AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755639148
Éditeur : Hugo et Compagnie (18/10/2018)
3.44/5   54 notes
Résumé :
Victimes consentantes, sites BDSM, " near death experiences ", chambre de tortures, meurtres filmés et ritualisés : jusqu'à sa confrontation finale avec le tueur, Frankie va s'immerger dans ce que l'âme humaine a de plus noir et de plus pervers. Un noir absolu, malgré les taches de bleu de Prusse, ce pigment utilisé par Chagall et que l'on retrouve sur les victimes comme une signature.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
3,44

sur 54 notes

musemania
  18 août 2019
Je dois vous avouer qu'alors que j'avais débuté ma lecture, je coinçais un petit peu dans son avancement. Je pense que je n'accrochais pas spécialement au style d'écriture et je trouvais tout cela assez banal, sans grande originalité. Puis, j'ai – malgré tout – décidé de persévérer et j'ai finalement bien fait ! Même si ce n'est pas un coup de coeur et qu'il ne restera pas dans les annales de mes livres préférés, je me suis laissée transportée en Irlande grâce à ce bon polar.
Frankie Sheehan est commissaire profiler dans la Garda irlandaise et est ressortie profondément blessée physiquement à l'occasion d'une précédente enquête. Alors qu'elle reprend petit à petit son job, le corps du Docteur Costello est retrouvé pendu à son domicile et son époux demeure introuvable. Et si les faits n'étaient pas ce qu'ils paraissent? Et si, finalement, les victimes étaient en fait les bourreaux?
Après quelques hésitations, le dernier tiers du livre est particulièrement additif et on ne peut s'empêcher de continuer afin de connaître le dénouement. Je n'ai pas trouvé le personnage de la commissaire Frankie Sheehan vraiment attachant, malgré qu'elle soit une femme tout comme moi et même si les personnages policiers de sexe féminin restent encore minoritaires. Son histoire personnelle n'est distillée que petit à petit.
L'aspect du Dark Web n'est pas vraiment approfondi et cela reste malgré tout très soft, contrairement à ce que peut faire penser la quatrième de couverture.
Premier thriller de l'auteure Olivia Kiernan, les petits défauts devraient disparaître de son écriture au fil des livres. le personnage du commissaire Frankie Sheehan pourrait devenir récurrent puisque l'auteure a en préparation un second tome. Les éditions Hugo Thriller ont définitivement le nez pour découvrir de futurs talents de la littérature noire, que ce soit en littérature étrangère mais aussi française !
Un tout grand merci aux éditions Hugo Thriller pour l'envoi de ce livre et 1000 excuses pour le retard de ma chronique.
Lien : https://www.musemaniasbooks...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Holon
  09 avril 2019

Irrespirable de Olivia Kiernan est un bon polar Irlandais. le genre de roman policier apte à être transformé pour la télé payante sans plus. La encore la crise financière de 2008 a brisé cette économie renaissante car cette histoire se passe en 2011 le choc est encore présent. Ce roman nous parle du Dark Web et d'un certain navigateur Tor qui cache le pire de l'humanité, des gens fans de torture et de bondage ont le site Black Widow pour réaliser leurs fantasmes et choisir des victimes. En parlant de victimes la commissaire Frankie Sheehan se voit confier l'enquête et malgré la douleur et le doute se fera un devoir de suivre les pistes que l'auteure nous propose. Une lecture qui nous retiens jusqu'à la fin.
Commenter  J’apprécie          180
SaveurLitteraire
  06 juin 2021
Après Notre petit secret de Roz Nay, Irrespirable est le deuxième des cinq romans gagnés lors d'un concours spécial Thriller organisé par Hugo & Cie. Olivia Kiernan débute une série sur la commissaire irlandaise Frankie Sheehan, c'est l'occasion à la fois de découvrir un nouveau pays et de s'aventurer sur des terres relativement peu explorées en termes d'intrigue. Un roman en apparence court avec une couverture brumeuse et alléchante, est-ce que le reste suivra ?
Aux premiers abords, Irrespirable vous paraîtra certainement banal : une narration à la première personne, au présent, le tout sur un style assez simple et peu transcendant. Il est vrai que le style n'a pas d'atouts particuliers, si ce n'est qu'il est abordable pour tout le monde. Vous regretterez peut-être cette distance que produit une telle narration, et vous demanderez même si c'est le style de l'auteure qui est ainsi, ou si la traduction a quelque peu dénaturé l'ensemble. Banal au début, parce qu'il est impossible d'y échapper aujourd'hui : la narratrice, Frankie, doit enquêter tout en devant gérer son propre traumatisme irrésolu. de quoi provoquer l'émotion du lecteur, peut-être.
Un style mécanique et très peu personnel, des personnages qui mettent du temps à se trouver leur propre personnalité tant ils se ressemblent, alors partons-nous sur un coup de disgrâce ? Que nenni ! La première partie est en effet assez pâle en termes d'intérêt et de tension, entre dialogues assez difficiles à interpréter et remarques franchement irritantes de la part de Frankie elle-même, à base de préjugés désagréables et de morale agaçante… Jusqu'à ce que la deuxième partie arrive juste à temps pour mettre un bon coup au museau ! le traumatisme de Frankie, lié à l'enquête sur laquelle elle travaille ? Ce bleu de Prusse retrouvé sur les victimes, un élément qui conduit toujours à la première victime ? La première victime, est-elle la première, ou est-elle une victime tout court ? Tant de questions qui jaillissent alors que l'enquête perd ses suspects !
Pas de romance entre les inspecteurs principaux, pas beaucoup de blablas sur la vie personnelle de chacun, Irrespirable a un petit goût d'inégal qui fait craindre le pire dans la première partie, puis qui fait tourner les pages frénétiquement arrivé à la moitié. Là où on pensait tenir le fin mot, fausses pistes, suspects et cadavres nous mènent bien ailleurs, là où on ne s'y attendait pas. Avec un style assez froid et des personnages qui manquent encore un peu d'attachement, cette première enquête de Frankie Sheehan finit par trouver son chemin, et se créer une saveur pas mauvaise, pour notre grand plaisir ! D'autant que le titre prend rapidement son sens, avec les meurtres au motif récurrent et les souvenirs, les doutes suffocants de l'agression de Frankie.
La conclusion, que dit-elle ? À la fois crédible et venue de nulle part, parce que le coupable n'apparaît pas avant un très long moment dans le roman. Toutefois, cette résolution n'est pas mauvaise puisqu'elle est tout à fait inattendue, voilà de quoi profiter d'un esprit aussi machiavélique, donc. Enfin, et ceci relève d'un avis strictement subjectif, je suis très satisfaite d'avoir vu les préjugés de Frankie se faire balayer d'un revers de main, et l'enquête prendre une route aussi… risquée, dirons-nous. de permettre de voir l'homme autre que comme un bourreau, de nous laisser le voir aussi comme une victime. Ce schéma-là est plutôt rare, alors j'apprécie la prise de risque de l'auteure, et c'est sans doute ce qui me donnera un avis moins mitigé sur cette première enquête.
Les motivations du ou des coupables et les sujets traités sont un bol d'air d'originalité, mêlé à quelques éléments qu'on trouve pas mal dans les thrillers. Bien dosé, encore un peu trop impersonnel pour s'attacher aux enquêteurs, mais une chose est sûre : je suis satisfaite de ma lecture et j'attends de me plonger dans la deuxième enquête avec confiance ; je ne doute pas que les erreurs de début évolueront avec le temps et la pratique de l'auteure. Première rencontre réussie malgré quelques déconvenues ! L'étincelle n'est peut-être pas très loin ?
Note : 3,5/5
Lien : https://saveurlitteraire.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Maks
  04 novembre 2018
"Irrespirable" est un thriller que j'ai beaucoup apprécié, intelligent et addictif, dans la lignée des classiques du genre.

Premièrement, la chose que j'ai trouvé la plus marquante, c'est cette commissaire, "Frankie Sheehan", un personnage vraiment atypique, caractère bien trempé, limite sociopathe, mais déterminée au possible, pour ma part c'est la vraie grosse surprise de ce roman, vivement une prochaine enquête.

En ce qui concerne l'histoire, c'est du classique mais alors écrit de telle façon que le lecteur reste captivé, Olivia Kiernan nous fait tourner les méninges au maximum, elle brouille les pistes et nous oblige à soupçonner tour à tour plusieurs tueurs potentiels puis nous laisse dans le doute face à nos dilemmes pour mieux nous surprendre.
Voir la chronique sur mon blog :
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
Commenter  J’apprécie          150
AlouquaLecture
  05 décembre 2018
Si je suis fan de la couverture dans les tons sombres, j'ai cependant eu quelques petits soucis.
Mais, commençons par ce qui est positif et me pousserait à découvrir sa prochaine enquête.
Le personnage de Frankie Sheehan, la commissaire, je n'ai que du bon à dire sur elle, j'ai adoré sa complexité, son caractère, sa manière de gérer les choses. Avouez que ce ne doit pas être simple de mener une enquête qui débute par un suicide qui se révélera ne pas en être un, et faire face au jugement de son agresseur, car la commissaire revient juste de blessures, et son agresseur va se faire juger. Personnellement, j'ai trouvé qu'elle se débrouillait plutôt pas trop mal à ce niveau, franchement c'est le personnage que je retiendrai principalement de ma lecture.
L'enquête en elle-même est d'un schéma assez classique, pourtant, je n'ai pas eu de problème sur ce point, bien que j'aime ce qui innove et ainsi découvrir un univers différent, le classique cela a parfois du bon, et au final, on ne s'en lasse pas vraiment. Il n'y a pas de prises de risques à ce niveau, mais le rythme est en adéquation avec le schéma classique, cela rend le tout relativement cohérent.
Malgré tout, j'aurais aimé un peu plus de punch, cela aurait rendu cette enquête beaucoup plus addictive et prenante à lire. Certains événements et rebondissements sont, à mon sens, un peu exagérés, un peu tirés par les cheveux, cela ne rend pas trop service à l'intrigue, malheureusement. Je dois vous avouer qu'en règle générale, lorsque je suis en pleine lecture d'un thriller, je ne ressens pas ce besoin de poser mon livre, je veux absolument poursuivre. Ici, ce ne fut pas le cas, justement dû au manque de punch dont je parle juste avant, il n'y a pas ce petit truc qui fait que vous frissonnez et voulez absolument continuer.
Je trouve cela réellement dommage parce que l'intrigue n'est pas en manque de potentiel, bien au contraire, honnêtement cela me désole de mettre une note si basse alors que ce potentiel aurait pu être développé. Peut-être que pour une prochaine enquête celui-ci sera au rendez-vous, je l'espère vraiment.
Ce qui est paradoxal ici, c'est que j'ai aimé la plume de l'auteure, sa manière d'utiliser les mots, son écriture est entraînante. le travail fait sur les personnages, principalement la commissaire, aurait mérité que je donne une meilleure note, mais ce n'est pas le cas justement à cause de tout ce que je dis plus haut. Malgré tout, je suis certaine que ce thriller peut plaire sans problème, ce n'est ici que mon propre ressenti, n'hésitez pas à vous faire votre propre opinion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   24 février 2019
Je raccompagne la silhouette disloquée d’Eamon Keegan vers le groupe de voisins rassemblés derrière le cordon. Tom titube derrière nous.
- Mon Dieu, mon Dieu, murmure-t-il. Moira. Mon Dieu.
J’avance et je vois son épouse se détacher du groupe, blafarde, les traits déformés par l’angoisse. Sa voix chancelle.
- Eamon, que se passe-t-il ? Eamon ?
Le jeune agent se tient à mes côtés. Imperturbable. Il me sauve la mise. C’est lui qui annonce la nouvelle. Avec tact et tristesse. Le silence s’installe, suivi d’une longue plainte qui s’élève des tréfonds de sa gorge. Moira tombe à genoux, comme son mari, à la façon d’un pantin désarticulé. Je m’écarte et j’entends la voix de l’officier qui enchaîne.
- Monsieur Keegan, je suis désolé, mais quand vous le pourrez, nous aurons besoin que vous répondiez à quelques questions.
Je m’enfuis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LalitoteLalitote   06 novembre 2018
Tu me salues d’une bise sèche lorsque j’ouvre la porte et tu entres prestement pour échapper à la nuit, à la violence de la brise marine ; le regard noir, diabolique. Je croise ce regard et je me demande à quel moment le mal y a pris le dessus sur le bien. Tu tiens une corde à la main. Une corde brune, épaisse, rêche. Déjà, je sens sa texture râpeuse sur la peau parfumée de ma gorge. Un frisson s’immisce dans ma respiration
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   25 février 2019
- Que se passe-t-il Jack ?
- Encore un putain de cadavre.
L’effroi s’instille au fond de ma gorge, amer, gluant, rêche. Une gorgée de thé, dérisoire remontant.
- Une femme ?
Il se retourne, semble regarder en direction de l’eau.
- Difficile à dire, mais à en juger par son accoutrement, je dirais plutôt un homme.
Il me faut un peu de temps pour encaisser le choc. Tellement de morts. Tellement d’échecs de notre part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
polacritpolacrit   07 novembre 2018
La victime, d'un autre côté, et on l'oublie souvent, est la plus importante. Elle est le produit dérivé de la jalousie, de la fureur ou des obsessions du criminel, et elle est souvent éclipsée, avec les preuves et les éléments qu'elle détient, au profit du tueur et de son ombre maléfique. Le plus souvent, la question n'est pas de savoir qui a commis un crime mais quel type de personne en est devenue la victime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   25 février 2019
Ma cicatrice commence à me lancer, le vin assèche mon palais. Je dois avoir une mine affreuse parce que Clancy me répète de rentrer chez moi me sécher.
J’attrape mon manteau, sans vraiment l’écouter. Je sens l’affaire se déployer à l’intérieur de mon cerveau, étendre ses ramifications et laisser apparaître dans la frondaison des bribes de vérité. Mais je suis trop fatiguée pour les voir. Mes yeux me piquent, ma gorge m’irrite, je suis à fleur de peau.
- Tu devrais arrêter de me materner, Jack. Tu sais qu’il n’y a rien de tel pour m’énerver.
- Va te faire foutre. Te materner ! Je vois juste gros comme une maison que tu es en train d’attraper la crève et tes reniflements m’empêchent d’apprécier mon whisky
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Olivia Kiernan (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
164 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre

.. ..