AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756041319
Éditeur : Delcourt (12/11/2015)

Note moyenne : 4.34/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Le bout de la piste est en vue pour Okko, décidé à se retirer dans un monastère car incapable de supporter ce qu'il est devenu et la vie qu'il fait mener à ses compagnons depuis deux ans. Mais avant, il reste quelques derniers mystères à révéler aux lecteurs sur sa vie d'avant qui permettront à chacun de le juger en âme et conscience.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
tchouk-tchouk-nougat
  20 décembre 2015
Okko vieillit. Il le sent. il le sait. Il est temps pour lui de raccrocher son sabre de samurai, et de laisser ses compagnons suivre une autre route. Ceux ci ne semblent pas savoir comment faire.
Les auteurs reviennent sur le passé d'Okko avec ce cycle du Vide. Son enfance aux sombres mystères.
Ce cycle conclut donc admirablement bien Okko, qui a été une formidable série de fantasy sur fond de japon médiéval.
Ce cycle, et le deuxième tome en particulier, a une ambiance très sombre. Les révélations faites sont pleines de suspense, de tension et de mystères. Vraiment une conclusion en beauté et la lever du voile sur un héros vraiment ambivalent. Je salue Hub d'avoir su nous donner une bonne chute, une fin qui finalement colle parfaitement à l'âme de la série. Une fin qui n'a rien de glorieux au final pour notre rônin mais que l'on ressent poignante avec le démantèlement du groupe.
Commenter  J’apprécie          110
meygisan
  24 décembre 2017
Et bien on peut dire que Hub nous réserve quelques bien jolies surprises dans ce dernier tome. Comme le cas était déjà sous entendu depuis le tome 1, rien que les personnages sont loins d'être des archétypes du genre. Il le confirme ici en soignant son scénario, mettant en parallèle deux époques de la vie d'Okko, pour mieux nous faire découvrir et comprendre qui il est. le terme de héros est redéfini et les apparences, ou bien nos attentes, sont trompeuses. le récit se resserre donc autour des 3 personnages principaux, bien que Noburo soit légèrement en retrait et ne fasse simplement parti de l'histoire pour mieux souligner la vie d'Okko. J'émettai des doutes quant au revirement de ce personnage. En effet après avoir pris connaissance de son passé violent et tourmenté dans le tome précédent, il était difficile de concevoir qu'il fût devenu ce bushi chasseur de fantômes. Mais c'était sans compter le talent de Hub qui montre dans ce dernier tome toute l'étendue de sa maîtrise et de sa réflexion. En effet, il ne s'est pas livré à l'écriture d'une bd en roue libre, sans savoir où il allait ni où elle devait s'arrêter. Depuis le tome, Hub a conçu son histoire du début à la fin. Depuis le début, la fin était écrite. Ce tome 10 reflète toute l'ampleur de son talent et donne toutes réponses aux questions que le lecteur se posait. Et c'est loin d'être des réponses convenues.
La valeur de cette bdtient dans sa globalité. En effet, même si elle est découpée en 5 cycles, eux mêmes découpés en 2 tomes, et qui pourraient se lire indépendant les uns des autres on ne pourra en apprécier tous les détails et toute la portée que dans l'ensemble, tellement sa construction est réfléchie, maîtrisée et cohérente.
Je conseille vivement à tous les amateurs de folkore et philosophie nippones de se procurer cette bd et de se laisser emporter dans les tourments de son anti héros, Okko...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Belzaran
  08 décembre 2015
« Okko » fait partie de ces rares séries qui, au fur et à mesure des tomes, se bonifie. Après cinq diptyques, il est temps pour Hub de raccrocher et de terminer son histoire. Les premiers cycles avaient vu Okko le ronin faiblir, vieillir et être mutilé. Dans « le cycle du vide », il prend une retraite bien méritée. C'est l'occasion de revenir sur son passé. le tout est publié chez Delcourt.
« Okko » reprend les codes de l'aventure classique. Un groupe disparate d'individu (un démon, un ronin, un moine alcoolique et son apprenti) arpente un Japon médiéval fantastique. En utilisant un flashback pour terminer son oeuvre, Hub s'attache à nous expliquer comment ce groupe s'est formé. Okko est donc à la recherche de sa mère. Parallèlement, on suit l'histoire de Noshin, comprenant comment il est devenu moine.
L'inconvénient majeur de ce cycle est l'absence (presque) totale de Noburo, un personnage ô combien charismatique ! Cependant, les informations distillées, le suspense insoutenable et les révélations compensent largement cette perte. Car au-delà de ce cycle passionnant, c'est toute la série qui prend du sens. Sitôt fermé ce tome, je me suis relancé dans la lecture complète des cycles précédents, retrouvant les allusions laissés par Hub précédemment (la relecture de la visite des monastères prend ainsi une saveur particulière…). L'auteur a vraiment pensé sa série comme un tout. Et au-delà de chaque cycle qui possédait un intérêt en tant qu'entité unique, la série prend encore une nouvelle dimension.
Hub réussit donc le pari de refermer sa série sans laisser de regret à ses lecteurs. On sentait un Okko à bout et on le laisse partir chasser ses démons intérieurs. Les révélations sont puissantes et on ne sort pas déçu de ce cycle qui explique le passé des protagonistes sans renier aux codes de la série : violence, démons et manipulations.
Graphiquement, Hub a beaucoup évolué dans son dessin les années passants, tout en gardant cette identité forte. le trait est dynamique et élégant, puisant dans différentes sources. La colorisation est encore une fois de grande qualité, sublimant les ambiances sans ternir le dessin de l'auteur.
« Okko » se termine et c'est tant mieux. Point d'orgue de la série, ce cycle du vide est riche en action et en émotion. Ainsi, aucune déception ne vient ternir cette épopée qui restera comme l'une des meilleures séries de ces dernières années. Okko a pris sa retraite et on aura grand plaisir à relire ses aventures. Il n'y a pas eu de cycle de trop et c'est bien le principal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
beklf
  17 janvier 2018
[Cette critique couvre les tomes du cycle du vide... et un tout petit peu la série globale !].
Quelle périlleuse entreprise de terminer une saga en choisissant de revenir sur le passé des personnages principaux ! Ce qui fait le sel de beaucoup d'oeuvre mettant en avant des protagonistes taiseux, c'est que l'on ne sait pas tout d'eux, que l'imagination peut s'enflammer à partir des petites touches que l'auteur divulgue de ci, de là. Révéler les choses de manière explicite peut détruire ce charme. Lorsque j'ai appris que le dernier cycle permettrait de mieux connaître le passé de Okko (et des ses deux compères Noburo et Noshin), je me suis dit "attention danger". Et puis finalement... non. C'est parfait. Parfait car pleinement dans l'esprit de la série au niveau de l'ambiance générale, du souci du détail, du rythme et des composantes de l'histoire (mystère, violence, fantastique, tension, fatalisme, entre autres), et bien sûr de la qualité du dessin. Parfait car l'aspect sombre de certains tomes (qui s'était accentué sur les deux derniers cycles) trouve ici une origine, une explication qui n'est pas platement démonstrative. Parfait parce qu'un des reproches que je faisais à certains tomes des autres cycles, c'était qu'ils étaient vite lus (ah, ces maudites 48 pages !) et qu'ici, Hub a pris (pu prendre ?) son temps pour raconter son histoire. Parfait parce qu'en refermant le dernier tome, je n'avait qu'une envie, c'était de relire l'ensemble de la série en ayant en tête les révélations de ce cycle du vide. L'impression qui se dégage de tout cela, c'est que Hub a pu aller au bout de ce qu'il voulait raconter avec cette série, et ça, et bien, cela fait plaisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
MarquePage
  24 février 2017
On continue ce cycle sur le même ton que le tome précédent. De la violence, de la colère, de la tristesse... Nos héros ont a peu vieilli, on les a toujours un peu plus comme on les connait dans les tomes précédents.
Même si on devine les grandes lignes, on a toujours des surprises. Et des surprises de taille. Le récit de la mère d'Okko, nous permet un nouvel angle de vue sur ce dernier. Tout devient clair, logique et presque normal. Jusqu'à la dernière page on retrace sa vie dans les moindres détails, faisant référence aux tomes précédents avec des éléments qui auraient pu paraitre insignifiants.
A la fin on ressent une certaine tristesse, de laisser nos quatre héros mais aussi celle qui transparait des dernières cases sur Okko. Une fin presque douce, intimiste, Okko semble presque en paix avec lui-même.
Avec ce dernier tome la boucle est bouclée. L'auteur a pensé à tout. On voit que la série a été réfléchi comme un tout.
Bravo et merci pour cette série qui est une petite merveille. Que ça soit sur le scénario ou le dessin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (3)
BulledEncre   28 décembre 2015
Magnifique final, riche en révélations et qui offre une vraie fin à cette saga qu’aura été Okko.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDGest   13 novembre 2015
Hub savait que la fuite de son héros se devait de trouver une conclusion à sa mesure. C’est aujourd’hui chose faite !
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   06 novembre 2015
Okko se termine en beauté avec ce dixième tome. Hub a réalisé un des chefs d’œuvres de la bande dessinée de cette dernière décennie. Une œuvre à ne pas manquer.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   20 décembre 2015
La vieille femme courbée tel un frêle roseau,
Déploya ses maigres bras pour étreindre son fils.
Okko, sabre à la main, vide de toute compassion et de tout honneur,
offrit à sa mère le baiser macabre d'un fils indigne.
Celui-ci avait le gout de l'acier,
celui-ci avait le gout du sang.
Commenter  J’apprécie          70
bergsonbergson   01 décembre 2015
petit pas maintenant ... J'ai la langue sèche comme une pierre de lave
Commenter  J’apprécie          40
MarquePageMarquePage   24 février 2017
A la lumière de certains détails, les choses sont relativement simples à comprendre.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Hub (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Hub
Le Serpent et la Lance - La Bande-annonce
autres livres classés : japon medievalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

kilyan B n°1

combien y a t-il de page

45
48
49
47

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Okko, Tome 1 : Le cycle de l'eau I de HubCréer un quiz sur ce livre