AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782755686623
539 pages
Hugo Poche (04/03/2021)
4.13/5   27 notes
Résumé :
À l'orée de la quarantaine, Charlotte s'interroge sur son avenir professionnel et son désir d'enfant. Lorsqu'elle apprend que son premier amour est l'une des victimes d'un tueur en série qui sévit à Paris, elle replonge dans son histoire, plus tortueuse que dans ses souvenirs.

À vingt-six ans, Zoé vit les dernières années de sa carrière de mannequin. Solitaire, elle ne se confie qu'à son cousin, le policier en charge du dossier le plus chaud du moment... >Voir plus
Que lire après Lame sur les lèvresVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 27 notes
5
2 avis
4
10 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis
Je ne connaissais pas ce Loïc Henry, auteur qui a publié des Nouvelles, des livres de Science-Fiction et dont « Lames sur les lèvres » est le premier roman. Un suspense inédit sorti le 4 mars 2021 aux Editions Hugo & Cie.
Le graphisme de la couverture, signé Emmanuel Pinchon, ne passe pas inaperçue. Un demi-visage de femme, l'oeil grand ouvert, d'une fixité surprenante et les lèvres cachées par une lame de couteau affûtée qui, on le devine, fera beaucoup de dégâts dans ce roman.
Ce livre est complexe. Il tourne autour de 3, 4 personnages qui ont bien plus de liens entre eux qu'ils ne le pensent et chacun est typé dans son caractère, son activité et ses buts. Il y a Charlotte, jeune quadragénaire pressée d'avoir un enfant et prête à tous les moyens pour y arriver, Zoé, 26 ans, une mannequin qui voit sa fin de carrière se profiler sans discerner d'appel issu du cinéma ou des grandes marques qui pourraient rêver d'elle comme égérie et Alexis, personnage énigmatique, ancien légionnaire et tireur d'élite, snipper pour la France, qui est bien présent, décidé à respecter sa promesse, mais qui, par contre, est officiellement mort et enterré avec tous ls honneurs de la patrie depuis un an. N'empêche, le code de la Légion est connu : une dette est un devoir, une promesse ne peut qu'être tenue !
Et puis, autour d'eux gravitent une série impressionnante de personnages plus ou moins secondaires, plus ou moins droits dans leurs bottes, plus ou moins morts ou en passe de l'être sous les coups de couteau du tueur signant ses crimes en fendant les lèvres d'un coup de lame. Et ceux qui ne sont pas destinés au statut de cible, il faut s'en méfier aussi, peut-être sont-ils le tueur.
Henri Loïc mène l'affaire avec une structure de récit répétitive et propice à semer un peu (trop) de confusion puisqu'il donne la parole au trio de premier plan, chacun parlant en je et le tueur assurant les intermèdes, face cachée, mais toujours appuyé sur l même je.
Bref, le lecteur n'a qu'à s'y tenir et rester vigilant, ce qu'il fera sans doute tant l'envie de comprendre est grande et ressentie comme à la portée de qui tient le livre en main.
Le final, et c'est dommage, n'atteint pas la tenue en haleine du corps de ce suspense. Tout nous est déversé, un peu abruptement, comme si « il fallait bien finir » et que cela ne servait à rien d'épiloguer sur ce que le lecteur a compris. Et s'il n'a pas compris tout, tant pis, il n'a qu'à lire des romans avec moins de personnages et un tricot d'indices à grosses mailles, bien visibles et compréhensibles pour lui.
Quoi qu'il en soit, merci à NetGalley France et aux éditions Hugo pour l'envoi de ce livre tout neuf. Un petit tour sur le catalogue de cette maison d'édition me laisse de nouvelle envie de lire et de mieux découvrir quelques auteurs ou autrices de chez eux. Décidément, ce n'est pas encore aujourd'hui que la pile à lire va entamer sa cure d'amaigrissement. Et c'est tant mieux !

Lien : https://frconstant.com/2021/..
Commenter  J’apprécie          190
Je viens de terminer Lame sur les lèvres , roman qui trainait depuis un bon moment dans ma PAL . Je l'ai acheté il y a donc un bon moment car le résumé m'avais attiré et aussi parce qu'il est publié chez Hugo Poche ( suspense) , une maison d'édition que j'aime beaucoup . Déçue quelque fois mais franchement rarement
Ce roman ne fera pas partie de mes meilleurs lectures de de cette collection , même si elle n' a pas été désagréable . J'en ressors un peu mitigé,car je me suis parfois un peu perdu parmi toutes ces histoires, tous ces personnages .
4 personnages principaux ( il y en a beaucoup de secondaires ) , qui sont chacun à leur tour narrateurs , d'où l'utilisation du "je" ( je ne suis pas particulièrement fan , même si du coup on sent plus proches du narrateur ..ou pas)
Charlotte cherche un sens à sa vie, personnellement et professionnellement, et surtout elle veut faire un bébé toute seule , reste à trouver le moyen et l'homme . le meurtre d'un de ses ex va lui faire ressurgir à la surface certains événements traumatiques de son passé
Zoé est une mannequin en fin de carrière , qui va faire une rencontre avec la mystérieuse Maya
Alexis est un ancien légionnaire, ancien de la DGSE qui est censé être mort . Il refait surface pour se venger d'un de ses amis militaires
Et puis il y a un personnage dont ne connaitra l'identité que sur la fin, qui tue en découpant les lèvres de ses victimes (d'où le titre) .
Ces personnages vont tous se croiser à un moment , séparément ou pas .
Il y a bien une enquête , mais au final assez légère car on ne la suit qu'a travers les échanges entre le policier en charge de cette enquête , et Zoé sa cousine
Toutes ces vont se trouver liées , mais avant de savoir comment et pourquoi il va falloir attendre, parce que c'est assez long .
L'auteur prend le temps de s'attarder sur chaque personnage, et c'était parfois un peu long , et confus
Même si chaque chapitre concernant un personnage, j'ai eu du mal à savoir qui était concerné par telle histoire, m'approprier chaque personne a mis un peu de temps, mais une fois réussi la lecture était plus aisée
Beaucoup de personnages, beaucoup de thématiques aussi - peut être trop - , le tout était un peu confus, mais pas inintéressant , c'était assez addictif
Le dénouement est surprenant , je n'ai rien vu venir , même si j'ai eu l'impression de ne pas avoir tout compris . Chacun se fera son opinion de savoir si elle est morale ou pas , crédible ou pas . Je ne suis pas particulièrement amatrice de ce genre de fin, mais ça passe.
Le vocabulaire est recherché, l'écriture maitrisée . Et la construction est un plus
En tout cas , malgré des longueurs certaines et une intrigue assez complexe, j'aurai voulu rester avec ces personnages un peu plus longtemps , histoire de savoir ce qu'ils vont devenir
C'est un roman assez original , dommage que l'auteur n'est à priori pas écrit d'autres thrillers à ce jour
Commenter  J’apprécie          60
J'ai d'abord repéré la couverture, puis le nom de l'auteur, et j'ai buggé : Loïc Henry était dans mon esprit un auteur de SF, et non de thrillers. J'ai hésité un instant avant d'acheter "Lame sur les lèvres", car j'avais peur d'être déçue. Une des forces de "Loar", son premier roman, est la création des mondes, ce qui me paraît moins important dans un thriller.
J'ai commencé le livre le soir et je ne l'ai lâché qu'au milieu de la nuit, après avoir tourné la dernière page. Mon premier coup de coeur en 2021 !
L'histoire est racontée du point de vue de quatre personnes : Charlotte est une quadragénaire qui fait le point sur sa vie et revient sur des épisodes de son passé. Zoé est une mannequin qui rencontre une femme mystérieuse dans un bar. Alexis est un militaire des forces spéciales, officiellement mort. le quatrième personnage n'est pas identifié : il s'agit du tueur qui supprime ses victimes au couteau dans un Paris pré-Covid puis qui leur coupe les lèvres post-mortem. Tous ces personnages sont liés d'une manière ou d'une autre au tueur, et ils vont se croiser au fil de l'histoire.
L'auteur n'a pas perdu et a même affiné le côté puzzle de ses récits. J'ai deviné une ficelle pour ensuite me prendre les pieds dans tous les pièges, jusqu'au dénouement final.
J'ai bien accroché aux trois personnages principaux, ainsi qu'au cortège de personnages secondaires, chacun riche d'une personnalité propre. En ce lendemain de la journée de la femme, il est réconfortant de lire des romans où les femmes ne sont pas que des faire-valoir des héros ou anti-héros masculins !
Ici, pas de planètes étrangères, mais une ambiance criante de vérité dans les atmosphères variées de Paris : la mode, la fête, la police, le métro, les clochards, les réfugiés, les beaux quartiers. L'histoire nous mène ailleurs, mais chut, pas de spoil !
Enfin, et ce n'est pas rien, le style est riche et précis.
Si j'avais le choix, est-ce que je préfèrerais que son prochain ouvrage soit un roman de SF ou un thriller ? Et pourquoi pas un thriller de SF ? ;-)
Commenter  J’apprécie          90
J'ai aimé suivre ces personnages si différents les uns des autres, Zoé jeune femme mannequin qui enchaine les shooting et dont la rencontre avec Maya va changer ses habitudes, Charlotte qui arrive à la quarantaine et qui se questionne sur sa vie professionnelle et sentimentale et Alexis qui semble mener une vendetta en trouvant qui est le tueur en série qui sévit actuellement.

Seul hic pour lui il est déclaré décédé il dit donc être discret dans ses actions, nous suivons également une enquête sur un tueur en série qui poignardent ces victimes. Nous allons donc comme dans beaucoup de livres de ce genre découvrir le point commun entre ses victimes et entre nos trois protagonistes également.

Le récit est mené tambour battant et n a vraiment envie de savoir en qui Zoé, Charlotte et Alexis on a voir avec ces meurtres, j'ai aimé également ce que les victimes ont en commun et en découvrir plus sur ce sujet.

Je n'hésiterais pas à lire la prochaine parution de l'auteur.



Commenter  J’apprécie          100
Lame sur les lèvres est un roman noir à plusieurs voix : le point de vue d'un personnage, à la première personne, retranscrit dans des « stance » (monologue) apporte peu à peu un éclaircissement sur l'intrigue. La trame de base : un tueur sévit au coeur de Paris en égorgeant ses victimes et en apposant sa « signature » sur chaque corps: les lèvres de ses proies sont tranchées… L'enquête menée par Grégoire, lieutenant de la criminelle, piétine rapidement. Les personnages que l'on croise dans ce récit semblent n'avoir aucun lien entre eux. Il y a Charlotte, une célibataire endurcie qui approche la quarantaine et qui entame un congés sabbatique avec la ferme intention de concevoir un enfant. Pour cela elle est prête à tout pour lui trouver un géniteur. Il y a Alexis, un ex- militaire de la Légion Etrangère, ex de la DGSE qui évolue sous une fausse identité et cherche à se venger du meurtrier d'un ancien camarade militaire, à qui il doit la vie. Cet ami, prénommé Marin est une des victimes de l'égorgeur. Et puis, nous suivons Zoé, mannequin de vingt six ans qui voit la fin de sa carrière approcher et doit sérieusement penser à se reconvertir. Zoé n'est autre que la cousine de Grégoire, le policier en charge de l'enquête…

Si dans un premier temps, il m'a semblé ardu de suivre ces différents personnages, surtout en raison de l'emploi du « je » pour une personne différente à chaque chapitre, je me suis malgré tout laissée embarquer par cette intrigue. Cela vaut surtout à l'écriture de l'auteur qui emploie un vocabulaire riche, recherché et précis, offrant à ses personnages un portrait prés pointilleux. C'est avec aisance que je me suis imprégnée de chacun d'eux, de leur vision du monde souvent approfondie et subtile. A aucun moment l'auteur ne cherche la facilité en donnant à ses protagonistes des caractéristiques quelconques.

J'ai en revanche été moins séduite par le déroulement du récit et l'enquête en elle-même: le policier étant un personnage secondaire, on a peu d'information sur l'enquête, hormis par ce qu'il veut bien confier à sa cousine Zoé. Toutefois, à aucun moment je n'ai perdu le fil du récit car j'avais envie de connaître le lien entre ces protagonistes, et savoir ce qu'ils allaient devenir. Je me suis doutée de certaines choses avant l'heure mais le dénouement que nous propose l'auteur est satisfaisant.

Je remercie Hugo Poche Thrillers pour cette découverte ainsi que Net Galley !
Lien : https://loeilnoir.wordpress...
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Personne ne viendra me secourir. Je ne sais pas si j’ai laissé passer ma chance ou si l’époque condamne une partie d’entre nous à une vie sans enfants ou sans compagnon. Ou les deux. Ce qui est sûr, c’est que je ne peux compter que sur moi-même : si je veux me sortir de l’ornière au fond de laquelle les années m’ont poussée, je vais devoir être créative.
Commenter  J’apprécie          10
Je sais que la carrière des femmes pâtit de leur implication familiale. Néanmoins, le sujet est identifié et discuté, y compris dans les revues corporate, qui ne tarissent pas d’éloges sur leurs collaboratrices de papier glacé qui exaltent le bonheur de l’équilibre personnel et de l’ambition professionnelle. Une omerta règne sur le sort des hommes. Eux-mêmes n’en parlent pas ; je ne sais pas s’ils en souffrent ou s’ils ressentent une certaine culpabilité à ne jamais prolonger leurs journées au-delà du journal d’Anne-Sophie Lapix.
Commenter  J’apprécie          00
L’ambiance est bonne quoique superficielle, ou peut-être parce que superficielle. Au bout d’une heure, les groupes s’éclaircissent peu à peu pour ne laisser qu’une poignée de personnes lorsque sonnent huit heures. Comme les derniers invités s’éclipsent, je commence à débarrasser, secondée par une stagiaire enjouée et un manager discret. Je l’épie un instant : pourquoi prend-il le temps de m’aider alors que je le connais à peine et que je ne le reverrai sans doute jamais ?
Commenter  J’apprécie          00
Il prend soin de m’écouter, pour comprendre plutôt que pour juger. Il est intelligent, ouvert d’esprit, doux et bienveillant. Depuis notre scolarité, nous avons gardé des contacts forts, quoique peu fréquents. C’est mon seul ami masculin, plus proche de moi que ma famille ou mes amants de passage : je suis heureuse et fière de notre lien. Pourtant, je ne l’aime pas. Je ne l’ai jamais aimé. Et je crois que lui non plus. Nous sommes des complices, et non des compagnons.
Commenter  J’apprécie          00
Les indigènes sont aisément reconnaissables : comme moi, ils affichent un mépris souverain pour les merveilles architecturales alentour et les mines enjouées des promeneurs. Sans ralentir, je tourne dans une petite rue pavée qu’une large chaîne noire sépare de l’artère principale. Des policiers armés de fusils d’assaut montent la garde devant un bâtiment officiel, indifférents aux deux beautés évanescentes qui effleurent le trottoir opposé.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Loïc Henry (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Loïc Henry
Interview de Loïc Henry par Actusf aux Utopiales 2016.
autres livres classés : FécondationVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (58) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2859 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}