AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Léonard Dupond (Autre)
EAN : 9782211310161
416 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (07/10/2020)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Pour se rendre au lycée, Samsara n'oublie jamais sa batte de baseball, ses talismans et son couteau de chasse. Tout ce dont elle a besoin pour affronter les animaux mutants, fantômes et autres créatures qui ont envahi les rues de Concordia après l'Apocalypse. Aujourd'hui, la ville vient de lever la quarantaine de l'ancien parc public et s'apprête à accueillir ses habitants, réputés avoir muté. Les deux jumeaux que Sam voit débarquer dans sa classe sont loin d'avoir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  26 novembre 2020
Ayant beaucoup aimé les deux sagas d'Ariel Holzl : Fingus Malister et Les soeurs Carmines, il était hors de question de passer à côté de la dernière oeuvre de l'auteur. La couverture absolument géniale et le résumé mettaient l'eau à la bouche, et j'avais hâte de retrouver l'humour si particulier d'Ariel. Mais… la sauce n'a pas totalement pris, si je puis dire. Trop d'enthousiasme de ma part peut-être, trop d'attentes aussi.
Je ne suis pas partie forcément du bon pied. Je m'attendais à retrouver la même ambiance et le même humour noir que les oeuvres citées dans mon introduction. Et cela n'a pas été le cas. Dans un sens, je trouve cela très bien, car on a la preuve qu'Ariel Holzl peut naviguer dans des styles différents et s'adapter à son histoire en se réinventant. Mais c'est vraiment deux points que j'adore chez lui, et ils m'ont manqué.
Après, franchement, l'univers est ultra original. Un monde post-apocalyptique assez dément avec des fantômes, des zombies, des mutants… Une ville résiliente au possible qui s'est adaptée avec brio. Et à côté de cela, on y retrouve aussi tous les travers de la société : lutte des classes, racisme, corruption… Nous n'avons aucun mal à nous imaginer une telle chose arriver et de voir une telle évolution. Il y a clairement un côté glaçant à ce niveau-là. Et je ne parle même pas des mises en quarantaine forcée, de l'examen de survie (une semaine avec seulement vos fringues sur vous…), des dérives des milices…
Le souci avec Bpocalypse pour moi, c'est que j'ai réellement accroché à partir du dernier quart, soit après trois cents pages de lecture. Je me demandais vraiment où l'auteur voulait nous mener, quel était le fil conducteur. On nous dépeint la société où vivent nos héros qui est intéressante certes, mais où est l'élément déclencheur. Vous me direz : l'arrivée des jumeaux mutants… oui… non… parce qu'ils arrivent, certes, et c'est un petit chamboulement pour Concordia mais, ils vivent déjà avec des mutants animaux, donc pour moi, ce n'était pas ce qui allait me happer.
Et puis il y a Sam… égoïste au possible, rongée par la soif de vengeance. Je ne me suis pas attachée à notre héroïne. J'avais même parfois envie de lui coller des baffes. Elle ne réfléchit pas, est toujours dans l'émotion, ne regarde pas ce qui l'entoure. Elle ne veut qu'une chose et elle est prête à beaucoup de choses pour l'obtenir. Il m'arrive d'apprécier une lecture même quand je ne m'attache pas au héros, mais ici, en plus de ne sentir aucune connexion, je l'ai trouvé antipathique. Alors, oui, elle évolue. Mais il lui faut tout de même un sacré électrochoc pour que l'on voie le déclic arriver.
Une fois mon élément déclencheur trouvé, j'ai trouvé l'histoire beaucoup plus prenante. Les recherches comme les révélations nous montrent une facette de Concordia qu'on ne soupçonnait pas. C'est glauque mais encore une fois, tout à fait réaliste. L'ingéniosité des méchants est même assez incroyable. Les dernières cents pages font accélérer le rythme et la conclusion de l'histoire donne un pied de nez que j'ai réellement apprécié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Saiwhisper
  20 novembre 2020
Malgré le fait que « Les soeurs Carmines » n'aient pas réussi à me conquérir, cette nouvelle publication d'Ariel Holzl me faisait de l'oeil. On est clairement sur un roman futuriste et fantastique pour adolescents / young adult. D'ailleurs, cela se ressent beaucoup du côté de la narration avec le langage employé par les héros, dans la relation qu'ont les protagonistes ou dans le lieu où se déroulera principalement l'intrigue (le lycée). Ce point ne me dérange pas toutefois, je sais qu'il peut rebuter d'autres lecteurs… Pour ma part, j'ai aimé suivre ces adolescents à travers ce monde post-apocalyptique où coexistent toutes sortes d'être agressifs. On distingue des créatures « classiques » (zombies, fantômes), celles rarement mises en avant en littérature (mimique, wendigo, etc.) ou encore celles inventées par l'auteur (êtres hybrides ayant fusionné comme les razards, les orchidées sangsues, etc.). J'adore lorsqu'un bestiaire est riche et atypique ! de ce fait, je n'ai pas été déçue du voyage : il y a énormément de bestioles issues de races différentes… ainsi que tout un arsenal pour y venir à bout !
C'est donc dans cet incroyable monde hostile que va évoluer Samsara, alias Sam, une jeune fille de quinze ans. Or, à ma grande surprise, le quotidien de la demoiselle est assez proche du nôtre : elle passe du temps avec ses amis, Danny et Yvette, elle va en cours et elle a un petit job pour arrondir ses fins de mois. Pourtant, le danger est bien présent autour d'elle : il y a des monstres dehors, des zones interdites ainsi que des éléments radioactifs datant de l'Apocalypse. La couverture représente cela à merveille : on distingue trois ados insouciants, mais armés, se promenant au-dessus d'un égout à la couleur peu commune. En raison de leurs blagues ou de leurs échanges presque banals, on oublierait presque que la Mort les attend dans chaque ruelle ! J'avoue avoir été déstabilisée par cette attitude parfois irréfléchie : les trois comparses font des emplettes dans des magasins remplis de zombies, vont à une fête, se baladent en ville sans trop de souci et ont l'air de n'avoir peur de rien dès qu'ils ont leurs armes sous le coude. Pour ma part, je ne tiendrais pas deux secondes à Concordia, même avec un fusil et une batte à clous dans les mains ! J'étais donc étonnée par leur comportement.
L'intrigue va tourner autour de Kiara et Søren, deux jumeaux mutants faisant leur entrée au lycée. Or, pour la première fois, des non-humains vont avoir une scolarité normale. Cette nouveauté n'est pas bien vue par tout le monde, en particulier par les Edonistes, des extrémistes hauts placés dans la société ! Rapidement, on comprend que les humains ont une peur bleue de ceux qui ne leur ressemblent pas… La situation n'est pas sans rappeler l'année 1957 avec l'arrivée d'un groupe de lycéens noirs dans un établissement américain réservé aux blancs… Ici aussi, le racisme et le harcèlement sont bien présents ! Les réactions, aussi bien verbales que physiques, révoltent le lecteur qui, malheureusement, n'approuve pas forcément le comportement de Sam qui a tendance à se montrer agressive envers les deux Arachlings. D'ailleurs, je dois avouer que j'ai mis du temps à me faire à l'héroïne… Celle-ci est du genre insolent, sarcastique, égoïste, rebelle, dynamique, bagarreur et impulsif. Ainsi, même si j'ai aimé suivre ses aventures, elle m'a longtemps paru pénible ! Je n'appréciais pas non plus l'humour du trio : des vannes cassantes à gogo. Qui aime bien châtie bien, certes, mais il faut tout de même ne pas trop en abuser. Personnellement, j'aurais eu du mal à supporter ce groupe au quotidien ! de plus, bien que j'apprécie l'éclectisme du groupe (qui prouve que le racisme ne concerne plus la couleur, puisque l'on a des héros indiens, asiatiques et noirs), j'ai regretté que l'on ne développe pas davantage Danny et Yvette. Ces deux derniers ont énormément de potentiel et se révéleront plus sympathiques qu'au début du livre, notamment grâce à leurs fréquentations. Ils auraient mérité d'être un peu plus creusés…
Cette histoire m'a beaucoup plu ! Elle s'est révélée addictive, mystérieuse, passionnante, atypique et bien rythmée. J'ai particulièrement apprécié l'examen de survie en équipe, la découverte des Exterminateurs, la zone des mutants ainsi que le dernier tiers du roman qui se révélera intense. Certes, on notera quelques facilités ou des petits côtés clichés chez les personnages secondaires néanmoins, je me suis régalée ! de plus, j'ai été surprise par l'une des révélations et je ne voulais pas lâcher ma lecture. La fin, assez expéditive si on la compare à la lente mise en place, mérite un second opus… Ou un autre titre se déroulant dans le même monde. Vous l'aurez compris : Ariel Holzl m'a emportée dans son univers sombre au point que j'en redemande ! C'est d'ailleurs ce qu'a également ressenti Tachan avec qui j'ai réalisé cette chouette lecture commune. Comme la dernière fois, j'ai adoré nos échanges quotidiens. Son ressenti est un peu plus nuancé que le mien. Ainsi, je vous invite à le découvrir sur son blog afin de vous découvrir un second avis sur ce livre qui, à mon sens, saura plaire aux grands lecteurs ados comme aux adultes.
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Tachan
  20 novembre 2020
En début d'année, j'avais déjà fait une lecture commune avec Saiwhisper avec qui j'avais beaucoup aimé parler de Codex Alera au fil de notre avancée. C'est donc avec grand plaisir que j'ai récidivé quand j'ai vu qu'elle avait aussi Bpocalypse dans sa PAL et une fois n'est pas coutume nous avons dévoré cet titre au fil de nos échanges ^^
Je remercie au passage, L'école des loisirs qui m'a proposé ce titre vers lequel je ne me serais peut-être pas tournée autrement, alors qu'il correspond parfaitement (ou presque, nous le verrons) à ce que j'attends d'une lecture ado sur ce thème.
Le roman, paru dans la collection Médium+, s'adresse à un public adolescent et on le comprend d'emblée quand on lit les premières pages. Nous retrouvons, Samsara alias Sam, qui se rend comme tous les jours au lycée pour suivre les cours et retrouver ses amis. Mais Sam n'évolue pas dans n'importe quel monde, dans le sien, il y a 8 ans l'Apocalypse a eu lieu. Elle vit désormais dans une ville totalement remaniée dans laquelle il lui faut une batte à portée pour aller au lycée !
La grande force de ce titre et ce qui m'a fait passer un si bon moment, c'est son univers. Celui-ci est vraiment très bien décrit et amené par l'autrice. D'ailleurs, je trouve la couverture très représentative de ce qui nous attend car on y voit bien les trois héros se rendant au lycée en traversant leur nouvelle ville. La couleur radioactive qui s'en détache en dit long...
L'autrice a su développer toute une mythologie vraiment solide et bien pensée autour de la chute de cette météorite sur la ville. Elle dévoile au fil de son récit toutes les conséquences que cela a pu avoir en surface comme en profondeur sur les habitants et l'environnement. C'est vraiment dans un univers post-apocalyptique urbain que nous allons suivre les aventures de l'héroïne. Les habitants vivent désormais sans électricité. Il est très dur de se nourrir correctement. La monnaie telle qu'on la connaissait a disparu remplacée par le troc, notamment de disque et DVD/Bluray, le must ! Et certains habitants ont beaucoup changé...
Ariel Holzl a également imaginé un bestiaire riche et surprenant qui a de quoi inquiéter et qui jouera un rôle central dans l'histoire. Elle joue pour cela sur nos peurs des mutations et des différences, ce qui lui permet de développer un discours puissant sur le racisme et le harcèlement. J'ai beaucoup aimé.
Cependant, nous sommes bel et bien dans un texte pour ados et l'on retrouve malheureusement pas mal de clichés du genre, notamment avec une héroïne très très pénible voire détestable par moment, qui traite vraiment mal ses amis et se fait facilement tourner la tête par le beau gosse de riche du coin. C'est dommage.
L'histoire, elle, est pleine de rythme. Une fois commencé, impossible de décrocher. Cependant, tout n'y est pas passionnant et bon pour autant. Souvent, l'autrice joue sur ce qu'on attend d'un récit pour ado, notamment au niveau des interactions et des lieux de la mise en scène de celles-ci, au détriment de personnages qui restent un peu statiques et d'un univers qui reste en surface. Il y a énormément de mystères dans cette histoire dont plusieurs qui resteront sans réponse. le final est un modèle de fin expédiée à la va-vite, par exemple, et c'est bien dommage.
Le récit était pourtant vraiment aventureux et mystérieux comme j'aime. Je me suis d'abord laissée prendre par la mise en page avec ces quelques pages grisées par endroit qui laissaient entrevoir peut-être des informations top secrètes cachées. Ensuite, j'ai beaucoup aimé l'intrigue sur la rivalité entre les différentes castes/clans peuplant la ville. Les problèmes du quotidien de nos héros, hors lycée, étaient intéressants. L'ouverture de la ville à une nouvelle espèce présageait bien des rebondissements et ils eurent lieu. le petit passage genre "Hunger Games" au milieu m'a bien plu même s'il était trop court. Et l'idée de cette société qui s'organise derrière ses murs et son drôle de brouillard selon le métier qu'ils feront pour aider les autres à survivre, et ceux dès le lycée, me plaisait bien. Je trouvais ça sombrement réaliste. Mais comme je l'ai dit plus haut, au final, ce décor n'est pas assez exploité.
Ainsi, même si j'ai passé un très bon moment de lecture parce que j'ai adoré l'ambiance mystérieuse et l'univers post-apocalyptique très urbain de ce récit, je suis également restée un peu sur ma faim. Après avoir tout dévoré presque en l'espace d'une journée, je n'ai eu qu'une envie, poursuivre ! Sauf qu'il n'y avait plus rien à lire... Alors oui, les personnages ne sont pas ce que j'ai lu de mieux et je les ai trouvés très caricaturaux, mais mince, cette ville de Concordia était diablement bien pensée et utilisée par l'autrice, au point que c'est vraiment dommage d'en rester là. J'espère qu'elle la reprendra pour une autre aventure surtout après un final tel qu'on l'a connu !
N'hésitez pas à aller lire aussi la chronique de mon amie Saiwhisper
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesMotsMagiques
  18 octobre 2020
J'avoue que le pitch de ce livre ne m'emballait pas plus que ça, mais Ariel Holzl est pour moi une valeur sûre donc je me suis quand même précipité dessus le jour de la sortie. Grand bien m'en a pris !

Commençons par les évidences : l'écriture était géniale et le roman était ponctué d'humour vraiment très appréciable. Les bons mots étaient un peu plus discrets que dans Les soeurs Carmines par exemple, mais ils étaient bien là, parfaitement dosés.

J'ai beaucoup aimé l'univers, hostile, plein de menaces et de créatures peu recommandables, mais malgré tout assez agréable par certains aspects. On a quelques éléments un peu WTF mais j'ai trouvé le bestiaire vraiment sympa avec pas mal d'originalité (notamment avec les arachlings que j'ai adoré découvrir tout au long du roman).

J'ai trouvé l'intrigue un petit peu longue à démarrer, mais une fois dedans, je ne pouvais plus décrocher. J'ai aussi bien accroché avec les personnages qui sont vraiment agréables à suivre, et loin des clichés agaçants qu'on peut souvent retrouver dans ce type de romans. Par exemple, Samsara aurait facilement pu tomber dans la caricature de l'ado révoltée mais j'ai trouvé son comportement assez nuancé compte tenu de ce qu'elle a pu vivre et du contexte dans lequel l'histoire se déroule (je reste volontairement vague pour ne pas trop en dévoiler). Mention spéciale pour les jumeaux, et notamment Søren que j'ai bien apprecié.

Au niveau des thèmes abordés, on parle beaucoup de la peur de la différence, et on voit aussi comme il est facile de prendre des mauvaises décisions et même de faire des choses assez négatives pour des raisons qui nous semblent justes. On nous montre aussi qu'il faut savoir reconnaître ses torts et qu'il n'est jamais trop tard pour se racheter. Des thèmes plutôt importants donc étant donné le public cible.

Vous l'aurez compris, je me suis encore une fois complètement laissé entraîné par la plume d'Ariel Holzl et par son talent de conteur. Ce roman est encore une réussite en ce qui me concerne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dory_bouquine
  19 janvier 2021
J'ai tout de suite accroché à l'univers de l'auteur. J'ai adoré sa plume d'une grande fluidité, l'intrigue super entraînante, la diversité des personnages et surtout ce monde post apocalyptique que j'ai trouvé assez atypique !
Depuis l'apocalypse, la ville de Concordia est pleine de dangers. Fantômes, zombies, animaux et humains mutants, sont le quotidien de Samsara et ses amis. Lorsque la ville décide de lever la quarantaine du quartier Spider Grove et d'intégrer deux jumeaux mutants au lycée, des choses inexpliquées vont se produire.
Étant fan de ce genre de roman, il ne pouvait que me plaire ! Pour tout vous dire, je l'ai dévoré en 2 jours, ça montre à quel point il est addictif ! Ce livre a tout pour lui : humour, action, morale, originalité. J'ai vraiment adoré et même si l'histoire se suffit à elle même, je ne dirais pas "non" à une suite !
C'est le premier roman d'Ariel Holzl que je lis et ce ne sera certainement pas le dernier !
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Genie06Genie06   19 janvier 2021
- Les Exterminateurs ne sont pas reconnus par le conseil municipal, expliqua Michael. Si vous vous faites choper par la Milice pendant vos missions, s'ils vous confisquent vos armes et vos uniformes, personne ne viendra vous aider.
Commenter  J’apprécie          00
florencemflorencem   27 novembre 2020
- Vous croyez que Paris existe toujours ? Et Tokyo ? Et la Floride ? demanda Yvette, les yeux brillants.
Sam haussa un sourcil.
- Je rêve, ou tu cites que des endroits avec un parc Disney ?
- Chacun ses priorités ! se défendit son amie.
Commenter  J’apprécie          100
SioSio   11 octobre 2020
Le maquillage artisanal ne la rendait pas franchement sereine. Le maquillage artisanal chimique ? Encore moins. Surtout si c'était Yvette qui maniait les éprouvettes. Sans parler de ses conseils de séduction :
- Montre-toi vulnérable. Prends-le par les sentiments. ça va le faire craquer, en mode chevalier servant !
- Et si c'est juste un psychopathe qui veut me voir souffrir ?
- Encore mieux. T'auras l'air de la parfaite victime !
- Yvette, tu es la honte de la cause féministe postapocalyptique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SaiwhisperSaiwhisper   09 novembre 2020
Décidément, les adolescents étaient plus mystérieux que les mutants...
Commenter  J’apprécie          70
TachanTachan   08 novembre 2020
" Je suis tombée sur la légende amérindienne du Wendigo.
- Wendy-quoi ? Ça a un rapport avec Peter Pan ? "
Commenter  J’apprécie          40

Video de Ariel Holzl (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ariel Holzl
Vidéo sur les sœurs Carmines d'Ariel Holzl
autres livres classés : mutationsVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3340 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..