AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Imaqa : Une aventure au Groenland (40)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
SeverineB
  27 juillet 2013
on y trouve un prof un peu désabusé par la vie (la quarantaine quoi) qui soudain a la lubie de se proposer pour aller enseigner dans un bled reculé du Groënland. Il va donc découvrir un univers et une culture totalement différents que la sienne, malgré le fait que le Groënland appartienne au Danemark. Armé de plein de bonnes intentions, il va souvent se retrouver un peu la risée du village mais aussi découvrir leurs contraintes et leurs modes de raisonnement.
Ce bouquin m'avait été conseillée par une vraie libraire (là où il y a des personnes qui ont réellement lu les livres qu'ils conseillent). J'avoue que j'étais un peu sceptique au début car c'était assez loin de ma cible de prédilection ( j'avoue : l'histoire d'amour écorchée) mais j'ai trouvé le bouquin génial. C'est plein d'humour et on découvre des conditions de vie assez étonnantes. On s'attache à ces personnages pourtant assez éloignés de nos vies d'occidentaux. Un seul bémol : c'est un tantinet caricatural, les méchants colonisateurs contre les gentils autochtones mais le plaisir de découvrir cette civilisation et l'humour du récit font assez vite oublier ce défaut.
Rafraîchissant par ces temps de canicule
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nipo
  18 mai 2009
imaqa. Peut-être, en Groenlandais.
Au Groenland, rien n'est sûr. Alors, on répond toujours : Peut-être. imaqa. C'est un instituteur, envoyé dans les années 70 au Groenland, qui va faire cette découverte, à une époque où le Danemark tente par tous les moyens de "daniser" cette île lointaine où la vie ne ressemble en rien à celle d'un Danois. Alors qu'on lui demande de faire entrer par tous les moyens la culture danoise dans la tête des petits Groenlandais, Martin Willumsen, 38 ans, s'éprend de la culture groenlandaise, allant jusqu'à tenter d'impossibles courses de traîneaux sur de dangereux torrents gelés.
La première partie du livre, qui présente la découverte du Groenland par l'instituteur, est jouissive. Tout est sujet à s'amuser, y compris la présentation de limites administratives :
"Nunaqarfik n'est pas un endroit connu de tout le monde.
Et pour expliquer clairement où cela se trouve, il faut commencer par le sud.
Tout près de Sondre Stromfjord, là où atterrit l'avion en provenance du Danemark, passe le cercle polaire, qui divide le Groenland occidental en deux parties : nord et sud. le cercle polaire marque aussi la frontière canine.
Au sud, on n'a pas le droit d'élever des chiens de traîneaux. D'un point de vue purement professionnel, ils n'y servent pas à grand-chose et en plus, tout au sud, on fait l'élevage de moutons. Et comme les chiens de traîneaux groenlandais ont en partie la même conception que les humains sur les possibilités d'utilisation de ces animaux, une cohabitation des deux espèces serait problématique."

Peu à peu cependant, notre instituteur prend conscience de ce qu'on attend réellement de lui au Groenland. Il assiste, impuissant, aux débuts de la disparition d'une culture, toute tournée vers la nature et où l'on utilise les ressources naturelles que dans la mesure où on en a besoin pour survivre. L'influence danoise est néfaste, pousse de fiers chasseurs à abandonner leur métier pour aller laver les sols de grandes sociétés minières... Les habitudes alimentaires des danois se diffusent, gâtant les dents saines des groenlandais et dégoûtant les jeunes gens de la nourriture traditionnelle.

Le tableau dressé par Flemming est sombre. La colonisation du Groenland par les Danois n'a, comme souvent, apporté qu'à une des deux parties en présence. Même actuellement, si le Danemark se bat pour obtenir plus de territoires dans l'Océan Arctique, il est à peu près certain que les Groelandais en paieront encore le prix et verront fondre un peu plus chaque année leur calotte glaciaire, à cause du pétrole qu'on finira sans doute par extraire au Pôle Nord... Un comble.
Lien : http://nipoleon.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marech20
  27 août 2019
Encore une fois, un livre découvert grâce à mon club de lecture, et que je n'aurai pas forcément lu sinon....alors qu'il en vaut vraiment la peine!
Un sujet grave (la colonisation...car c'est de cela qu'il est en fait question, même s'il ne s'agit pas d'Afrique mais du du Groenland à qui le Danemark veut imposer sa langue, ses habitudes...) traité sur un ton plein d'humour qui permet d'en faire un livre très agréable à lire. Notamment en pleine canicule : rafraîchissant, dans tous les sens du terme!!
Commenter  J’apprécie          10
Murasaki
  01 août 2019
L'idée de départ est excellente, et il y a une belle réflexion de fond sur le colonialisme au Pole Nord, sujet rarement traité. le hic c'est ce ton guilleret et loufoque, un peu comme dans les livres d'Arto Paasilinna. Ce n'est pas du tout ma tasse de thé. Dommage, les personnages sont très sympas, on apprend plein de choses, et c'est bien écrit, mais l'humour nordique me déstabilise.
Commenter  J’apprécie          10
bigoud29
  11 décembre 2015
Un instituteur danois est muté dans un village inuit du Groenland. Entre les cours de traineaux et les problèmes quotidiens, le récit nous entraîne à la découverte de la vie des inuits dans les années 70.
Un récit humaniste drôle et grave à la fois
Commenter  J’apprécie          10
maevedefrance
  27 décembre 2013
Flemming Jensen est un défenseur de la culture inuit et il a mis vingt-cinq ans à écrire ce roman assez rocambolesque et qui dépayse à souhait le lecteur occidental. A l'instar de Martin, on découvre un mode de vie à des années lumière du nôtre (bon, je sais, ce n'est pas un scoop) et dans lequel une maladresse occidentale est vite arrivée.... surtout si l'on arrive avec tout un tas d'idées "bien pensantes" déculpabilisant. Et c'est bien le problème de Martin, au début du moins. A trop vouloir être gentil pour mieux se déculpabiliser, on finit par se faire rouler dans la farine, comme partout ailleurs. Car les Inuits, en plus, adorent faire des blagues, comme pour oublier le rude climat dans lequel ils vivent. Martin finit par s'intégrer dans cette société refermée sur elle-même mais conviviale, où la solidarité est le maître-mot : il s'y fait des amis, rigolent avec eux, (mais aussi se dispute quand le bouchon est poussé un peu trop loin). Il tombe amoureux. Il découvre "un peuple chez qui survivre était la tâche quotidienne de chacun, alors que pour ses camarades danois, c'était plutôt le genre de choses qui relevaient des services de santé".

Ce roman est bourré d'humour, en particulier au moment où le lecteur découvre une créature bien étrange : le tupilak.

son cri est si caractéristique qu'on ne peut pas se tromper : "toc toc, toc.... uuuuuuuuh!" Comme les Inuits, les tupilaks craignent les "Danois parce qu'eux aussi avaient de très grands pieds" !

Flemming Jensen prend tout au long du roman la défense des Inuits et cela donne des moments de lecture poignants et criants de vérité :

"L'organisation pour la protection de l'environnement Greenpeace, ainsi qu'une blondine française vieillissante avait mobilisé toute une coterie branchée et "tendance" en jouant sur le sentimentalisme totalement déconnecté des faits réels, et, à la suite d'une émission de télévision où l'on avait filmé d'indéniables cruautés commises sur des bébés phoques par un groupe de Norvégiens près de Terre Neuve, avaient appelé du jour au lendemain au boycott des peaux de phoques. (...) Il y avait des manifestations de protestations dans le monde entier et des nations qui elles-mêmes tuaient industriellement des poules, des porcs et des veaux après leur avoir offert une vie de misère, se permettaient de montrer du doigt un petit peuple qui, en accord avec la nature, chassait des animaux dans la mesure où il en avait besoin pour se vêtir et se nourrir."

J'ai aimé ce roman pour son humour, son humanisme, sa description soignée de la culture inuit. Je lui reprocherai juste une chose : les aventures rocambolesques à répétition de Martin finissent par lasser un tout petit peu le lecteur. Mais néanmoins, c'est un livre à découvrir pour tous ceux qui s'intéressent aux cultures nordiques. Il y existe d'ailleurs, à Copenhague un musée dont une partie est dédiée à ce peuple et que je vous recommande vivement si vous avez l'occasion de vous rendre dans la capitale danoise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Moob
  31 décembre 2012
25 ans pour écrire son livre ! Sans se prendre pour un écrivain il est bon de vivre ce roman où les personnalités sont à découvrir... Une belle aventure au pays du -30, de la glace, des chasseurs... des phoques... Et des fêtes bien arrosées.
Commenter  J’apprécie          10
zazaleb
  24 juin 2012
Ce roman de Flemming Jensen nous emmène sur les traces d'un instituteur danois parti enseigner au Groënland, et c'est follement cocasse ! On éprouve une sympathie grandissante pour les membres de ce village confrontés à l'accélération du temps et des moeurs, et ce peuple de chasseurs qui rit chaque fois qu'une occasion, même minime, leur en est donnée. Quelques scènes sont irrésistibles, et je ne manquerai pas de jouer à la roulette groënlandaise avec quelques bons copains, dont la règle est à découvrir dans le roman.
Commenter  J’apprécie          10
katulu33
  03 juin 2019
Marielle : "L'arrivée d'un instituteur danois, qui rêve de changement, au Groendland. Comment amenez la modernité dans un pays où il n'y a rien ? "
Commenter  J’apprécie          00
BenedicteEcila
  17 avril 2018
Une lecture pleine de chouettes réflexions et qui amène à réfléchir mais qui manque de matière au niveau du contenu romancé je trouve. Il n'y a pas vraiment une histoire mais des événements plic ploc... pas du tout désagréables à lire, au contraire même, et heureusement! 😊 , mais qui manquent parfois de cohésion. Découverte sympathique donc mais sans plus pour moi.
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Etes-vous incollable sur la littérature scandinave ?

Qui est l'auteur du roman "Bruits du cœur" ?

Herbjørg Wassmo
Jens Christian Grondhal
Sofi Oksanen
Jostein Gaarder

15 questions
110 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature scandinaveCréer un quiz sur ce livre