AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290230428
288 pages
Éditeur : J'ai Lu (09/06/2021)
3.48/5   22 notes
Résumé :
Zinédine Zidane est le Français le plus célèbre au monde, mais qui est-il vraiment ? Un être secret qui cultive la discrétion, un homme adulé qui se préserve et protège les siens, une star au destin exceptionnel qui reste un type normal.
A travers dix-huit années d'échanges et de confessions exclusives avec le joueur devenu entraîneur, grâce aux témoignages des proches de l'icône qui ont accepté de parler avec confiance et liberté, Frédéric Hermel livre le r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
dido600
  22 avril 2021
Nombre d'ouvrages consacrés à l'icône Zinedine Zidane ont chanté les louanges du footballeur à la technique hors paire et à la carrière unique, qu'il s'agisse du terrain hier, ou du banc de touche du Real Madrid aujourd'hui.
Mais aucun n'a jamais été aussi complet et pertinent que ce Zidane , sous la plume de Frédéric Hermel,
Et ce, grâce à une relation privilégiée qui s'est étalée sur dix-huit années sans interruption aucune ; une forte amitié, pour ne pas dire complicité, a rapproché très vite le natif du nord de la France et l'enfant de la Castellane, cette cité de Marseille où Zizou a vu le jour entouré des siens, Smaïl et Malika, les parents nés en Kabylie, et les trois frères et la soeur qui l'ont couvé d'amour et d'affection, lui, le petit dernier de la fratrie qui a vu le jour le 23 juin 1972.
De ce père ouvrier et de cette mère au foyer, Yazid – deuxième prénom réservé aux intimes – a hérité d'une éducation résumée par les recommandations de Smaïl qui tiennent en trois mots prononcés le jour où à 15 ans, il quitte le cocon familial pour rejoindre le centre de formation de l'AS Cannes : «Travail, sérieux et respect».
Ce sera désormais le credo qui va forger sa personnalité et celle de ses quatre garçons qu'il a su élever en compagnie de son épouse Véronique, fille d'immigrés espagnols.
Les maîtres-mots de ce paternel dont il n'a jamais oublié le passé de travailleur manuel qui a connu la faim et le froid de ce fameux hiver 54 popularisé par l'appel de l'abbé Pierre, vont l'accompagner toute sa carrière et sa vie durant.
Frédéric Hermel conte avec chaleur et précision les différentes étapes de la jeunesse de «Yaz» marquée par la rencontre amoureuse avec Véronique et l'amitié indéfectible qui le lie à David Bettoni, aujourd'hui son adjoint au Real Madrid.
C'est Véronique qui sera de bon conseil à ses côtés pour écarter ces êtres toxiques attirés par les stars. Car Zidane, sans doute le Français le plus connu dans le monde, est un mythe, une icône mondiale, un modèle.

Extraordinaire footballeur, aujourd'hui entraîneur adulé au palmarès unique avec les trois Ligues des champions (2016, 2017, 2018) consécutives avec le Real Madrid, sa destinée est hors normes, jalonnée de succès incroyables et de coups de sang mémorables.
Ainsi de son rapport à la politique qui le fera sortir de sa réserve naturelle à deux reprises : en 2002, Bruno Gollnish, un des leaders du Front National( rassemblement national présentement ), le catalogue de fils de harkis. La réponse est cinglante : «Eh bien mon père n'a jamais combattu contre son pays, c'est clair ? Mon père est un Algérien fier de l'être, et moi je suis fier que mon père soit un Algérien !»
«Des mots repris par tous les médias qui ne seront pas du tout appréciés par la communauté harkie, écrit Frédéric Hermel qui poursuit : logique. le sujet est grave en lui-même. Extrêmement grave pour Zizou puisqu'il touche à l'honneur de son idole, de son modèle, de son guide.
Accuser son papa de trahison envers sa patrie lui paraît insupportable et je sens que là se dessine l'une des nombreuses frontières que Zinedine ne laissera jamais franchir. J'apprendrai petit à petit à déceler les autres. Smaïl est intouchable. C'est tout».
D'ailleurs, Zidane qui ne parle pourtant jamais de politique, appellera pour le second tour de la présidentielle de 2002 à ne pas voter pour Jean-Marie le Pen. Il récidivera en 2017 à propos de sa fille Marine.
Le journaliste écrivain Frédéric Hermel passe en revue toutes les personnes qui ont marqué son existence et raconte avec force détails sa vie au quotidien, ses motivations actuelles, écrivant ceci : «J'affirme après des décennies d'amour du football et dix-huit saisons de marquage journalistique de ce sport, de décryptage sensitif et cartésien, que Zidane deviendra encore plus grand entraîneur qu'il n'a été joueur».
Ce que confirme Msaidié, l'entraîneur en second au Real Madrid : «Zidane a ce truc essentiel dans notre métier, c'est qu'il synthétise très vite. Les idées sont limpides, les concepts bien choisis et très clairs. Il sait où il veut aller, comment il veut y aller et possède en lui cette capacité de le transmettre.
C'est simple à comprendre pour les joueurs et pour nous aussi qui travaillons auprès de lui. Avec Zizou, il n'y a pas de palabres et, en même temps, il pose beaucoup de questions, demande conseil, laisse aux autres la possibilité de s'exprimer et permet la confrontation des idées.»
Cette réflexion pertinente sur l'entraîneur recoupe parfaitement tout ce que cet ouvrage raconte de l'être intime qui se dissimule derrière la star.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LiliGalipette
  17 octobre 2019
Qui est Zidane ?
Le cadet d'une fratrie qui a grandi à Marseille, Un gamin humble qui a reçu une éducation solide, Un époux et un père très attentif, Un joueur remarquable à Turin et à Madrid, le numéro 10 de l'équipe de France, L'auteur d'un coup de tête malheureux en 2006 au Mondial en Allemagne, Un entraîneur tout aussi remarquable, Un homme discret, pudique même, mais attaché à ses valeurs simples.
« Mais qui connaît vraiment Zizou ? Un être secret qui cultive la discrétion, un homme adulé qui se préserve et protège les siens, une star qui reste un type normal au milieu de l'anormalité d'un destin exceptionnel. » (p. 15)
Zidane, pour moi, c'est le Mondial 1998. J'avais 13 ans. C'est la seule fois où j'ai su par coeur la composition de l'équipe de France. La seule fois que le football m'a vraiment intéressée. Pourquoi ? Sans doute parce que cet été-là était trop long et que rien d'autre n'avait su attirer mon attention. Je suis le football d'une oreille plus que distraite, et je regarde un match tous les 4 ans, celui de la finale du Mondial. Bref, tout ça pour dire que je ne cours pas après le ballon rond.
Frédéric Hermel est correspondant pour L'Équipe et RMC à Madrid. C'est là qu'il a rencontré Zinédine Zidane. « Il ne me doit rien et je n'exige rien de lui. Je recherche uniquement les clés de la compréhension au travers d'une relation de confiance qui autorise toutes les questions. » (p. 250 & 251) On sent toute son admiration pour le sportif – pour l'athlète même –, et pour l'entraîneur, mais surtout pour l'homme qui n'a jamais oublié d'où il vient. C'est compréhensible : le bonhomme a l'étoffe des icônes modernes. Toutefois, je déplore une tendance appuyée au panégyrique. « Avec Zidane de Marseille, c'est la France qui triomphe. » (p. 289) En outre, même s'il ne faut pas attendre le décès d'une personnalité pour en parler, je ne suis pas convaincue de la pertinence d'écrire la biographie d'une personne toujours vivante. À mes yeux, le vrai intérêt de ce livre tient dans les nombreuses phrases de Zinédine Zidane, données en interview ou en confidence. En fait, c'est cela que j'aurais voulu lire : un long entretien entre le journaliste et le sportif, sans que les propos passent par le prisme de l'interprétation et de la reformulation.
Enfin, je n'ai pas apprécié le portrait qui est fait de Véronique, l'épouse de Zinédine. Elle a sans doute consenti au sacrifice de sa propre carrière de danseuse et de ses aspirations personnelles pour se dévouer entièrement à son mari. Mais la façon dont cela est présenté m'a semblé terriblement paternaliste et machiste, comme si cela allait de soi. Quoi qu'il en soit, la relation de couple entre Véronique et Zizou ne regarde que ces derniers : c'est assez indélicat de l'avoir présenté dans un livre.
Voilà un livre qui s'adresse sans aucun doute aux fans du footballeur et aux amateurs du ballon rond. Avec moi, le but est manqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Missnefer13500
  21 mars 2020
Je ne suis pas une fan de football, loin sans faut, tout d'abord je déteste les commentaires des spectateurs, qui jugent," estiment que", adulent, condamnent. C'est particulièrement pénible à entendre en cours de match TV, donc je ne regarde pas. Sauf de grands événements comme la Coupe du monde.
Et pourtant, j'ai eu envie de découvrir ce portrait de l'icone Zidane, l'homme derrière le numéro 5. Car le parcours de l'adolescent provençal, cet enfant de Castellane issu d'une famille modeste intrigue, séduit surtout quand on réside à 2 pas de Marseille.
Salaire mirobolant pour frapper dans un ballon, héros de la France pour avoir ramené la coupe du monde football, tout semble disproportionné.
Alors comment un homme parvient-il à passer de l'anonymat à la lumière des projecteurs braqués sur lui, faire rêver et rester humble ?
C'est ce qu'il semble.
Zizou est-il donc ce qu'il parait malgré les sommes fabuleuses qui tombent dans son escarcelle et cette popularité qui peut faire tourner les têtes et changer les individus ?
C'est la réponse à ces questions que j'attendais découvrir à travers cette lecture.
Fréderic Hermel est correspondant pour L'Équipe et RMC à Madrid. Un passionné du ballon rond et un fan inconstatable de Zinedine Zidane, dont il suit la carrière depuis de nombreuses années et dont les liens semblent être amicaux. Il nous offre ainsi l'image de son Yazid. Il nous en brosse son portrait à travers ses propres émotions de chroniqueur footballistique. L'auteur vit ce milieu intensément et l'on ne peut le blâmer d'offrir une analyse qui comblera des milliers de fans, de tous ceux qui ont encensés l'icône : oui pour beaucoup : " Avec Zidane de Marseille, c'est la France qui triomphe. » Il l'ont pensé très fort avant de passer à autre chose et à un autre, tel que Kylian Mbappé.
Ce témoignage, à la limite de l'idolâtrie, laisse toutefois entrevoir, par des nombreuses phrases d'interview, de confidences, du célèbre footballeur et de nombreux amis, ou autres personnes ayant croisé sa route, un homme proche de ce qu'il veut bien laisser voir. Ce qui rend le témoignage touchant malgré qu'il mette un peu trop l'accent sur la relation privilégiée dont jouit le journaliste et qu'il ne se lasse pas de nous répéter inlassablement.
Dans certains passages, Frederic Hermel aborde la vie familiale, les choix de Véronique sa femme, évoque ses enfants. Dans le quotidien ZZ se veut discret et ses enfants le sont. C'est une certitude confirmée par les propos de l'auteur et mon neveu qui étudie dans le même lycée que les enfants Zidane scolarisés au lycée Français de Madrid.
Malgré le fait que l'auteur est un grand admirateur de l'icône ( c'est une évidence frappante au fil des pages) qu'est devenu le petit Yazid de Marseille, on ne peut nier le charisme de ce dernier qui tient une grande place dans le coeur des madrilènes et autres amoureux du ballon rond. C'est approche qu'il faut voir dans cette analyse de Zidane par le journaliste.
Personnellement, je suis frappée par le charismatique du personnage, celui qui marche droit dans ses bottes avec sa force et ses faiblesses, ses coups de boules et ses cartons rouges qui font de lui ce qu'il est : "Juste un homme" que le destin à propulsé aux milieux des étoiles et qui s'efforce tant bien que mal de faire du mieux qu'il peut, moqué, critiqué et encensé, touchant des cachets astronomiques, mais peut on en vouloir aux autres de gagner de l'argent en tapant dans un ballon ?
Là encore,l'auteur nous offre l'envers du décor. Certes cela semble facile, mais on oublie les blessures et les conséquences physiques, les entraînements que vivent les joueurs et ce qu'une conditions physique défaillante implique.
L'avenir de Zidane est au beau fixe, l'homme présenté par l'auteur ne se contente pas du peu. C'est l'image qu'il donne et pourquoi ne pas y croire ? Parfois les gens sont vraiment ce qu'ils paraissent.
Donc, forcement en fin de lecture, on ne peut qu'apprécier davantage le personnage au delà de l'icône,malgré la sensation prégnante que l'auteur n'est pas des plus objectifs. Mais la personnalité de Zidane qui transparaît entre les lignes prend le pas sur un soupçon de manque d'objectivité de l'auteur.
Le journaliste sportif enchante son lecteur de sa belle plume poétique et de ses jeux de mots et rend cette lecture des plus plaisantes.

Lien : http://missneferlectures.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sebastienbeauj
  26 juin 2020
Cher Frédéric Hermel,
qu'il me tarde que vous me serviez de guide en capitale hispanique.
Avide de nouvelles expériences, curieux de tout, fendre la bise madrilène en Twingo bleue me hâte.
La dernière fois que j'ai foulé ses terres, boutons d'acné au front, je n'ai su apprécier l'ambiance et l'histoire de cette ville. Et fus interpellé à l'entrée du Prado par quelques cerbères, car ayant fait claironner le détecteur à métaux avec un tube de Nestlé concentré !
Oui je sais…
Nous nous arrêterons à la terrasse d'un café. Un verre de pastis Henri Bardouin pour rafraîchissement. Vous me parlerez de cette relation intime. Fil invisible qui vous unit, depuis tant d'années, avec Zinedine.
Profitons-en pour écarteler, de suite, en place de Cibèle et avec des chevaux de trait, la bien pensante objectivité journalistique. Vous l'assumez, tant pis pour elle, vous vous appelez Fred Hermel !
C'est un livre à charges…positives. Au coeur de l'atome Zidane, relayant les charges négatives à l'extérieur (La physique a de passionnant que parfois elle se poétise. Et j'ai la métaphore facile).
Ça transpire le respect, la bienveillance, la confiance mutuelle. Scoop, mots volés, punchline… sont bannis des caractères d'imprimerie.
Vous peignez avec délicatesse. Par petites touches, un idyllique portrait “de sang et d'or” d'une personnalité hors du commun.
De tendres coups de pinceau sur l'intimité d'une relation. Sur des instants privilégiés, en tête à tête, les yeux dans les yeux avec le Roi Zizou.
C'est Velazquez qui peint Philippe IV ! (je vous avais prévenu, j'ai la métaphore facile).
Sur votre palette que trois couleurs : bleu, blanc, rouge.
Bleu pour le maillot national. Blanc pour la toison d'or du Real de Madrid et rouge pour les cartons, les coups de chaud, le coup de boule.
Il faut bien quelques imperfections au tableau du Maître.
Il y a ici Véronique, Lucas, Enzo, Théo et les autres et il y a aussi Frédéric Louis Gustave Hermel. Car se cachent entre les lignes vos déchirures, vos regrets, vos envies, vos emmerdes aussi. Vous êtes de la communauté des Sensibles.
On ne croise pas l'Éternel sans séquelles.
Ceux qui comme moi, idolâtre le footballeur comme l'homme. Ceux qui comme moi, l'ont à jamais sanctifié un soir d'été, un 12 juillet 1998. Ceux qui comme moi, lui ont pardonné le 9 juillet 2006. Ceux et celles qui le statufient de son vivant, trouveront ici de quoi nourrir leur inconditionnelle “fanitude”.
Cher Frédéric Hermel, il y a des livres que je ne pourrais jamais écrire : “mes coureurs imaginaires” d'Olivier Haralambon et il y a des livres que j'aurais bien aimé écrire. “Zidane” en fait partie.
Bon tant pis ! Je ne fus pas au bon endroit au bon moment.
D'ailleurs, je n'ai pas cherché à l'être.
Nous avons, décidément, quelques points communs. Car cet ouvrage a des instants de “belgitude”. Il est bardé de référence à Brel. Il n'y a pas que le foot dans la vie ! Je vous découvre alors un blog (a priori en sommeil !) qui référence au chanteur Belge “la ville s'endormait”. Ne serait-il pas temps de le relancer ?
De l'autre côté des Pyrénées, où le football s'est tue, regarde bien petit, regarde bien, sur la plaine là-bas, à hauteur des roseaux, il y a un homme qui a vu l'Homme.
Dans l'attente de votre retour.
Sébastien Beaujault
P.S. : La couverture ! C'est drôle, on pourrait presque s'en satisfaire. le sourire éclatant de Zidane. Une photo qui le rend presque vivant. Et le prénom sculpté en lettre d'or. Magnifique.
Les esthètes de l'esthétique et du graphisme ont bien travaillé chez Flammarion.
Lien : https://blogs.letemps.ch/seb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Killing79
  24 juin 2021
Lire une biographie d'une personnalité publique, de surcroit un sportif, encore en vie, ne fait pas partie de mes priorités. Je porte très peu d'intérêt à ces vies souvent banales. Seulement, quand le personnage en question est le plus grand, le plus célèbre et le plus mystérieux d'entre eux et que le livre est écrit par un journaliste que j'adore, je me laisse tenter.
Dans les médias, Frédéric Hermel sait communiquer avec talent son enthousiasme et sa passion pour le ballon rond. Consultant privilégié du Real Madrid, il a toute la légitimité pour parler du cas Zinédine Zidane. En effet, il n'est pas juste un observateur ou un historien du footballeur. Il a une eu la chance de le côtoyer de très près durant toutes ses années madrilènes, soit 18 ans. Pendant cette période où il a été tour à tour le meilleur joueur du monde et le meilleur entraineur du monde, Frédéric Hermel était sur ses pas. Il peut ainsi nous raconter son enfance, sa vie intime (sans être trop intrusif), son caractère, ses exploits, ses défaites, un décryptage du phénomène.
Alors que l'on pense que seul le talent suffit, l'auteur nous montre à travers ce portrait de notre Zizou national, tout le travail, les rencontres, les privations mais aussi la chance nécessaire pour devenir une légende bien au-delà du sport ! Même s'il n'hésite pas à égratigner la star avec des anecdotes relatives à leur relation ou à son comportement, Frédéric Hermel n'en reste pas moins amoureux de son sujet. Il ne s'en cache pas et son adulation se ressent dans toutes les pages. On peut donc considérer que son témoignage n'est pas complètement objectif. Mais il n'en reste pas moins passionnant si l'on s'intéresse au football et à un de ses plus illustres représentants.
Lien : https://leslivresdek79.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   17 octobre 2019
« Avec Zidane de Marseille, c’est la France qui triomphe. » (p. 289)
Commenter  J’apprécie          42
LiliGalipetteLiliGalipette   17 octobre 2019
« Mais qui connaît vraiment Zizou ? Un être secret qui cultive la discrétion, un homme adulé qui se préserve et protège les siens, une star qui reste un type normal au milieu de l’anormalité d’un destin exceptionnel. » (p. 15)
Commenter  J’apprécie          00
LiliGalipetteLiliGalipette   17 octobre 2019
« Il ne me doit rien et je n’exige rien de lui. Je recherche uniquement les clés de la compréhension au travers d’une relation de confiance qui autorise toutes les questions. » (p. 250 & 251)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Frédéric Hermel (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Hermel
La biographie de référence sur Zidane par Frédéric Hermel.
autres livres classés : madridVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1155 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre