AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Serge Gaubert (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070417581
Éditeur : Gallimard (07/03/2001)

Note moyenne : 4.32/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Si peu de mots pour un poème. Si peu pour dire pleinement le refus ou l'accord, l'évidence ou le secret. Guillevic sait capter et transmettre. Tout signe venu des êtres et des choses, il en fait un éclair, une force d'éveil de la réalité. Pour lui, les mots sont les messagers lapidaires du monde. Ils surgissent du souffle des pierres, du frémissement des arbres, de l'effroi des bêtes abandonnées et du combat incessant des hommes. Guillevic sait d'un seul mot accueil... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Walktapus
  25 novembre 2014
Des poèmes concis, très courts, découpés en vers encore plus courts, écrits avec des mots simples de tous les jours. Ciselés, antilyriques mais redoutablement évocateurs. Poèmes très brefs, et pourtant il y a bien trois longs essais dans ce recueil, des « essais poétiques ». Les poèmes se suivent, se répondent, et forment un développement.
Des trois, l'Art poétique m'a le moins touché. Un poète qui parle de son écriture de la poésie, c'est comme ces écrivains qui en reviennent toujours à parler de l'écriture. En la louant par-dessus tout, forcément. Peut-on être universel en parlant de tuyaux ?
Par contre la Paroi m'a plus qu'impressionné, comme une exploration à tâtons métaphysiques d'une limite indicible, présente en chacun d'entre nous, et devant chacun d'entre nous.
Commenter  J’apprécie          292
Henri-l-oiseleur
  24 octobre 2015
L'art poétique de Guillevic n'est pas un livre de poèmes où l'auteur dévoilerait ses secrets et techniques de métier et de fabrication : la poésie est un langage, et aussi une manière de regarder le monde et de l'habiter. C'est donc un art de vivre, un art de regarder, un art de parler aux choses du monde, un art de rêver, - en somme tout ce qui fait la manière poétique qu'ont les hommes de séjourner dans le monde.
Commenter  J’apprécie          140
EcureuilBibliophile
  22 avril 2017
Comment peut-on ranger des mots si superbes sur une étagère ?
J'ai été soufflée par le chant des mots de Guillevic : tout est à sa place propre et chaque idée semble si naturelle qu'à l'instant où on la découvre elle fait partie intégrante de nous depuis toujours. Si les mot employés sont quotidiens leurs associations particulière ce quelque chose de tout à fait nouveau. Sa poésie est profondément instinctive et sensitive, j'aime quand un texte parle autant à mes sens qu'a mon intellect. Je retrouve quelque chose de Michaux, que Guillevic cite d'ailleurs à plusieurs reprises (ce qui m'a rassuré : si même l'auteur assume la filiation je ne suis pas en train de me monter un film haha).
C'est un magnifique ouvrage que je conseillerai à tous ceux qui cherchent une porte d'entrée dans la poésie, un point pour (re)prendre contact avec cette langue si particulière, avec le langage de l'image. Il a été très prolifique et j'ai hate de me plonger dans ses autres écrits.

J'ai véritablement ressenti la Paroi qu'il nous expose dans une réflexion sur l'espace, sa finitude et la notre.
J'ai voulu chanter à tue tête dans le Chant (troisième partie de mon édition).
Je possède ce recueil, comme souvent, dans la collection Poésie de Gallimard. Cette fois aucun soucis à rapporter, le texte respire à merveille dans la page ce qui permet de le dévorer : je n'ai mis que quelques heures à engloutir les 400pages de l'ouvrage.
Et puis un poète Breton avait forcément ma tendresse 😉 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Wozniaksandy
  12 décembre 2017
Dans Art poétique, Eugène GUILLEVIC, adopte une poésie franche et descriptive. Avec des poèmes bruts, il n'adhère pas aux métaphores et s'acharne à décrire le monde qui l'entoure avec éclat et fulgurance.
Art poétique est un recueil de poésie présentant un positionnement critique et éthique sur l'expérience du réel.
Eugène GUILLEVIC part à la quête de la compréhension du processus des choses ainsi qu'un questionnement sur le sens de l'espace qu'il occupe.

A la lecture des poèmes, on sent les atmosphères, les descriptions des vues magnifiques qui apporte aux poèmes une très grande sensibilité. On s'accorde un moment de détente, on contemple cet univers, l'univers de GUILLEVIV avec admiration.

La poésie d'Eugène GUILLEVIC est un art de vivre, avec des textes parfois comme des aphorismes qui vont directement en nous. Un bon moment d'évasion et de réflexion à la fois.
Ci dessous un site sympa à visiter !

Lien : http://www.planetelieucommun..
Commenter  J’apprécie          90
Marti94
  01 mai 2014
C'est une invitation à l'écriture poétique qui me donne envie de m'y plonger, d'écouter car « comme certaines musiques, le poème fait chanter le silence… »
Dans ma jeunesse, j'ai compris le pouvoir des mots avec Guillevic. J'aime sa concision. Celui qui a écrit « le poème Nous met au monde. » a participé à mon éveil littéraire. Il a aussi écrit « La poésie, c'est le langage pour connaître la vie, pour la toucher, pour la sentir ». A lire et à laisser traîner sur sa table de chevet…
Relu en août 2009
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   15 avril 2013
Qu’est-ce qu’il t’arrive ?

Il t’arrive des mots

Des lambeaux de phrase.

Laisse-toi causer. Écoute-toi

Et fouille, va plus profond.

Regarde au verso des mots

Démêle cet écheveau.

Rêve à travers toi,

À travers tes années

Vécues et à vivre.



Ce que je crois savoir,

Ce que je n’ai pas en mémoire,

C’est le plus souvent,

Ce que j’écris dans mes poèmes.



Comme certaines musiques

Le poème fait chanter le silence,

Amène jusqu’à toucher

Un autre silence,

Encore plus silence.



Dans le poème

On peut lire

Le monde comme il apparaît

Au premier regard.

Mais le poème

Est un miroir

Qui offre d’entrer

Dans le reflet

Pour le travailler,

Le modifier.

— Alors le reflet modifié

Réagit sur l’objet

Qui s’est laissé refléter.



Chaque poème

A sa dose d’ombre,

De refus.

Pourtant, le poème

Est tourné vers l’ouvert

Et sous l’ombre qu’il occupe

Un soleil perce et rayonne,

Un soleil qui règne.



Mon poème n’est pas

Chose qui s’envole

Et fend l’air,

Il ne revient pas de la nue.

C’est tout juste si parfois

Il plane un court moment

Avant d’aller rejoindre

La profondeur terrestre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
WalktapusWalktapus   27 novembre 2014
L'océan lui aussi
Ecrit et ne cesse d'écrire.

A chaque marée
Il écrit sur le sable.

Il écrit tous les jours,
Toujours la même chose.

C'est sans doute
Ce qu'il doit se dire,

La même chose et pourtant
Qui s'en fatigue ?

Ne le jalouse pas :
C'est l'océan.
Commenter  J’apprécie          400
PiatkaPiatka   01 juillet 2017
Si je fais couler du sable
De ma main gauche à ma main droite,

C’est bien sûr pour le plaisir
De toucher la pierre devenue poudre,

Mais c'est aussi et davantage

Pour donner du corps au temps,

Pour ainsi sentir le temps

Couler, s'écouler

Et aussi le faire

Revenir en arrière, se renier.

En faisant glisser du sable,

J'écris un poème contre le temps.
Commenter  J’apprécie          150
LiliGalipetteLiliGalipette   23 février 2011
J'ai l'habitude
De me considérer

Comme vivant dans les racines,
Principalement celles des chênes.

Comme elles
Je creuse dans le noir

Et j'en ramène de quoi
Offrir du travail

A la lumière.
***

Dans le poème
On peut lire

Le monde comme il apparaît
Au premier regard.

Mais le poème
Est un miroir

Qui offre d'entrer dans le reflet

Pour le travailler,
Le modifier.

- Alors le reflet modifié
Réagit sur l'objet
Qui s'est laissé refléter.
***

Je vois bien que j'existe
Pour l'océan

Alors qu'il me traduise
En palourdes, berniques,
En vagues, en rochers,

Je n'en serai pas amoindri
Bien au contraire
***

Il y a un trou
Dans le nuage
Qui occupe le ciel

Et cela me donne
Encore plus envie
D'écrire le poème
Qui cherche à travers moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco4649   08 janvier 2016
ART POÉTIQUE


Tu sais qu'en écrivant
Tu vas apprendre.

Si tu croyais ne rien apprendre
Tu n'écrirais pas.

Chaque fois
Tu sais que tu vas saisir
Un embryon de définitif.

Tu ressemble
Au pêcheur qui attend

De tenir bientôt
Du vivant.

p.243
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Eugène Guillevic (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eugène Guillevic
Si un jour, tu vois qu'une pierre te sourit...
Un film de Pauline de Coulhac Poème: Guillevic, Photos: Loic Le Groumellec Montage son: Renaud Biri, Montage images: Chloé Borgella avec les voix de Benoit Hamelin et Elise Tauveron-de Coulhac
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
685 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre