AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne Crichton (Traducteur)
ISBN : 2266031635
Éditeur : Pocket (12/09/1999)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 106 notes)
Résumé :
Dans le secret de leur repaire, à seulement quelques heures de Londres, les rats mutants s'étaient reproduits. Les hommes n'avaient pas encore décelé leur présence.
Les jeunes rats ne tenaient plus en place, en proie à une faim qu'ils ne comprennnent ni ne pouvaient satisfaire. Mais le monstrueux mutant qui les dominait, leur cerveau, leur ancêtre à tous, lui, savait et se souvenait. La bave coulait de sa gueule quand il se rappelait le goût de la chair huma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
DoVerdorie
  08 juin 2017
Cinq ans après que les énormes rats noirs aux dents d'hachoirs avaient confronté les londoniens, voici qu'ils réapparaissent dans une réserve naturelle fortement boisée, non loin de Londres, dans l'unique but de se repaitre succulemment de chair humaine...
Autres lieux, autres personnages (en dehors d'un politicien toujours aussi patelin et un scientifique-commercial avide de gloire)... même histoire...
Herbert nous a concocté une ragoûtante génoise sanglante garnie de deux scènes érotiques, surmontée d'une romance (qui se construit en trois semaines, peuh !). Sexe et sentiments mis à part (parce que ce n'est pas ce que je cherche dans un livre d'horreur), l'histoire se lit agréablement mais n'est certes pas aussi captivante que le tome précédent. On connaît désormais les bestioles monstrueuses que des valeureux essaient de trucider par tous les moyens et l'effet de surprise est passé.
D'autant que, dans ce 2e tome de la trilogie, l'auteur a mijoté allègrement sur la même intrigue que dans "Les Rats" et ne nous sert au bout du compte rien de nouveau hormis quelques délicieux frissons bienvenus.
Et donc, au final... même pas peur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
Wiitoo
  16 décembre 2013
A ne pas lire directement à la suite du tome 1 !
Le repaire des rats est un très bon livre, aussi bon que le premier tome, voir même meilleur sous certains aspects mais malheureusement il souffre du défaut d'être très exactement identique au tome 1.
Bien sur l'histoire n'est pas la même, ici les choses se passent dans une forêt de la banlieue londonienne et non plus en ville. On ne retrouve aucun des personnages du premier tome. En revanche, l'histoire est construite très précisément à l'identique. Un schéma trop prévisible, surtout après l'avoir éprouvé lors de la précédente lecture. du coup, à chaque fin de chapitre on sait parfaitement de quoi retourne le chapitre suivant sans même avoir lu les premières lignes. Dommage, plus de suspens, on imagine la grande scène finale et sans surprise elle va se dérouler pratiquement à l'identique. Ça manque un peu d'originalité M. Herbert.
Il n'en reste pas moins que cet opus va une nouvelle fois nous entraîner au fond du terrier. Sauf qu'au lieu de courir après le lapin blanc c'est bien des milliers de rats mangeurs d'hommes qui y sont terrés et qui vous y attendent. Et autant vous dire qu'ils ont faim. Très faim. Les descriptions des scènes d'attaques font, d'ailleurs, froid dans le dos. Amateur d'épouvante, vous allez vous régaler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3310
Siabelle
  28 décembre 2015
Les ordres des officiers continuaient de fuser : ‘’N’attaquez pas la vermine, hâtez-vous de gagner la cité.’’
«Le repaire des rats» est la suite du livre «Les rats», je ne savais pas, à ce moment-là, que «les rats» est le premier livre de James Herbert. C’est toujours intéressant de le savoir et de découvrir ses premiers livres.

«Sanglant», «Dépaysant», «Effrayant», voilà comment je définis le livre «Le repaire des rats» de James Herbert. Est-ce que dans son livre James Herbert nous fait voir les rats comme des animaux gentils, tendres et soumis ? Si vous aimez vraiment ces animaux, je ne pense pas que cette trilogie soit faite pour vous.
On se rappelle, que dans le livre : «Les rats», le premier tome : L’histoire se passe à Londres et les gens avaient dû faire face à une invasion théâtrale de rats. Ils avaient réussi à les éliminer. Ils pensaient avoir gagné le combat contre ces vermines. Enfin, c’est ce qu’ils croyaient. Dans le «Repaire des rats», le deuxième tome : On croit que la vie est douce et qu’on n’a plus rien à craindre de ces bestioles. Détrompez-vous !
C’est désormais, dans une forêt de Londres, qui est le centre d’attention. Les rats commencent doucement à sortir de leurs cachettes. Ils tuent peu à peu des humains, les rats deviennent confiants et par la suite il a une épidémie. C’est une épidémie inquiétante et terrifiante. Comment les gens vont-t-ils tenter de les arrêter ? Est-ce qu’ils vont réussir avec un bon plan ?

Quand on ouvre ce livre, on entre dans tout un univers, c’est celui des Rats. C’est une lecture qui se lit très bien. L’histoire est bien écrite, les personnages entrent bien en scène ainsi que les Rats qui s’y faufilent. L’auteur James Herbert emploi des mots effrayants, des descriptions sanguinaires et des détails bien croustillants. Dans cette ambiance angoissante, il y glisse pour le lecteur des petits moments de voyeurismes…
Côté écriture, on voit tout de suite une différence, avec le premier livre. Il amène bien son intrigue et il te donne le goût de poursuivre ta lecture.

Dans le livre le «Repaire des rats», on remarque qu’il garde la même signature que dans le roman «Les Rats.» C’est-à-dire qu’il nous donne un bon aperçu sur le rat. Il amène plusieurs sujets et j’approuve car c’est captivant. J’en nomme quelques-uns :
- Le rat normal;
- Le rat géant;
- Le cochon;
- La peste noire;
- Les maladies;
- Les dangers.

Pour terminer, c’est un très bon moment de lecture, elle te procure une bonne évasion et tu fais vraiment le saut, à l’occasion. C’est une histoire qui se lit bien, l’auteur James Herbert capte tout de suite ton attention et il te transporte dans un monde très différent du nôtre. Il sait te faire sourire, il sait te faire peur, et il sait t’émouvoir.
Je constate encore une fois sa plume fluide, son imagination débordante et je lui dis ‘’Chapeau’’ encore une fois à James Herbert.
Quand on lit «Le repaire du rat» c’est comme s’y on s'y croit et parfois on a peur de se faire dévorer à notre tour par ces drôles de vermines…
Et quand on lit l’épilogue, on doute, on doute, on doute… est-ce c’est ça le talent d’un auteur ? Est-ce que c'est de nous faire douter, nous tenter ?
J'embarquerai plus tard, dans l’empire des rats, le dernier tome ! C'est à suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          204
lyoko
  06 septembre 2014
Je n'aime toujours pas les rats... mais je les aime encore moins qu'avant. Certes ce tome 2 de la trilogie est un peu redondant, mais il est un poil plus horrible.
Les personnages sont hyper sympathiques sauf les politiciens qui ne pensent qu'a leur profit personnel, et bien sur cette fameuse horde de rats.
ces rats qui sont rusés, intelligents (parfois beaucoup plus que certains humains !!); et qui sont constitués d'une certaine façon en véritable civilisation montrent l'étendue de leur force sur la nature et sur l'homme.
L'horreur est là bien présente , qui nous poursuit tout au long du livre et qui monte a son paroxysme sur la fin.
Malgré un dégoût profond pour ces bêtes immondes; ma curiosité sera la plus forte; car même si certaines réponses aux questions que je me pose m'ont été apportées par ce tome 2.... il me reste 2 grandes questions restées sans réponses.. le tome 3 me les apportera peut-être !!
Commenter  J’apprécie          197
Saiwhisper
  26 septembre 2016
C'est avec plaisir que j'ai replongé ce week-end dans l'univers de James Herbert... Cet ouvrage est assez similaire à son prédécesseur, donc si vous avez aimé « Les rats », vous devriez accrocher à celui-ci. Par contre, même si l'intrigue se passe quatre ans après « La Peste Noire » de Londres, je vous déconseille d'enchaîner les deux récits à la suite, car le schéma narratif reste le même : découverte des créatures, attaques isolées, massacre des humains, recherche d'une solution pour éradiquer la vermine, confrontation au Roi des rats, puis fin ouverte... J'espère donc que le troisième tome sera légèrement différent afin d'être davantage surprise...
Adeptes de l'horreur et du gore, vous retrouverez la plume détaillée de l'auteur qui n'hésite pas à vous retourner les tripes en décrivant les attaques des rats. Ces derniers sont toujours autant assoiffés de chair humaine et n'hésiteront pas à faire preuve d'intelligence pour se nourrir. Certaines descriptions m'ont fait frémir, cependant je n'ai pas ressenti autant de stress qu'avec la scène du métro ou de l'école du premier opus... Il faut également dire que le début est un peu lent puisqu'il faut presque attendre cent pages avant d'assister aux assauts des rats noirs. On découvre d'abord l'histoire originale de Brian Mollison, un exhibitionniste, ou encore les débats politiques où chacun met son grain de sel. C'est plutôt dommage, car j'aurais souhaité que l'action soit mieux dosée. Pourtant, « le repaire des rats » était prometteur puisque les rats se souviennent du plaisir qu'ils ont à tuer ou dévorer les Hommes grâce à la première génération. Ils sont même devenus plus malins et, puisque l'histoire se déroule dans la forêt d'Epping, ils peuvent même monter aux arbres ! Je m'inquiétais d'avance et m'attendais à beaucoup plus d'embuscades... Je suis donc un peu déçue de ce côté-là, néanmoins j'ai été happée par le récit une fois les assauts commencés.
Le duo Jenny-Luke m'a fortement fait songer à « Descendance » de Graham Masterton, car on retrouve le tandem de la belle demoiselle et du spécialiste chasseur de monstres. Je les ai trouvés plus intéressants que les héros précédents. En revanche, leur romance ne m'a touché plus que ça... Quoi qu'il en soit, cette similitude m'a fait sourire et m'a permis de m'attacher davantage à ces protagonistes. Par ailleurs, les scènes de sexe sont un peu plus nombreuses que dans le premier tome. Pour ma part, cela ne m'a pas dérangée. Cela permettait de faire une légère pause entre deux attaques...
Malgré les petits défauts que j'ai soulevés, je reste très satisfaite de ma lecture. Il s'agit d'un roman d'horreur comme j'aime, avec des scènes inquiétantes et glauques. La plume de James Herbert est fluide et addictive. En quelques paragraphes, il arrive à captiver le lecteur. L'intelligence de ces rats déterminés, organisés et affamés m'ont donné envie de connaître la suite de cette saga. Je suis curieuse de voir ce que le rat à la cicatrice va faire... Par ailleurs, j'ai bien envie de découvrir d'autres ouvrages rédigés par cet auteur.

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
SiabelleSiabelle   16 janvier 2016
- Ils ont pu émigrer vers, la forêt avant l'extermination de Londres, suggéra le secrétaire de la Défense.
- C'est possible, mais les agressions précédentes indiquaient qu'ils étaient concentrés dans certains quartiers de la ville, observa Lehmann. On peut échafauder une autre hypothèse : qu'ils aient résister d'une manière ou d'une autre aux ultrasons destinés à les attirer hors de leurs nids, jusque-dans les enclos à gaz, et se soient enfuis ensuite en comprenant que le jeu était fini. À présent, les machines à ultrasons servent à éloigner les rongeurs, non à les attirer; mais de toute façon, les expériences menés dans nos laboratoires montrent qu'à la longue, les ultrasons deviennent inefficace : les rats s'y habituent et apparemment à les ignorer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          136
LanaTurnerLanaTurner   05 janvier 2017
Il lui semblait... il lui semblait voir ses arbres frémir de quelques vie cachée. Les branches remuaient, les feuilles s'agitaient comme sous l'effet d'un tourbillon de vent, et tombaient. Un froid intense s'empara de lui lorsqu'il vit les centaines de formes noires se deverser du boqueteau et s'élancer telle une marée vers la montée.
Commenter  J’apprécie          250
WiitooWiitoo   13 décembre 2013
Ils s'étaient enfuis de l'endroit où on les pourchassaient, où on exterminait leur espèce; l'instinct des survie était leur seul alliée. Quand la porte de la cave s'était ouverte, ils avaient occis leurs libérateurs et s'étaient repus de leurs corps avant de se lancer dans l'aventure.
Commenter  J’apprécie          230
SaiwhisperSaiwhisper   26 septembre 2016
Pour une raison ou une autre, le casque du malheureux avait glissé, à moins qu'on ne l'ait arraché. Postés autour de sa tête découverte, cinq rats se gorgeaient des chairs de son visage. D'autres tiraient à belles dents sur le tissu de son costume, qui était à bout de résistance. Le spectacle excita la fureur des soldats ; ils se mirent à mitrailler aveuglément la vermine, sans précautions pour l'homme dont ils savaient qu'il était mort.
- Cessez ! commanda l'officier d'une voix dépourvue d'émotion. Nous ne pouvons plus rien pour ce pauvre gars, mais qu'au moins son corps serve à les occuper un moment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SiabelleSiabelle   27 décembre 2015
Il avait sous les yeux les monstres qui régnaient sur la multitude des rats noirs, mutants ordinaires qui chassaient pour leurs maîtres.
Et ceci était leur repaire, l'endroit où ils cachaient au monde leur hideuse chair dénaturée, parce qu'il ressemblait au nid souterrain que leurs précurseurs avaient fui jadis.
Le jour où il avait aperçu, près du manoir en ruines, ce que Denison avait pris pour un porc, il avait vu en fait l'une de ces créatures ! Les cochons étaient déjà morts, tués par les rats pour servir de réserve, et relativement conservés par le froid.
Et on avait négligé d'explorer la maison parce qu'on avait confondu de loin ces bêtes
avec les porcs, que le voisinage des rats aurait immanquablement destinés au massacre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de James Herbert (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Herbert
Bande annonce de la série,The Secret of Crickley Hall, adaptation du roman de James Herbert
autres livres classés : ratVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
548 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre
.. ..