AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Emilyn Carlisle tome 1 sur 2
EAN : 9782384110155
272 pages
INCEPTIO ÉDITIONS (09/09/2022)
3.96/5   37 notes
Résumé :
1998. Au cours d’un stage universitaire, Emilyn Carlisle découvre un vieux pendentif lors d’une fouille archéologique en Russie. Prise de passion pour le mystère qui l’entoure, elle rejoint les lieux de recherches et y rencontre Sohan, jeune et séduisant archéologue russe.

1920. Nastya, suite à son mariage, quitte sa grande ville natale pour le domaine reculé de son époux, Roman. Le bonheur du jeune couple est cependant troublé par une ombre rôdant da... >Voir plus
Que lire après Emilyn Carlisle : Le masque de luneVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
3,96

sur 37 notes
5
14 avis
4
12 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
Je ressors mitigée de cette lecture.
Ce roman court (240 pages) a une intrigue très intéressante. On voyage entre deux époques, reliées entre elles par un mystère. Et ces aspects là m'ont plu. le point de vue archéologie était de loin mon préféré (j'ai pas vraiment aimé le point de vue de l'autre époque). J'ai trouvé le côté archéologie et quête du passé intéressant et plaisant.
Cependant, je ne me suis attachée à aucun personnage. peut-être est-ce dû à la rapidité du récit ? Et aussi aux scènes de sexe très présente qui m'ont à chaque fois sortie de ma lecture. J'ai trouvé qu'elles n'avaient aucune utilité pour l'histoire. Et je n'ai vraiment pas aimé les scènes. C'est l'une des raisons qui fait que je n'ai pas aimé les points de vue du passé. J'ai trouvé que ça tachait la romance. Je ne me suis pas du tout attachée au couple. Ils n'ont eu aucun échange profond, ni aucun partage qui a attiré mon attention. Les scènes pour montrer leur connexion se résumaient au sexe, ce qui m'a donné la sensation d'un couple creux.
Et si une bonne partie du récit ne m'a pas captivé à cause des ces points négatifs, la fin a capté mon attention. Elle était réussie. L'intrigue, la trame et le dénouement sont très bien faits et rehaussent les points noirs de l'histoire.
Commenter  J’apprécie          170
Il y a quelques semaines, je recevais ce roman qui sort aujourd'hui aux Éditions Inceptio.
J'ai donc lu 𝘌𝘮𝘪𝘭𝘺𝘯 𝘊𝘢𝘳𝘭𝘪𝘴𝘭𝘦 - 𝘓𝘦 𝘮𝘢𝘴𝘲𝘶𝘦 𝘥𝘦 𝘭𝘶𝘯𝘦, signé Eva de Kerlan.

Au vu du résumé, j'imaginais un univers à la 𝘚𝘺𝘥𝘯𝘦𝘺 𝘍𝘰𝘹. Une enquête autour de la découverte d'un vieux pendentif mystérieux en guise d'intrigue, il ne m'en fallait pas plus pour partir à l'aventure entre Paris et la Russie.

Toutefois mon enthousiasme a rapidement été freiné. Car si les passages contemporains m'ont beaucoup plu, le soufflé est rapidement retombé en découvrant les passages où l'action se situe dans le passé. Principalement à cause de la redondance de scènes de sexe très (trop ?) suggestives qui pour moi, n'apportent rien au récit et m'ont, malheureusement, à chaque fois sortie de l'histoire sans jamais réussir véritablement à la réintégrer.

À ce moment précis, je me retrouvais dans un cross-over* mêlant Sydney Fox et Christian Grey !...😅

Toutefois, au-delà de ma déception et de ce rendez-vous manqué, l'univers dépeint est empreint de mystère, de sorcellerie, de mysticisme, le tout sur fond d'archéologie.
Thématiques qui ne manqueront pas d'interpeller les plus aventureux.ses d'entre vous.

Même si mon ressenti est en demi-teinte, je suis certaine que cette histoire peut vous plaire, comme elle a su séduire d'autres lectrices.

* 𝘢𝘱𝘱𝘢𝘳𝘪𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘥'𝘶𝘯 𝘱𝘦𝘳𝘴𝘰𝘯𝘯𝘢𝘨𝘦 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘶𝘯𝘦 𝘴é𝘳𝘪𝘦 𝘵é𝘭é𝘷𝘪𝘴é𝘦 𝘰𝘶 𝘶𝘯𝘦 𝘣𝘢𝘯𝘥𝘦 𝘥𝘦𝘴𝘴𝘪𝘯é𝘦 𝘥𝘪𝘧𝘧é𝘳𝘦𝘯𝘵𝘦 𝘥𝘦 𝘤𝘦𝘭𝘭𝘦 à 𝘭𝘢𝘲𝘶𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘪𝘭 𝘢𝘱𝘱𝘢𝘳𝘵𝘪𝘦𝘯𝘵.
Commenter  J’apprécie          110
Emilyn Carlisle – le masque de lune ***

Halloween ; et si on lisait du fantastique, histoire de frissonner avec des légendes issues de lieux passéistes et reculés dans lesquels auraient évolué sorcières et démons ? C'est chose faite, en temps et en heure, avec le dernier roman d'Eva de Kerlan : cap sur la Russie, à la recherche de la mystérieuse propriétaire d'un pendentif au charme inexpliqué.

« Je frémis. Quelque part, je crois, j'ai peur de découvrir ce qui est réellement arrivé à la personne qui possédait ce bijou. Peut- être serait- il plus simple - plus facile - de rester sur la croyance d'un incendie ?
Peut- être... peut- être pas... »
1998. France. Emilyn est une jeune fille qui se destine à des études d'archéologie. Elle a la chance de trouver un stage qui va l'amèner en Russie, terre sur laquelle ses parents, globe-trotters ayant fait le tour du monde avec elle, ne l'avaient étrangement jamais emmenée. Alors que sa tutrice la fait travailler sur des restes humains calcinés retrouvés sur un chantier ; Emilyn tombe sur un bijou retrouvé dans le même site de fouille et se sent irrémédiablement attirée par ce pendentif. Elle va trouver les arguments qu'il faut pour que l'équipe dans laquelle elle intervient programme rapidement un voyage en Russie, et plus précisément, une fouille en république des Komis, afin de pouvoir y participer.

« le hurlement me fait sursauter. J'ouvre la bouche pour me justifier. Ils ne m'en laissent pas le temps. Un déferlement de haine explose le silence en un milliard de grains de poussière. Les cris se superposent, les accusations s'enchaînent, les pleurs se multiplient. Les injures m'atteignent, me blessent. J'en retiens l'essentiel : quoi que je dise, quoi que je fasse, je suis coupable à leurs yeux.
Coupable d'être différente. Coupable de ne pas avoir grandi ici. Coupable de tous leurs malheurs et espoirs déçus. »
1921. Russie, terre reculée des Komis dont Roman, le mari de Nastya, est le propriétaire. La colère monte chez les paysans car un mystérieux champignon dévaste les cultures, entraînant la mort du bétail mais aussi des habitants les plus faibles, touchés par la famine. Il leur faut un coupable et Nastya, l'étrangère, est rapidement désignée.

Au final, un récit très bien écrit, avec du vocabulaire et des tournures de phrase élaborés. On sent que l'auteure maîtrise le sujet et se passionne pour l'Histoire des lieux. La double temporalité est habilement utilisée pour maintenir un suspens tangible. Par contre, personnellement, j'ai trouvé quelques longueurs dans les passages où nos deux héroïnes parcourent la forêt bordant le manoir de Zelenyy, et je suis restée sur ma faim quant à l'explication de quelques phénomènes surnaturels.
Commenter  J’apprécie          80
J'ai vraiment passé un super moment avec ce roman. Il a été très difficile de le lâcher et ce n'était pas arrivé depuis quelques temps. C'est un gros, gros coup de coeur. Nous suivons dans ce court roman de 250 pages les aventures de deux jeunes femmes, à près de quatre-vingt ans d'intervalle, entre la France et la Russie.

J'ai beaucoup aimé le cadre principal du roman, qui est l'archéologie, un thème qui me fascinait quand j'étais plus jeune (et que j'avais encore de l'espoir dans ma licence d'histoire, quelle erreur ahahah) et qu'on ne trouve que très rarement en fiction, alors qu'il y a des tas et des tas de choses à dire sur le domaine. J'ai beaucoup aimé également que ce ne soit pas une vision de l'archéologie fantasmée comme dans Indiana Jones ou Jurassic Park. C'est très terre-à-terre, dans une université française, et ça aborde un peu ce qui se passe dans le milieu de la recherche, que l'on voit, là aussi, très peu en fiction alors que ça concerne la majorité des professeurs à l'université. J'ai pas mal apprécié, par exemple, comment les personnages galèrent à faire passer leurs recherches à l'aéroport, j'ai trouvé ça très réaliste et ça m'a beaucoup fait rire.

Nous suivons là le personnage d'Emilyn Carlisle, une jeune femme en provenance des États Unis vient réaliser un stage d'archéologie en France. Elle est rapidement fascinée par un étrange médaillon qui l'obsède, comme s'il essayait de l'appeler. Malgré les mises en garde de sa tutrice professionnelle qui pense que son enthousiasme est un peu malsain, elle persiste à vouloir en découvrir les secrets et réussit à négocier un voyage jusqu'en Russie, là d'où serait prétendument originaire le bijou. Curieuse, peut-être trop pour son bien, elle est déterminée à venir à bout du mystère, quitte à prendre tous les risques et s'y brûler (c'est drôle parce que… non, je dis rien, je vous laisse découvrir).

Accompagnée de sa tutrice de stage et de Sohan, un professeur d'archéologie russe qui les aident sur l'enquête, ils se rendent dans un petit village dans les terres du nord, Zelenyy, perdu au milieu de nulle part, qui va leur réserver bien des surprises, entre sombre cauchemar et funeste réalité.

Nous suivons également dans ce roman Natsya, une jeune femme sensiblement du même âge qu'Emilyn, mais qui a elle vécue dans les années 1920, en Russie. Sur un coup de foudre, elle a épousé Roman, un riche propriétaire terrien, et tous les deux vivent le parfait amour. Lorsque Roman est rappelé dans son village natale, Zelenyy, afin d'y régler des problèmes, il n'hésite pas et propose à Natsya de l'accompagner, très enthousiaste à l'idée de lui montrer ses terres et où il a grandi.

C'était sans compter sur une ombre qui semble les suivre, puis l'accueil des villageois à Zelenyy. Une série d'événements étranges semble se produire dans le village, entre les apparitions que Natsya pense voir, et la dégradation de la qualité des récoltes, touchées par un mal inconnu. Un mal inconnu qui, les villageois en sont persuadés, est arrivé en même temps que Natsya.

J'ai adoré suivre les deux tourtereaux et leur voyage jusqu'à Zelenyy. Je ne peux pas trop en dire parce qu'une grande partie des révélations de l'intrigue se basent sur ce qu'ils vont vivre, mais je peux vous dire que vous aurez du mal à vous en remettre. C'est dramatique et vous allez vous sentir très mal à l'aise à mesure que l'atmosphère s'alourdit, s'embrume et se referme sur Natsya et Roman, quitte à les étouffer tous les deux.

Si j'ai tant aimé ce roman, c'est parce qu'il s'agit d'un vrai roman fantastique. On ne sait pas si ce que l'on lit est réel ou fantasmé, et cela jusqu'à la dernière ligne du roman. Vous pouvez faire des théories, bien sûr, mais la résolution ne vous appartient qu'à vous. J'hésite encore sur celle que je veux donner à l'histoire, étant donné que des éléments tendent à vous faire basculer du côté réaliste et du côté fantastique, parfois les deux en même temps. Une chose est certaine : il y a quelque chose de pourri à Zelenyy. Quoi ? Ça, c'est à vous de le découvrir.

J'ai beaucoup aimé également le message de fond de l'histoire, qui est la lutte de la science contre l'obscurantisme, même si les deux tendent à se mêler sur la fin. L'histoire entière est la lutte d'Emilyn pour essayer de prouver rationnellement qu'il y a quelque chose qui vaut le coup d'enquêter sur le médaillon, sans que jamais elle ne sache quelle est cette chose. Mais en même temps, l'obscurantisme est tenace, et les personnages vont vite se rendre compte que parfois, les mots lumineux de la science ne suffisent pas à repousser les ténèbres des croyances. Je trouve que c'est un très chouette message, dont on a vraiment besoin aujourd'hui, de plus.

Je terminerai par dire que ce roman plaira assurément aux passionnés qui brûlent d'amour pour la sorcellerie (encore une fois, c'est drôle parce que… Ah, on me dit que je ne peux pas spoiler), même si je ne peux pas trop vous expliquer pourquoi. C'est à vous de le découvrir par vous-même, et je vous garantis que vous n'allez pas être déçus.

J'aimerais enfin signaler la grande qualité littéraire du texte, qui se lit tout seul et qui a été un vrai plaisir à découvrir. Je le recommande très, très fort à tous les passionnés de la littérature fantastique, que vous débutiez ou non dans le genre, vous pouvez me faire confiance, ça va vous plaire. C'est un énorme coup de coeur, et je pense que ce sera une de mes lectures les plus marquantes cette année.
Lien : https://lantredemyfanwi.word..
Commenter  J’apprécie          40
Russie, 1920, la jeune Nastya vient habiter dans le domaine de son mari. Si tous deux sont très amoureux, une ombre plane sur leur bonheur… En 1998, Emilyn une étudiante en archéologie découvre un vieux médaillon qui provient de fouilles archéologiques ayant eu lieu en Russie.

-> À la découverte de la Russie

Très originale, l'idée de départ m'a tout de suite séduite, il m'a fallu seulement quelques pages pour être embarquée. J'ai notamment apprécié voyager dans ce décor que je ne vois pas souvent dans les livres, un décor qui ici est plein de mystère et de folklore…

-> Un peu d'archéologie

Encore une originalité pour ce roman, la place de l'archéologie ! Ici pas de fossile de dinosaure, c'est en effet moins glamour mais très réaliste. J'ai particulièrement apprécié les passages à ce sujet qui s'intègrent bien au récit et qui ne sont pas du tout barbants, bien au contraire.

-> Deux époques, deux femmes affirmées

Les deux héroïnes sont à la fois fragiles et fortes, passionnées mais aussi touchantes. Nastya tout particulièrement… le récit est un peu court pour s'attacher totalement aux personnages mais j'ai beaucoup apprécié les suivre.

Certaines scènes sont glaçantes mais il faut découvrir les thèmes dont il est question pendant la lecture 👀. Je ne m'attendais pas tout à fait à ça en commençant le livre et il vaut mieux garder la surprise !

-> Quelques scènes osées

Si les chapitres dans le passé ont été une bonne surprise, les scènes charnelles m'ont un peu sortie de ma lecture. À la réflexion, elles sont importantes pour comprendre les personnages mais j'aurais aimé qu'elles soient simplement suggérées, donner autant de détails n'était pas nécessaire selon moi.
J'ai en revanche beaucoup aimé tout ce qui se rapportait aux sentiments des personnages du passé.

L'alternance des points de vue, l'ambiance énigmatique et l'envie de résoudre ce mystère ont participé au côté addictif de ce roman. En bref, une bonne lecture originale !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Mon hurlement cesse. Je ne peux plus crier de toute façon, je crois – je ne peux plus rien, hormis souhaiter contre toute logique, contre toute raison, survivre à cette journée.
Je ne veux pas mourir.
Commenter  J’apprécie          110
Le froid de la pierre nue et abrupte. Voilà tout ce que je ressens. La seule chose sur laquelle se concentrent encore mes pensées. Lentement, je lève la tête. Mes cheveux poisseux et emmêlés collent à ma peau glacée. Mes larmes ont gelé sur mes joues depuis fort longtemps. J’ai froid. Si froid.

À gestes lents, rendus douloureux par les coups que l’on a portés sur moi, je me redresse. Ma main se pose sur l’arête de la roche. Gelée, elle aussi. Comme moi. Comme ce pays. Comme la cellule où l’on m’a enfermée.
Commenter  J’apprécie          30
7 janvier 1921, Russie

Ils sont là. Ils avancent. Ils approchent. Engoncés dans des manteaux laine, la haine au cœur et l'envie de sang dans le regard.
Ils ne sont guère nombreux, mais déja trop pour moi. Beaucoup trop. Et leur hargne, leur révulsion à mon égard, amplifie le déséquilibre en leur faveur.
Je me crispe, et, instinctivement, je recule de quelques pas -comme si la pénombre de ma cellule pouvait me sauver. Comme si elle pouvait me dissimuler à leurs yeux. Comme si elle pouvait soustraire ma présence de cette scène qui se joue ici, et maintenant. La foule haineuse s'immobilise à distance craintive de mon cachot. Leurs regards vacillent entre haine, peur et... colère, je crois.
Je n'ose reculer plus encore. Je n'ose avancer et les défier. Sil reste un infime espoir de les convaincre de la méprise, je ne veux pas le perdre en les provoquant. L'immobilité, pour l'instant, est la seule arme dont dispose. Ça... et le silence, aussi. Il s'étale sur la petite place rapidement. Les murmures s'étouffent.
Commenter  J’apprécie          10
« Les origines de la sorcellerie se perdent dans la nuit des temps. Des les premiers jours de l'humanité, sorciers et sorcières ont existé... .dabord liés aux éléments, à l'existence, à la mort. La particularité de la sorcellerie et des êtres qui la pratiquent tient à la nature de ces hommes et femmes: ils n'ont en effet rien à voir les uns avec les autres.
A noter que le mot « sorcier » peut s'interpréter comme un diseur de sort mais aussi, par extension et dérivant du latin, comme « relié aux Dieux », que ces dieux soient bons... ou néfastes.
Commenter  J’apprécie          20
Je frémis. Quelque part, je crois, j'ai peur de découvrir ce qui est réellement arrivé à la personne qui possédait ce bijou. Peut- être serait- il plus simple - plus facile - de rester sur la croyance d'un incendie ?
Peut- être... peut- être pas...
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (70) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2474 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *}