AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2955024465
Éditeur : Lumignon (06/10/2016)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Raconter la forêt, son histoire, ses arbres et ses animaux, ses légendes et ses métiers : qui est mieux placé pour le faire qu'une bande de sorcières?

Dans cet almanach perpétuel, elles nous livrent une foule de récits, de petites astuces et de grands savoir qui font tout leur quotidien. Car ces sorcières vivent en plein coeur d'une vaste forêt qui bruisse de vie et de sagesse, qu'elles aiment et protègent. Laissez-les vous les faire découvrir au ryt... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
gouelan
  18 novembre 2016
" Dans la forêt, il est impossible de savoir où un chemin peut vous emmener."
Alors, avant de partir à l'aventure, feuilletez-donc l'extraordinaire almanach de la forêt, illustré et annoté par de petites sorcières, qui connaissent cet univers sur le bout de leurs doigts crochus.
Elles nous racontent les animaux sauvages, les saisons, le petit peule et les légendes, les empreintes, les écorces, les racines, l'herbier, les plantes, les cabanes, les recettes, le vent, les graines, les baguettes magiques, les mousses, les insectes. Tout ce monde extraordinaire, du plus petit au plus grand, est épluché, répertorié, ciselé, ponctué d'anecdotes, de petits trucs, sans jamais que la leçon ne nous plonge dans le sommeil.
Pourtant, ne faut-il pas se méfier de cette troupe de sorcières, qui connait toutes les recettes, et tout particulièrement de Mamnésie, "grande spécialiste des petites siestes improvisées sur la mousse moelleuse", qui raconte de drôles d'histoires car elle a des trous de mémoire ?
Et aussi de ces lieux étranges et presque fantastiques, qui risquent de vous faire passer par mégarde dans un autre monde ?
Le noir et blanc qui alterne avec les couleurs, les grandes illustrations ou les petits dessins, l'humour qui se glisse dans ce fourmillement d'informations précieuses, en résumé, un régal pour l'oeil de l'enfant mais aussi celui des grands.
Les illustrations gouachées et les textes de Anaïs Goldemberg, m'ont en tout cas ensorcelée au festival Quai des Bulles de Saint-Malo. Je n'ai pas pu y résister.
Je pense que cet album, ainsi que ceux réalisés par le même auteur : "Automne, une saison chez les sorcières, Hiver, une saison chez les sorcières et Les Mots Doux (des sorcières)", feraient une belle surprise sous le sapin, pour des enfants curieux et un brin rêveurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
blandine5674
  29 octobre 2016
Joli almanach sur la forêt qui fourmille d'idées. Nous trouvons, par saison et par mois, des petites rubriques numérotées (voir un aperçu dans les citations) sur : la faune, la flore, les oiseaux, les insectes, les arbres, des astuces, des dictons, des recettes (je vais tenter celle de la page 119 : cookies au chocolat et aux noix. Celle de la bière aux orties me plaît bien aussi), etc. le tout parsemé d'humour et agrémenté par des illustrations réalistes et amusantes alliant l'ancien et le moderne. le moins : la reliure souple qui ne permet pas de laisser le livre ouvert. Un lexique existe à la fin. Dommage qu'il n'y en ait pas un autre par catégorie. Beau travail de nos sorcières pour petits et grands. Ouvrage à butiner sans modération. Un grand merci à Masse critique et mes encouragements de prospérité aux éditions du Lumignon.
Commenter  J’apprécie          143
Floccus
  19 novembre 2016

Bichonné. C'est le terme qui me vient en premier à l'esprit en passant la main sur la couverture et sur les pages pour la première fois. Aussi soigné qu'une boîte en buis façonnée par un artisan amoureux des matières et du travail bien fait. On devine le choix minutieux du papier, les longues heures de recherche, le soin apporté à l'harmonie des couleurs. C'est donc avec la joyeuse impression de se faire inviter à goûter par une bande de sorcières espiègles et chaleureuses qu'on entre dans le livre et le temps de la forêt.
"Si on vous fait boire un philtre d'amour à votre insu, vous pouvez vous purger en avalant du suc de plantain, suivi d'un bon verre de bière." (59)
Ma tendresse pour ces consoeurs naturalistes n'a pas pas endormi mon attention pointilleuse et un peu casse-cône, je l'avoue en toute honnêteté, mon souci de l'information juste. Moi aussi j'ai une bibliothèque fournie en grimoires Delachaux et Niestlé et en parchemins de François Couplan… ouvrages qui ne restent pas à dormir mais sont régulièrement mis à profit. Et je dois reconnaître que ma foi, ces sorcières sont très fortes en leur affaire. On sent le vécu pieds sur terre-grands yeux ouverts, la curiosité futée de terrain. Leurs chroniques se mêlent en un curieux mélange de suggestions audacieuses, de recettes un peu floues et de mises en garde prudentes. Évoquer, le 27 avril la mise au vinaigre de boutons de genêts frise le toxique (Il faut quand même savoir ce qu'on fait. Même moi, grande fille, ne m'y risquerai qu'avec réserve), tandis que plus loin les enfants sont invités à faire cuire les fruits sauvages avant de les manger, ce qui me semble excessif. Bon… ce sont des sorcières, elles affectionnent le sulfureux. Mais du coup ne biaisent pas avec la réalité. Les petits lecteurs sont invités à faire preuve de discrimination éclairée. Transmetteur de curiosité, ce grimoire donne des idées qu'il sera bon de fouiller et de compléter avant de les mettre en pratique.
Bon, allez, pour le plaisir de ramener ma science.
22 octobre : chères amies, cela doit faire un bail que vous n'avez pas picoré de prunelles sur les chemins. Acides, elles sont. Âpres et astringentes surtout. Mais amères… non vraiment, la prunelle n'est pas amère. Quant à attendre qu’elles blettissent après les premières gelées… je ne suis pas sûre que le terme soit juste. les fruits se racornissent plutôt, se dessèchent.
Pour en revenir au blettissement, ça fonctionne par contre très bien avec les cynorhodons. Quand ils sont mous sur leur branche, on peut les cueillir, les presser délicatement entre trois doigts pour en faire sortir la pulpe et se délecter de celle-ci – fruitée et bourrée de vitamine C – d'un coup de langue.
Page 20 : "Mais qui dit conifère dit cône, bien sûr : c'est le nom donné aux fruits de ces arbres." Voilà une phrase à faire trépigner un scientifique distingué ! D'un point de vue botanique, les cônes ne sont pas des fruits, ce sont… des fleurs ! Les gymnospermes ne produisent pas de fruits.
Bon, j'arrête de chercher la petite bête (même si j'aurai encore des trucs à dire sur les tiques, le lichen, les chanterelles à tube, et cinq bonnes grosses erreurs de grammaire… c'est un projet qui donne l'envie furieuse de participer), votre album chantonne de vie et d'esprits malicieux, et même une vieille baroudeuse des causses et des bois comme moi y a trouvé matière à étonnement, interrogation, vérifications à faire et expérimentations à venir. Je vais de ce pas explorer les possibilités de la farine de tilleul, guetter l'aspérule odorante pour parfumer mes armoires et finir sur un petit yoga de la fougère !
[Lu dans le cadre de ces fabuleuses masses critiques]

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
beugzbee
  01 novembre 2016
Un livre magique!
Les illustrations sont sublimes, surtout ces grandes doubles pages colorées, qui m'ont ravies. Mais même les petites en noir et blanc sont bien faites, bien placées, et encadrent joliment tout les textes.
Le début de chaque saison nous apprend (bon, surtout les plus jeunes, les grands doivent le savoir mais c'est toujours sympa a lire et ça rafraîchit la mémoire) des choses sur les arbres, les animaux,la survie en forêt et même quelques recettes natures et faciles. J'avais des petits livres comme ça quand j'étais petite, l'humour en moins, et j'ai vraiment apprécié cet almanach pour son côté drôle. S'ensuit un éphéméride. Je n'ai pas tout lu, je n'ai lu que les jours depuis que je l'ai reçu et les encadrés, je veux me garder du plaisir pour plus tard. Mais chaque point est intéressant et/ou drôle.
Comme un vrai almanach, il y a même des pubs des différents commerçants de la forêt, c'est adorable!
Seul petit bémol: certains passages et recettes sont trop peu développés. On peut se débrouiller pour refaire ce qui est expliqué mais je ne pense pas que ce soit toujours abordable par les plus jeunes.
Et puis quand on me dit que si on laisse macérer trop longtemps, les bouteilles explosent, j'aurais aimé savoir comment éviter cela =)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Plumesdelune
  13 mars 2017
Encore un projet Ulule qui se concrétise. J'ai contribué au financement de l'Almanach, il y a de cela quelques mois. Cela fait aussi quelques semaines (c'est un euphémisme) qu'il est arrivé à la maison, tout frais, tout beau.
Et comme ses amis livres issus de financements participatifs, il a aussi le droit à un article sur son compte, le petit chanceux.
Il s'agit d'un beau livre des éditions Lumignon (qui font des trucs tout choux en passant, allez zieuter) sur la forêt. C'est un almanach, c'est-à-dire que chaque jour correspond à une anecdote, une astuce ou une simple information. On apprend, par exemple, le 19 octobre comment savoir si les châtaignes sont verreuses. Les saisons sont entrecoupées de pages en couleurs reprenant des grandes thématiques ou des sujets spécifiques. Les anecdotes sont mises en scène, ce sont des sorcières (qui ont chacune leur spécialité) qui les délivrent. le ton est plein d'humour. le tout est agrémenté de superbes illustrations en couleurs ou en crayonné et la mise en page est très réussie.
En cela, le livre est fortement joli et poétique et puis aussi assez utile (bin oui quand même). Je trouve que le livre dégage un côté chaleureux et bienveillant, c'est vraiment agréable.
Bref, encore un joli projet qui se transforme en joli livre.
Pour voir plus de photos, suivez le lien :)
~ Kin
Lien : https://plumesdelune.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   20 novembre 2016
Méditation de l'arbre
Quand la vie agitée dans la forêt le permet, chaque sorcière prend le temps de se recentrer tout en laissant son esprit s'évader grâce à un moment de méditation forestière. Pour faire de même. Voici quelques indications.
Tenez vous debout. Les pieds bien posés au sol. Détendez-vous avec de longues respirations puis. Petit à petit. Imaginez qu'à chaque expiration vos pieds développent des racines. Ces dernières poussent profondément. Dans toutes les directions. En se ramifiant de plus en plus. Pendant ce temps. Imaginez que des branches jaillissent de votre tête et de vos bras. Elles grandissent et s'épanouissent vers le ciel. Tiens. Vous êtes devenu un arbre !
Une fois que vous vous sentez à la fois bien enraciné dans le sol. Et déployé vers le soleil. Répétez-vous une pensée positive (celle qui vous parle le plus). Profitez encore un peu de ce moment d'équilibre. Puis. Toujours en respirant calmement. Retrouvez la mobilité de votre corps. Vous êtes maintenant un arbre qui marche.**

** Note de Jaloustine : Vous repérerez facilement une sorcière sortant d'une méditation de l'arbre aux petits rameaux qui lui sortent des oreilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
KorriganKorrigan   20 novembre 2016
Les bizarreries racinaires.

Ce serait trop facile de résumer les racines à "la partie souterraine de la plante". En regardant autour de nous, on se rend compte que certaines plantes ont des racines aériennes, c'est à dire hors-sol. Par exemple, le lierre se sert de ses racines comme ventouses, pour s'accrocher à un support (comme un tronc, un mur ou... une sorcière endormie). Le gui, lui, se colle à une branche, avant de plonger ses petites racines dans le bois de son hôte. Certains arbres ont à leur pied de curieuses excroissances qui se dressent hors du sol : il s'agit de pneumatophores, des racines échappées du sol leur servant à capter l'air et à faire trébucher les sorcières maladroites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gouelangouelan   18 novembre 2016
Proverbe : Le petit arbre a sa place au soleil, tout autant que les grands sapins.

Éphémérides,
Mars.
Les jours rallongent de quatre minutes, à la louche.
Commenter  J’apprécie          202
gouelangouelan   18 novembre 2016
On dit que la ronce est le berceau du chêne. En effet, protégé par le buisson épineux du roncier, la jeune pousse de l'arbre peut grandir et s'épanouir sans craindre d'être grignotée par un chevreuil affamé.
Commenter  J’apprécie          60
blandine5674blandine5674   29 octobre 2016
Substance : Le chevreuil raffole des baies sombres de la bourdaine, un petit arbre que l'on appelle aussi pastel lourd. Mais s'il les grignote avec plaisir, ces baies le mettent dans un état second ! Le pauvre chevreuil ne marche alors plus très droit...
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : MycologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
397 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre