AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Olivier Le Lay (Traducteur)
EAN : 9782072830365
448 pages
Éditeur : Gallimard (11/03/2021)
4.33/5   6 notes
Résumé :
Un matin, sur la plateforme pétrolière où il travaille en pleine mer, Mátyás ne regagne pas sa cabine. On a beau le chercher partout à bord, il demeure introuvable.
Son ami Waclaw part alors sur ses traces : d’abord dans son village de Hongrie, puis vers le Sud, jusqu’aux côtes africaines et l’Italie, dans un cheminement qui convoque le souvenir, faisant résonner à la fois la beauté des lieux et la déchirure des cœurs. Au gré des paysages, c’est le portrait d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  11 mai 2021
Tout commence sur une plateforme " off shore" d'extraction pétrolière, un lieu hostile, balayé par les éléments, lieu fascinant et un peu glauque noyé par les parfums de pétrole et de gaz. Waclaw Groszak, quinquagénaire fatigué qui y livre un travail harassant depuis des années, s'aperçoit un beau matin que son collègue de longue date, le hongrois Matyas, a soudainement disparu.
Alors débute pour Waclaw un voyage sur les traces de son ami en Hongrie puis à travers l'Europe sur les chemin de son passé, de ses amis et amours d'une vie passée entre déracinement et ports d'attache.
Un voyage, plutôt une errance car le périple que va enteprendre Waclaw semble avant tout fait pour sonder ces territoires de la solitude où se mêlent souvenirs d'hier et vie sur les plateformes.Waclav, être taiseux qui a toujours travaillé de façon très physique, et avant tout pour survivre sans forcément se lancer dans l'introspection, va parcourir des paysages sublimes et traversés par la solitude .

Pour son premier texte de fiction, l'allemande Anja Kampmann préfère privilégier les sensations plutot que l'action ou l'émotion.
Par son écriture très ciselée, elle nous offre un récit qui cherche avant tout à percevoir le monde, la rudesse des éléments qui cotoient l'immensité des paysages,
Elle nous donne à voir et à lire ces merveilles de la nature qui nous entourent et qu'on ne prend pas toujours la peine de contempler, ainsi que les tréfonds de l'âme humaine, dans une dimension presque métaphysique qui fait un peu penser aux films de Wim Wenders ( Paris Texas, les ailes du désir) un de ses illustres compatriotes..
La montée des eaux, un texte puissant et singulier à découvrir dès à présent.!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
luchskeudenn
  24 mars 2021
Je laisse mes 5 étoiles car ce roman a quelque chose de singulier, et la prose poétique est enivrante, même si elle est parfois très difficile à suivre. Néanmoins, il me semble que l'oeuvre eût gagné à être plus courte. J'ai senti une césure dans le récit après le voyage au pays de Mátyás, et si la romancière s'en était tenu là, il me semble que l'ensemble aurait été plus cohérent. On en serait resté à l'histoire de cet étrange lien entre deux hommes...
Commenter  J’apprécie          90
madomilene
  29 juin 2021
Avant tout un livre sur la tristesse avant d'être un livre sur la solitude.. mais aussi ce livre donne envie de se documenter davantage sur ces plateformes pétrolières, où les hommes sont presque des robots, au milieu de mers démontées. Et quelquefois, le pire arrive...
D'autres ont certainement de bons souvenirs, mais je ne les ai pas rencontrés à travers cette histoire très bien racontée
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LeMonde   15 mars 2021
Avec un grand sens du détail, Anja Kampmann suit l’échappée tourmentée d’un ouvrier-foreur de l’industrie pétrolière, dans « La Montée des eaux », son premier roman.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BazartBazart   11 mai 2021
Rien qu’un oiseau filant vers les hauteurs avant de s’engager résolument dans une direction, aiguille sur deux heures, cap au sud, dans un ciel où la lumière avait des scintillements d’asphalte, où les feux de circulation traçaient sous les nuages une large bande orangée. Il restait là, égrenant entre ses doigts quelques grains de maïs encore, et ce fut la dernière fois qu’il posa les yeux sur l’oiseau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

autres livres classés : solitudeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
944 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre