AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072690570
208 pages
Éditeur : Gallimard (05/10/2017)
3.27/5   20 notes
Résumé :
La vie sourit à Asher. Lui qui se rêvait écrivain est devenu scénariste à succès. L'argent rentre à flots aussi vite qu'il venait à manquer autrefois. Son logement miteux dans un quartier malfamé de New York s'est transformé en une maison luxueuse sur les hauteurs de Hollywood. Quand sa seconde épouse se lasse de cette dernière, Asher lui en achète une plus somptueuse encore. Mais lorsque les amis disparaissent tour à tour, que les contrats se tarissent et que le té... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bookycooky
  28 octobre 2017
Tombé en disgrâce professionnelle et conjugale, Asher, scénariste à succès à Hollywood , la cinquantaine ( exactement, cinquante et un ans), fuit la Californie pour NewYork. Ses illusions perdues, sans espoir, il retourne dans la ville qu'il a quitté trente ans auparavant pour réaliser ses rêves. Il en espère dieu c'est quoi, mais la rencontre d'un jeune couple de cocos puérils, dont son neveu et sa petite amie va corser les choses, déjà assez compliquées pour lui (« Comme je l'ai dit, elle aimait jouer. À des jeux compliqués. Tous les deux aimaient ça. Et ils jouaient ensemble, elle et Michael. »)...... Les personnages sont superbement typés, impossible de rester indifférent à Michael, le neveu, poète morveux et à la garce culottée, Aurora d'Amore, la petite amie. L'auteur nous bluffe grave avec un trio improbable.
Nous voici dans le NewYork des années 60, The Big Apple superbement décrite par la plume élégante et sobre de Hayes, tel qu'on l'entrevoit dans les films en noir et blanc de l'époque ou les dessins de Hopper (Night Shadows ); cette ville quatrième personnage du roman, dont il n'arrive pas à ajuster l'image avec celle de son enfance, d'avant-guerre. Hayes, scénariste dans la vie, déploie l'histoire comme un film, aux cadrages superbes avec gros plan sur les détails, et en voix off, ses commentaires et pensées. Un regard acerbe non dépourvu de cynisme et d'humour sur La Vie, “Mon dentiste, penché sur moi, tandis que sa fraise vrombissait dans ma bouche sans défense, me l'avait bien dit : après cinquante ans (vrombissement de la fraise) c'était le début de la fin”.
J'aime les livres de Hayes; écrits il y a cinquante ans ou plus, ils ne se démodent pas, et ce petit goût de vintage et de Hollywood imprégné de nonchalance et d'autodérision, un brin cruel, en font son charme fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          863
GoodBooksGoodFriends
  23 janvier 2019
Ce roman de Alfred Hayes m'a bien plus séduite que le précédent que j'ai lu, Une jolie fille comme ça. J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture agréable et efficace de l'auteur, qui m'avait déjà fait bonne impression.
Là où les personnages ne m'avaient pas plu, j'ai éprouvé ici beaucoup plus d'empathie pour Asher, ce scénariste "tombé en disgrâce professionnelle et conjugale" qui, après avoir découvert l'infidélité de sa femme, décide de quitter Los Angeles sans un mot d'explication, et de revenir vers New-York, sa ville aimée et chérie.
Au-delà de la description des relations troubles entre les trois protagonistes, ce texte est en effet également une belle déclaration d'amour à New-York.
Commenter  J’apprécie          10
viduite
  12 octobre 2017
New-York sous la menace de la neige, vu par un homme défait. Dans une langue étincelante, avec une rythmique concision, voilà ce que nous raconte C'en est fini de moi. Alfred Hayes s'y révèle un écrivain puissant pour dévoiler le tragique vaudeville de nos existences. Peintre précis des sentiments et du passage du temps, la publication de son oeuvre sonne comme l'évidence avec laquelle il ne cesse de traiter.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (2)
LeFigaro   20 octobre 2017
Crise de la cinquantaine, solitude, désillusions, affres du désir : tous les thèmes chers à Alfred Hayes, disparu en 1985, dans un récit empreint de mélancolie urbaine.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LaLibreBelgique   18 octobre 2017
Alfred Hayes signe le subtil portrait d’un homme qui accepte mal de vieillir.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   26 octobre 2017
Un désir de dévoiler à cette vieille parente tout ce qui allait mal me vint aux lèvres. De confesser que tout n’allait pas comme il faut. Que ma femme n’était pas au mieux. Que mon travail n’existait pas. Mais c’était impossible. J’étais, après tout, la célébrité de la famille. Mon nom était imprimé ici ; ma photo parue là. J’avais échappé à leur lot commun. Ou, du moins, le croyaient-ils. Du moins ma pauvre Tante Dora le croyait-elle. Asher s’en sortait bien ; Asher vivait dans une région où le soleil brillait tout au long de l’année ; Asher avait une femme fantastique. Oh, mon petit, aurais-je dû lancer, à la façon de Tante Dora, que te dire ? J’étais condamné à une version fictive de moi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
BookycookyBookycooky   27 octobre 2017
« Pasternak disait que c’était comme une marque sur du linge. »
—Qui ça ?
—Pasternak.
—Pasternak disait que quoi était comme une marque sur du linge ? » Il fit un geste, seulement de l’épaule, pour désigner le ciel assombri. « L’avion. »
Ce qui me força à lever les yeux vers le ciel, par-delà l’étendue du parc, en direction de l’avion. La distance donnait l’impression qu’il était planté, immobile, dans le banc de nuages. Il ressemblait effectivement à un genre de monogramme. Une inscription apposée sur le bas d’une vaste chemise de ciel comme en laissent les employés du nettoyage à sec.
Cela ne m’aurait pas agacé outre mesure, si je n’avais pas ajouté bêtement : « C’est dans Jivago ? —Non. Dans un poème. » Le ton impliquait, bien sûr, que tout ce que je connaissais de Pasternak se réduisait à Docteur Jivago et que je ne le connaissais que parce qu’on en avait tiré un film. Le fait que le garçon eût raison –je n’avais pas lu Docteur Jivago et j’avais vu le film –n’aidait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
BookycookyBookycooky   28 octobre 2017
Assis dans le parc à attendre Aurora, pas vraiment certain que j’aurais dû être là à l’attendre, je me mis à penser à ce qui s’était passé pour que je me marie une deuxième fois. On se marie une première fois. Au bout de dix ans, on est convaincu que le mariage était une erreur. Alors on se remarie. Et au bout de dix ans, ce mariage-là, lui aussi, vous apparaît comme une erreur. En gros, ce qui finissait par manquer dans une vie, ce n’étaient pas les erreurs, mais le nombre d’années suffisant pour les commettre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
BookycookyBookycooky   27 octobre 2017
Je n’aurais pas dû dire à Tante Dora de le faire venir à l’hôtel. Le silence s’épaississait. La dernière lueur fuyait. Nous étions dans l’obscurité. Je ne bougeais pas. Je ne pouvais pas bouger. Une trentaine d’années nous séparaient. Et il portait toujours ce foutu pardessus. Comme si j’étais une station de bus.
Commenter  J’apprécie          330
BookycookyBookycooky   28 octobre 2017
-« Je me suis dit que nous pourrions sillonner Harlem.
-Harlem ? »
Il avait l’air surpris.Harlem ? répéta-t-il.......
-« Lower Harlem, au sud. C’est là que j’ai grandi.
-C’est en territoire ennemi.
-Le matin, ça ne craint rien, et je te parle de la 106e Rue.
-C’est là que tu as grandi, alors ?
-Si toutefois j’ai grandi. »
Commenter  J’apprécie          260

autres livres classés : états-unisVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1526 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre