustration. Ils sont rassérénés de constater que personne n’est à l’abri des ennuis, que la roue tourne, que les privilégiés chutent. À d’autres, cela procure une adrénaline bienvenue dans leurs vies rangées, ils se projettent, cela pourrait leur arriver après tout, et puis ils se rassurent, voyons, pas chez eux [...]
Commenter  J’apprécie          250
 Lors des obsèques, dans le cimetière déserté, Anna avait ressenti un immense soulagement en même temps qu’un profond chagrin. Ce n’était pas seulement sa mère que l’on enterrait, mais l’enfant et l’adolescente qu’elle avait été. 
Commenter  J’apprécie          281

Videos de Valérie Tong Cuong (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Tong Cuong
Lecture de Valérie Tong Cuong tiré du livre Figures d'écrivains, dirigé par Étienne de Montety.
Découvrez un portrait inédit de la littérature française. La visage, la plume et la voix de 70 grandes figures des lettres réunies pour un cadavre exquis historique.
Pour en savoir plus : https://www.albin-michel.fr/figures-decrivains-9782226436351
autres livres classés : prisonsVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

L'Atelier des Miracles

Où commence le livre ?

Dans un immeuble en flamme.
Dans la rue.
Sous un porche.
Dans un collége.

10 questions
31 lecteurs ont répondu
Thème : L'atelier des miracles de Valérie Tong CuongCréer un quiz sur ce livre