AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782864973270
48 pages
Éditeur : Editions Albert René (19/10/2017)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 431 notes)
Résumé :
Les personnages créés par les deux génies du 9e art Albert Uderzo et René Goscinny sont de retour ! Après Astérix chez les Pictes et Le Papyrus de César, Astérix et Obélix reviennent dans Astérix et la Transitalique, le nouvel album signé par les talentueux Jean-Yves Ferri et Didier Conrad.
N'en déplaise à Obélix, les Italiques, les habitants de l'Italie, ne sont pas tous des Romains, au contraire ! Les Italiques tiennent à préserver leur autonomie et voient... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (141) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  22 octobre 2017
Ah ! L'Italie et ses fameuses routes rectilignes et sûres qui mènent toutes à Rome ! Sûres ? Pas si sûr, justement ! de nombreux nids-de-poule provoquent moult accidents. Au sénat, l'on s'insurge contre le sénateur Lactus Bifidus qui, à défaut d'entretenir les voies romaines, utilise les fonds publics pour financer ses orgies. Pour tenter de calmer le jeu et se sortir d'une position pour le moins gênante, ce dernier propose une grande course de chars, à travers la péninsule, ouverte à tous les peuples connus. Y compris aux Gaulois ! César, ayant eu vent de cette nouvelle, exige évidemment que cette course soit gagnée par un Romain sous peine d'envoyer Lactus Bifidus vers des contrées plus lointaines. À Darioritum, Astérix et Obélix se promènent dans les allées de la FIAC en compagnie d'Agecanonix. Une sybille, lisant dans les lignes de la main, annonce à Obélix qu'il sera porté et proclamé sur un grand char ailé. Il n'en faut pas moins au porteur de menhirs pour en acquérir un. Et c'est là que l'on annonce en grandes pompes une course de chars transitalique...

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad se remettent en selle et arpentent, tels deux auriges, les routes d'Italie, partant de Modicia pour rejoindre Neapolis. En effet, une grande course de chars va avoir lieu et tous les peuples du monde sont les bienvenus. Vénètes, Étrusques, Ombriens, Osques, Goths, Belges, Normands et même Gaulois... Tous y sont les bienvenus. Nos chers Gaulois, d'ailleurs, qui ne vont pas se gêner pour aller taquiner les Romains chez eux. Une course semée d'embûches, de coups foireux, de sabotages et de nids-de-poule. Un scénario somme toute sans grande originalité qui se lit aisément. Quelques clins d'oeil et jeux de mots, peu de surprises et peu rebondissements malheureusement. Dommage pour cette course qui se voulait inédite et chaotique. Graphiquement, le trait de Didier Conrad, fidèle à celui d'Uderzo, est tout en finesse et les décors fourmillent de détails.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
cascasimir
  24 mars 2020
"Car voici notre champion venu de Rome... L'Aurige masqué ! le grand CORONAVIRUS et son fidèle Bacillus..."

CORONAVIRUS venait déjà d'Italie... Une course qui bouscule "Ben-Hur”. Pericoloso sporgeshi hors du char!
"Au cirque, les chars ont tendance à tourner en rond."

Sorti en 2017, à 5 millions d'exemplaires, cet album démarre sur les chapeaux de roues, un "Fast and Furious" à la sauce César, avec une salade romaine...

Obélix s'étonne: "Je suis un peu dépaysé, il y a peu de Romains" en Italie. C'est lui le pilote!
- "Tu me co-aurigeras", Astérix.
Il y a des nids de poule, même si toutes les voies romaines mènent à Rome. Et, un tricheur qui verse de l'huile (d'olive vierge) sur la route. Pour un pilote, c'est terminé la Dolce Vitæ car "Capri, c'est fini!"

On goûte la Course, ainsi que le Jambon de Parme ( "Du jambon en tranches et pourquoi pas du fromage en poudre, tant qu'on y est?") et du Chianti.
A Naples, Obélix trouve que leurs galettes seraient meilleures, avec de la sauce tomate ( on l'appelerait Pinsae Margarita...)

Vous verrez La Joconde, Begnini et Berlusconi...Et, peut être aussi, Alain Prost ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7113
democratz
  23 octobre 2017
Depuis la passation des crayons d'Uderzo au duo Ferri/Conrad, les aventures d'Asterix et Obelix reprennent des couleurs voir une nouvelle fraicheur notamment en matière de scenarii.
Depuis 3 ans, je retrouve donc le plaisir de mon enfance à découvrir de nouvelles histoires bourrées d'anachronismes, des noms de personnages frisant le ridicule mais tellement bien trouvés, de l'humour potache et toujours cette belle amitié entre nos deux gaulois.
Dans cette histoire, nos irréductibles gaulois vont participer à une course de chars facon grand prix de F1 mais à travers toute l'Italie. Ce sera l'occasion pour le lecteur de découvrir d'autres coins que Rome, souvent la seule grande ville italienne qui apparait dans les précédents tomes de la série.
L'enjeu de la course pour les romains est de prouver au monde que les routes italiennes sont en excellent état voir les meilleures de l'empire. Pour César, il n'y a pas d'autre place sur le podium que la première. Et comme souvent, tricheries, coups bas et autres ruses seront de la partie afin que le champion romain puisse triompher.
Lecture très divertissante et qui redonne le sourire par une après-midi pluvieuse à la maison. Vivement le tome suivant !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          662
TheWind
  23 octobre 2017
Poussez pas, poussez pas ! Y'en aura pour tout le monde !
Le nouvel Astérix est arrivé et déjà c'est la ruée vers ce nouvel opus …
Je ne suis pas certaine qu'il vaille le détour mais c'est un Astérix tout de même et rien que pour ça, on ne va pas se priver d'aller aux courses et de le ramener à la maison tel un trophée bien mérité.
L'Astérix de compétition est un peu dépassé, ma foi, mais on ne s'en tire pas si mal avec cette version classique. Des jeux de mots bien huilés, des décors antiques pour ne pas s'ennuyer pendant le voyage, des têtes connues pour ne pas être trop dépaysé, un itinéraire simple et pas trop alambiqué, ou devrais-je dire pas trop "amphoré" …
Bref, un album qui se laisse parcourir, sans que ce soit non plus la franche rigolade, et qui réagit plutôt bien aux circonstances actuelles.
Commenter  J’apprécie          601
Crazynath
  19 octobre 2017
Troisième aventure d'Astérix et Obélix prise en charge par le duo Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, " Astérix et la Transitalique" nous emmène, comme son nom l'indique, en Italie.
César, Jules de son prénom, valide l'idée du sénateur Lactus Bifidus , d'une course de chars qui traversera l'Italie de Modicia jusqu'à Neapolis ( ou Naples si vous préférez ). Cette course est ouverte à tout le monde et comme on pouvait s'y attendre, notre plus célèbre duo de gaulois va y participer.
J'ai bien aimé l'idée de départ, qui m' a un peu fait penser à Astérix aux jeux olympiques. Cette fois ci, nos gaulois n'ont pas besoin d'affirmer qu'ils sont romains, vu que cette course est ouverte à tous les barbares...Découvrir que l'Italie est peuplée de beaucoup de monde, mais finalement pas trop de romains est une grande surprise et presque une déception pour Obélix .
Les dessins sont sympathiques, l'histoire tient la route ( malgré les nombreux nids de poules) et les deux auteurs ont réussi à mettre un zeste d'actualité dans leurs jeux de mots...
Certes, je ne rit plus à gorge déployée comme pour certains anciens albums, mais franchement, je trouve que Ferri et Conrad ont bien repris les choses en main, surtout après les désastreux derniers albums d'Uderzo.
Et puis, voir Obélix en conducteur de char, ça vaut le coup, non ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570


critiques presse (12)
LeJournaldeQuebec   14 février 2018
Des gags à profusion, des personnages attachants, des péripéties : tout ce qu’on aime de cette collection culte y est !
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Culturebox   14 décembre 2017
Didier Conrad et Jean-Yves Ferri embarquent les deux héros gaulois dans l'Italie antique. Incontournable !
Lire la critique sur le site : Culturebox
Sceneario   23 octobre 2017
Cette nouvelle aventure d'Asterix (et Obelix) est une lecture assez rapide et il faudra peut-être une deuxième plus posée pour vraiment profiter de tout les gags de l'histoire et même d'une troisième lecture pour bien apprécier les références visuelles dans les arrières plans.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Liberation   23 octobre 2017
Le troisième album post-Uderzo a enfin trouvé le bon équilibre, entre hommage et nouveautés.
Lire la critique sur le site : Liberation
Bibliobs   20 octobre 2017
Dans le 37e album d'Astérix, scénarisé par Ferri et dessiné par Conrad, l’intrigue semble être restée sur le bord de la route.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaPresse   20 octobre 2017
Un album plus «familial» que le précédent, avec quelques perles et clins d'oeil sur l'actualité, mais en fin de compte desservi par un scénario hyper prévisible.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeMonde   20 octobre 2017
Le troisième épisode réalisé par les nouveaux auteurs de la série, Ferri et Conrad, est publié jeudi et décline le thème de l’unité entre les peuples à travers une course de chars.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaCroix   20 octobre 2017
Le 37e album d’Astérix – le 3e signé Ferri et Conrad – sort jeudi 19 octobre dans toute l’Europe. Un événement éditorial, mais aussi une excellente bande dessinée jubilatoire.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Culturebox   20 octobre 2017
"Astérix et la Transitalique" sort en librairie aujourd'hui. Dans cette 37e aventure les irréductibles Gaulois participent à une course de chars en Italie sur fond de régionalisme et d'identité.
Lire la critique sur le site : Culturebox
BDZoom   19 octobre 2017
Voici donc nos héros lancés vers de nouvelles aventures. Célèbres pour leurs nombreux voyages à travers le monde connu, Astérix et Obélix vont cette fois découvrir les nombreux peuples de la péninsule italienne : les Italiques !
Lire la critique sur le site : BDZoom
LaPresse   13 septembre 2017
Astérix connaissait Rome, mais pas l'Italie qu'il parcourra dans le prochain opus Astérix et la Transitalique, «un clin d'oeil à (Albert) Uderzo», le dessinateur historique originaire de ce pays, confie son scénariste Jean-Yves Ferri.
Lire la critique sur le site : LaPresse
LeMonde   18 août 2017
Pour leur troisième « Astérix », Ferri et Conrad ont trouvé leurs marques, entre imitation et innovation.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
Titou483Titou483   13 novembre 2017
BRRRRR
Tiens,la terre tremble...
Le dieu vulcain se réveille...
Apparemment il a très mal dormi.
Tu as senti Obélix ?
Oui,peut-être leurs poules qui creusent ?
BRRRR
Ça recommence !
Là, il nous refait une éruption...
ZZZZZZ BROM
!?
Kaï
Ah, mais ça commence à bien faire, tous ces contretemps !
C'est que j'ai une course à gagner, moi !
ZZZZZZZZZZ BOUF
Le gaulois a bouché le cratère !
Il a mouché Vulcain !
Le gaulois est un dieu !
Waf ! Waf !
Ne rapporte pas, Idéfix !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
marina53marina53   22 octobre 2017
- Enfin te voilà, Lactus ! Tu n'as pas oublié notre orgie avec les Tiramisus, j'espère ?
- Pas d'orgie ce soir, Mozzarella, j'ai du travail !
- Ah ? Ce n'est pas dans tes habitudes !
- Bah ! Je dormirai mieux demain au sénat.
Commenter  J’apprécie          350
democratzdemocratz   23 octobre 2017
- Je me sens dépaysé : on voit peu de romains...

- C'est normal Obelix, il n'y a pas que des romains en Italie. Comme la Gaule, l'Italie compte de nombreux peuples : vénètes, Étrusques, Ombriens, Osques, Messapes, Apuliens... Et César a bien du mal à les contrôler.
Commenter  J’apprécie          280
cicou45cicou45   19 novembre 2017
_Mais ses combines sont allées trop loin ! Cette fois, c'est décidé, j'arrête la course ! Je reprends mon vrai nom de Testus Sterone et je rentre chez moi en Sicile, où tout le monde est franc et honnête !
_Tu ne peux pas me faire ça ! Pense à ta belle villa à Capri !
_Garde la villa, j'abandonne ! Pour moi, CAPRI, C'EST FINI !
Commenter  J’apprécie          170
Gwen21Gwen21   17 février 2019
- Un coup de génie, cette course ! Ça a complètement enfumé Thermocumulus ! Ça t'es venu comment ?
- Comme ça... J'ai souvent plein d'idées au réveil ! Le problème, du coup, c'est qu'il va falloir l'organiser, cette course. Et le réseau routier est très mal géré... Je le sais, c'est moi qui m'en occupe.
Commenter  J’apprécie          160

Lire un extrait
Videos de René Goscinny (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de René Goscinny
Soixante ans après sa création par René Goscinny et Albert Uderzo, le héros gaulois s'offre une nouvelle jeunesse pour son 38e album signé Jean-Yves Ferri et Didier Conrad avec l'arrivée d'Adrénaline, la fille du vaincu de César. le dessinateur Didier Conrad explique ici à Anne Douhaire comment il s'y est pris pour dessiner le célèbre héros gaulois. Plus d'informations sur la BD "La Fille de Vercingétorix" de Ferri et Conrad : Plus de BD sur France Inter : https://www.franceinter.fr/theme/bande-dessinee Plus de leçons de dessin : https://www.youtube.com/playlist?list=PL43OynbWaTMLSUzMpmqwuKcJNbTeC5GhD
+ Lire la suite
autres livres classés : coursesVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox