AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9780880013345
63 pages
Éditeur : ECCO (01/11/1993)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Les poèmes de ce recueil sont écrits dans le langage des fleurs. Louise Gluck a reçu le prix Pulitzer pour The Wild Iris en 1993, et a également reçu le National Book Critics Award for Poetry et le Melville Kane Award de la Poetry Society of America.

(Traduction de la quatrième de couverture de Carcanet Press, publication en version originale uniquement)


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Carciofi
  10 octobre 2020
Things that can't move learn to see
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   28 novembre 2020
The great thing
is not having
a mind. Feelings :
oh, I have those ; they
govern me. I have
a lord in heaven
called the sun, and open
for him, showing him
the fire of my own heart, fire
like his presence.
What could such glory be
if not a heart ? Oh my brothers and sisters,
were you like me once, long ago,
before you were human ? Did you
permit yourselves
to open once, who would never
open again ? Because in truth
I am speaking now
the way you do, I speak
because I am shattered.

The Red Poppy




Le grand avantage
est de ne pas avoir
d’esprit. Des sentiments ?
Oh, ça, j’en ai ; ce sont eux
qui me gouvernent. J’ai
un seigneur au paradis
appelé le soleil, et je m’ouvre
à lui, lui montrant
le feu de mon propre cœur, feu
semblable à sa présence.
Que pourrait être une telle gloire
si ce n’est un cœur ? Oh, mes frères et sœurs,
avez-vous un jour été comme moi, il y a longtemps,
avant que vous ne soyez humains ? Vous êtes
vous permis
de vous ouvrir une fois seulement, vous qui ne
vous ouvrirez jamais plus ? Car en vérité,
je parle là
de la même façon que vous. C’est parce que
je suis détruit que
je parle.

Le coquelicot rouge

(Traduction de Marie Olivier)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
nadiouchkanadiouchka   11 octobre 2020
The Wild Iris
by Louise Gluck

At the end of my suffering
there was a door.
Hear me out: that which you call death
I remember.
Overhead, noises, branches of the pine shifting.

Then nothing. The weak sun
flickered over the dry surface.
It is terrible to survive
as consciousness
buried in the dark earth.

Then it was over: that which you fear, being
a soul and unable
to speak, ending abruptly, the stiff earth
bending a little. And what I took to be
birds darting in low shrubs.

You who do not remember
passage from the other world
I tell you I could speak again: whatever
returns from oblivion returns
to find a voice:
from the center of my life came
a great fountain, deep blue
shadows on azure seawater.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
CarciofiCarciofi   10 octobre 2020
Deep blue shadows on azure seawater
Commenter  J’apprécie          30

Video de Louise Glück (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Glück
Avec Michel Deguy, Xavier Galmiche, Isabelle Macor, Guillaume Métayer & Brankica Radic
Fidèle à sa vocation de découverte des écritures du monde entier (Afriques, Corée, tout récemment Louise Glück…), la revue Po&Sie ouvre ici ses portes aux littératures de l'Europe centrale pour donner à entendre des voix nouvelles (de Pologne, Autriche, Hongrie, République Tchèque, Roumanie, Slovaquie, Croatie, Serbie…), des voix méconnues (première plume féminine de Bosnie…), voire des inédits insolites (Kafka…).
Après-midi de découvertes, en présence des contributeurs de ces deux numéros de la revue qui visent à remettre l'Europe du milieu au centre de notre continent intellectuel et littéraire.
À lire – revue Po&sie n° 170 « Europe centrale 1 ». n° 171, « Europe centrale 2 », éd Belin, 2020.
+ Lire la suite
autres livres classés : végétationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
922 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre