AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Fabienne Gondrand (Traducteur)
EAN : 9782266323529
416 pages
Pocket (01/09/2022)
3.84/5   144 notes
Résumé :
Deux femmes, liées par un enfant, et un secret qui peut tout changer.

Londres, 1754. Six ans après avoir laissé sa fille Clara à l'orphelinat de l’hôpital Foundling, Bess Bright décide de la récupérer. Craignant le pire, Bess est stupéfaite lorsqu'on lui apprend qu'elle est déjà venue la récupérer. Elle n'aura de cesse de rechercher sa fille et de découvrir qui l'a pris et pourquoi.

À moins d’un kilomètre de l’institution, une jeune veu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (63) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 144 notes
5
26 avis
4
21 avis
3
13 avis
2
2 avis
1
0 avis

jeunejane
  31 octobre 2021
le roman commence en 1748 dans les rues de Londres. Bess est marchande de crevettes et son père vend aussi du poisson sur le marché.
Elle est très jeune et tombe sous le charme d'un marchand qui vend des os de baleines et semble bien à l'aise financièrement.
Elle aura une aventure en coup de vent ou coup de sang sous un porche avec lui. Ce qui n'empêche qu'elle est enceinte et doit abandonner son bébé à l'orphelinat de Foundling où elle se rend en compagnie de son père qui ne semble nullement fâché.
Elle est certaine qu'elle viendra rechercher le bébé, une fille dès qu'elle le pourra.
Six ans plus tard, c'est ce qu'elle fait. Elle se rend à l'orphelinat mais l'enfant a disparu. Un dame qui a pris son identité est venue la rechercher le lendemain de sa naissance.
C'est sans compter sur la volonté de Bess qui retrouve la voleuse d'enfant , l'enfant et s'introduit dans leur entourage.
Il s'agit vraiment d'un roman historique avec les habitudes de l'époque, les marchands sur le port, l'immense différence entre ceux qui travaillent durement pour trois fois rien et les autres nantis.
Bess est une héroïne très sympathique, avec un caractère en béton.
Les descriptions de la ville m'ont fait penser à l'ambiance de "Miniaturiste" de Jessie Burton avec un thème différent, avec quelque chose d'un peu surnaturel.
Paru aux éditions Albin Michel, l'objet-livre constitue à lui seul un petit bijou. Chaque élément de la couverture rappelle un élément de l'histoire.
L'intérieur de la couverture, la présentation des premières pages sont vraiment très belles.
À la fin, l'auteure nous signale que le Foundling museum se visite de nos jours.
De même que pendant la lecture, elle nous renvoie à un portrait d'une marchande de crevettes au 18ème siècle, exposé à la National Gallery, peint par William Hogarth.
Il est intéressant à consulter sur Internet.
Une belle rencontre avec l'auteure Stacey Halls que je ne connaissais pas.
J'ai mis 4**** et non 5 car certaines scènes manquaient un peu d'intensité. le roman est néanmoins très bien écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          495
gaelledujardin
  18 octobre 2021
Je dois vous dire tout de suite que ce roman qui avait su tellement me séduire par sa magnifique couverture évoquant si bien l'automne ne m'a absolument pas déçu. Une histoire passionnante qui a été un véritable enchantement du début à la fin.
Londres, 1748. Bess Bright, jeune vendeuse sur le marché aux poissons est contrainte de confier son bébé, Clara, à peine âgée de quelques heures, à l'hôpital de Foundling. Six ans plus tard, alors qu'elle a économisé chaque penny, elle est prête à accueillir son enfant qu'elle n'a jamais oubliée. Mais quand elle se présente à l'orphelinat, elle découvre que sa fille a déjà été récupérée par une femme s'étant fait passer pour elle... À moins d'un kilomètre de là, une jeune veuve vit recluse dans une suberbe maison. Quand un ami médecin l'a persuade d'embaucher une nourrice pour sa fille, elle se montre d'abord réticente puis accepte. Mais alors que ce passé qu'elle cherche à taire menace de refaire surface, elle se laisse malgré elle charmer par cette nourrice si prévenante à l'égard de sa fille...
Décidément, j'aime beaucoup les romans de cette auteure. Une fois encore, elle a réussi à me captiver de bout en bout avec cette histoire qui nous entraîne, nous emporte à la recherche de la vérité entourant cette enfant enlevée.
Cette histoire qui se déroule au 18ème siècle est à la fois encrée dans son temps et résolument moderne. L'on se rend compte des difficultés à l'époque d'être une mère célibataire et des conséquences que cela pouvait avoir, que ce soit social ou financier et ce que cette situation  entraînait comme choix, allant même jusqu'à l'impensable, l'abominable.
Dans ce roman nous suivons deux femmes que tout oppose, et leurs récits s'entremêlent, s'entrecoupent. Bess, la petite marchande de poisson dont la vie se brise lorsqu'elle découvre que sa fille a disparu de l'orphelinat et qui mettra tout en oeuvre pour la retrouver et Alexandra, cette bourgeoise qui vit recluse dans sa grande maison, à l'abri du besoin et qui refuse de laisser sa fille Charlotte approcher du monde extérieur. On s'attache à elles, on souffre, on s'interroge, on doute, on espère avec elles. L'atmosphère est parfois digne d'un thriller tellement l'intrigue est haletante. Et l'auteure joue de cette tension jusqu'à la toute fin.
La plume de Stacey Halls est vraiment très belle, vibrante d'émotions, captivante et extrêmement visuelle. J'avoue que ce roman m'a complètement transportée dans le Londres de l'époque. On entend les bruits de la ville dans les quartiers pauvres, le silence de la maison d'Alexandra, les odeurs acres de la maison du père de Bess, les douces effluves des plats préparés par les domestiques. Bref, l'immersion est totale et c'est bien cela le plus fascinant dans ce roman, l'écriture de son auteure qui est une merveilleuse conteuse.
En bref, un énorme coup de coeur pour ce roman féminin et féministe, passionnant, historique et pourtant tellement moderne. Un livre que je ne peux que vous recommander, surtout en cette saison propice à ce type de lecture. Pour un moment plein de charme et d'enchantement, sous un plaid, bien au chaud, avec un thé fumant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Josephine2
  11 janvier 2022
Bess BRIGHT est obligée de laisser son enfant à l'orphelinat, car elle n'a pas les moyens de subvenir à ses besoins. Lors du dépôt de l'enfant, la mère peut laisser un objet qui sera garder dans le dossier.
Mais elle prévient, je viendrai la rechercher. Pendant 6 ans, elle épargnera le moindre sous afin de pouvoir récupérer sa fille.
Mais lorsqu'elle vient la chercher à l'orphelinat, celle-ci n'y est plus. On lui signifie que sa mère est venue la reprendre le lendemain de son abandon. Or, sa mère, c'est elle.
Bess n'abandonnera pas, elle cherchera sa fille et le moyen de rentrer en contact avec elle pour, au final la récupérer.
Je me suis laissée entraîner par l'écriture de Stacey HALLS. Ce que j'apprécie dans ce livre, comme pour le premier, ce sont les portraits des femmes. La détermination de Bess, malgré la pauvreté, et la méchanceté de son frère qui est prêt à tout pour de l'argent, à récupérer à tout prix sa fille, et le portrait de Madame CALLARD qui vit confinée dans son splendide appartement, qui ne sort jamais et veille à ce que toutes les portes donnant sur l'extérieur soient fermées à double tour. Tout le contraire de sa soeur qui prend la vie à bras le corps. Cet enfermement aura une explication.
Bref, encore une fois, j'ai apprécié ce deuxième roman de Stacey HALLS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Fuyating
  27 novembre 2021
J'avais beaucoup aimé "Les sorcières de Pendle", le titre précédent de l'auteure, et me suis donc précipitée sur ce nouveau roman quand j'ai appris sa sortie. Je tiens à souligner que l'objet même est magnifique ! le travail éditorial est particulièrement soigné, un grand bravo !
J'ai adoré l'histoire, le destin de ces deux jeunes femmes à l'oposé l'une de l'autre mais dont les chemins vont se croiser m'a particulièrement émue.
Bess, jeune femme issue d'une famille pauvre, qui économise sou après sou pour pouvoir retourner chercher sa petite fille est particulièrement attachante. Elle fait ce qu'elle peut, malgré sa situation familiale difficile (pour le dire plus clairement mlagré les difficultés engendrées par son gredin de frère).
Alexandra quant à elle, semble assez hautaine et froide au premier abord, mais cette femme riche a vécu bien des drames qui l'ont poussée à se retrancher chez elle. Il ne faut pas juger quelqu'un à sa simple apparence.
Et que dire de la pétillante Charlotte ? Et de la grande bonté du docteur Mead ?
Vous l'aurez bien compris, j'ai été conquise par ce roman, que ce soit par la plume de l'auteure, par l'époque décrite, par les personnages ou même par la trame narrative (et sans parler de cette mgnifique couverture !).
Mon tout petit bémol est bien sûr ces hasards un peu gros qui facilitent l'histoire, mais je suis malgré tout passée outre.
Je sais également que certains ont été quelque peu gênés de cette fin prévisilible, cependant je dois avouer qu'elle me convient parfaitement. Un peu de douceur dans ce monde ne fait pas de mal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
stokely
  17 avril 2022
J'ai tout d'abord été séduite par la beauté de cette couverture tout comme celui de l'opus précédent de l'auteur, autant j'avais trouvé le précédent opus lent autant ici j'ai plutôt été happé dès les premières pages du récit.
En effet nous suivons ici une jeune femme dans le Londres des années 1754 qui abandonne son enfant, elle laisse comme il est de coutume l'époque un objet pour cet enfant. Ici il s'agit d'un coeur, Bess se promet de récupérer sa fille Clara une fois que les conditions matérielles de son côté seront meilleures.
Six ans plus tard Bess se rend de nouveau dans cette maternité pour récupérer Clara mais la jeune fille a été adopter.
Bess va donc tout faire pour retrouver celle-ci, elle va par a suite se faire embaucher comme nourrice dans une grande demeure et elle va s'occuper d'une jeune fille prénommé Charlotte.
J'avoue avoir été moins emballé par la seconde moitié du récit de mon côté, mais celui-ci faisant 400 pages, il se lit tout de même rapidement, cependant je suis un petit déçu du manque de profondeur et de relief des personnages, malgré un contexte historique intéressant le récit est resté assez plat et linéaire à mes yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   31 octobre 2021
Au demeurant mon manteau en laine, acheté quelques hivers plus tôt, venait de l'étal de Keziah. Quand le chaland était rare et qu'il fallait tuer le temps, nous inventions des histoires sur les anciens propriétaires des fripes. Ainsi avions-nous décrété que mon manteau avait appartenu à une très belle femme qui était tombée amoureuse d'un marin. Comme elle l'avait suivi aux Indes occidentales, elle avait vendu tous ses vêtements chauds, sachant qu'elle n'en aurait plus besoin dans sa nouvelle vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
jeunejanejeunejane   31 octobre 2021
Je l'avais connue l'espace de quelques heures seulement, et pourtant, c'était comme si je l'avais connue toute ma vie.
La sage-femme me l'avait tendue ce matin à peine, encore visqueuse de sang, mais depuis La Terre avait fait un tour complet et ne serait plus comme avant.
Commenter  J’apprécie          70
delebretlonadelebretlona   11 mars 2022
"Après toutes ces années ma mère ne me manquait plus. Je m'étais attendue à moins souffrir de son absence avec l'âge, mais quand mon ventre s'était arrondi et quand les contractions étaient arrivées, j'aurais donné n'importe quoi pour qu'elle soit là et me tienne la main. La nuit dernière, j'avais envié les filles accompagnées de leurs mères, le visage empreint d'amour"
Commenter  J’apprécie          10
delebretlonadelebretlona   11 mars 2022
"-L'enfant sera baptisée et renommée en temps utile.
Ainsi serait-elle Clara pour moi et personne d'autre. Pas même pour elle. Je suis restée sans bouger, le dos raide, à serrer à desserrer les poings.
- Et comment saurez-vous la reconnaître, quand je reviendrai, si elle a changé de prénom?
- Nous attribuons à chaque nouveau nourrisson une étiquette en plomb portant un numéro permettant de l'identifier dans le registre.
- 627. Je m'ensouviendrai."

Cette citation m'a fait pensé au roman de Aldous Huxley, Le meilleur des mondes, les bébés sont juste des numéros, des choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
delebretlonadelebretlona   11 mars 2022
"La sage-femme me l'avait tendue ce matin à peine, encore visqueuse de sang, mais depuis la Terre avait fait un tour complet et ne serait plus comme avant"
Commenter  J’apprécie          10

Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2675 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre