AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732454176
Éditeur : Editions de la Martinière (21/03/2013)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 59 notes)
Résumé :
Céce et Mack travaillent dans le même restaurant d'un quartier populaire. Mais c’est bien tout ce qu’ils ont en commun. Malgré une famille difficile, Céce est une lycéenne modèle promise à un brillant avenir. Mack, lui, est un "ado à problèmes" qui a du mal à contenir sa violence. Il a abandonné le lycée et sa passion est de recueillir des chiens maltraités pour les dresser.
Pourtant, contre toute attente, Mack et Céce s’apprivoisent, puis tombent amoureux. A... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
Melvane
  14 avril 2013
J'ai hésité à de nombreuses reprises de prendre ce livre. Je pensais savoir à quoi m'attendre, je me disais que des histoires comme celle-ci, j'en avais déjà lu une bonne dizaine. Pour me donner un peu de courage à l'ouvrir, j'avais été lire les critiques qui étaient très bonnes mais ce qui a réellement donner le coup de grâce au commencement de la lecture, c'est un « Tweet » d'une jeune fille qui m'en avait fait des éloges, bien particulier. Après tout ça, je ne pouvais pas, ne pas l'ouvrir ... Maintenant, il est refermé et j'ai une boule à l'estomac. Ce livre s'adresse aux jeunes adolescents, certes, mais aussi aux parents. Dans ce livre, tout démarre d'eux et des éventuels traumatismes qu'ils peuvent causer à leurs gosses sans s'en rendre compte.
C'est l'histoire de Mack, un jeune garçon de 15 ans, intelligent, courageux et adorant les chiens. Il travaille dans un petit restaurant tenu par Vico, le patron. Un ancien vétéran de 65 ans. Mack fais ce qu'on lui dit. Il bosse bien, ne parle pas et particularité assez étrange, il est incapable de regarder une personne dans les yeux. Beaucoup de personnes le jugent et vont jusqu'à le considérer comme « attardé mental ». Et, Mack le croit. Écrire ? Il ne sait pas. Lire ? Il a du mal. Travailler en tant que plongeur ? C'est presque la seule chose qu'il sait faire. Dresser des chiens ? C'est son don mais il l'ignore.
Tony, son seul et unique ami part en camp de guerre. Prévoyant à souhait pour sa famille, Tony décide de mettre Mack en relation avec sa soeur, Céce, afin qu'il assure sa sécurité lorsqu'il sera parti. Mais rien ne prévoyait que ces deux-là allaient tomber amoureux.
Au départ, j'ai trouvé cette histoire très banale. C'était du déjà vu, de re-relu et je m'imaginais déjà une petite fin happy end toute cosy. En écrivant ses mots, je ris car je ne devrais jamais sous-estimé les livres et leur BOO, leur surprise. Car c'est au fil des pages que la véritable histoire se dévoile. Une histoire de culpabilité qui mine des vies, les rends lourdes de fardeaux. Des souvenirs qui tournent en boucle dans les têtes et qui chargent les jours de sourires hypocrites.
Mack n'a peur de rien et c'est devenu comme cela depuis que son père, c'est mis à battre sa maman dans le salon de leur maison. Il n'a pas levé le petit doigt, alors que sa mère criait d'aller chercher de l'aide. Mack n'a rien fait. Au lieu de ça, il s'est enfermé dans sa chambre, il a mis la radio et il n'entendit que les larsens, grésillant dans sa tête alors que sa tête était plongée sous l'oreiller. Depuis ce jour là, ce bruit difficile à supporter est devenu une arme destructrice. On lui crie dessus, ils envahissent ses oreilles. On le provoque, ils se remettent à jouer et si il n'arrive pas à se calmer, il agit au plus mal. Mais Céce, rien qu'avec sa présence, arrive à le canaliser. Il lui suffit de poser une main sur son avant-bras pour qu'il revienne à lui, que ce voile devant les yeux, construit de rage et de haine, s'enlève ... mais Céce n'est pas toujours là, et c'est durant une de ses absences, que Mack tue de sang froid un homme.
Sa peine est lourde, bien évidemment. A 15 ans, il se retrouve en prison. Ce bâtiment aux murs froids que tout le monde redoute, qui contient grand nombre de meurtriers ... On pourrait penser qu'à 15 ans, sa vie est foutue mais pour Mack, sa vie ne fait que commencer ...
Je ne sais pas si j'ai apprécié ce livre. le cadre est sombre tout autant que les personnages (alors que d'habitude j'adore ça) mais la morale mérite à être entendue. Mack restera certainement le personnage le plus « touchant » que j'ai jamais lu, le plus « crédible » de toutes ces histoires d'adolescents que j'ai fait défilé entre mes mains.
L'esprit encore un peu chamboulé de cette histoire, je vous conseillerai quand même de le lire mais vous en ressortirez certainement avec une grande compassion pour ce jeune homme, qui n'attendait qu'une seule chose de la vie, qu'elle soit juste sympa avec lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Archessia
  04 juin 2013
Comment vais-je bien pouvoir vous parler de cette romance réellement atypique tellement, tellement plus riche que ce qu'elle laisse présager ?

C'est l'histoire de Céce, jeune fille pas bien dans ses baskets, un peu ronde, devant gérer une mère alcoolique complètement excentrique et trouvant réconfort dans le cheesecake.
Mack, c'est un mec un peu paumé, pas à l'aise avec les gens, avec de gros problèmes de colère et de violence, qui se sent bien plus à l'aise avec les chiens qu'avec les humains.
Tellement de choses les sépare, et pourtant, il vont trouver chez l'autre paix, acceptation et amour.
Oui, mais ...

Impossible de vous décrire correctement à quel point ce récit est unique et complexe, son écriture toute particulière lui donnant une saveur étrange et à mille lieues des autres romances que j'ai déjà pu lire.
Il y a dès le début une ambiance un peu pesante, étrange et un peu sombre. Entre Céce qui se sent toujours un peu à l'écart et Mack qui a de réels problèmes à contenir ses accès de violence, on sait que l'on n'a pas sous les yeux une histoire à l'eau de rose fleurant bon les mamours et les balades sur la plage.
Rien n'est édulcoré ou nous est montré de façon à rendre le tout plus romantique. Il y a des passages très durs et vraiment douloureux à lire, mais je trouve que c'est précisément une des choses qui rendent ce titre si fort, si incroyable.
Après tout, toutes les histoires de coeur ne se passent pas forcément bien, et il y a un douloureux réalisme tout au long de ce roman.
L'histoire de Mack et sa relation avec les chiens m'a particulièrement touchée, d'ailleurs, chaque passage où on le voit éduquer l'un d'eux, en faire un ami plein de confiance, est absolument bouleversant, plein de sentiments forts qui m'ont pris à la gorge et m'ont souvent fait sourire.
L'auteur a un véritable don pour faire passer des émotions sans forcément les décrire, mais par des actes, des paroles détournées.
Je n'avais jamais encore lu une romance qui pouvait à ce point emporter mon coeur avec elle en étant si peu mielleuse et tellement terre à terre dans la relation de ses deux héros.

Je ne sais même pas quoi dire, comment réussir à vous transmettre ne fut-ce qu'un tant soit peu tout ce que j'ai pu ressentir pendant cette lecture.
Les mots et les émotions se mélangent et s'entrechoquent dans ma tête, je n'arrive pas à faire le tri tellement ce bouquin m'a remuée.
En l'entamant, je n'aurais jamais cru découvrir une telle puissance tranquille dans l'écriture, tel un raz-de-marée silencieux balayant tout sur son passage.
C'est définitivement un livre à découvrir, une véritable perle qui ressort clairement du paysage littéraire romantique et qui offre un récit unique, étrange et qui laisse un arrière goût doux-amer.
Je l'ai refermé en pleurant, mais avec un sourire aux lèvres.
C'est un gros coup de coeur, et je ne peux que souhaiter qu'un très grand nombre de lecteurs puisse savourer comme je l'ai fait, l'étrange, belle et poignante histoire de Céce et Mack.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Colombedelesperance
  01 octobre 2014
Ceci va être une chronique « à chaud ». Je viens tout juste de terminer Ne t'en va pas, je profite du fait que tout soit encore frais pour taper mon avis. C'est rare, mais ça m'arrive. Bref !
Ce roman est l'histoire de Mack, un jeune homme de 15 ans qui a déjà été incarcéré mais qui possède un vrai don avec les chiens. Il peut les dresser comme n'importe qui, il possède un feeling hors normes. Seulement, Mack n'a pas une vie facile, et… il pourrait bien commettre des erreurs malgré lui.
Céce, elle, est une jeune fille particulière, dont la vie de famille n'a rien d'enviable, mais qui veut s'en sortir par les études. Elle a un caractère spécial, pense qu'elle possède un sixième sens…
Ils vont se rencontrer. Se chercher, quelque part... S'aimer. Puis tout va basculer.
Ce roman me laisse un goût étrange. Une sensation de fin qui aurait pu être autrement, mais qui sonne quand même juste ainsi. Une histoire difficile mais décrite avec beaucoup de beauté dans les mots employés.
Non, vraiment, Ne t'en va pas est un roman qui laisse une trace.
Il laisse une trace pour plusieurs raisons. La première est que ce roman est profond. Pourquoi ? Il traite de prison. Ces jeunes ont 15 ans, ils s'aiment, brusquement, mais véritablement, et d'un seul coup, lui va se retrouver enfermer. Comment vivre avec ça ? Comment se reconstruire ? Ensemble ? Séparément ? Comment lutter ? Comment aimer ?
Oui, c'est un roman qui a des aspects dérangeants. Notamment par les actes que peuvent commettre les protagonistes. Autant Mack pour ses accès de violence que pour Céce qui ne s'en sort pas avec sa mère et qui ne sait plus comment la traiter. Ce sont des éléments durs, mais qui sont abordés franchement, avec sensibilité, sans détour et pourtant avec délicatesse, de mon point de vue. Cela a tout de troublant, exact. Plus j'avance dans cette chronique, plus je me rends compte que des aspects difficiles ont été abordés, mais avec assez de justesse pour que cela nous revienne par à-coups, pour que ça nous marque, au bout. La guerre. le rejet. La colère. La confiance. L'alcool. La violence. L'amour malgré tout, malgré toute la douleur, les blessures. Beaucoup de choses y passent, parfois brièvement, mais tout est abordé avec sérieux. C'est vraiment… woah. C'est au final un roman rapide et pourtant dense sous bien des aspects !
Au départ, je me suis dit que les choses allaient vite. Trop vite. Puis, au vu de ce qui se passe après, je ne sais plus. Tout survient rapidement, mais cela ne représente pas tellement une ombre au tableau, puisque les deux personnages en ont conscience. Leur amour est beau, il est au-dessus du monde, d'une certaine manière, comme s'il allait les sauver de tout ce qui peut arriver. Plus de larsens. Plus de crainte d'échouer. Juste eux.
Et tout ça, tout cet ensemble, est touchant. Ils sont touchants. Vrais. Entiers. Véritablement imparfaits, mais qu'est-ce qu'ils vont bien ensemble !
Cela faisait longtemps que j'avais envie de me plonger dans cette histoire. Je ne regrette pas du tout d'avoir laissé sa chance à ce roman, même si la fin en elle-même me dépite un peu. Je crois que je m'attendais à autre chose, mais… c'est un dénouement qui va bien avec le livre. C'est comme ça et c'est mieux, comme dirait Mack.
Ce qu'il peut y avoir de perturbant aussi dans le bouquin ? Nous avons droit à des instantanés. Des pensées, des extraits de journaux intimes, si vous voulez. Paul Griffin réussit quand même le prodige de nous plonger au coeur de tout ceci, à nous immerger totalement pour rendre cette histoire difficile à lâcher. Je me sentais vraiment à côté de Céce et Mack, et j'ai trouvé ça superbe. Tout est fluide, facilement compréhensible, le mystère plane parfois, mais les informations sont données en temps voulu. C'est un roman qui survole bien des points, laissant quelques personnages moins présents que d'autres mais tout aussi étayés, pour vous plonger au coeur de ce qui se passe entre Mack et Céce, qui évoluent dans un monde compliqué, au milieu de proches qui ne le sont pas moins.
Ma chronique n'est pas très longue (quoique… !!), mais, soyons honnêtes, le roman non plus. Il s'agit pourtant d'une belle lecture, et même si j'ai été légèrement déçue par la fin, elle reste un bon moment que j'ai passé auprès de personnages marginaux mais touchants, que la vie n'aura pas épargnés.
En conclusion, pour ceux qui voudraient un roman qui sort un peu du cadre, qui soit vrai et touchant, presque dérangeant par moments, Ne t'en va pas est pour vous. Je vous le conseille, il fait mal au coeur, il fait rêver, il saura certainement en conquérir d'autres après moi, je l'espère, en tout cas.
Avec une plume qui vous présente les choses sans fioritures pour atteindre directement le coeur, pour se montrer sincère et coller au plus près des ressentis de chaque héros, Ne t'en va pas a de quoi vous charmer…
Ce sera un 17/20 pour moi !
Lien : http://leden-des-reves.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Nono19
  20 mars 2014
Cece et Mack sont deux ados un peu paumé; la première a une mère limite alcoolique, pas de père et un frère qui décide de partir au front, le second est affublé d'un père irresponsable, indifférent et qui a la boisson facile, pas de mère et des difficultés scolaires.
Y'a mieux pour débuter dans la vie!
Leur rencontre et surtout leur relation sera comme une petite bulle d'oxygène dans leur vie jusqu'au moment où tout bascule...
Mack a une agressivité en lui qu'il n'arrive pas toujours à contrôler et qui lui fera commettre l'irréparable. La force de l'auteur, c'est d'avoir réussi à me faire ressentir de la compassion pour Mack malgré son crime. Il n'a pas su s'arrêter mais il a tellement de bonnes choses en lui. C'est quelqu'un de bien mais qui n'a pas su se contrôler quand il le fallait. Sa rage a pris le dessus.
Mack est le personnage fort de ce roman et celui que j'ai préféré avec ses failles et sa sensibilité.
Cece est plus accessoire pour moi, j'ai eu plus de difficultés à sympathiser avec elle.
Maintenant, il y a un grooooos bémol et c'est le style de l'auteur. Il a voulu nous faire entrer dans ce monde peu éduqué, avec un langage parlé prononcé mais le résultat est que j'ai eu du mal à apprécier ma lecture.
Un exemple?
" Soudain, un chien. Un pitbull nous court après. Je me paralyse."
Il y aurait eu moyen de mettre ces trois petits bouts de phrase en une seule, non? Ca aurait été plus agréable à lire.
Il m'a aussi manqué une fin. On ne sait pas comment évolueront Mack et Cece mais aussi Tony, Vico, Carmella, ... Un épilogue 10 ou 15 ans plus tard n'aurait pas été de trop.
En conclusion: une histoire dont le fond m'a intéressée mais dont la forme m'a malheureusement rebutée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MaiteBravo
  18 mai 2014
Très très très étonnant.
Je n'ai jamais lu un roman Jeunesse ou Young adult comme ça. Alors, certes, je n'ai pas lu tout ce qui se fait en littérature Jeunesse et Young adult depuis les frères Grimm, mais je crois vraiment qu'on est là devant quelque chose de très original.
Ca se passe aux USA, et ça commence chez Vico, un restau tenu par Vico, donc, soixante-dix ans, plein de projets et de bonnes intentions pour tous ses employés, Marcy, qui a eu un bras dévoré par un pittbull quand elle était enfant, Carmela, alcoolique à ses heures, Tony, grand beau jeune homme qui pourrait partir à la fac grâce à sa bourse de footballeur, mais qui va s'engager dans l'armée, et nos deux héros, ados de 15 ans, Mack et Céce. Mack a de gros problèmes à l'école (une forme de dyslexie?), a été abandonné par sa mère, et vit dans un bouge avec son père qui n'est pas alcoolique qu'à l'occasion, lui. Mack a un don : il s'entend très bien avec les chiens et sait les dresser. Rien de glamour là-dedans, et au bout de cent pages, le drame: un meurtre, la prison.
Impossible de fuir par une porte qui s'ouvrirait au fond du placard, ou sur le quai 9 3/4 d'une gare londonienne. Pas de vampire, pas de loup garou, pas d'ange, d'épouvanteur, de demi-dieu ou autre sang-mêlé pour vous sortir de là. Paul Griffin a fait le choix de la réalité...mais une réalité pleine d'humanité. Ses personnages très forts, bourrés de défauts, on s'y attache très vite, sans doute parce que le roman est mené de l'intérieur, par la voix de Mack, puis la voix de Céce, en alternance pendant tout le roman. le style joue beaucoup aussi. Narration au présent, souvent des phrases courtes et sans verbes pour planter le décor et l'atmosphère, des dialogues qui sonnent juste.
Comme le dit Bouma dans sa chronique sur Babelio, "ceux qui aiment la chick lit', passez votre chemin" Ceux qui veulent lire un bon livre à la fois violent, émouvant, tragique et plein d'espoir, n'hésitez pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (1)
Ricochet   20 juin 2013
Bien loin de la simple bluette, un roman inattendu et sincère, à l'écriture poignante sans misérabilisme.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
MelvaneMelvane   13 avril 2013
- Une fois, je suis allé à une fête foraine. Je suis monté dans une montagne russe, enfin, je ne sais plus trop comment ça s'appelle, les trucs qui te donnent envie de vomir. Mais cette sensation d'être dans le vide, de planer, c'est super cool. C'est un peu comme ça avec toi.
- Si je comprends bien, je te donne envie de vomir ?
- Non, mais tu me fais battre le coeur ...
Commenter  J’apprécie          220
MelvaneMelvane   29 avril 2013
Mieux vaut rester simple, être un petit fermier, faire pousser une seule chose, des tomates, et les vendre sur les marchés. C'est pour ça que je m'entends mieux avec les chiens qu'avec les gens. Le plus intelligent des chiens à l'intelligence d'un enfant de trois ans.
Commenter  J’apprécie          150
MelvaneMelvane   11 avril 2013
Peu importe ce que tu gagnes comme argent, de toute façon, tu en dépenseras toujours plus que tu n'en as, mais si tu rates une occasion de t'amuser, tu n'en auras pas d'autres.
Commenter  J’apprécie          130
Nono19Nono19   19 mars 2014
- Vico, dit-elle, depuis toutes ces années, est-ce que je t'ai jamais mal conseillé?
- Plein de fois.
- Oui mais à part ces fois-là?
- Jamais.
Commenter  J’apprécie          80
boumabouma   04 mars 2014
– C’est très léger, c’est joli, dis-je en posant ma main sur son bras, un geste que je fais toujours pour avoir l’air d’être sincère sauf qu’avec Mack, je n’ai pas seulement l’air, je le suis vraiment : j’aime bien son accent et je regrette de l’avoir vexé.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : prisonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3507 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..