AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 284590262X
Éditeur : Arfuyen (05/01/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Mes poèmes
sont au-delà
de toute certitude

Au-delà des valeurs héritées

Ils portent en eux
toutes les contradictions
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
coco4649
  20 juin 2018
 
 
Anise Koltz, grande poétesse, vient d'avoir quatre-vingt dix ans
– le 12 juin dernier ‒, et publie un recueil intitulé
« Pressée de vivre suivi de Après ».
Le titre, un rien provocateur, laisse entendre sa hâte d'en finir
avec cette vie actuelle et connaître « cet Après » qu'elle ne connaît
pas et qu'elle appelle fatalement de ses voeux.
Il est à noter son goût pour les antagonismes, pour les contraires
qui loin de s'opposer se complètent et s'expliquent, tels l'ombre et
la lumière, la fin et le commencement, la vie et la mort.
Selon Laurent Albarracin :
« c'est bien l'exacerbation de la guerre
des contraires, …, qui manifeste le vivant.
La vie après la mort n'est pas la vie sans la mort.
N'est donc pas non plus la mort sans la vie, mais
le lieu où la vie et la mort sont un, dans leur lutte
impossible à terminer.»
La poésie peut-elle aider à comprendre ?
" Mes poèmes interrogent
ils n'expliquent pas
p.118
" le ciel fatigué
ne sait où se poser
Le soleil ralentit
comme bloqué
par un frein invisible
La nuit finit par s'effondrer
sur nous
sans lieu
sans Dieu
L'invisible palpite
dans l'obscurité
p.113
" Mort
je te connais
je te provoque
je ne te déguiserai
d'aucune croyance
Je ne te donnerai pas mes pensées
ni mes paroles
Je ne te donnerai pas mon ombre
qui me devance à chaque pas
Comme aux chiens
je ne te donnerai
que mes os à ronger
p.114
" Que restera-t-il de ma vie
de ma mort ?
J'inspire
j'expire
pour qui ?
pour quoi ?
p.116
" le vent écrit ses lois
dans le désert
s'associant à la solitude
du sable
qu'il sache devant lui
comme dans une meute
de chiens haletants
traversent à la fois
commencement et fin du monde
p.117
" Vie et mort
se perdent dans le vide
sans nous toucher encore
Leurs regards
nous regardent
sans regarder
p.119
" On ne meurt pas
uniquement de sa propre mort
Je partirai
sans crainte
libre de croyances
mais avec l'espoir
de te retrouver
Ta voix résonne encore en moi
comme la mer
dans un coquillage
p.121
" Dans mes poèmes
l'atmosphère retentit
comme un tambour
que personne n'entend
mais qui bat
comme une métaphore
du silence
p.126
" le soleil
n'est déjà plus le soleil
repoussé par des signes nocturnes
Une fois la lumière endormie
les origines s'éloignent
les images s'enterrent doucement
p.123
" La main lourde du soleil
se repose sur ta nuque
la chaleur se déchaîne
le temps
suit les chameaux
qui traversent lentement
le désert
p.129
" le soir quand l'horizon s'écroule
je mène une seconde vie
dans mes rêves
Souvent je marche
pendant des éternités
sans me rencontrer
J'erre parmi mes rêves
non encore rêvés

p.131
" le silence n'a ni fin
ni commencement
Il appartient
à une plaine illimitée
p.135
Et APRES ?
" le matin me réveille
par les cris des mouettes
qui m'appellent
L'océan s'établit
sur la plage
jetant des coquillages
par-dessus bord
J'enlève mes sandales
pour sentir cette eau sauvage
sur ma peau
Je m'associe
à ses vagues éclatées
qui se noient
dans l'étendue du sable
p.141
" L'obscurité diminue
les alentours changent
Le matin s'illumine
la poésie traverse
une migration de paroles
p.142
" Derrière ma fenêtre
commence l'infini
p.144
" Je marche
sans m'apercevoir
que je marche
La distance est intérieure
J'essaie de toucher
des présences
à peine visibles
Je tourne en rond
suspendue à une fin
qui s'efface
p.146
" Entre commencement et fin
la lumière s'est éteinte
Un nom brûle quelque part
faisant tourbillonner le vent
qui emportera mes cendres
p.147
" Soudainement
le poème se lève
sous ma plume
Jusqu'ou le suivrai-je
n'ayant gardé
que sa mélodie
Les paroles s'isolent
pour se noyer
dans le noir
p.149
" de la naissance
à la mort
le temps nous dirige
Mais le soleil
s'empare de notre ombre
pour nous faire entendre
les chants de la terre
qui résonnent
à notre insu
p.160
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
SauveterreSauveterre   22 janvier 2018
Je suis l'impossible
du possible
l'encre est mon sang

Si je dessine un arbre
il grandit sous ma plume

Si je dessine un feu
ma feuille s'embrase

Mes yeux creusant la distance
j'invente
un autre présent
Commenter  J’apprécie          221
SauveterreSauveterre   22 janvier 2018
Dans notre vie
repose une autre vie
non expérimentée
mais existante
qui nous suivra
jusque dans les ténèbres
de la mort
Commenter  J’apprécie          150
coco4649coco4649   02 mars 2018
 
 
Le temps est sans visage
sans bruit

Il se confond
avec le jour

Il se confond
avec la nuit
Commenter  J’apprécie          90
coco4649coco4649   19 juin 2018
 
 
Mes poèmes interrogent
ils n'expliquent pas


p.118
Commenter  J’apprécie          120
coco4649coco4649   19 juin 2018
 
 
Après notre mort
nous quitterons
la fiévreuse reconstruction de nos corps
pour nous allonger sous terre

Le temps cessera de vieillir
nous ne respirerons plus
la lumière sera absente
positif et négatif
n'auront plus d'importance

Nous serons confrontés
aux spectres

p.154
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anise Koltz (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anise Koltz
Si seulement..., Anise Koltz lu par Jacques Bonnaffé
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre